Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, technologies

Alain Accardo, Pour une socioanalyse du journalisme. Considéré comme une fraction emblématique de la nouvelle petite bourgeoisie intellectuelle

Marseille, Éd. Agone, coll. Cent mille signes, 2017, 146 pages
Alexandre Eyries
p. 458-459
Référence(s) :

Alain Accardo, Pour une socioanalyse du journalisme. Considéré comme une fraction emblématique de la nouvelle petite bourgeoisie intellectuelle, Marseille, Éd. Agone, coll. Cent mille signes, 2017, 146 pages

Texte intégral

1Avec l’apparition des médias nationaux et internationaux diffusés à très grande échelle et des technologies numériques de l’information et de la communication, le journalisme a dû se transformer en profondeur pour accompagner l’évolution des sociétés occidentales postmodernes et continuer à demeurer en phase avec un monde dont les frontières sont en constante redéfinition et même réinvention. Les flux d’information n’ont de cesse de s’accélérer et il faut bien souvent quelques secondes à peine pour qu’une information capitale (un scoop) fasse le tour de la planète et parallèlement de la twittosphère qui la fait accéder à un stade d’hypermédiatisation. Pourtant, dans cette masse d’informations publiées et diffusées chaque jour (ce que l’on est convenu d’appeler les big data), il n’est pas aisé pour le lecteur – même aguerri – de pouvoir disposer d’informations résolument nouvelles, variées, attestées. À lire la presse attentivement, on a l’impression qu’une seule et même ligne éditoriale est adoptée, conduisant à une uniformisation et à une standardisation de l’information journalistique.

2Dans la seconde réédition de son ouvrage intitulé Pour une socioanalyse du journalisme. Considéré comme une fraction emblématique de la nouvelle petite bourgeoisie intellectuelle, le sociologue Alain Accardo – Professeur honoraire à l’Université Bordeaux-Montaigne – choisit de donner à voir la profession journalistique sous un angle radicalement différent de celui que le grand public peut avoir et de celui que les médias eux-mêmes continuent à accréditer. Dans l’introduction de cet ouvrage (pp. 1-10) – composé de quatorze brefs chapitres –, l’auteur stigmatise le passage au numérique d’une partie de la presse française et en fait l’une des causes, sinon la seule, de la détérioration des formes de l’activité journalistique : « Plus que jamais les médias sont une industrie soumise à toutes les contraintes et tous les impératifs de l’économie libérale et de la financiarisation » (p. 1). Le sociologue propose de faire remonter à la démocratisation de la télévision et à l’essor de la publicité l’origine d’une certaine soumission au mercantilisme des industriels, des banquiers et des grands investisseurs qui détiennent désormais la propriété de la presque totalité des médias d’information et de communication. Très critique, Alain Accardo estime que « en dépit d’opposants internes courageux mais non organisés et très minoritaires, la corporation de journalistes s’est depuis longtemps rangée massivement dans le camp des défenseurs de l’ordre établi » (pp. 2-3). Établissant une distinction entre la représentation très valorisante que le public a du journalisme (quelques journalistes brillants font exception) et la réalité d’une profession caractérisée selon lui par la médiocrité intellectuelle et d’imposture morale, Alain Accardo juge que « la représentation médiatique du monde, telle qu’elle est fabriquée quotidiennement par les journalistes, ne montre pas ce qu’est effectivement la réalité mais ce que les classes dirigeantes et possédantes croient qu’elle est, souhaitent qu’elle soit ou redoutent qu’elle devienne » (p. 6). Poursuivant son analyse critique, il fait des médias et de leurs personnels de simples instruments de propagande, plus ou moins consentants et zélés, dont la classe dominante a besoin pour assurer son hégémonie. Dans le quatrième chapitre (pp. 42-47), l’auteur – fort de la grille de lecture sociologique de Pierre Bourdieu – prend l’exemple de la perpétuelle urgence dans laquelle travaillent les journalistes pour dénoncer la détérioration constante des conditions de travail des journalistes et « les manquements systématiques aux règles les plus élémentaires d’un travail journalistique soucieux de la qualité de l’information » (p. 45). L’accélération des rythmes de diffusion de l’information a conduit les journalistes à sacrifier les procédures essentielles d’authentification des données. Pour Alain Accardo, c’est d’autant plus dommageable que, quand des journalistes, « en quelques rares occasions, s’arrangent pour prendre leur temps, ils font de meilleures enquêtes, amorcent de véritables investigations, et ils s’en retournent avec le sentiment gratifiant du devoir bien accompli » (p. 46).

3Dans le dixième chapitre (pp. 77-87), le sociologue n’a pas de mots assez durs pour dénoncer le manque criant de culture qu’il remarque chez beaucoup de journalistes et qui les prive, à son avis, d’une précieuse capacité de discernement vis-à-vis des grands enjeux d’une époque : « Ce déficit criant en capital culturel est sans doute pour beaucoup dans l’incapacité de la plupart des journalistes à appréhender le monde et eux-mêmes autrement qu’à travers les catégories simplistes et stéréotypées dont les rédactions sont devenues l’un des principaux ateliers de confection » (p. 77). Il y a une relative dimension mimétique dans le travail des médias français, ainsi que l’observe Alain Accardo, car dans une large mesure, les journalistes travaillent, écrivent, parlent les uns pour les autres, dans la logique de concurrence interne : « Ainsi le travail des uns sert-il de référence et de déclencheur au travail des autres ; les informations publiées par certains titres de la presse écrite comme Le Monde, ayant souvent pour effet d’actionner leurs confrères de l’audiovisuel » (p. 82). Pour paraphraser Montaigne et si l’on en croit l’auteur, les journalistes ne feraient rien d’autre que de s’entregloser.

4Alain Accardo explique que les journalistes sont le plus souvent à leur corps défendant complices et totalement dépendants d’un système qui les conduit à travailler plus vite et plus mal, sacrifiant au passage quelques-uns de leurs idéaux : « Les journalistes […] apportent leur nécessaire adhésion au fonctionnement du système médiatique en l’occurrence, mais une adhésion conflictuelle, contradictoire, qui conduit à analyser leurs pratiques à la fois en termes d’action intentionnelle et en termes d’obéissance passive aux structures » (p. 106). Tempérant quelque peu son pessimisme, le sociologue reconnaît fort volontiers que dans le journalisme, comme dans toute autre corporation professionnelle d’ailleurs, il y a encore beaucoup de gens qui se sentent libres de faire ce qu’ils font comme ils le font. Ceux-ci occupent en général des positions plutôt dominantes dans le champ journalistique « et s’insurgent, au nom de la liberté de conscience, contre toute menace d’immixtion dans leur travail » (pp. 108-109). La liberté de conscience du journaliste ne va donc pas toujours de pair avec sa réelle marge de manœuvre et son indépendance authentique par rapport au champ politico-économique.

5Enfin, l’auteur livre un constat lucide et sans appel sur la crise multiforme qui secoue le champ socioprofessionnel du journalisme et plus largement des médias d’information. Dans la droite lignée de tout son livre, le sociologue pointe avec une froideur clinique les errements d’un journalisme pour lequel il a par ailleurs beaucoup d’intérêt personnel et professionnel : « Les grands médias de la presse écrite et audiovisuelle sont partie intégrante des moyens de défense et de reproduction de l’ordre capitaliste, et on ne saurait les changer en profondeur sans s’attaquer à ce qui est à la racine de leur fonctionnement : la logique de marché, la recherche de la rentabilité immédiate et du profit maximum » (pp. 114-115). À le lire, on sent chez cet auteur que le désamour qu’il porte au journalisme est à la mesure de l’inclination qu’il avait pour lui, à la fois en tant que sociologue et en tant que citoyen engagé. L’auteur de Pour une socioanalyse du journalisme milite donc ouvertement pour qu’advienne une libération des médias d’information par rapport aux multiples pressions et intimidations qu’ils subissent. Il ne mâche d’ailleurs pas ses mots puisqu’il dit qu’« il faut impérativement casser les reins aux empires de presse, […] favoriser le développement d’une presse non lucrative, indépendante et pluraliste ; empêcher la concentration des titres ; […] écarter toute confusion avec le pouvoir économique ou politique » (p. 116). Le sociologue appelle de ses vœux la création d’un grand service public de l’information, capable de répondre aux attentes de la vie démocratique de la nation tout en assurant des conditions de travail, de rémunération et de carrière décentes à ses agents. En conclusion de cet ouvrage, l’auteur fustige à travers le journalisme français une nouvelle petite bourgeoisie intellectuelle beaucoup moins intéressée par la vérité et l’information que par la popularité et la rentabilité économique immédiate. Si le prisme bourdieusien est intéressant, l’ensemble, écrit dans une langue fluide, n’échappe pas aux outrances d’une critique systématique d’une profession marquée par la trahison de ses clercs. Un ouvrage stimulant, certes, mais parfois trop à charge ce qui entache quelque peu les grandes qualités aperçues ça et là.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Eyries, « Alain Accardo, Pour une socioanalyse du journalisme. Considéré comme une fraction emblématique de la nouvelle petite bourgeoisie intellectuelle », Questions de communication, 32 | 2017, 458-459.

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Alain Accardo, Pour une socioanalyse du journalisme. Considéré comme une fraction emblématique de la nouvelle petite bourgeoisie intellectuelle », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11709

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

Cimeos, université de Bourgogne, F-21000
alex.eyries[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page