Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Langue, discours

Pierluigi Basso Fossali, Marion Colas-Blaise, dirs, La Notion de paradigme dans les sciences du langage

Liège, Presses universitaires de Liège, coll. Signata, 2017, 412 pages
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 438-440
Référence(s) :

Pierluigi Basso Fossali, Marion Colas-Blaise, dirs, La Notion de paradigme dans les sciences du langage, Liège, Presses universitaires de Liège, coll. Signata, 2017, 412 pages

Texte intégral

1L’infatigable et brillante activité heuristique, rédactionnelle et éditoriale de Marion Colas-Blaise trouve encore à s’illustrer dans la parution de ce fort volume de la revue belge Signata. Annales des Sémiotiques, qui l’associe à Pierluigi Basso Fossali pour livrer un état des lieux de la notion de paradigme dans les sciences du langage. La question est d’importance et, de même que dans le cas de la notion d’énonciation – voir ici le compte rendu de L’Énonciation aujourd’hui : un concept clé des sciences du langage –, elle s’impose avec urgence à notre attention en raison des multiples acceptions sous lesquelles elle peut être comprise. Pour éclairer ces complexités, les maîtres d’œuvre du dossier ont réuni autour d’eux-mêmes, également rédacteurs, dix chercheurs témoignant d’intérêts très différents mais parfaitement représentatifs des contextes contemporains d’emploi du terme « paradigme ». Ils ont aussi choisi de regrouper les contributions par paires en se laissant la liberté d’un dernier sous-ensemble Varia (pp. 313-370), sur lequel je reviendrai. On observera que ces regroupements tendent à présenter une vision de plus en plus élargie de la notion.

2Dans l’ordre du volume, cette exploration du paradigme commence par l’examen de l’impact de l’histoire : La Vie des paradigmes. Dans « Naissance d’un paradigme : la catégorie du déterminant dans les grammaires de l’époque classique. L’exemple de l’article défini » (pp. 21-36), Mathieu Goux, en doctorant attentif de Nathalie Fournier, explore un corpus de grammaires du xviie siècle et montre la progression qui mène peu à peu à la prise en compte de l’article comme classe grammaticale au xviiie siècle. Pour sa part, Jean-François Sablayrolles (pp. 37-50) étudie la « Créativité lexicale en discours liée à l’existence de paradigmes morphologiques et flexionnels, mais également sémantiques et prosodiques (intonatifs). Dans le second sous-ensemble, intitulé Pratiques paradigmatiques, Catherine Fuchs (« Comparaison et paradigme » [pp. 51-64]), étudie les liens existant entre l’expression linguistique de la comparaison et les types de paradigmes qu’elle met en œuvre. Ce qui amène l’auteure à distinguer entre les paradigmes extensionnels correspondant à des catégories ontologiques et les paradigmes intensionnels fondés sur une propriété que vérifie par excellence un parangon. Nathalie Rossi-Gensane distingue, dans « Syntaxe et paradigme(s) : outre les relations de dépendance, les relations d’équivalence » (pp. 65-99), micro et macrosyntaxe pour étudier les cas de coordination et d’apposition et montrer en quoi ils relèvent de paradigmes distincts (équivalence et entassement). Ces deux premiers sous-ensembles permettent de poser La mise en question des paradigmes. Ce à quoi s’attache Danielle Leeman dans « Les paradigmes comme échos / véhicules des représentations sociales : l’exemple de structures de type Prép + N » (pp. 101-128) où, sur la base de nombreux exemples (en école, à l’école, en collège, au collège, en lycée, au lycée, en faculté, à la faculté, en université, à l’université, etc.), elle montre que les membres d’un même paradigme, en fonction de l’impact des représentations socio-culturelles sur l’usage linguistique, n’ont pas les mêmes probabilités d’occurrence en discours. Véronique Traverso propose une « Déambulation autour du paradigme et de la temporalité de l’interaction » (pp. 129-144) dans laquelle elle examine pourquoi et comment la linguistique interactionnelle peut trouver des ressources pour son appareillage descriptif et conceptuel dans la notion de paradigme. Les paradigmes en discours font l’objet du quatrième sous ensemble de ce volume. Emmanuelle Prak-Derrington, dans « Quand les syntagmes se font paradigmes : la cohésion rythmique de la répétition » (pp. 145-174), s’appuie sur le principe d’équivalence de Jakobson pour étudier les figures de construction dites de répétition (anaphore, épiphore, antépiphore, chiasme, etc.), dont elle montre comment elles s’instituent par le rythme en mode de structuration textuelle.

3Revenant à son objet d’étude de prédilection, le point de vue, Alain Rabatel, dans « La notion de paradigme au défi du texte : l’exemple des paradigmes entrecroisés de l’énonciation et du point de vue » (pp. 175-204), souligne les difficultés liées aux opérations de substitution, commutation, à la notion de rapports associatifs, dans la constitution de la définition de paradigme ce qui lui permet d’envisager un processus de paradigmatisation entrant lui-même dans le paradigme linguistique des processus de création : lexicalisation, dictionnarisation, grammaticalisation, pragmaticalisation… Avec cette étude se referme la part la plus grammaticale et linguistique, au sens strict, du volume. S’ouvre dès lors le volet proprement sémiotique avec l’étude des Degrés de complexification paradigmatique. Jacques Fontanille, dans « Paradigmes d’alternatives syntagmatiques : la manifestation est une compétition » (pp. 205-220), sur la base de l’observation de l’existence de paradigmes de paradigmes, de paradigmes de syntagmes, de paradigmes de procès, de paradigmes de sémioses, invite avec autant de force que d’élégance à réviser en profondeur l’organisation de l’immanence linguistique et sémiotique. Dans le cadre de la sémiotique de l’énonciation, Marion Colas-Blaise propose d’étudier « Le paradigme entre système et procès ; La question de la reformulation » (pp. 221-246), et montre quel intérêt il y a pour l’étude du sens à concevoir le paradigme « comme le lieu d’une variation interne et intrinsèque » (p. 242) plutôt que comme un objet discret et stable, en insistant sur l’idée de gradualité. Un approfondissement supplémentaire des réflexions se marque dans la section Conditions de résistance d’une notion classique. Émir Badir et Lorenzo Cigana (pp. 247-268), dans « Systématiser les associations ; Le concept hjelmslevien de paradigme et son héritage greimassien », étudient l’évolution de cette notion chez Ferdinand de Saussure, Louis Hjelmslev et Algirdas Julien Greimas et montrent comment la définition de cette notion a pu être utile au structuralisme pour stabiliser la variabilité protéiforme des phénomènes de la vie du langage. D’un point de vue épistémogique, on sera plus circonspect sur l’emploi par les auteurs de l’adjectif de relation hjelmslevien ou greimassien, qui, sémantiquement, ne dit pas exactement la même chose que le syntagme adnominal de Hjelmslev, de Greimas. Pierluigi Basso Fossali (pp. 269-312) étudie abondamment « La prestation sémantique de l’organisation paradigmatique. Pressions, compétitions et résonances entre langue et discours », pour aboutir à la conclusion que « la reconnaissance d’une unité est déjà une question qui dépend d’un parcours interprétatif répondant à la dialectique entre une exploitation praxéologique de la densité et un respect de toutes les règles de discrétisation linguistique qu’on peut convoquer de manière pertinente par rapport au genre et au domaine » (p. 308)… CQFD !

4Une dernière section, sobrement intitulée Varia, se détache de l’objet constituant le corps principal de ce volume et propose deux contributions de plus large empan, toutefois extrêmement précisément liées au questionnement sémiotique. Adrien Mathy (pp. 313-340) tente de « Formaliser le trope. De la subjectivité linguistique à la subjectivité épilinguistique », et de remplacer la notion d’écart par une interface à plusieurs niveaux permettant d’intégrer le processus tropique dans une modélisation de la sémiose. Les premiers éléments présentés sont très prometteurs. Enfin, Lia Kurts-Wöste (pp. 341-370) développe une analyse des « Formes symboliques artistiques au prisme de la musique ; pour une approche trans-sémiotique », qui est une façon finement argumentée de reprendre le projet de la Philosophie des formes symboliques de Ernst Cassirer (Paris, Éd. de Minuit, 1972 [1923]), et de proposer une vision personnelle de la sémiotique des cultures dont elle pense qu’elle peut être le meilleur garant d’un patrimoine théorique garantissant tout autant le passé que l’avenir des productions artistiques de telle ou telle culture. Chaque contribution de cet imposant volume est accompagnée d’une bibliographie soignée. Des résumés en anglais et en français des articles ainsi que des notices biographiques présentant les auteurs complètent cet ouvrage, à qui – indépendamment de son importance – manque seulement un index précis des notions ou concepts abordés pour devenir un réel et nécessaire outil de travail, présentant un état de l’art de la question toujours cruciale du sens à donner à la notion de paradigme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Pierluigi Basso Fossali, Marion Colas-Blaise, dirs, La Notion de paradigme dans les sciences du langage », Questions de communication, 32 | 2017, 438-440.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Pierluigi Basso Fossali, Marion Colas-Blaise, dirs, La Notion de paradigme dans les sciences du langage », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11687

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

CeReS, université de Limoges
jacques-philippe.saint-gerand[at]unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page