Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Langue, discours

Marianne Doury, Argumentation. Analyser textes et discours

Paris, A. Colin, coll. Portail, 2016, 192 pages
Luciana Radut-Gaghi
p. 445-446
Référence(s) :

Marianne Doury, Argumentation. Analyser textes et discours, Paris, A. Colin, coll. Portail, 2016, 192 pages

Texte intégral

1Rédiger un ouvrage sur l’argumentation aujourd’hui est à la fois risqué et audacieux. Risqué parce que le sujet a déjà été abordé de manière exhaustive, savante et pédagogique. Audacieux parce qu’écrire après les pionniers du domaine signifie intéresser le public tout en apportant de nouveaux éléments. Marianne Doury réussit cet exploit par la simplification et la précision.

2L’ouvrage propose donc une méthode d’analyse des arguments dans le discours, à l’attention de « tout étudiant » (p. 6) intéressé par le sujet et n’ayant pas de connaissances dans le domaine. Le lecteur averti ne trouvera pas ici une approche originale de l’argumentation. Le premier chapitre pose les jalons de la conception de l’argumentation qui est considérée par l’auteure. La première source citée est, sans surprise, le Traité de l’argumentation de Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca (Paris, Presses universitaires de France, 1958), qui a rouvert ce champ d’études et d’intérêt scientifique. Marianne Doury se place également dans la lignée de Stephen Toumin, Jacques Moeschler, Oswald Ducrot, Christian Plantin, Marc Angenot, Nadine Gelas et Michael Billig. Dans l’énumération des définitions savantes, elle semble ne pas trancher entre la conception linguistique de l’argumentation d’Oswald Ducrot et l’argumentation rhétorique de Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca. Elle retient l’importance de « l’existence d’un conflit d’opinions, d’un problème à résoudre » (p. 15), soulignée par l’approche pragmadialectique de l’argumentation de Frans van Eemeren et Peter Houtlosser (« Une vue synoptique de l’approche pragma-dialectique », pp. 45-75, in : Moirand S., Doury M., dirs, L’Argumentation aujourd’hui, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2004). Une mise au point essentielle est pourtant faite (p. 16) : « L’argumentation n’est pas qu’“accidentellement” langagière : elle n’est pas avant tout une activité de pensée, ou une structure logique qu’il s’agirait de dépouiller de ses oripeaux langagiers pour atteindre son essence véritable. L’argumentation se développe dans et par le langage, elle lui est coextensive ».

3Une attention particulière est accordée à la relation entre argumentation et persuasion et à la place du contre-discours dans l’argumentation. Marianne Doury embrasse la théorie de Marc Angenot (Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Éd. Mille et une nuits, 2008) selon qui l’argumentation ne devrait se définir que marginalement par la persuasion. La discussion argumentative, la participation aux débats, ne se fait pas nécessairement avec l’objectif de « faire bouger des convictions » (p. 18). À part la visée persuasive, l’auteure identifie trois autres objectifs de l’argumentation : la fonction cognitive, le rôle identitaire et la fonction relationnelle (pp. 20-21).

4Dernière pierre nécessaire à l’édifice : le désaccord : « La confrontation entre un discours et un contre-discours peut se faire aussi bien sur le mode conflictuel que sur le mode coopératif » (p. 22). L’acceptation de l’autre, dans le plus virulent des débats, est un mode de coopération, rappelle Marianne Doury. Les situations les plus intéressantes à analyser sont sans doute les « discours argumentés monologaux », où le « contexte argumentatif » (Michael Billig) est fait des contre-discours auxquels l’orateur se rapporte. Tout le troisième chapitre est dédié au contre-discours et organisé en quatre temps : l’antilogie et la doctrine des discours doubles ; les mouvements argumentatifs dédiés au traitement du contre-discours ; le raisonnement par l’absurde, l’argumentation par le ridicule ; la stratégie de l’homme de paille.

5L’organisation de l’ouvrage facilite l’accès du lecteur aux détails de l’analyse : une entrée en la matière, des « observations et analyses », des encadrés de notions-clés, des exercices en fin de sous-chapitres. Le choix de partir des exemples pour déduire des notions-clés est judicieux pour le lecteur non initié à l’art de l’argumentation, car il lui trace une voie de la démonstration bien claire. Néanmoins, le lecteur plus averti ressent le besoin de se positionner dans un glossaire (bien disponible en version numérique sur le site web de l’éditeur) ou une liste récapitulative des notions.

6La simplification que nous évoquions plus haut sera peut-être bénéfique à la circulation de cet ouvrage, que nous pouvons comparer par la démarche d’ensemble au Manuel de polémique. Cours et exercices de rhétorique de Stéphane Muras (Paris, Éd. du Relief, 2013). Il nous semble que ce dernier, fort complet, noie l’apprenti rhétoricien auquel il s’adresse dans une liste de 64 argumentaires, même s’il propose de manière didactique des exercices et des corrigés (en plus), tout comme l’ouvrage de Marianne Doury. L’auteure se démarque explicitement des 50 entrées de dictionnaire de Christian Plantin (Dictionnaire de l’argumentation, Lyon, ENS Éd., 2016) et les réduit à « un petit nombre » (p. 30). Elle distingue trois types d’arguments, présentés dans le quatrième chapitre : les argumentations fondées sur la ressemblance, les argumentations fondées sur la causalité, les argumentations fondées sur les personnes.

7L’utilisation de corpus originaux (enregistrements par l’auteur dans des commerces de presse, affiches, slogans et actions militantes de par le monde, dialogues cinématographiques, aux côtés de corpus médiatiques plus classiques) apporte une touche de fraicheur à l’analyse argumentative qui est le plus souvent appliquée à des débats politiques télévisés.

8Remarquons que les auteurs dans le domaine de l’argumentation hésitent ou évitent de produire du contenu scientifique normatif. Marianne Doury précise dès le début de son ouvrage que ce dernier « ne prétend pas guider la production d’argumentation » (p. 5). Cette mise en garde est, à notre sens, une distance que l’on prend par rapport aux propagandistes de toute sorte, de nos jours et d’antan, et de leurs guides de bonnes pratiques. Ainsi Marianne Doury, pas plus que les autres auteurs du domaine, ne s’attaque-t-elle point aux faux raisonnements rhétoriques, aux arguments parfois non logiques que l’on peut trouver dans les discours publics.

9L’ouvrage papier bénéficie d’un complément en ligne, qui aborde la structure de l’argumentation et le fait d’un point de vue relativement technique, linguistique. L’éditeur a peut-être senti le besoin d’écarter ce texte de 16 pages, qui aurait par ailleurs pu équilibrer la partie 4, trop courte par rapport aux autres (26 pages pour la partie introductive, 46 pages pour l’articulation du discours et du contre-discours, 64 pages pour les principaux ressorts de l’argumentation et seulement 26 pour le langage de l’argumentation). Nous trouvons en ligne un glossaire, fort utile pour l’apprenti analyste de l’argumentation, ainsi qu’une bibliographie de 20 références, qui, elle, aurait bien pu figurer dans la version papier de cet ouvrage qui peut lui-même devenir une référence dans le domaine. Et puisqu’on s’adresse aujourd’hui aux étudiants pressés, habitués aux ressources électroniques : une version numérique enrichie de certaines parties aurait pu être proposée en ligne, vidéos, images, schémas dynamiques à l’appui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luciana Radut-Gaghi, « Marianne Doury, Argumentation. Analyser textes et discours », Questions de communication, 32 | 2017, 445-446.

Référence électronique

Luciana Radut-Gaghi, « Marianne Doury, Argumentation. Analyser textes et discours », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11698

Haut de page

Auteur

Luciana Radut-Gaghi

LDI, université de Cergy-Pontoise, F-95000
luciana.radut-gaghi[at]u-cergy.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page