Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Jean Lojkine, La Révolution informationnelle et les nouveaux mouvements sociaux

Lormont, Éd. Le Bord de l’eau, coll. L’économie encastrée, 2016, 178 pages
Mikaël Chambru
p. 428-430
Référence(s) :

Jean Lojkine, La Révolution informationnelle et les nouveaux mouvements sociaux, Lormont, Éd. Le Bord de l’eau, coll. L’économie encastrée, 2016, 178 pages

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Jean Lojkine – directeur de recherche émérite en sociologie au CNRS (Centre d’études des mouvements sociaux/EHESS Paris) – propose une approche théorique des conséquences de la « révolution informationnelle » en cours sur les mobilisations sociales contemporaines. En quatre chapitres, il cherche à montrer comment des luttes éparses, et en apparence très éloignées les unes des autres, ont quelque chose de commun dans la promotion d’une « nouvelle civilisation post-capitaliste » qu’il appelle de ses vœux et qu’il nomme « communisme informationnel ». Ce dernier serait rendu possible par les potentialités émancipatrices de la « révolution informationnelle », ouverte par les usages sociaux des technologies de l’information et de la communication (TIC). Jean Lojkine s’intéresse plus particulièrement aux mobilisations portées par les mouvements sociaux les plus récents et aux apparences novatrices – tels que Les Indignés – qu’il identifie comme relevant de la catégorie des nouveaux mouvements sociaux (NMS). En ce sens, il s’attache à étudier les conditions d’émergence des alternatives autogestionnaires et de leurs obstacles sous le double effet de la crise socio-économique du capitalisme et de ses mutations informationnelles.

2L’introduction (pp. 5-16) présente brièvement le positionnement théorique de l’auteur, permettant ainsi au lecteur de situer son propos. Jean Lojkine considère que la crise de la représentation politique traversant les sociétés occidentales réside dans la « nature même » et la « profonde ambivalence » du capitalisme informationnel, au sens où cette seconde révolution socio-technique du capitalisme apparaît comme « contradictoire » avec la précédente qu’a été la révolution industrielle (pp. 2-3). Il y aurait donc deux cultures et deux civilisations « absolument opposées » cohabitant au sein du capitalisme contemporain : une première industrialiste et une seconde informationnelle. L’entrée dans la « société informationnelle » ne résulterait pas pour autant d’une évolution naturelle des sociétés capitalistes : elle n’a rien de spontanée, elle se déroule dans le conflit, elle est marquée par des ruptures politiques, économiques, sociologiques et culturelles : « C’est justement là que se place pour nous l’enjeu politique des Nouveaux mouvements sociaux. Là où l’idéologie dominante, néolibérale, présente l’émergence du travail d’information comme le symptôme de la fin du conflit de classe, la fin de la division taylorienne ou fordienne du travail, reléguées dans les limites historiques du capitalisme industriel, nous proposons au contraire de voir dans ces mutations profondément ambivalentes des formes nouvelles du conflit entre travail et capital » (p. 7).

3Ainsi la « révolution informationnelle » engendre-t-elle une modification des rapports sociaux de production et de domination liée à l’usage croissant des TIC et à la marchandisation de l’information. Dans une perspective marxiste, Jean Lojkine souligne qu’elle n’implique pas pour autant la fin de la lutte des classes et la division du travail : elle déplace les oppositions traditionnelles entre cadres et ouvriers vers une opposition entre travailleurs « productifs » (ceux qui créent de la valeur pour le capital) et « improductifs » (les autres), dont il faut repenser la « grande alliance » pour saisir les potentialités émancipatrices de la « révolution informationnelle » (p. 8).

4Dans le premier chapitre (pp. 17-38), l’auteur revient brièvement sur la notion de « révolution informationnelle » pour en clarifier la définition. Il juge qu’il ne faut pas la réduire, de manière déterministe, à la seule évolution technologique de l’informatique et du numérique : « La technique n’a rien à voir ici […], c’est d’abord un certain rapport social de co-production de sens » (pp. 18-19). Pour Jean Lojkine, la technologie n’est en effet pas un acteur autonome. Elle doit être insérée dans un complexe de facteurs idéologiques, politiques et économiques. Elle n’existe et ne prend sens que dans un système déterminé de rapports sociaux. Ce sont donc les usages sociaux de ces TIC qui sont primordiaux : « Ce sont des technologies génériques, modulables et évolutives qui peuvent être mises en œuvre dans un très grand nombre de contextes différents et donc servir des buts multiples et plus ou moins contradictoires » (p. 20). En ce sens, elles porteraient toujours en elles le choix, antagoniste, entre plusieurs politiques. Et c’est un « usage progressiste » des technologiques qui permet, selon l’auteur, de « fonder une nouvelle civilisation non marchande ; une civilisation fondée sur le partage des informations et l’accès aux services collectifs de développement de l’humain » (p. 6). En lui-même, l’usage massif des TIC ne possède donc aucun caractère émancipateur.

5Dans le deuxième chapitre (pp. 39-83), Jean Lojkine s’interroge sur l’ambivalence qu’il décèle entre les critiques du système capitaliste portées par les NMS et la méfiance que ces derniers expriment à l’égard des organisations syndicales et politiques qui luttent contre les politiques néolibérales. En cause selon lui, « la force et la résistance de l’idéologie néolibérale » (p. 40) qui reposerait sur une autre ambivalence, celle de la « révolution informationnelle » : « Ce qui explique la dureté et la profondeur de l’actuelle crise systémique, c’est justement la contradiction exacerbée entre le maintien des critères de gestion capitalistes, et en premier lieux le taux de profit, et les nouvelles potentialités de la révolution informationnelle » (p. 42).

6Jean Lojkine cherche ensuite à interroger en quoi les NMS offrent une réponse politique à même de permettre le dépassement de cette crise du capitalisme informationnel. Pour cela, il identifie leurs limites et pointe leurs ambiguïtés structurelles. Par exemple, « la forme décentralisée et horizontale, rhizomique de ces mouvements n’est à aucun titre un gage de démocratie directe » (p. 51), ou encore que « bon nombre des participants à ces NMS ont une expérience historique de l’action collective et de la lutte politique » (p. 71). Il souligne également leur proximité idéologique avec les aspirations et les représentations des tenants du néolibéralisme. Puis, affirmant que « l’idée d’une rupture totale entre la logique des mouvements sociaux et celle des organisations politiques ne résiste pas à l’analyse » (p. 64), l’auteur cherche à relier ces NMS à une structure politique stable offrant la permanence et le temps long nécessaire pour élaborer une réflexion stratégique.

7Dans les troisième (pp. 85-111) et quatrième chapitres (pp. 113-162), Jean Lojkine défend l’idée d’un nouveau « communisme utopique » face à l’ampleur de la crise du capitalisme informationnel, réactualisant ainsi le projet de démocratie autogestionnaire des années 70. Et de préciser : « La convergence de ces deux périodes historiques ne doit pas pour autant masquer les profondes différences » (p. 85). Il observe qu’une nouvelle opportunité de changement social se dessine autour des luttes actuelles portées par les NMS sur la défense des « biens communs » et qu’elle peut devenir l’espace ou se réalise la « grande alliance » qu’il appelle de ses vœux. Sauf que ces « communs », analyse-t-il, renferment simultanément une contradiction interne majeure qui bloque cette « grande alliance » : son unité est « d’abord l’unité du mouvement d’extension capitaliste aux domaines de la vie et de la connaissance » (p. 99). Face à l’extrême diversité des « communs » (p. 98) et des visions du monde parfois très différentes défendues par leurs promoteurs (pp. 122-127), Jean Lojkine prône la nécessité d’un programme d’autogestion réellement coopératif et démocratique pour dépasser ces clivages. Tout reste à imaginer et à construire collectivement : « La révolution informationnelle ne débouche pas par elle-même sur le “communisme informationnel”, les NTIC ne nous font pas passer spontanément et mécaniquement dans l’antichambre du socialisme ou du communisme. Il est erroné de dire que nous vivons dans une SOCIETE de l’information, comme si les potentialités positives, progressistes de la révolution informationnelle étaient en train de se réaliser. Le capitalisme informationnel est toujours mis en œuvre par la logique du profit » (pp. 113-114).

8En s’appuyant sur l’analyse des conséquences de la « révolution informationnelle » sur les luttes sociales contemporaines, cet ouvrage offre en définitive une grille de lecture permettant de saisir la pluralité des choix possibles engendrés par cette mutation socio-technique en cours, et proposés aux mouvements sociaux. Elle s’oppose en cela au déterminisme technologique des théories de la révolution numérique et du capitalisme cognitif. Cette exigence critique présente toutefois deux limites. Premièrement, et bien que se démarquant des travaux de Manuel Castells (p. 23) et d’Alain Touraine (p. 37), Jean Lojkine défend avec ces derniers l’idée que la « révolution informationnelle » engendrerait l’émergence d’une nouvelle modernité et d’une nouvelle civilisation. L’absence de matériaux empiriques venant appuyer et étayer cette affirmation, par ailleurs fortement critiquée de longue date dans le champ des sciences de l’information et de la communication, laisse un goût d’inachevé. Deuxièmement, et bien que critiquant les discours naïfs célébrant l’apparente nouveauté des NMS (pp. 100-101), l’auteur continue de mobiliser cette expression désignant à la fois un objet et un cadre d’analyse. En plus de ne pas résister à l’examen sociologique des mobilisations contemporaines, cette théorie des NMS porte en son sein des enjeux politiques et idéologiques : elle s’apparente à une entreprise de disqualification des formes traditionnelles d’engagement. Ce qui n’est manifestement pas l’intention de Jean Lojkine dans cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mikaël Chambru, « Jean Lojkine, La Révolution informationnelle et les nouveaux mouvements sociaux », Questions de communication, 32 | 2017, 428-430.

Référence électronique

Mikaël Chambru, « Jean Lojkine, La Révolution informationnelle et les nouveaux mouvements sociaux », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11676

Haut de page

Auteur

Mikaël Chambru

Gresec, université Grenoble Alpes, F-38000
mikael.chambru[at]univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page