Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Langue, discours

Marion Colas-Blaise, Laurent Perrin, Gian Maria Tore, dirs, L’Énonciation aujourd’hui. Un concept clé des sciences du langage

Limoges, Lambert-Lucas, coll. Linguistique et sociolinguistique, 2016, 450 pages
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 441-443
Référence(s) :

Marion Colas-Blaise, Laurent Perrin, Gian Maria Tore, dirs, L’Énonciation aujourd’hui. Un concept clé des sciences du langage, Limoges, Lambert-Lucas, coll. Linguistique et sociolinguistique, 2016, 450 pages

Texte intégral

1L’important volume ici présenté offre un superbe panorama de la diversité des approches qui peuvent se dissimuler sous l’apparente unité d’une identité notionnelle. Et c’est bien là, sans doute, l’expression la plus explicite du tourment épistémique connu depuis le début des années 70, et signalé par le passage de la linguistique aux sciences du langage. Les coordinateurs ont pris soin de demander de préciser leur conception de l’énonciation à vingt-cinq contributeurs issus de champs de recherche assez différents. Les coordinateurs reconnaissent d’ailleurs bien volontiers cette ambition « encyclopédique » (p. 9). Et le résultat ne déçoit aucunement en montrant combien peuvent exister de perceptions et conceptions différentes de cet objet, et comment cette notion peut trouver à être accommodée aux différents objets pour lesquelles elle est convoquée. On comprend alors le sens à donner à « concept clé » sous l’hypothèque d’un toujours possible détournement vers une sorte de « passe partout » donnant indéfiniment accès à des portes ouvrant sur le vide… Danger vertigineux auquel, heureusement, les contributeurs ont pour la plupart eu le soin et le bonheur d’échapper. Le texte liminaire de Marion Colas-Blaise, « Entrer dans l’énonciation : un parcours de lecture » (pp. 11-31), constitue une excellente introduction à la lecture des contributions qui suivent, en fournissant onze topiques synthétisant l’apport à première vue très éclaté de ces diverses études. Du déictique à l’indexant non linguistique (p. 11) permet de regrouper autour de la question du rôle énonciatif de Je et de Tu, et donc subsidiairement de Il, les approches diversifiées de Georges Kleiber (pp. 33-50), Jean-Marie Klinkenberg (pp. 51-68), Jean-Pierre Desclés (pp. 69-88), Dominique Ducard (pp. 151-166), Dominique Maingueneau (pp. 215-226), Maria Giulia Dondero (pp. 241-258), Laurent Jenny (pp. 259-266), Jean-Claude Coquet (pp. 295-302) et de Jacques Cosnier (pp. 303-314).

2Cet ensemble de contributions interroge évidemment les travaux fondateurs d’Émile Benveniste, et les réflexions subséquentes d’Antoine Culioli. Peut-être les auteurs auraient-ils pu aussi faire référence aux études d’André Joly (« Éléments pour une théorie générale de la personne », Faits de Langues, 3, 1994, pp. 45-54). Dans l’inscription de la subjectivité, la modalité et le modalisateur (p. 13), Marion Blaise-Colas regroupe les approches traitant principalement de la subjectivité et de ses leurres dans la perspective instituée par Émile Benveniste. Catherine Kerbrat-Orecchioni (pp. 341-360) revient sur ces difficultés d’appréhension en traitant de l’usage des axiologiques intrinsèques ou occasionnels. André Petitjean (pp. 167-178) en saisit la complexité dans les termes d’adresses du genre dramatique. Michèle Monte (pp. 179-200) élargit la notion d’énonciation dans les textes poétiques contemporains et promeut une conception de l’éthos du sujet distincte de celle du style de l’œuvre. Jacques Bres (pp. 119-134) et Alain Rabatel (pp. 135-150) confrontent leurs conceptions de l’interaction dans l’approche dialogiste de l’énoncé. Revenant sur l’opposition du modus et du dictum qu’instituait Charles Bally, Robert Vion (pp. 89-104) introduit une juste et féconde distinction entre la modalité et le modalisateur. Dans une perspective diachronique et de grammaire historique, Bernard Combettes (pp. 105-118) montre comment l’appareil formel de l’énonciation, selon Émile Benveniste, peut contribuer à éclairer l’évolution des formes grammaticales et de leurs valeurs sémantiques. Anna Jaubert rapprochant les aspects énonciativo-pragmatiques de la question du style (pp. 201-214) rappelle sainement que « l’énonciation conditionne la physionomie des genres de discours » (p. 213). Pour sa part, Catherine Détrie (pp. 283-294), insistant naturellement sur les aspects praxématiques de l’énonciation, montre comment et pourquoi « parler (ou écrire), ce n’est pas transférer des informations, c’est façonner le monde et le pourvoir de sens, en lien avec ses praxis, personnelles et sociales » (p. 293). D’un point de vue plus spécifiquement sémiotique, Denis Bertrand (pp. 421-430) argumente en faveur d’une générativité de l’énonciation articulant en perspective le point de vue et la focalisation.

3En élargissant le spectre des objets étudiés, plusieurs contributions s’attachent à l’image. Maria Giulia Dondero (pp. 241-258) interroge la plausabilité et la possibilité de la transposition de l’appareil formel de l’énonciation au texte visuel, tandis qu’Anne Beyaert-Geslin (pp. 267-281) analyse la prise de position subjective d’artistes photographes tels que Walker Evans, Michael Mandiberg ou Sherrie Levine. Laurent Jenny (pp. 259-266) pose encore plus directement la question d’une « énonciation photographique », c’est-à-dire des formes de figuration de la subjectivité dans une photo, et y répond en montrant que la photographie, peut-être en raison même de sa dénomination faisant référence à une écriture, « constitue un miroir grossissant et inverse de l’énonciation discursive » (p. 266). Marion Colas-Blaise termine son survol en rassemblant très justement autour de quatre chercheurs les trois thématiques qui ont peu à peu émergé dans l’organisation du volume : perception, énonciation, socialité. C’est en philosophe que Jean-François Bordron envisage l’acte d’énonciation à la base d’une image (pp. 227-240), et distingue dans cet acte quatre registres : l’instauration, l’effectuation, la monstration et les diathèses, tout en soulignant bien que l’acte en lui-même est global et que ces registres ne sont là qu’à des fins de compréhension de son mécanisme. Dans « Les espaces de l’énonciation sous la sollicitation de leurs vides : le discours comme optimisateur de l’expérience » (pp. 395-420), Pierluigi Basso Fossali revient sur la question de l’(inter) subjectivité dans un cadre strictement sémiotique et souligne de manière quelque peu abrupte mais assez convaincante, comme il en est fait l’expérience ici ainsi que la plupart du temps hélas, que « la communication n’est finalement qu’un déplacement continu de vides » (p. 419). La disparition de Pierre Cadiot en 2013, nous a privés d’un chercheur qui avait beaucoup fait évoluer la théorie des formes sémantiques. Antonino Bondi (pp. 381-394) montre, dans cette perspective, la très grande relation de l’altérité de la parole à la socialité du sens en associant dans sa réflexion Mikhaïl Bakhtine, Émile Benveniste et Giorgio Agambem. Georges-Élia Sarfati (pp. 361-380), en phénoménologue et praxématicien, analyse le surgissement du sujet dans l’interaction de la langue et des institutions de sens préalable à sa subjectivation.

4Ce rapide panorama permet d’embrasser la diversité des perspectives choisies par les contributeurs, une diversité qui témoigne de l’actualité de la notion d’énonciation et du caractère protéiforme qu’elle revêt selon les recherches pour lesquelles elle est convoquée, en son sens propre, ou, parfois, dans un détournement de celui-ci heuristiquement assumé. C’est ainsi que cette conception élargie de la notion permet d’aborder des champs de réflexion aussi divers que le dédoublement énonciatif, la métadiscursivité et la réflexivité (Jacques Brès, Alain Rabatel, Dominique Ducard, Jean-François Bordron, Maria Giulia Dondero). Mais aussi la polyphonie et le dialogisme (Robert Vion, Michèle Monte, Dominique Maingueneau Jean-Marie Klinkenberg, Lorenza Mondada, Catherine Kerbrat-Orecchioni, Jacques Cosnier). On aura garde de ne pas oublier non plus les aspects de prise en charge des instances d’énonciation (Dominique Maingueneau, Jean-Pierre Desclés, Denis Bertrand, Jean-Claude Coquet), de même que l’ancrage sensible et la corporalité (p. 21) – à moins que ce ne soit pour nous, sujet d’interrogation et de discussion, la corporéité – du sujet (Alain Rabatel, Dominique Ducard, Jean-Marie Klinkenberg, Pierluigi Basso Fossali, Antonino Bondi). Tout un ensemble de questionnements tourne également autour du personnel et de l’impersonnel de l’énonciation (Georges Kleiber, Laurent Jenny, Georges-Élia Sarfati, Catherine Détrie, Anne Beyaert-Geslin) et du passage du genre à la norme (André Petitjean, Anna Jaubert). Ce qui met en évidence la difficulté dès lors qu’on prend en considération l’environnement et la pratique des objets auxquels elle est appliquée (Dominique Maingueneau, Maria Giulia Dondero, Anne Beyaert-Geslin). Et c’est donc bien là à tout un foisonnement de perceptions et de conceptions que le lecteur de ce volume est confronté, mais qui témoigne à juste titre, comme le souligne Marion Colas-Blaise de la force et de la prégnance des dynamiques énonciatives (p. 27). Que l’on ressorte de la lecture de ce volume avec quelque vertige épistémologique, cela se conçoit, mais comme le note Pierluigi Basso Fossali (p. 419), le vertige n’est-il pas le propre de la sémiotique ? En dépit de l’absence regrettable d’une contribution de Jacques Fontanille, heureusement souvent cité dans ces pages, le meilleur moyen de conjurer ce vertige reste alors le lumineux Post-scriptum de Gian Maria Tore (pp. 433-450) qui permet de dénouer l’aporie de la conversion des formes de langage en valeurs en restituant à l’énonciation sa capacité à – incessamment – « problématiser ses propres aspects » (p. 446). Devant ces abysses conceptuels, la mise en abyme de la réflexion impose dès lors aux sciences du langage de ne plus concevoir aujourd’hui l’énonciation comme un moyen et une fin. Et l’on ne peut que souscrire à l’idée brillamment exprimée par l’auteur : « L’“énonciation” aujourd’hui peut nous apprendre que la source, l’“origine”, ce n’est pas le sujet ou la société, ni même la langue ; c’est plutôt la production de sens, ouverte et incessante, les jeux de langages et les outils sémiotiques constamment en œuvre et en refonte, dont “sujets”, “société”, “langue”, ne sont que des images arrêtées et partielles. Ou des garde-fous, à la marge et pas toujours nécessaires, des chemins du sens » (p. 450). Une manière en somme de ré-articuler, sinon réconcilier, sémantique et sémiotique.

5Chaque contribution de ce volume est étayée d’une abondante et pertinente bibliographie. Un index des notions-clés rapportées à chacun des auteurs du volume permet très intelligemment et utilement d’esquisser la réticularité dans laquelle est pris ici le concept d’énonciation. Ajoutons à cela une réalisation très soignée (à part une coquille, peut-être qui transforme plaisamment un instant Anna en Anne Jaubert, p. 25), et louons donc la brillante pertinence avec laquelle Marion Colas-Blaise et ses collaborateurs nous offrent une vision non seulement panoramique mais également « encyclopédique » (p. 10, et ce n’est pas là son moindre mérite) d’un champ de recherches ayant suscité dans les sciences du langage, et autour d’elles, tant d’interrogations variées mais également fécondes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Marion Colas-Blaise, Laurent Perrin, Gian Maria Tore, dirs, L’Énonciation aujourd’hui. Un concept clé des sciences du langage », Questions de communication, 32 | 2017, 441-443.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Marion Colas-Blaise, Laurent Perrin, Gian Maria Tore, dirs, L’Énonciation aujourd’hui. Un concept clé des sciences du langage », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11692

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

CeReS, université de Limoges
jacques-philippe.saint-gerand[at]unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page