Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Philippe Hamman, dir., Ruralité, nature et environnement. Entre savoirs et imaginaires

Toulouse, Éd. Érès, coll. Sociétés urbaines et rurales, 2017, 528 pages
Émilie Kohlmann
p. 422-424
Référence(s) :

Philippe Hamman, dir., Ruralité, nature et environnement. Entre savoirs et imaginaires, Toulouse, Éd. Érès, coll. Sociétés urbaines et rurales, 2017, 528 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage retranscrit 16 des 35 interventions données lors du colloque interdisciplinaire « La ruralité entre savoirs et imaginaires » (2014). Colloque comme ouvrage s’inscrivent dans une volonté réflexive et reviennent sur un colloque de 1986 qui avait fait date en sciences humaines et sociales : « Du rural à l’environnement. La question de la nature aujourd’hui ». Avec un recul de presque 30 années, les différents auteurs s’interrogent ainsi sur les évolutions des concepts de ruralité, nature et environnement. Découpé en quatre parties et soutenu par une introduction conséquente de Philippe Hamman, l’ouvrage se penche d’abord, grâce aux interventions d’auteurs présents au colloque de 1986, sur les évolutions notables qui ont eu lieu depuis dans l’agencement des trois concepts. En deuxième partie, cinq auteurs s’intéressent à la catégorie « agriculture ». Puis, c’est au tour de la ville de questionner le rural et la nature. Enfin, la quatrième partie met en exergue l’évolution du concept de « ruralité » et souligne sa complexité et sa multiplicité. Malgré la volonté interdisciplinaire affichée, les sciences humaines et sociales (SHS) sont représentées majoritairement par la sociologie et la géographie, avec quelques contributions, minoritaires, d’autres disciplines. Aucun représentant en revanche des sciences de l’information et de la communication, bien qu’on puisse lire dans certains textes des allusions à l’importance de la communication, comme stratégie pour les acteurs.

2Loin d’être anecdotique, l’introduction (pp. 7-58) est un des points forts de l’ouvrage par le travail de synthèse effectué sur la question, ainsi que pour l’importante bibliographie proposée et qui reprend des ouvrages de référence sur le sujet (pp. 49-58). Philippe Hamman expose en quelques pages de façon très claire les principales problématiques : dualisme, lien au ruralisme, interdisciplinarité sciences humaines/sciences naturelles, notions floues, etc., tout en présentant quelques ouvrages et manuels clés. Sa lecture permet de mieux appréhender l’objectif poursuivi par les auteurs : « Il s’agit de sortir du dualisme nature-société (et des mises en opposition duales couramment associées, y compris rural-urbain) non par un monisme – qui serait un anthropocentrisme de l’environnement – mais par une triangulation pour concevoir ce qui fait “monde commun” » (p. 14). Elle s’effectue ici à partir des trois concepts centraux pour l’ouvrage : nature, environnement, ruralité, mais elle apporte également avec elle un ensemble de concepts secondaires comme territoire, urbanité ou paysage. La conclusion de Jean-Luc Piermay (pp. 485-498) fait écho à cette introduction puisqu’il souligne qu’en 25 ans ces trois termes principaux sont passés d’une relation hiérarchique à une relation triangulaire et qu’il insiste sur l’importance du concept de territoire pour échapper aux dualismes.

3La première partie est la plus réflexive. Nicole Mathieu (pp. 61-89) y interroge l’évolution sémantique disciplinaire entre 1986 et 2014. La « ruralité », par exemple, n’existait pas encore dans les années 80. Autre différence notable, le contexte institutionnel de la recherche qui était plus « confiante en la valeur heuristique et [en] l’utilité sociale de la recherche interdisciplinaire » (p. 72). Elle indique les effets de cloisonnement entre scientifiques et politiques, et entre sciences naturelles et sociales, et sur la difficulté à en sortir. En définitive, elle insiste sur la dimension du collectif et invite à l’étendre aux questions sur la nature. Catherine Larrère (pp. 91-110) quant à elle repense la fin de la nature, cette « tradition française, philosophique aussi bien que sociologique, pour laquelle “la nature n’existe pas” » (p. 92). La philosophe propose, non pas de supprimer ces « grands partages » entre nature et société, mais de s’en servir comme repères, chacun des pôles permettant de caractériser l’autre. Plutôt que de supprimer le concept de nature, il conviendrait selon elle de le reconstruire dans une conception relationnelle de celle-ci (pp. 106-107). Jean-Louis Fabiani (pp. 111-132) rappelle ensuite que l’environnement a bouleversé la sociologie « en mettant en question le présupposé de l’autonomie du social » (p. 112). Néanmoins, avec le recul, sortir de la Modernité n’est pas encore effectif selon lui et la coupure nature-société subsiste dans ce qu’il considère comme une période de transition. Enfin, Aline Brochot (pp. 133-148) interroge la légitimité des politiques publiques de protection des espaces. Depuis les années 70, les modalités d’application et d’élaboration de celles-ci ont peu évolué, malgré les évolutions sémantiques : elles sont conçues par l’État, au niveau global et imposées au territoire et à ses habitants. De nombreux conflits en résultent. L’auteure conclut que ce n’est plus l’efficacité des politiques publiques qui est en question mais leur acceptabilité locale et leur équité sociale (p. 146).

4Dans la deuxième partie, c’est la diversité de l’agriculture qui est mise en avant. Josiane Stoessel-Ritz (pp. 151-179) souligne les différences entre un imaginaire collectif fort autour d’une agriculture traditionnelle et des pratiques hétéronomes, en rupture avec espace local et ruralité. En analysant l’agriculture comme une activité sociale, elle met en lumière deux modèles : celui des sociétés rurales traditionnelles où « les solidarités se greffent sur un ethos qui s’exprime par l’attention aux autres et l’expérience commune d’un milieu durable vivant » (p. 161) et les sociétés rurales industrielles où se « signale un desserrement progressif des liens sociaux avec l’espace de proximité » (p. 163). Guillaume Christen (pp. 181-205) se demande si le modèle de l’agriculteur individualiste technicien est remis en cause à travers l’introduction d’une nouvelle technique d’agriculture verte, la culture sans labour, pour lutter contre l’érosion des sols. Il s’agit ici du retrait d’une action mécanique, le labour, au profit d’une requalification des entités naturelles du sol comme agissantes (p. 189). Selon lui, cette pratique ne remet pas en cause fondamentalement ni la culture du maïs sur certains territoires mal adaptés, ni le modèle social agricole, mais se contente d’atténuer les dégradations de ces pratiques sur l’environnement. À sa suite, Lucie Lazaro et Corinne Eychenne (pp. 207-238) utilisent le concept d’externalités, emprunté aux sciences économiques, autour du pastoralisme pyrénéen. Les auteures montrent l’existence de coopérations entre des acteurs multiples, dans des situations où les externalités auraient pu être l’objet de conflits. À l’échelle des territoires, celles-ci sont sources d’innovations institutionnelles et de démarches participatives. Laurence Granchamp (pp. 239-274) revient sur les catégories et représentations antagonistes de l’agriculture et de la ville. Un retour historique sur leurs relations révèle un phénomène d’invisibilité réciproque (p. 247). Les agriculteurs urbains n’entrent qu’avec difficulté dans la définition restrictive donnée par les organismes professionnels. La forme prise par l’agriculture urbaine dans les paysages des villes relève également de cette mise en invisibilité. Ces processus sont actuellement repensés pour « mettre en visibilité » fonction alimentaire et environnementale de l’agriculture dans les villes, et s’insérer dans la problématique de construction d’une ville durable. Enfin, Aurélie Choné (pp. 275-302) aborde une méthode agricole mal connue en France : la biodynamie. Elle expose son lien avec une conception idéologique, religieuse, biologique et sociale de la nature et du rapport de l’homme à celle-ci. Au-delà d’une simple présentation des origines de la biodynamie et de ses principes, l’auteure montre comment ceux-ci se sont diffusés et ont été appropriés par des mouvements sociaux très éloignés. Selon elle, cela traduit l’ambivalence de l’écologie dans sa dimension politique (p. 299).

5En troisième partie, Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé (pp. 305-327) s’intéressent au pré-urbain. Ni banlieue, ni périurbain, ni rural, ce territoire présente des transferts réciproques de pratiques et représentations de la nature entre urbains et ruraux et souligne l’importante complexité des territoires, en dehors de tout dualisme. Julian Devaux (pp. 329-374) quant à lui analyse comment la revendication « ici c’est du rural ! » met en avant un sentiment d’identité et de communauté. Cependant, l’étude plus précise de cette revendication dévoile sa polysémie puisqu’elle n’est pas mobilisée de manière identique par les groupes sociaux étudiés. Lise Bourdeau-Lepage (pp. 359-374) met en lumière le renouveau du désir de nature dans les villes et les formes prises par celui-ci : bienfaits pour la santé, attractivité de certains quartiers, lutte contre la pollution, etc. L’auteure modère toutefois cette présentation positive de la réintroduction de la nature en ville en soulignant l’existence d’effets négatifs : prix des logements, allergies, etc., et invite à repenser l’ensemble pour construire une nouvelle façon d’habiter. Rémi Beau (pp. 375-399) se penche pour sa part plus particulièrement sur la friche et la reconsidération de la nature ordinaire, en opposition du caractère remarquable de celle-ci. La friche, espace où la dynamique naturelle n’est pas soumise à la domination de l’homme, y apparaît comme la proposition d’un nouveau rapport à la nature : celui du partenariat. Les expérimentations sociales menées autour de friches étudiées par l’auteur mettent également en avant des espaces de coopération, d’échanges de savoir et de techniques entre humains. Si l’auteur postule que celles-ci peuvent « essaimer dans la société tout entière » (p. 395), la question du comment reste néanmoins en suspens.

6Dans la quatrième partie, Marc Gladieux (pp. 403-424) analyse la conception de l’environnement à travers les articles d’une association professionnelle d’agriculture paysanne en Allemagne. Le terme y est employé de manière protéiforme, inséré dans une stratégie de communication, et conçu comme « un enjeu central dans les oppositions, réelles ou factices qui, résultant d’intérêts divergents, irriguent le débat économico-politique » (p. 421). Steve Hagimont (pp. 425-453) nous fait repartir dans les Pyrénées afin de saisir l’évolution du tourisme montagnard et du regard porté sur ces paysages depuis la fin du xviiie siècle. Ce rétrospectif permet de comprendre les regards portés sur la montagne comme des superpositions plus que comme des successions. On y découvre les rapports de force exercés qui légitiment certains usages plutôt que d’autres, des tourismes plutôt que d’autres. Enfin, Corinne Larrue (pp. 455-484) revient sur la question du renouveau de l’espace rural et sur le cadre institutionnel qui l’accompagne. Elle rappelle la multifonctionnalité de l’espace rural mais met particulièrement en lumière l’importance de la prise en compte des acteurs locaux dans les projets et leur implication dans la construction d’un intérêt collectif territorialisé.

7Pour conclure, malgré une vision parfois encore constructiviste de la nature dans plusieurs chapitres, cet ouvrage présente un intéressant tour d’horizon de travaux récents menés sur le sujet, tous accompagnés de bibliographies bien construites. Il permet ainsi de contextualiser et d’enrichir des recherches pour lesquelles les sciences de l’information et de la communication pourraient avoir une place plus importante, comme le prouvent les allusions fréquentes à son influence dans les stratégies des acteurs sociaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Kohlmann, « Philippe Hamman, dir., Ruralité, nature et environnement. Entre savoirs et imaginaires », Questions de communication, 32 | 2017, 422-424.

Référence électronique

Émilie Kohlmann, « Philippe Hamman, dir., Ruralité, nature et environnement. Entre savoirs et imaginaires », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11670

Haut de page

Auteur

Émilie Kohlmann

Gresec, université Grenoble Alpes, F-38000
emilie.kohlmann[at]laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page