Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Dominic Thomas, dirs, Vers la guerre des identités ? De la fracture coloniale à la révolution ultranationale

Paris, Éd. La Découverte, 2016, 300 pages
Dominique Ranaivoson
p. 400-401
Référence(s) :

Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Dominic Thomas, dirs, Vers la guerre des identités ? De la fracture coloniale à la révolution ultranationale, Paris, Éd. La Découverte, 2016, 300 pages

Texte intégral

1Comme le suggère le sous-titre, cet imposant ouvrage collectif reprend les thèmes abordés dans La Fracture coloniale (Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Sandrine Lemaire, dirs, Paris, Éd. La Découverte, 2005), suscités, comme lui, par le contexte politique français et les positions de ses auteurs. Le déclencheur n’est plus cette fois ni la loi sur la colonisation ni la révolte des banlieues mais d’une part la montée des extrémismes, en particulier l’islamisme et la déclaration présidentielle « nous sommes en guerre » qu’il suscita et d’autre part le succès populaire du Front national (FN), de ses thèmes et de son langage. Les 22 co-auteurs, juristes, historiens, politologues, sociologues, écrivains, proposent en une « mosaïque d’analyses » (p. 21) leur point de vue sur les raisons qui pourraient expliquer la situation conflictuelle contemporaine. Ils affichent dans l’introduction l’objectif ambitieux de « comprendre la montée des populismes et des extrémismes » pour « appréhender la complexité du temps » (p. 10).

2Les chapitres sont organisés autour des questions qui déclenchent les polémiques : le retour de la thématique de la race, les limites du modèle intégrateur, le populisme, l’antisémitisme, la peur de l’islam, les revendications des Noirs, la place du passé colonial, les diverses formes de rejet de l’« Autre », le FN. Le choix des sujets semble être dicté plus par les discours politiques, qui sont abondamment cités en première partie des articles, que par une approche globale et distanciée de la société française et des crises qu’elle traverse. Les auteurs, sur la défensive, répondent, parfois en se répétant, aux arguments des idéologies qu’ils combattent et ainsi en réaction, se laissent malgré eux enfermer dans ces « schèmes de pensée de l’extrême-droite » (p. 155).

3L’ouvrage est donc davantage un traité circonstanciel engagé qu’un travail scientifique. L’absence d’enquêtes, la méconnaissance de l’islam et de ses thuriféraires, les intempestives et redondantes comparaisons avec les années 30 (p. 56, 79, 85, 207) ou le rapprochement d’événements différents intégrés à un « temps long » (p. 41), les attaques de certains chercheurs (Hugues Lagrange, les déclinistes p. 198, Hubert Bonisseur qualifié de « merveilleux crétin », p. 259) ou écrivains (Boualem Sansal), l’emploi de termes tels que « néoréactionnaires » (p. 55, 151, 208), « nazification » (p. 213) ou « lepénisation de l’espace discursif » (p. 19) et « assignation identitaire » (p. 231), l’assimilation du terrorisme à une « crise postcoloniale » (p. 169), de l’immigration à la colonisation ou le rapprochement des termes « tourner la page » et « faire table rase » à propos du passé colonial (p. 114), tout cela laisse le chercheur rigoureux pantois. La « complexité du temps » s’en trouve en effet réduite mais au prix de la disparition, par exemple, de l’immigration non postcoloniale, des théories islamistes, de l’affaiblissement économique de certaines catégories françaises, du volet spirituel de la question, de la géostratégie, des réfugiés, des autres pays (qui n’eurent pas d’Empire au Sud) confrontés aux mêmes questions, tous points étudiés par ailleurs par des chercheurs soucieux des mêmes questions. L’approche strictement hexagonale de questions et de dérives qui ne le sont pas, la fixation sur « la » colonisation comme source des maux présents et l’aveu de ses injustices comme principale voie d’apaisement social paraissent des choix partagés par des auteurs qui semblent avant tout en campagne. Restent la nostalgie d’une intégration facile, la défense d’un Progrès matériel associé au bonheur au nom duquel il faut « combattre » (p. 208) les déclinistes, un appel à la réécriture de l’Histoire du xxe siècle pour offrir à la France un « métarécit humaniste » (p. 258). Comme dans le volume de 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Ranaivoson, « Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Dominic Thomas, dirs, Vers la guerre des identités ? De la fracture coloniale à la révolution ultranationale », Questions de communication, 32 | 2017, 400-401.

Référence électronique

Dominique Ranaivoson, « Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Dominic Thomas, dirs, Vers la guerre des identités ? De la fracture coloniale à la révolution ultranationale », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11642

Haut de page

Auteur

Dominique Ranaivoson

Écritures, université de Lorraine, F-57000
dominique.ranaivoson[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page