Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Langue, discours

Éliane Viennot, dir., L’Académie contre la langue française. Le dossier « féminisation »

Donnemarie-Dontilly, Éd. iXe, coll. Xx-y-z, 2016, 224 pages
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 454-455
Référence(s) :

Éliane Viennot, dir., L’Académie contre la langue française. Le dossier « féminisation », Donnemarie-Dontilly, Éd. iXe, coll. Xx-y-z, 2016, 224 pages

Texte intégral

1Une tempête dans un verre d’eau ! Et deux adversaires irréductibles qui se déchirent pour la possession de ce verre d’eau, afin, probablement, de mieux mesurer les effets de la tempête sur des usagers qui, heureusement, ne s’inquiètent guère de légiférer et doctoriser sur leurs usages. Et qui, par conséquent, témoignent d’une belle indifférence aux législations comme aux revendications. J’ai nommé : l’Académie française et son passéisme bien connu, d’une part, et les idéologues du féminisme à tout crin avec la fièvre de leurs plaidoyers, d’autre part. Les auteur.e.s rassemblé.e.s sous la férule énergique – on dit la direction et cela a un sens ! – d’Éliane Viennot, professeure émérite de littérature française du xvie siècle, dont la regrettée Anne-Marie Gravaud-Houdebine ( 11 octobre 2016), et trois autres collègues (bonheur du genre épicène qui ne permettra pas ici d’opposer le à la, qui d’ailleurs sont deux !) instruisent ici, à grands frais, un nouveau procès contre ce fantasmatique corps mort qu’est l’Académie française et sa résistance obstinée à la reconnaissance factuelle de la simple existence de la gent féminine et du genre féminin dans la dénomination d’actions génériques ou d’intitulés de fonctions officielles. Rien de très innovant, donc, dans l’objet et le propos puisque le procès est, et ne peut être, qu’à charge. La plaidoirie s’autorise des familiarités d’expression, aidant – croit-on – la charge à se décorseter (« s’y collaient » [p. 47], « rigolards » [p. 54], etc.). Et sous des allures qui se veulent ironiques et percutantes, notamment à travers le filage, un peu laborieux, de la métaphore religieuse, servant de structure à l’ensemble (Saint-Siège [pp. 13-64], Offenses [pp. 65-78], Points de doctrine [pp. 79-104], Bulles [pp. 105-122], Exégèses [pp. 123-174], Suppliques [pp. 175-192], Chapelet de perles [pp. 193-196]) se met en place un argumentaire d’humeur. Ainsi qu’une représentation, ou plutôt une mise en scène, conduisant à faire revivre en un peu plus de 200 pages un combat d’arrière-garde dont la seule vertu aurait été de favoriser l’érection d’une « guerre pichrocoline » en véritable « guerre sainte » (p. 11), et de faciliter par conséquent, pour des esprits progressistes s’entend, l’acceptation de la victoire d’un certain féminisme.

2L’argumentation laisse apparaître parfois dans le détail des points qui font sourire, comme lorsqu’il est reproché à l’Académie, outre ses défauts bien connus de ne guère « se soucier de remplir le rôle pour lequel l’entretiennent les contribuables » (p. 64 et 4e de couverture !), ces derniers ayant largement conscience que, de droite comme de gauche et en marche, leur argent sert bien souvent à justifier et entretenir l’existence d’officines officielles totalement inutiles. Ou lorsque la fixation obsessionnelle des uns et des autres – Académiciens, journalistes, et même auteurs de cet ouvrage – sur le mot fait oublier que le sens est non dans l’item lexical en soi, quels que soient sa forme et son genre grammatical, mais bien dans le discours qui le construit. Or, seul des régimes totalitaires peuvent prétendre gouverner jusqu’aux discours. Laissons donc les usages se développer comme le souhaitent les usagers, et comme ils le font sans le savoir ou avec à peine une once de sentiment épilinguistique, sans se soucier plus des billevesées rétrogrades de l’Académie française – recourant parfois aux explications mal comprises de personnalités telles que Claude Lévi-Strauss ou Georges Dumézil – que des injonctions ministérielles et des intérêts idéologiques d’un féminisme revendicatif déjà trop daté. Au fil des pages, on passera sur des anachronismes probablement imputables à une certaine rapidité de rédaction : « lexicographie » (p. 47), ne peut pas valoir pour le xviie, le xviiie et la majeure partie du xixe siècle jusqu’à Émile Littré ou Adolphe Hatzfeld et Arsène Darmesteter ; ou sur des considérations dont on peut penser qu’elles vont quelque peu à l’encontre de l’objectivité d’une étude scientifique : « Les académiciens gays » (p. 57) ; on n’a quand même pas osé cerner ou identifier les LGBT sous la Coupole !… et d’autres maladresses de ce… genre.

3Au-delà des sourires et des insinuations, on se rappellera aussi que l’objet de la discussion sur le mot « mariage » à propos du « mariage pour tous » a été éclairci de manière linguistiquement bien plus rigoureuse et intéressante par un académicien des Inscriptions et Belles Lettres, en l’occurrence Robert Martin, ancien directeur de l’Institut national de la langue française (Inalf) (!), dans son dernier ouvrage, Linguistique de l’universel. Réflexions sur les universaux du langage, les concepts universels, la notion de langue universelle (Paris, Éd. De Boccard, 2016, p. 76). Comme quoi les Académies et leurs membres ne sont pas insensibles aux questions d’actualité et aux problèmes qu’elles posent. Le tout est d’avoir la hauteur de vue et les connaissances scientifiques nécessaires pour les traiter. Ce que n’ont manifestement pas la plupart des Académiciens et de leurs détracteurs, d’où l’impression d’une perpétuelle remise en scène d’arguments idéologiques totalement incompatibles. Une chronologie assez détaillée sinon exhaustive des événements et des articles de presse de la tranche 1984-2015 (pp. 197-205) rendra, en revanche, bien des services à qui veut, sans œillères, approfondir la réflexion sur ce sujet par l’analyse de discours rigoureuse des documents qu’elle renferme. Enfin, une bibliographie (pp. 208-214) des études sur la « féminisation et les mots féminins de la langue française, des études sur l’Académie française, et des autres sources citées, ainsi que des guides édités par les instances politiques officielles pour normaliser la question, tant en Belgique, Suisse, France qu’au Canada, saura combler la curiosité ou l’intérêt des lecteurs les plus exigeants. En souhaitant et espérant que ces derniers n’aient pas déjà été lassés par ces sempiternels débats confondant un système de formes sémiologiques, qui est ce qu’il est, la langue française, et un pur système de normes strictement idéologiques, qui devrait être comme on le voudrait, le français. Il est un moment où la récurrence devient abrasive…

4Les usagers ordinaires de cette langue, les francophones, seuls, peuvent en définitive trancher dans cette question de représentation, et selon leurs habitudes de pensée, entre genre grammatical et sexuisemblance des substantifs, comme l’écrivaient déjà entre 1910 et 1939 Jacques Damourette et Édouard Pichon dans leur Essai de Grammaire de la Langue Française (Paris, Éd. Artrey)… Auquel il n’est d’ailleurs nullement fait allusion ou référence ici.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Éliane Viennot, dir., L’Académie contre la langue française. Le dossier « féminisation » », Questions de communication, 32 | 2017, 454-455.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Éliane Viennot, dir., L’Académie contre la langue française. Le dossier « féminisation » », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11705

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

CeReS, université de Limoges
jacques-philippe.saint-gerand[at]unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page