Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Philippe Poirrier, Les Politiques de la culture en France

Paris, La Documentation française, coll. Doc’ en poche, regard d’expert, 2016, 888 pages
Bénédicte Rolland-Villemot
p. 387-389
Référence(s) :

Philippe Poirrier, Les Politiques de la culture en France, Paris, La Documentation française, coll. Doc’ en poche, regard d’expert, 2016, 888 pages

Texte intégral

1Philippe Poirrier est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Bourgogne et vice-président du Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication. Ses recherches portent sur l’histoire des politiques publiques de la culture et sur celle des sciences sociales, notamment l’histoire culturelle. Son livre offre un panorama complet des textes importants de la politique culturelle en France depuis la Révolution française jusqu’en 2015. Il aborde tous les domaines de la culture : le patrimoine, les musées, le spectacle vivant, les archives, le développement culturel, la décentralisation, l’éducation artistique et culturelle. C’est un recueil de 535 textes qui expliquent par une approche chronologique les différentes politiques de la culture. Ces textes sont de différentes natures : évidemment, des textes à caractères juridiques, lois organiques, loi-programme comme celle de 1979 sur les archives mais aussi des discours, des entretiens, des articles de presse.

2Dans son introduction (pp. 13-19), Philippe Poirrier met l’accent sur les deux approches principales de son ouvrage, approches qui ont guidé son choix – rigoureux – de textes : le champ chronologique et la politique étatique. Tout en privilégiant ces deux aspects, il démontre le rôle d’autres structures ministérielles que le ministère de la Culture. L’autre idée forte est la démonstration que, depuis quarante ans, la culture n’a été que « rarement une priorité gouvernementale » (p. 7). C’est un ajustement avec les besoins démocratiques exprimés par la culture de masse. L’État culturel (Marc Fumaroli, L’État culturel. Une religion moderne, Paris, LGF, 1999 [1991]) est une construction historique. À travers ce recueil de textes commentés, Philippe Poirrier construit un parcours chronologique des politiques de la culture selon cinq axes. Dans une première partie, de la Révolution à la Quatrième république, il analyse la politique envers les Beaux-arts. Dans une deuxième partie, que l’on pourrait résumer sous le vocable des années « Malraux », il propose des textes sur l’invention de la politique culturelle avec les discours fondateurs du ministère de la Culture. Dans la troisième partie, de 1969 à l’arrivée au pouvoir du président François Mitterrand, les textes choisis portent sur l’arrivée d’un nouveau concept : le développement culturel, avec le discours signifiant du ministre de l’époque, Jacques Duhamel, qui crée en 1971 le conseil du développement culturel : « Par définition, la culture est l’affaire de tous et il n’est pas aisé de délimiter à son sujet la responsabilité de l’État […]. La culture ne s’impose pas d’en haut par une volonté politique ; elle ne se décrète pas d’avantage par une prescription administrative. Elle se vit dans un flux constant entre les créateurs et leur public […] » (p. 383). La quatrième partie aborde le problème de l’impératif culturel avec l’arrivée d’un gouvernement de gauche au pouvoir en 1981 et les années Jack Lang. La culture devient une priorité gouvernementale qui se traduit par le doublement du budget du ministère de la Culture dès l’exercice budgétaire de 1982. La loi emblématique de cette période est celle adoptée dès le 10 août 1982 sur le prix unique du livre : « C’est sous le signe de l’impératif culturel que s’engage la politique culturelle de la gauche » (p. 503). Dans la dernière partie, Philippe Poirrier analyse le défi des nouvelles technologies et les changements et réformes que va entraîner cette émergence dans les milieux et les métiers de la culture. Les Politiques de la culture en France se termine par la déclaration de Fleur Pèlerin, alors ministre de la Culture et de la Communication, au lendemain des attentats du Bataclan du 13 novembre 2015, « On ne va pas au Bataclan pour mourir ». La ministre de la Culture souligne le rôle de la culture dans la défense d’un modèle de vivre ensemble : « La culture est une arme massive contre l’obscurantisme. La culture est une arme d’émancipation massive contre la servitude » (texte 535, p. 859). Ce texte qui clôture le livre est représentatif de l’objectif de ce recueil de texte : offrir au lecteur des textes clés pour comprendre l’évolution des politiques de la culture en France.

3Les Politiques de la culture en France propose non seulement au lecteur un regard rétrospectif, mais aussi des clés de lecture pour aborder les enjeux contemporains de la politique culturelle en France. Par les textes choisis, Philippe Poirrier démontre que la culture ne se décrète pas mais se construit et se réinvente sans cesse dans une pluralité de pratiques. Par son approche chronologique, ce livre montre aussi l’élargissement de la notion de culture, depuis la notion de Beaux-arts lors de la création du ministère de la Culture pour André Malraux, jusqu’à la notion de développement culturel, de démocratisation et d’industries culturelles. En effet, le décret du 3 février 1959 transfère à André Malraux des attributions précédemment dévolues au ministère de l’Industrie et surtout au ministère de l’Éducation nationale. Le 22 juillet, André Malraux reçoit le titre de ministre des Affaires culturelles. Ce nouveau ministère par ses missions donne donc une définition très large et très inclusive de la culture. Néanmoins, par son décret fondateur du 24 juillet 1959 rédigé par André Malraux lui-même, la mission fondamentale du ministère chargé des Affaires culturelles est avant tout « de rendre accessible les œuvres capitales de l’humanité et d’abord de la France au plus grand nombre de Français » (p. 247). Par ce texte fondateur du Ministère, on voit bien que la notion de « Beaux-arts » domine encore la politique culturelle en France. Les Politiques de la culture en France offre un panorama de la politique culturelle et démontre, par un choix très judicieux de textes les plus importants, les élargissements du champ culturel et de l’action du Ministère qui va s’emparer des grands enjeux de la culture : la décentralisation, la démocratisation, le développement culturel, la diversité culturelle, les industries de la culture.

4Ce livre n’a pas pour objectif principal d’analyser la politique de décentralisation ni de cerner le rôle des collectivités territoriales dans le domaine de la culture. Mais cette question n’est pas totalement ignorée : elle est abordée par l’intermédiaire des textes et de décrets qui montrent la montée en puissance, puis la généralisation, des partenariats entre l’État et les territoires. Cette affirmation ne signifie pas un retrait de l’État. Les années 1980 voient en effet l’apogée d’une politique nationale (voire jacobine) et, en même temps, la mise en place d’une politique de décentralisation et de construction durable de l’action publique culturelle qui fait encore aujourd’hui référence pour les pouvoirs locaux et les professionnels des secteurs culturels. Malgré les rares transferts de compétence culturelle accordés par le législateur, ce contexte décentralisateur des années 1980 a durablement renforcé le rôle des collectivités territoriales dans ce domaine : « Si les lois de décentralisation de 1982-1983 ne bouleversent pas la configuration juridique qui réglemente le champ des politiques municipales, la place désormais affirmée et légitimée des élus dans le paysage politique français permet un renforcement des politiques locales auquel le champ culturel n’échappe pas » (p. 506).

5Un des grands mérites de Politiques de la culture en France est de replacer la politique culturelle dans un contexte plus grand : l’Europe, la mondialisation, l’économie. En effet, l’ouvrage analyse les synergies qui ont toujours existé entre la culture et l’économie. Le soutien aux industries culturelles a été affirmé et donne une dimension de politique économique et industrielle à l’action culturelle. Selon Philippe Poirrier, cette période de l’impératif culturel se caractérise par la synergie entre culture et économie avec l’émergence du concept d’industries culturelles : « Les industries de la culture sont les industries de l’avenir. Industrie de la communication, ou industrie du savoir, industries de programme ou industries des loisirs, nous pensons, j’y insiste, qu’investir dans la culture, c’est investir dans l’économie que c’est du même coup dégager l’avenir et contribuer de la sorte à rendre à la vie tout son sens » (p. 545, texte 507, discours de François Mitterrand, au colloque « Création et développement » à la Sorbonne le 13 février 1983). La culture et le patrimoine ont-ils une valeur économique ? Sont-ils susceptibles de créer des emplois et d’engendrer des revenus ? Constituent-ils une ressource pour le développement ? L’analyse des textes retenus montre une volonté politique pour que la culture soit un outil de développement économique mais elle révèle aussi une tension dialectique entre le rôle social de la culture (l’accès pour tous) et le développement économique.

6L’autre mérite de cet ouvrage est de montrer les ruptures, mais surtout les continuités des politiques culturelles en France : la volonté de donner à l’art et à la culture toute leur place dans l’œuvre d’instruction et de progrès. La volonté de « populariser » (p. 15) la culture, étroitement liée à la politique des loisirs et du tourisme, si elle trouve son apogée lors du Front populaire, a toujours été une affirmation forte du Ministère. Il existe une continuité culturelle entre la politique culturelle du Font populaire, celle du gouvernement de Vichy et celle de la Quatrième république : « L’héritage de Vichy n’est cependant pas totalement récusé. Les principales lois-musées, spectacles, archéologie sont validées lors du rétablissement républicain » (p. 18). Cité par l’auteur, Pascal Ory a démontré la continuité, en particulier dans le domaine culturel, entre le Front populaire et le Régime de Vichy dans de nombreux écrits (La Belle Illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935-1938, Paris, Plon, 1994).

7Des fondements culturels de la Révolution française, des décrets impériaux au dernier projet de loi « liberté de création, architectures et patrimoine », en parcourant évidemment les années Malraux et Lang, par l’illustration des textes fondamentaux, une constante émerge malgré les ruptures : la politique publique en faveur de la culture contribue fortement en France à la construction de la démocratie et de la République. N’est-ce pas là l’exception culturelle française ? Ce modèle culturel, qu’il irrite ou séduise, est souvent considéré à l’étranger comme une référence.

8Cet ouvrage paru dans la collection « regard d’expert » est essentiel pour tous ceux qui s’intéressent aux politiques de la culture en France (chercheurs, étudiants ou lecteurs curieux) car il replace l’action culturelle dans le contexte plus large de la politique et de l’économie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Rolland-Villemot, « Philippe Poirrier, Les Politiques de la culture en France », Questions de communication, 32 | 2017, 387-389.

Référence électronique

Bénédicte Rolland-Villemot, « Philippe Poirrier, Les Politiques de la culture en France », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11627

Haut de page

Auteur

Bénédicte Rolland-Villemot

Institut national du patrimoine, IHMC, université Panthéon-Sorbonne Paris 1, F-75005
Benedicte.rolland-villemot[at]inp.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page