Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Philippe Labrecque, Comprendre le conservatisme en quatorze entretiens

Montréal, Éd. Liber, 2016, 202 pages
Laurent Husson
p. 424-426
Référence(s) :

Philippe Labrecque, Comprendre le conservatisme en quatorze entretiens, Montréal, Éd. Liber, 2016, 202 pages

Texte intégral

1Le présent ouvrage propose quatorze entretiens de dix à vingt pages chacun précédés d’une brève introduction pour « comprendre le conservatisme », face au constat censément dressé par l’auteur d’une méconnaissance de ce dernier, dans la mesure où il est « de nos jours souvent mal compris, caricaturé et raillé » (p. 10). Ce faisant, il vise à contribuer à remettre les grandes questions philosophiques et politiques au cœur de nos sociétés et l’aider à mieux saisir « l’état réel de la modernité avancée » (p. 11).

2Les personnes interrogées sont David Azerrad (États-Unis), Jacques Beauchemin (Canada), Theodore Dalrymple (Grande-Bretagne), Patrick Dionne (Canada), Xavier Gélinas (Canada), Victor Davis Hanson (États-Unis), William Kristol (États-Unis), Heather Mac Donald (États-Unis), Harvey C. Mansfield (États-Unis), Jan Marejko (Suisse), Roger Scruton (Grande-Bretagne), Travis D. Smith (Canada), Laetitia Strauch-Bonart (France), Edward West (Grande-Bretagne), soit en majorité des penseurs relevant de ce mouvement (cinq Canadiens, quatre Anglais, trois Américains) ou bien qui s’y rattachent (un Suisse et une Française, qui elle-même est tournée vers le libéralisme anglo-saxon). Il peut s’agir d’universitaires philosophes (Roger Scruton, Travis D. Smith, Jan Marejko), sociologues (Jacques Beauchemin), spécialistes de science politique (Harvey Mansfield, William Kristol), d’intellectuels et de commentateurs plus ou moins impliqués dans des think tank ou des revues (David Azzerat, Laetitia Strauch Bonart, Xavier Gélinas, Patrick Dionne, Theodore Dalrymple, Victor David Hansen, Heather McDonald, Edward West).

3L’auteur avait pour objectif de faire sentir la diversité du conservatisme. Celles-ci peuvent se laisser appréhender dans la manière dont les personnes interviewées choisissent de définir le conservatisme. Pour certains, il est un « tempérament » (David Azzerad, p. 13 ; Laetitia Strauch-Bonart, p. 30), une « sensibilité » (Xavier Gélinas, p. 57), une « disposition » (Travis D. Smith, p. 100 ; Jan Marejko, p. 111 ; Theodor Dalrymple, p. 123 ; William Kristol, p. 173) « à l’endroit du concret acquis par l’exercice du jugement et de l’observation » (Travis D. Smith, p. 100) et qui peut être « philosophique » (p. 111), qui « nous rend attentif à ce dont nous héritons » (Jan Marejko, p. 111) et amène aussi à « discréditer les opinions qui ne sont pas clairement étayés par des faits » (Heather McDonald, p. 152). Pour ceux qui acceptent ou revendiquent le terme, il est un « effort systématique » (Victor Davis Hanson, p. 143) une « philosophie de l’attachement à un certain mode de vie » (Laetitia Strauch-Bonart, p. 40) et qui, à cet égard, peut être marquée par le scepticisme, une « méfian[ce] des changements radicaux » (David Azzerad, p. 13), voire une posture « réactive » (Harvey C. Mansfield, p. 163) pouvant se formuler même comme une « anti-idéologie » (Edward West, p. 185) ce qui évidemment développe une posture de prudence. Pour ceux des auteurs qui affirment le conservatisme comme une philosophie spécifique, celle-ci se veut « philosophie du commun » (Jacques Beauchemin, p. 85), « réalisme » (Edward West, p. 185), voire « réalisme métaphysique (Patrick Dionne, p. 75) dans le cas le plus extrême.

4Cette diversité, qui semble d’abord énoncée en termes géographiques est en fait surtout d’une part une opposition entre le conservatisme anglais et celui présent aux États-Unis ou encore au Québec. Le conservatisme français est présent par l’analyse de la situation politique ou de son atmosphère (Theodore Dalrymple, pp. 132-133), mais peu reconnu comme tel en raison de sa faiblesse intellectuelle (Laetitia Strauch-Bonart, pp. 33-34, 40-46). Au sein du conservatisme anglo-saxon, certaines différences internes à la situation américaines sont aussi évoquées (ainsi celle entre paléo-conservatisme et néo-conservatisme (p. 48), encore cette différence est-elle récusée. Cependant, de manière générale, les personnes interrogées ne semblent pas enclines à faire ces différences fines.

5Sur la question religieuse, certains se disent athées et d’autres non (Patrick Dionne, p. 78-79, qui représente le cas le plus extrême). Cependant, tous portent une attention à la religion comme phénomène social en tant qu’elle contribue à cette conviction partagée (Xavier Gélinas, p. 59-61, Jan Marejko, p. 116-117), à la fois méthodologique et sociale, d’une primauté du collectif tout en réaffirmant la responsabilité individuelle contre un raisonnement en termes de déterminismes sociaux et d’oppression sociale. De même, pour décrire ce « déjà là » premier par rapport auquel l’action humaine ne saurait être qu’adaptative et modérée, et sûrement pas transformatrice, certains feraient appel à la nature, d’autres préférant la tradition, laquelle peut être vue comme le recueil de « ce qui fonctionnait » (Xavier Gélinas, p. 85).

6Une autre manière de définir le conservatisme – dans la lignée du caractère parfois réactif de cette pensée, en tant qu’elle est née d’une interrogation sur la modernité – est la manière de voir à quoi elle s’oppose, c’est-à-dire le modernisme dans son ensemble. Certes, les personnes interviewées présentent des nuances dans les degrés de leur opposition à celle-ci et peuvent jouer du terme pour présenter le conservatisme comme un progressisme (David Azzerad, p. 18, Roger Scruton, p. 49, qui parle du conservatisme comme d’une « vision moderne du monde », sans être moderniste) lié à la modernité tout en ayant une posture critique (Jacques Beauchemin, pp. 96-97), voire en phase avec une révolution à condition qu’elle s’inscrive dans une continuité (Travis D. Smith, p. 103). Cependant, depuis la critique modérée jusqu’à l’opposition frontale, la caractérisation des adversaires, elle, demeure massive et ne présente pas, somme toute, beaucoup de différence d’avec ce qui pouvait être dit déjà au xixe siècle contre la révolution française et qu’on peut retrouver ici. Ce qui est visé est toute idée de changement radical, que celui-ci soit le fruit de l’histoire ou bien d’une volonté de refondation et de manière plus générale l’étatisme.

7Un autre point de convergence est le regard porté sur le multiculturalisme. Celui-ci défini comme la position qui entraîne la non obligation pour l’individu « de s’intégrer à la communauté qu’il rejoint » (Azerrad, p. 27) ou l’idée que « toutes les cultures sont égales » (West, p. 196), ce qui pour certains a pour conséquence de « cultiver le sentiment de victimisation » (Mac Donald, p. 157) alors que cela n’est plus justifié aux États-Unis (MacDonald, p. 158), affirmation pour le moins surprenante. S’il y a des divergences de définitions – avec parfois l’idée d’une distinction entre plusieurs significations –, il y a par contre une convergence en ce qui concerne ses enjeux en raison de la primauté du commun et de la responsabilité individuelle affirmée par les différents conservatismes.

8On pourrait ainsi démultiplier le jeu des nuances entre conservatisme, ce que l’ouvrage laisse faire au lecteur, ce qui implique de la part de ce dernier un intérêt, une bienveillance, voire une adhésion préalable alors que l’auteur visait un public plus large. Or, le lecteur non d’emblée conquis peut être rebuté par la manière chaque entretien donne à lire le récit d’une conversion, d’un dessillement d’illusion et d’une adhésion finalement peu critique, caricaturant l’adversaire sans que se dégage, au-delà de quelques généralités une ligne argumentative ferme et approfondie.

9L’ouvrage n’est certes pas un ouvrage universitaire aussi bien dans son objectif que dans sa facture. Ceci dit, on peut cependant douter que la forme de l’entretien soit véritablement la plus appropriée à atteindre un tel objectif notamment en ce qui concerne certains des spécialistes interviewés ont on aurait préféré, en raison de leur statut de références (Robert Scruton, dont un ouvrage, De l’urgence d’être conservateur. Territoire, coutumes, esthétique, un héritage pour l’avenir, Paris, L’Artilleur, 2016, a été récemment traduit par Laetitia Strauch-Bonart) une expression plus authentique, dense et ramassée. Autre limite, l’ensemble des personnes interrogées sont non seulement toutes des conservateurs, mais des « défenseurs » plus que des « observateurs » (p. 10) ou des personnes « qui ne nourrissent à son endroit aucun rejet de principe » (4e de couverture).

10Qui plus est, c’est toujours la pensée conservatrice dans son ensemble qui se trouve abordée – ce qui peut donner lieu à des répétitions – et non des thématiques plus spécifiques et ciblées, ce qui aurait permis un plus grand approfondissement. Une certaine place est donnée à des considérations politiques conjoncturelles, nécessairement transitoires sur le positionnement de tel ou tel homme d’État. Certes, on pourrait penser qu’une telle organisation permettrait de mieux faire ressortir les différences par pays, mais là encore, l’organisation – ou l’absence d’organisation puisque les personnes interviewées le sont par ordre alphabétique – de l’ouvrage n’aide pas le lecteur à appréhender ces variations, cette polymorphie du conservatisme. Enfin, tant qu’à appréhender une diversité, on ne peut que regretter que la majorité des intellectuels ici interviewés soient tous issus de l’ère culturelle anglo-saxonne, ce qui ne permet pas vraiment d’apprécier les variations du conservatisme. L’ouvrage n’est par ailleurs agrémenté d’aucune bibliographie, que ce soit une bibliographie de base du conservatisme, des ouvrages cités ou des auteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Husson, « Philippe Labrecque, Comprendre le conservatisme en quatorze entretiens », Questions de communication, 32 | 2017, 424-426.

Référence électronique

Laurent Husson, « Philippe Labrecque, Comprendre le conservatisme en quatorze entretiens », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11671

Haut de page

Auteur

Laurent Husson

Écritures, université de Lorraine, F-57000
laurent.husson[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page