Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Gino Gramaccia, Annick Monseigne, Anne Piponnier, dirs, Le Temps des précaires. Approches communicationnelles de l’éphémère

Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, coll. Le Territoire et ses acteurs, 2017, 180 pages
Claudie Rey
p. 420-422
Référence(s) :

Gino gramaccia, Annick Monseigne, Anne Piponnier, dirs, Le Temps des précaires. Approches communicationnelles de l’éphémère, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, coll. Le Territoire et ses acteurs, 2017, 180 pages

Texte intégral

1Ouvrage collectif, Le Temps des précaires, engage une réflexion critique sur les représentations profanes et académiques de la précarité construite à la fois comme un obstacle épistémologique et comme un fil conducteur pour l’ensemble des auteurs. Multidimensionnelle, la précarité permet de faire le lien entre les différentes politiques publiques ou privées et constitue un vecteur d’analyse des trajectoires et pratiques individuelles. Dans un contexte de forte valorisation des compétences personnelles et des savoir-être, les « acteurs » – les citoyens, les salariés, les habitants – doivent apprendre à mettre en évidence des qualités comportementales qui sont fragiles parce qu’acquises et reconnues en dehors de tout cadre collectif. La précarité se trouve donc interrogée en relation avec les modalités d’apprentissage et de reconnaissance des compétences mobilisées dans les manières d’habiter, de travailler, de se présenter.

2L’analyse de la précarité – déjà déclinée dans de nombreuses recherches faisant état de la transformation du monde du travail et des politiques publiques – se trouve ici renouvelée grâce à l’approche communicationnelle et à la place conceptuelle faite au temps, appréhendé en termes d’instantanéité, d’éphémère, de régimes temporels, d’instabilité, etc. La précarité est renforcée par la domination de l’éphémère, par la prégnance d’une temporalité brève, sans épaisseur et non reproductible. L’attention portée aux formes temporelles constitue, pour les auteurs, un espace commun, lui-même inséré dans une vision globale des transformations à l’œuvre dans le monde de l’emploi et dans la cité.

3Les figures plurielles du précaire nous donnent à voir un monde social traversé de contradictions que les individus, incités à être acteurs et citoyens, doivent résoudre par eux-mêmes. S’il s’agit, pour eux, d’être créatifs et autonomes, ils doivent également se soumettre à une multiplicité d’injonctions incitant à participer à des actions aussi diverses que la réponse à des questionnaires, des fêtes de quartier ou des repas de voisins, du travail par projet et en réseau.

4L’ouvrage est structuré en deux grandes parties complémentaires « Précarités politiques et sociales » et « Précarités professionnelles », entrecoupées d’un contrepoint de Nicole Denoit, « Mises en scènes de l’éphémère. Le point de vue de l’art » (pp. 81-98). Ce contrepoint apporte une respiration bienvenue dans un ouvrage où la précarité pèse lourd et irrigue tous les champs de la vie sociale.

5Ainsi, dans un contexte de modernisation des services publics passés au crible de la rentabilité et de l’évaluation, le concept de servictude analysé par Élisabeth Gardère (pp. 23-34) interroge-t-il tant sur la redéfinition du contenu des emplois que sur la reconstruction sociale de la figure de l’usager rebaptisé « consommacteur ». L’agent de service public se trouve placé dans un univers relationnel instable où l’usager est en même temps un client et un citoyen. Du côté de l’usager, l’ambivalence n’est pas moindre. Car si la servictude peut être lue comme une incitation à participer (en informant soi-même une base de données, en remplissant un questionnaire de satisfaction, etc.), elle porte également des risques d’exclusion pour des usagers qui n’auraient pas les ressources techniques ou cognitives nécessaires permettant d’accéder aux interfaces numériques. « Peut-on vraiment ainsi en matière de gestion publique parvenir à un citoyen satisfait quand un usager est précarisé ? » s’interroge Élisabeth Gardère (p. 33).

6La mise en perspective de la figure du précaire dans les dispositifs et les discours participatifs apporte des arguments supplémentaires aux analyses critiques sur la participation. Couplée à une réflexion sur l’instantanéité de l’action publique et politique, l’attention portée au précaire vient nourrir une problématique multidimensionnelle sur la manière dont l’instantanéité précarise la notion de participation et les actions de co-construction. Annick Monseigne (pp. 35-49) analyse les discours d’un maire d’une commune de 23 000 habitants et mobilise des apports conceptuels riches pour montrer que les actions participatives se construisent sur le modèle de la fête et du plaisir, de l’éphémère, alors que la participation supposerait une délibération, une réflexivité et un engagement qui ne peuvent se fonder que sur le temps long.

7Anne Piponnier (pp. 51-62) établit, elle aussi, une relation entre le manque d’épaisseur temporelle et l’affaiblissement du collectif. Elle interroge les liens entre projet et précarité et montre que le projet exclut autant qu’il inclut. Il nécessite de la part des individus une capacité à communiquer, à mettre en œuvre des compétences de publication et d’exposition dans « l’arène publique » (p. 53). L’auteure remarque que, dans la littérature profane, académique et managériale, le projet est construit comme un moyen de réinjecter du sens collectif et du lien social. Mais le projet est également un exercice consistant à tracer des frontières, à définir un « dessein » et un « dessin », autrement dit à poser un cadre qui peut être rigide et excluant. L’auteure identifie un « hors-champ » qui informe sur le projet comme modèle communicationnel et conduit à occulter les phénomènes de précarité. Le processus de précarisation – qui, dans ce texte, n’est pas très éloigné de celui d’exclusion – s’articule autour de la capacité à intégrer la langue du projet et donc à adopter une pratique distinctive. La notion d’avatar est mobilisée pour montrer comment le projet fait l’objet de représentations et de mises en actes : « Ce que la notion d’avatar permet ici de remettre en jeu, c’est une réflexion sur un processus de mise en forme et de mise en scène de la précarité en actes. Au travers du prisme du projet, nous pouvons, en effet, observer la manière dont une société, une communauté, un groupe, en transformant son action pour se conformer à de nouvelles normes sociales, modifie son regard sur l’activité et transforme ses prises sur le monde qui l’entoure » (p. 61).

8Le dernier texte de la partie « Précarités politiques et sociales » (pp. 63-77) aurait pu trouver sa place dans la deuxième partie sur les précarités professionnelles. On pourra s’amuser des précautions méthodologiques prises par les auteurs, Agnès Pecolo et Myriam Bahuaud, pour user de la notion de génération. La génération n’est-elle qu’un mot ? Nous retiendrons que cette notion se définit avant tout par des effets de contextes socio-économiques, la génération actuelle des jeunes étant caractérisée par l’incertitude liée à des difficultés d’accès et de maintien dans l’emploi. La fin du modèle industriel a en effet généré un processus de précarisation particulièrement visible dans le rapport à l’emploi et au travail. L’incertitude, la flexibilité, l’absence de vision à long terme, les trajectoires morcelées par des alternances d’activités professionnelles et de chômage font aujourd’hui partie des paysages biographiques de tous les salariés, notamment des jeunes et des seniors. Le diplôme et le soutien de la famille viennent nuancer et amortir les effets de la précarité sans les supprimer. On peut aujourd’hui parler d’une « précarité éduquée » qui touche les jeunes diplômés du supérieur. La génération que l’on appelle génération Y incarne cette « normalisation de la précarité » (p. 74) caractérisée par la flexibilité, l’employabilité et la mobilité tant géographique que fonctionnelle. La « montée des incertitudes » vient interroger le rôle de l’État, qui n’est plus providence, et questionne la construction de nouvelles solidarités intergénérationnelles.

9Ouvrant la partie intitulée « Précarités professionnelles », Nadège Soubiale (pp. 101-112) mobilise les travaux de Thomas Piketty, pour travailler la relation entre précarité et inégalités. Elle relève une « apologie méritocratique des inégalités » produite par les classes moyennes supérieures des sociétés riches (p. 107). Dans une société où les théories managériales ont contribué à construire l’entreprise comme un lieu idyllique, les défaillances au travail ne peuvent pas être attribuées à l’organisation mais sont attribuées aux lacunes des salariés. Ceux-ci ne seraient pas suffisamment adaptables, souples, endurants… Vues au travers du prisme organisationnel, la précarité et l’exclusion du monde de l’emploi relèvent de responsabilités et d’incompétences individuelles. La centration doxique sur l’individu occulte des déterminismes pourtant repérés de longue date par les chercheurs en sciences humaines.

10Également attachée à identifier le mouvement d’individualisation dans le monde du travail, Geneviève Guilhaume (pp. 113-128) se demande « en quoi consiste le processus de précarisation des managers dans la phase actuelle du capitalisme financier et globalisé ? » (p. 113). En devenant des managers, les cadres ont vu se transformer les formes de justification de leur pouvoir. La personnalité et le charisme prennent, en apparence, le pas sur le statut et le diplôme. La compétence des cadres inclut désormais un savoir-être, qui peut être remis en question à n’importe quel moment. Résistant aux opérations de définition et d’objectivation, le savoir-être est une source d’insécurité pour les managers. L’auteure montre comment des actions telles que les entretiens professionnels annuels ou les coachings amènent les cadres à se mettre en représentation et à se mettre à l’épreuve en permanence. La valorisation de l’autorité charismatique précarise ceux qui, selon les normes managériales du moment, n’auraient pas la posture professionnelle attendue.

11Attentifs, eux aussi, aux injonctions contradictoires portées par l’entreprise, Annick Schott et Zahir Yanat (pp. 129-140) interrogent le dispositif Responsabilité sociale des entreprises (RSE) pour envisager en quoi celui-ci peut amener à consolider voire à réinstaller du lien social dans une entreprise caractérisée par la compétition. À partir d’un travail de terrain auprès d’une dizaine d’entreprises du bâtiment, les auteurs définissent trois prérequis au renforcement du lien social et à la réduction des inégalités : la reconnaissance, la confiance et le développement humain. Ces trois pré-requis informent sur de nouvelles figures de l’engagement au travail. Les salariés, appelés à s’impliquer subjectivement, sont, en retour, demandeurs d’un surcroît de sens et de gratifications. La RSE – dont on pourrait explorer la complexité oxymorique – pose la question du rôle sociétal de l’entreprise réhabilitée comme un lieu de reconnaissances et de reconstruction du lien social.

12S’intéressant aux conditions de travail – et par répercussions aux conditions de vie – des enseignants-chercheurs de l’Université, Hélène Dufau (pp. 141-156) montre que l’accumulation des tâches amène les enseignants-chercheurs à faire des choix drastiques entre leur carrière et leur vie personnelle. Cette population se trouve confrontée à une « précarité temporelle » (p. 147) qui imprègne l’ensemble des pratiques et parcours professionnels. Même si elle est particulièrement prégnante pour les nouveaux recrutés et pour ceux qui ne seront jamais intégrés comme titulaires, la précarité n’épargne personne et étonne dans un milieu souvent considéré comme privilégié. Et Hélène Dufau de conclure : « Il n’est pas requis d’être désespéré, pas plus qu’il n’est facile d’être optimiste à ce sujet » (p. 156). Gageons qu’il est réaliste d’étendre cette réflexion à l’ensemble de l’ouvrage…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudie Rey, « Gino Gramaccia, Annick Monseigne, Anne Piponnier, dirs, Le Temps des précaires. Approches communicationnelles de l’éphémère », Questions de communication, 32 | 2017, 420-422.

Référence électronique

Claudie Rey, « Gino Gramaccia, Annick Monseigne, Anne Piponnier, dirs, Le Temps des précaires. Approches communicationnelles de l’éphémère », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11665

Haut de page

Auteur

Claudie Rey

Citeres, université François-Rabelais – Tours, F-37000
claudie.rey[at]univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page