Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Quentin Deluermoz, Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus

Paris, Éd. Le Seuil, coll. L’Univers historique, 2016, 448 pages
Bruno Salgues
p. 405-407
Référence(s) :

Quentin Deluermoz, Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Paris, Éd. Le Seuil, coll. L’Univers historique, 2016, 448 pages

Texte intégral

1L’ouvrage de Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou est une véritable bible, dans le sens où il contient à la fois une mine de définitions, des propositions de méthodologie qui dépassent le seul cadre historique, une masse de références bibliographiques et d’exemples historiques ainsi que d’application de méthodes. Cet ouvrage est consacré à ce qui est nommé le plus souvent « histoire contrefactuelle ». Au début de ce livre, les auteurs semblent hésiter entre plusieurs terminologies, cette situation se stabilise par la suite au cours de la lecture.

2Ce livre est composé d’un contenu découpé en deux parties théoriques et constituant une excellente revue de la littérature. La première se nomme « Enquête » (pp.18-98), la seconde « Une partie décryptage » (pp. 103-207). La troisième qui est une mise en pratique est nommée « Expérimentations » (pp. 210-349). Ces parties sont suivies par des notes essentiellement biographiques (pp. 351-408), une vaste bibliographie (pp. 409-426), puis un glossaire d’environ 1 000 noms. Nous avons pris le parti de décomposer le contenu comme suit : définitions et description du contenu.

3Les définitions sont nombreuses dans cet ouvrage. Après avoir présenté les différentes définitions de l’histoire jalonnant ce livre, nous avons fait le choix de présenter les autres définitions selon un ordre alphabétique. « L’histoire, […] est une connaissance du passé, produite à partir de traces conservées et des questions du présent. Elle ne cherche pas la vérité absolue, mais des vérités situées » (p. 11). L’histoire est également « une connaissance par traces, dans la mesure où l’accès au passé est conditionné par l’existence des archives. C’est une connaissance que l’on dit également “trouée” ou “incomplète” » (p. 104). L’Histoire se définit par ailleurs comme « l’étude des causes des événements passés » (p. 129). Cause : « Un “objet est la cause d’un autre” parce que “si le premier objet n’avait pas existé, le second n’aurait jamais existé” » (p. 34). Chaostory : forme de description historique qui utilise la notion de chaos, car « le chaos implique des résultats imprévisibles, et ce, même lorsque des événements successifs sont liés de manière causale » (p. 35). Cliométrie : branche de la science économique « qui, à l’origine, entend réinterroger les interprétations communément admises par les économistes et les historiens » (p. 32). Littérature légitime : « Littérature qui ne se veut pas associée à une sous-culture, populaire ou critique, mais qui est produite par des écrivains mettant en avant leurs qualités stylistiques, dans des ouvrages s’inscrivant dans les circuits de reconnaissances consacrés » (p. 71). Narration : « Fait de concevoir une intrigue et d’articuler les faits ou les éléments de l’analyse selon un agencement particulier » (p. 113). Pensée contrefactuelle : « Forme de raisonnement parmi d’autres (conditionnel, déductif, probabiliste, etc.) » (p. 76). Résidu accidentel : « Ce qu’il en reste dans la mémoire » quant à la diversité du passé (p. 91). Steampunk : forme « d’uchronies inscrites dans la révolution industrielle du xixe siècle et modifiées par des éléments merveilleux ou anachroniques (ordinateurs, manipulation génétique …) » (p. 70). Uchronie : Utopie dans l’histoire. « Esquisse historique apocryphe du développement de la civilisation européenne tel qu’il n’a pas été, tel qu’il aurait pu être » (p. 26). Utopie : forme littéraire qui « invente un autre lieu, hors du temps : elle constitue un hors-lieu où peut se développer une fable philosophique et politique, qui propose un modèle alternatif et ébranle l’organisation sociale et politique de son temps » (p. 28). Whatifhistory : Méthode historique « qui étudie les bifurcations jugées significatives » (p. 44).

4L’introduction de l’ouvrage commence par reconnaître l’existence d’uchronies et affiche l’idée que l’analyse contrefactuelle ne serait pas digne de la méthodologie historique. Puis les auteurs reconnaissent que « les chercheurs eux-mêmes en ont retenu d’autres, aux sonorités plus “scientifiques” : histoires contrefactuelle, virtuelle, spéculative, conjecturale, hypothétique, parafactuelle, possibilistes, etc. » (pp. 9-10). Ce qui justifie cet ouvrage et son plan. La première partie sera donc décomposée en quatre parties : la pratique historique ancienne, la diffusion de l’histoire avec des si, la version uchronique et littéraire, et enfin son usage dans d’autres sciences (pp. 9-14).

5Le livre explique avec une multitude d’exemples que l’analyse contrefactuelle est mobilisée très tôt dans la démarche historique sous la forme de la digression, ce qui serait représenté par l’approche de Pascal qui considère que deux facteurs échappent au contrôle de l’homme : les sentiments, en l’occurrence amoureux, et la maladie (p. 22). En histoire et fiction est née l’uchronie, c’est un genre littéraire apparu avec la révolution industrielle. Les auteurs discutent de la différence entre l’uchronie et l’utopie. Puis, ils abordent le cas des historiens qui s’intéressent à la question du « What if », ce qui correspond de fait, et selon eux, à une histoire contrefactuelle dont la théorisation serait attribuée entre autres chercheurs à Max Weber. L’on passe alors à la cliométrie en tant que forme de l’analyse contrefactuelle. La réflexion philosophique se conforme aux écrits anglo-saxons. Ces écrits considèrent qu’il existe une « différence entre la mauvaise manière de faire l’histoire contrefactuelle (naïve et maladroite) et la bonne (réflexive et efficace) » (p. 37). Cette première partie est une importante réflexion sur la méthode historique (pp. 19-38).

6Les deuxième et troisième chapitres s’intéressent au développement de la méthode contrefactuelle que Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou observent dans le monde. La dynamique de recherche dans ce domaine serait anglo-américaine. Elle a ensuite essaimé en Espagne, en Allemagne et plus récemment en France : « Tout le problème est de hiérarchiser ces causes, significatives et non significatives, puis de les organiser rationnellement » (p. 41). Puis les auteurs engagent une discussion sur les différences entre le mouvement steampunk et les littératures légitimes (pp. 39-74).

7Le chapitre suivant analyse la place de ces méthodes dans d’autres disciplines : économie, psychologie sociale, droit, science politique, philosophie, physique. Cela permet aux auteurs de discuter, d’une part, de l’existence d’une démarche soustractive ou additive dans la démarche contrefactuelle, et d’autre part, de l’impact des raisonnements de type ceteris paribus, ou toute chose égale par ailleurs (pp. 75-98). La seconde partie nommée « Décryptage » est consacrée à la réponse à des questions de recherche très diverses. Le premier des chapitres de cette partie s’intéresse à la place de l’imagination historique et de l’approche contrefactuelle. Cette dernière est à l’origine de l’imagination qui permet « de compléter les blancs de l’information » (p. 109). Cette imagination ne pourrait être utile sans la narration. Associer imagination et narration permet d’achever l’œuvre de l’historien (pp. 103-126).

8Le chapitre 6 s’intéresse alors au rôle de l’imputation causale dans le raisonnement contrefactuel et ceci, dans la mesure où ces deux éléments peuvent respecter le caractère scientifique de l’histoire, qui passe par la reconstitution des causalités. Les deux auteurs se situent dans la même lignée que Fernand Braudel ou Michel Foucault pour qui l’histoire se place dans les autres sciences de par sa spécificité d’étudier les discontinuités, discontinuités dont on va chercher les causes (pp. 127-152). Un court chapitre rappelle la réfutabilité chère à Karl Popper (pp. 153-155).

9Dans le chapitre 7, Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou s’intéressent aux conditions d’utilisation de l’analyse contrefactuelle dans le temps et dans l’espace en faisant référence à des civilisations qui ont des visions du temps et de l’espace différentes, comme les Indiens Hopi ou le peuple Nuer. Leur conclusion est liée à la difficulté d’assigner une place, un lieu unique ou une période au raisonnement contrefactuel (pp. 157-175).

10Le chapitre 8 semble se consacrer aux usages politiques de l’approche contrefactuelle, mais évolue vers l’idée que « l’analyse contrefactuelle, par nature indéterminée, s’est révélée utile, voire nécessaire pour aborder et traiter des questions de fond anciennes aux enjeux toujours renouvelés : rapport histoire/fiction, déterminisme/liberté, événement/acteur/structure, etc. » (p. 202). Le raisonnement conduit à six usages pertinents du raisonnement contrefactuel : le « contrefactuel réflexif qui peut servir de révélateur pour les travaux existants » (p. 204) ; « comprendre ce qui a été sans interroger ce qui n’a pas été » ou contrefactuel classique ; « évaluation objective des relations ou de l’absence de relation entre des faits, des dynamiques ou des situations » (p. 205) ou contrefactuel des causalités ; le contrefactuel littéraire consiste à mettre en place « les enchaînements dans leur dimension narrative » (p. 205) ; « le cinquième usage relève de ce qu’on a appelé les futurs non-advenus ou les futurs du passé » (p. 205) ; « le dernier usage, le plus délicat est essentiel. Il permet d’appréhender les possibles du passé, c’est-à-dire les virtualités réelles des situations passées » (p. 205). Ce chapitre apparaît donc comme un véritable cours de méthode historique, lequel sera mis en exemple dans les chapitres suivants regroupés sous le titre d’« Expérimentations » (pp. 177-207).

11La troisième partie contient des exemples d’application de la théorie achevée dans le chapitre 8. Le chapitre 9 étudie la domination occidentale (pp. 213-247). Le chapitre 10 décortique quant à lui les craintes et les espoirs liés à la Révolution française de 1848 (pp. 249-283), l’utilisation de jeux sérieux pour rejouer l’histoire (pp. 285-310), une expérience d’écriture collective de l’histoire (pp. 311-341).

12La conclusion traduit une forme de modestie émanant des auteurs quant à leur travail de six années consécutives. « L’approche contrefactuelle et l’analyse des futurs possibles n’ont pas pour vocation à constituer un énième tournant historiographique » (p. 344). Ils rappellent alors les six formes présentées au chapitre 8 ainsi que la démarche des chercheurs constituée d’opérations intellectuelles bien connues : croisement des sources, immersion, interprétation, conceptualisation et mise en forme narrative. L’analyse contrefactuelle apporte alors une boîte à outils complémentaire (pp. 343-349).

13Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou ont réussi à faire un livre qui se lit presque comme un roman ! Mais c’est aussi un parfait cours de méthodologie historique qui se conclut par des exercices (les exemples). Les notes sont pléthoriques, mais utiles et intéressantes (pp. 351-408). La bibliographie est des plus complètes (pp. 409-426). Un regret : le glossaire ne contient pas de relation avec les définitions qui jalonnent ce texte, ce qui aurait été utile, au moins pour les étudiants de la discipline. Les chapitres commencent par des citations qui, mises les unes à côté des autres, pourraient constituer un nouveau petit livre fort utile pour les dissertations des bacheliers. Pour une histoire des possibles, un ouvrage à posséder dans sa bibliothèque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Salgues, « Quentin Deluermoz, Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus », Questions de communication, 32 | 2017, 405-407.

Référence électronique

Bruno Salgues, « Quentin Deluermoz, Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11648

Haut de page

Auteur

Bruno Salgues

CIS, Institut Mines Telecom, F-42000
bruno.salgues[at]imt.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page