Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Frédéric Sallée, Sur les chemins de terre brune. Voyages dans l’Allemagne nazie, 1933-1939

Paris, Fayard, 2017, 512 pages
Jean-René Maillot
p. 434-436
Référence(s) :

Frédéric Sallée, Sur les chemins de terre brune. Voyages dans l’Allemagne nazie, 1933-1939, Paris, Fayard, 2017, 512 pages

Texte intégral

1Longtemps cantonné au domaine littéraire, le récit de voyages s’avère un formidable outil d’analyse dans l’étude des confrontations politiques au xxe siècle. Les voyages en URSS durant l’entre-deux-guerres bénéficient déjà d’une historiographie conséquente et renouvelée tandis que Charles Burdett (Journeys through Fascism. Italian Writing between the Wars, New York, Berghahn Books, 2007) et Christophe Poupault (À l’Ombre des faisceaux. Les voyages français dans l’Italie des Chemises noires (1922-1943), Rome, École française de Rome, 2014) ont apporté récemment un éclairage neuf sur les voyages en Italie fasciste. Paradoxalement le cas de l’Allemagne hitlérienne restait délaissé. Frédéric Sallée comble ce vide historiographique grâce à une étude ambitieuse et particulièrement stimulante.

2Issu d’une thèse soutenue à l’université Grenoble Alpes sous la direction de Bernard Bruneteau, Sur les chemins de terre brune s’attache à replacer les voyages dans l’Allemagne nazie entre 1933 et 1939 au cœur de problématiques multiples. Frédéric Sallée interroge dans une première partie la légitimité des témoignages en mettant en perspective les stratégies et les intérêts de leurs auteurs. L’ouvrage se poursuit avec l’étude des différentes temporalités du voyage : à la préparation correspond la « fabrique d’un imaginaire » ; la découverte s’étale entre « pèlerinage » et « modélisation » du régime ; le retour est ensuite le temps de la diffusion et de la réception du récit. Dans une troisième et dernière partie, l’auteur observe « l’amplitude du voyage » autour de trois axes : la formation de l’image de la « nouvelle Allemagne », la mesure de l’antisémitisme et « le magnétisme nazi » à même d’attirer ou de repousser.

3Frédéric Sallée se propose d’établir une « véritable économie politique du voyage dans l’Allemagne nazie d’avant-guerre » (p. 17). La définition du corpus aboutit au recensement de 1 164 voyageurs, dont la moitié de Français, et 52 nationalités représentées. La production littéraire est substantielle, outre les articles de presse, 88 ouvrages parus en France sont directement inspirés du voyage en Allemagne. En constituant un très large corpus, l’auteur prend la mesure d’un tourisme « ordinaire » (p. 10) en Allemagne et dépasse le cadre d’une histoire intellectuelle qui se limiterait à l’étude des grandes figures.

4Profitant d’une excellente connaissance des sources, Frédéric Sallée apporte des éclairages précieux sur les perceptions du national-socialisme. Ces premiers enseignements peuvent intéresser le plus grand nombre et notamment les étudiants. La galaxie d’auteurs cités invite le lecteur à plonger lui-même dans les sources et à découvrir plus en détail les représentations de l’époque dans toute leur épaisseur. Ainsi le chapitre qui traite de l’ouverture du système concentrationnaire montre-t-il la variété des récits (pp. 217-226). La dénonciation des mauvais traitements est loin d’être automatique au sortir d’une visite du camp de Dachau à l’été 1933. La « théâtralisation de l’espace concentrationnaire » (p. 224) joue à plein. Elle utilise le visiteur étranger qui oscille entre aveuglement et irrationalité pour mieux convaincre la population allemande en un subtil détour. Dans ce chapitre édifiant sur la découverte de l’Allemagne, les pérégrinations des uns et des autres conduisent le lecteur à travers les usines, les camps de travail, les œuvres sociales, les écoles hitlériennes. Il accomplit ensuite le « parcours touristique de la foi nazie » au fil des étapes que sont Munich, Nuremberg et Berchtesgaden.

5Mais le propos du livre ne se limite pas à la juxtaposition d’images aussi instructives soient-elles. Frédéric Sallée interroge les buts du voyageur à même de conditionner son regard. La conscience de jouer un rôle important oriente la lecture selon des perspectives personnelles complexes. Lorsqu’il est nourri d’une interprétation préétablie, le voyage permet de transformer des présupposés en certitudes. Aucun jugement nouveau ne peut alors surgir de l’observation. Les anecdotes, la rencontre de l’Allemand lambda ou du « parfait nazi », la recherche du sensationnel à travers les interviews de dignitaires, ont pour conséquence d’éluder l’analyse. Il en va de même avec la primauté de la « chose vue » qui autorise à privilégier les impressions ressenties au contact du pays. La focalisation sur l’univers mental du voyageur apporte encore de précieuses réflexions sur les mécanismes de fascination. Les progrès observés en Allemagne dans les transports, l’architecture et l’armement sont l’occasion d’un traitement esthétisant. La recherche de modernité et la dépréciation de son propre modèle politique encouragent l’observateur à survaloriser certains aspects du régime. La modélisation d’une image de l’Allemagne hitlérienne peut également être déterminée par des stratégies personnelles ou des pratiques collectives. Au cours de rencontres entre militaires français et allemands, l’imposant souvenir de la Grande Guerre permet au régime hitlérien de mettre en scène la solidarité des officiers ou des anciens combattants autour de valeurs partagées, une solidarité qui invite à la plus grande bienveillance envers le national-socialisme. Des dynamiques similaires s’observent dans d’autres catégories socio-professionnelles notamment dans les milieux artistiques, ceux politiques et diplomatiques, auprès de grands industriels ou encore chez certains théoriciens de l’éducation.

6L’étude du destin du témoignage n’est pas moins intéressante. Frédéric Sallée relève les étapes décisives du choix de l’éditeur et, le cas échéant, d’une traduction. Elles constituent la marque initiale d’une orientation du discours voire d’une modification de celui-ci. D’autres jalons conditionnent ensuite la continuité du témoignage. Les rééditions sont l’occasion de souligner la justesse du propos ou sa précocité. Les relectures permettent de gommer les aspérités d’une présence en Allemagne hitlérienne tandis que les amnésies partielles sont nécessaires au maintien de la bonne conscience.

7L’analyse de l’omniprésente propagande hitlérienne est évidemment au cœur de l’ouvrage. Le tourisme peut alors servir de révélateur dans les domaines de la terreur et de l’antisémitisme. Les voyageurs ont exprimé toute la gamme des attitudes face aux persécutions, de l’adhésion à la révolte en passant par la justification bienveillante et l’aveuglement partiel. L’expérience viatique montre également la capacité d’adaptation de la terreur et la transformation des modes opératoires lorsque le régime juge nécessaire de préserver l’opinion publique internationale. Des « zones dépolitisées » sont érigées en 1934 dans les villes d’eau allemandes les plus fréquentées par la clientèle étrangère. Les manifestations de l’antisémitisme y sont muselées pendant un court laps de temps afin de préserver l’économie locale. Ceci montre l’habileté de la propagande à toujours rester invisible et la capacité de l’opinion internationale à influer au moins partiellement sur le régime.

8Notons enfin que l’étude ne se limite pas au cadre des relations franco-allemandes ou anglo-allemandes. La richesse des sources permet de mettre en lumière les récits de voyageurs venant d’une grande partie de l’Europe de l’Est, du Proche et Moyen-Orient jusqu’à l’Extrême-Orient.

9Le travail ambitieux et abouti de Frédéric Sallée s’intègre parfaitement dans les efforts actuels pour repenser de manière globale la réception du nazisme. Il apporte ainsi une contribution importante au projet « Confrontations au national-socialisme. 1919-1949 » piloté par Michel Grunewald, Olivier Dard et Uwe Puschner. Il ouvre également de nouvelles directions de recherches, présentées lors d’un colloque (2016) invitant à des approches comparatistes des voyages en pays autoritaires et totalitaires dans l’Europe de l’entre-deux-guerres. Enfin, la réflexion de Frédéric Sallée interrogeant la capacité du voyage à produire des analyses rationnelles est des plus stimulantes. Initiés à l’aune de l’expérience et de l’observation, les récits se troublent au contact des stratégies des uns et des autres, de la force des discours idéologiques, de l’ampleur de la propagande et de l’évidente facilité à se contenter de stéréotypes. Le récit éclairant, honnête et salvateur tel qu’il est attendu lorsque l’on porte un regard moralisateur sur ces voyages se fait rare tant il est difficile pour le voyageur de sortir de l’ornière des relations nouées avant, pendant et après son expérience.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-René Maillot, « Frédéric Sallée, Sur les chemins de terre brune. Voyages dans l’Allemagne nazie, 1933-1939 », Questions de communication, 32 | 2017, 434-436.

Référence électronique

Jean-René Maillot, « Frédéric Sallée, Sur les chemins de terre brune. Voyages dans l’Allemagne nazie, 1933-1939 », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11682

Haut de page

Auteur

Jean-René Maillot

Lycée Lino Ventura, F-77330
jrmaillot[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page