Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Dominique Maingueneau, Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création

Louvain-La-Neuve, Académia/Éd. L’Harmattan, coll. Au cœur des textes, 2016, 187 pages
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 384-385
Référence(s) :

Dominique Maingueneau, Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création, Louvain-La-Neuve, Académia/Éd. L’Harmattan, coll. Au cœur des textes, 2016, 187 pages

Texte intégral

1Comment un écrivain, quel qu’il soit, doit-il procéder pour se faire un nom dans le champ littéraire, telle est au fond la question à laquelle Dominique Maingueneau tente d’apporter une réponse en développant le concept de paratopie qu’il a introduit dans l’analyse de discours à partir de 1993 (Le Contexte de l’œuvre littéraire, Paris, Dunod) et qu’il décrit, plus qu’il ne le définit totalement en compréhension sur son site internet, de la manière suivante : « La paratopie caractérise à la fois la “condition” d’un discours constituant (religieux, esthétique, philosophique…) et celle de tout créateur qui construit son identité à travers lui : il ne devient tel qu’en assumant de manière singulière la paratopie constitutive du discours constituant dont il tire cette identité créatrice » (http://dominique.maingueneau.pagesperso-orange.fr/​glossaire.html). En revanche, par une mise en forme dialectique, le présent ouvrage offre une approche plus consistante de cette notion : « La paratopie n’est pas une situation sociale ou psychologique, pas un contexte, mais [elle est] à la fois la condition et le produit du processus créatif » (p. 28). Comprenons : la paratopie définit le lieu en lequel se rencontrent « le monde représenté par l’œuvre » et « la situation à travers laquelle s’institue l’auteur qui construit ce monde » (p. 29), en quoi, bien sûr, la littérature et le champ littéraire, par leur nature de formes discursives instituantes, constituent des objets d’étude privilégiés. Comme on pourrait prendre, dans l’ordre du roman, l’exemple d’Édouard d’Anglemont (1798-1876) opposé à Honoré de Balzac, Alexandre Dumas ou Gustave Flaubert, Dominique Maingueneau choisit de « mettre à l’épreuve le concept de paratopie » (p. 159) et d’étayer sa démonstration sur l’opposition de José-Maria de Heredia (1842-1905) et de l’obscur poète niortais Émile du Tiers (1848-1897).

2En ce sens, l’organisation du volume est assez simple. Après une présentation des rapports du discours littéraire à la paratopie (pp. 19-36), l’auteur propose une monographie consacrée à chaque auteur : José-Maria de Heredia (pp. 37-96) et Émile du Tiers (pp. 97-156), chacune de ces études se subdivisant en trois sections. On sera particulièrement intéressé par la pertinence de l’analyse des trois paratopies hispanique (p. 60), nobiliaire (p. 65) et archéologique (p. 69) qui, pour Dominique Maingueneau, caractérisent José-Maria de Heredia, dont plusieurs poèmes font l’objet de subtils commentaires relevant plus de la stylistique que de l’analyse de discours proprement dite. S’arrêtant sur la paratopie nobiliaire, Dominique Maingueneau cite François-René de Chateaubriand, Auguste de Villiers de L’Isle-Adam, Jules Barbey d’Aurevilly, et on s’étonne un peu de n’y voir point cité le cas pourtant fortement revendiqué du Comte Alfred de Vigny. Quoi qu’il en soit, la constitution de ces paratopies discrètes dénote chez José-Maria de Heredia, comme chez les auteurs que nous venons de rappeler, une volonté de penser sa vie et son œuvre en visant un objectif. Ce n’est évidemment pas le cas avec Émile du Tiers à qui manque, semble-t-il, cette force de détermination et d’orientation. Le pseudonyme qu’il se donne, « Nihil », est assez significatif à cet égard (p. 102). Il manque en cet auteur ce que Dominique Maingueneau, s’appuyant sur les travaux de Michel Foucault, nomme la « conscience singulière » d’une œuvre unifiée (p. 104). C’est pourquoi il est plus difficile à l’auteur de dégager des paratopies déterminantes et caractéristiques d’Émile du Tiers, illustrant en cela le double aspect être et n’être pas de la paratopie.

3Après avoir étudié les différents recueils de poésie qu’Émile du Tiers publie à Niort entre 1889 et 1896 et décrit son ancrage régional en dépit d’une timide ambition parisienne, Dominique Maingueneau s’attache à définir les diverses facettes d’une identité en souffrance : poète et laboureur, artiste, peuple et bourgeois (pp. 124-130), puis les conditions d’expression de cette identité au moyen de deux modèles (patterns) énonciatifs : le patron bucolique (pp. 136-138) et le patron du français national (pp. 139-142). L’auteur y dénote une très bonne connaissance historique des milieux régionalistes poitevins-saintongeais, même si on aurait apprécié que fussent mieux caractérisées ou définies les personnalités citées ou célébrées par Émile du Tiers, comme par exemple le violoncelliste niortais Auguste Tolbecque ou le violoniste Désiré Rittberger cité avec éloge dans Le Ménestrel du 10 février 1883, voire Arthur Ducret, musicien. Ce qui n’est d’ailleurs hélas pas plus réalisé dans une version électronique de ces pages [Dominique Maingueneau, « Le monologue du laboureur », Exercices de rhétorique, 7, 2016, http://rhetorique.revues.org/​471]. Les lecteurs perdent là une part importante, nous semble-t-il, de ce qu’est capable de faire apparaître le concept de paratopie locale dans la constitution d’une identité auctoriale consciente de son ipséité au moment même où son individualité prend forme scripturale et stylistique. Le débat entre régionalisme et centralisme parisien, autour de la question de la langue, y trouverait probablement des prolongements intéressants et, puisque le poète bretonnant Charles Le Goffic est cité, on se plairait à imaginer ce que pourrait apporter à la compréhension d’un Tristan Corbière, l’application de cette notion de paratopie.

4Suit un bref quatrième chapitre intitulé « Trouver sa place » (pp. 157-176) (« au soleil » p. 176), et une conclusion express (pp. 177-179) qui met bien en valeur la fonction syncrétique de cette notion de paratopie, laquelle, comme le montre cet ouvrage, « s’efforce d’articuler des facteurs et des fonctionnements qui relèvent traditionnellement de champs disjoints : biographiques, institutionnels, textuels » (p. 179). Une bibliographie, donnant accès à quelques sources oubliées ou négligées, permet au lecteur d’envisager des approfondissements de l’analyse en fonction de ses intérêts personnels. Notons qu’un index des noms cités aurait pu, à cet égard, faciliter la tâche de repérage des affinités réticulaires débusquées par Dominique Maingueneau autour de José-Maria de Heredia et d’Émile du Tiers. Tel quel, et sous son volume réduit, voici un ouvrage qui a le mérite d’ouvrir la réflexion sur la question aussi troublante que complexe des rapports si variés que peuvent entretenir dans le champ littéraire des auteurs soumis à la contrainte des « relations paradoxales » (p. 179) de la biographie, des institutions et de l’écriture, sous lesquelles se constitue – ou non – leur œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Dominique Maingueneau, Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création », Questions de communication, 32 | 2017, 384-385.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Dominique Maingueneau, Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11624

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

CeReS, université de Limoges
jacques-philippe.saint-gerand[at]unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page