Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Émilie Goin, François Provenzano, dirs, Usages du peuple. Savoirs, discours, politiques

Liège, Presses universitaires de Liège, coll. Situations, 2017, 252 pages
Dominique Ranaivoson
p. 418-420
Référence(s) :

Émilie Goin, François Provenzano, dirs, Usages du peuple. Savoirs, discours, politiques, Liège, Presses universitaires de Liège, coll. Situations, 2017, 252 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif qui réunit des articles d’universitaires de Liège (sauf Alain Vaillant, de Paris) revient sur un mot employé (brandi) par tous, chacun se permettant d’en redéfinir le sens dans ce qui est nommé une « instabilité référentielle fondamentale » (p. 8). Résolument interdisciplinaire, il revisite les diverses et nouvelles approches des sciences sociales, de la philosophie politique, de la sociologie à la littérature et au cinéma, affichant l’ambition de « situer les questionnements actuels » (ibid.) sur la notion en les replaçant dans des perspectives larges. Il ne s’agit donc pas d’analyser des œuvres ou des idéologies pour elles-mêmes mais de revenir sur leur usage de la notion, appelée « catégorie » (p. 9) de peuple. Sans bornes spatiales ni temporelles, les analyses portent aussi bien sur la littérature populaire française du xixe siècle, le théâtre de Jean Vilar, les romans de l’italien Sciascia, que sur la vie politique aux États-Unis ou au Mexique, ou encore la vie des ouvriers en Belgique, ou le rôle de la rhétorique comme initiation à la démocratie, ou de l’école dans la diffusion d’une langue nationale et inclusive en France. Le peuple est ainsi montré dans des processus sociétaux qui vont de la volonté d’émancipation à la participation aux institutions qui structurent son environnement, de logiques de délégation à d’autres d’autonomisation, ces quatre positions étant observées dans tous les articles qui acceptent donc tous la même définition du « peuple » comme étant l’ensemble des « classes populaires » et la même approche, assumée, qui est politique.

2Les contributions sont regroupées, non en fonction du point de vue qui est toujours le même, mais des terrains sur lesquels se déploie l’analyse des rapports sociaux. La première partie intitulée « Peuples en voix, en textes, en scènes » analyse le peuple comme destinataire. Alain Vaillant (pp. 13-28) insiste sur la corrélation entre le contexte idéologique et la primauté accordée à tel ou tel genre littéraire, reprenant la vision marxiste de la littérature comme « représentation sociale » (p. 16) et le roman comme le genre le plus démocratique (p. 17) ; il cherche dans les journaux et la chanson les « traces littéraires d’une parole authentiquement populaire » (p. 26). Luciano Curreri (pp. 29-46) étudie la représentation du peuple (un « mot-cible », p. 31) et la morale dans les romans de l’italien sicilien Sciascia, qui n’est malheureusement pas présenté au lecteur français. Nancy Delhalle (pp. 47-64) revient sur l’histoire plus connue du théâtre de Jean Vilar et du théoricien précurseur Romain Rolland en faisant les distinctions entre un théâtre du peuple et un pour lui, entre « l’esthétisation du peuple » et « l’esthétique du théâtre populaire » (p. 60) ce qui revient au « croisement du théâtre et du politique » (p. 49).

3La seconde partie analyse les usages de la catégorie dans la vie politique où les liens entre le peuple et les intellectuels posent la question du glissement vers le populisme avec des études de cas très précis : les États-Unis en 1929 avec deux grandes figures, le père Charles Coughlin et le gouverneur Huey Long, par Jérôme Jamin (pp. 67-78), le Mexique en 1994 avec les Zapatistes vus par les romanciers Carlos Fuentes Azuela et Octavio Paz par Kristine Vanden Berghe (pp. 79-96). La troisième partie pose la question « Faut-il éduquer le peuple ? » et présente trois types de réponses : en pratiquant la rhétorique pour Emmanuelle Danblon et Victor Ferry (pp. 99-111), en faisant usage de la même langue comme l’ont tenté les Révolutionnaires français pour Antoine Janvier et Fabio Bruschi (pp. 113-137) qui présentent les travaux de Renée Balibar, en lui laissant manipuler les outils de communication pour devenir « analphabète primaire » selon le terme de Jeremy Hamers (pp. 139-163) qui désigne ainsi « un état développé à partir du savoir pour en détruire les remparts » (p. 163). Enfin, la dernière partie « Le peuple de l’enquête », est plus historique : Éric Geerkens (pp. 167-187) présente les enquêtes sur les ouvriers belges entre 1840 et 1960 dont, dit-il, l’orientation politique contribue toujours à la « mise en forme du monde social » (p. 187). Grégory Cormann (pp. 189-220) analyse la position du sociologue Pierre Bourdieu dans le post-scriptum à son enquête La Misère du monde (dir., 1993, Paris, Éd. Le Seuil), tentant de « tester la validité de ce déplacement conceptuel » appelé par Pierre Bourdieu « misère de position » qui consiste à s’intéresser à « toutes les souffrances sociales qui sont constituées par des formes de relégation et d’infériorisation » (p. 191). Son bilan est que Pierre Bourdieu, dans ce texte qu’il appelle « la sociologie de la sociologie » (p. 219), se disqualifie comme homme de science en ne citant pas ses sources, atteint par le mal qu’il décrit jusqu’à l’« échec » (p. 201), le « suicide » (p. 203) du sociologue en dialogue (reprise, correction) avec Jean-Paul Sartre et Marcel Mauss.

4S’adossant à une très large bibliographie donnée en fin de volume et dans les abondantes notes, sur des choix idéologiques assumés, ces études très fouillées et diverses mais très cohérentes dans leur positionnement, considèrent à peu près toutes le peuple comme une des catégories sociales d’une communauté nationale (peuple/intellectuels, peuple/bourgeoisie dans un pays donné), écartant de fait toute approche nationaliste ou transnationale. Le volume offre donc une succession de situations dans lesquelles des actions politiques, scolaires, culturelles, sont déployées avec plus ou moins de risques et de succès, en faveur de ce « peuple ». Elles aboutissent à discerner comment les représentations de cette catégorie dite « populaire » orientent des pratiques (création de théâtre, documentaires, pédagogie), des travaux (enquêtes, analyses, recherches), des engagements (philosophiques, pratiques, esthétiques).

5Cependant, elles se fondent sur une vision relativement figée des catégories sociales, ce qui aboutit à poser la question de la « disparition de la classe ouvrière » (p. 183), de l’« échec » de Pierre Bourdieu (p. 201), plutôt que sur l’éventuelle invalidité des catégorisations employées ou sur les mutations économiques qui recréent, autrement, de nouvelles stratifications sociales tout aussi contraignantes mais qui ne font plus appel à la notion de « peuple ».

6Ces études, longues, précises et denses, pour savantes qu’elles soient, semblent pourtant décalées par rapport aux réflexions contemporaines qui, dégagées du marxisme, n’ont plus recours à ses catégorisations dialectiques. Elles ne tiennent pas compte non plus de la dangereuse montée des discours brandissant la notion de « peuple » pour désigner des ensembles étroitement nationaux ou, au contraire, transnationaux aux revendications belliqueuses clairement identifiées. Ce volume témoigne, assez ironiquement, que l’étude des usages du peuple implique une représentation, imaginée ou choisie, des contours de ce supposé groupe ainsi nommé par les chercheurs eux-mêmes. Le lire dans cette optique permet de voir qu’il rend compte des positions et des orientations d’une partie de la communauté universitaire française et belge, ce qui n’est pas la moindre de ses qualités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Ranaivoson, « Émilie Goin, François Provenzano, dirs, Usages du peuple. Savoirs, discours, politiques », Questions de communication, 32 | 2017, 418-420.

Référence électronique

Dominique Ranaivoson, « Émilie Goin, François Provenzano, dirs, Usages du peuple. Savoirs, discours, politiques », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11662

Haut de page

Auteur

Dominique Ranaivoson

Écritures, université de Lorraine, F-57000
Dominique.ranaivoson[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page