Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, technologies

Axel Bruns et al., The Routledge Companion to Social Media and Politics

New York, Routledge, 2016, 537 pages
Camelia Cusnir
p. 459-462
Référence(s) :

Axel Bruns et al., The Routledge Companion to Social Media and Politics, New York, Routledge, 2016, 537 pages

Texte intégral

1Placé dans le contexte de l’utilisation de plus en plus étendue des médias sociaux dans la communication politique, cet ouvrage collectif assez impressionnant qui compte 66 auteurs et plus de 500 pages se propose, dès le début, de compenser le peu d’attention accordée à ce sujet au-delà des États-Unis et de la Grande-Bretagne. Afin de compenser ce déséquilibre, on nous présente « des recherches réalisées sur six continents afin d’offrir une analyse compréhensive, globale et actualisée des utilisations politiques des médias sociaux » (p. I).

2Les recherches appliquées s’intéressent à des sujets très divers qui vont des Anonymous au Printemps arabe, en passant par le mouvement grec Aganaktisemenoi, mais aussi à des événements qui relèvent de la vie politique plus encadrée, comme les législatives en Corée du Sud ou le référendum sur l’indépendance de l’Écosse. La première partie du livre regroupe les analyses sur la communication en ligne des mouvements politiques et une deuxième est dédiée aux études des rituels de la vie politiques : les élections ou les référendums. Le tout est encadré par la première partie de l’ouvrage qui propose une synthèse des plus récentes théories à la confluence des médias sociaux et de la politique ayant comme point de départ un axiome dont les origines se perdent dans l’Antiquité : la politique et les médias sont depuis toujours interconnectés. Les auteurs revisitent les théories de l’agenda setting, de la sphère publique et des concepts tels que « les médias hybrides » (« hybrid media ») et « le troisième espace » (« third space ») afin d’expliquer l’impact des médias en ligne et des médias sociaux sur le journalisme et sur la communication politique.

3Dans « Politics in the Age of Hybrid Media. Power, Systems and Media Logics » (pp. 7-22), Andrew Chadwick, James Dennis et Amy P. Smith mènent une réflexion à propos de la « période chaotique de transition » (« chaotic transition period », p. 7) traversée par la communication politique suite à l’apparition des médias numériques. Ils parlent de l’émergence d’un système médiatique hybride, résultat « des interactions entre les logiques médiatiques anciennes et plus récentes » (« interactions among older and newer media logics », p. 8). Dans ce contexte, la très citée campagne présidentielle de 2008 de Barack Obama est donnée comme exemple, non pour l’utilisation de l’internet, mais pour avoir intégré, dans un tout cohérent, « les logiques médiatiques des anciens et des nouveaux médias » (« older and newer media logics », p.11). Les médias hybrides ont également un impact sur la construction des nouvelles et sur la profession de journaliste avec l’apparition « des journalistes amateurs et des bloggeurs qui intègrent de plus en plus les logiques des journalistes professionnels » (« amateur journalists and bloggers increasingly integrate the logics of professional journalists », p. 14) et avec un mouvement constant des médias traditionnels vers l’intégration des actions et des informations en ligne dans leurs propres pratiques et routines. Ce chapitre suggère le remplacement de la dichotomie anciens/nouveaux médias dans la communication politique par le constat de « l’interaction, adaptation et coévolution des logiques des anciens et des nouveaux médias » (« the interaction, adaptation, and coevolution of older and newer media logics », p. 19).

4L’idée d’hybridation revient souvent dans The Routledge Companion. Marcel Broersma et Todd Graham (pp. 89-103) notent qu’« avec l’essor de l’internet et des médias sociaux, la relation entre la politique, le journalisme et le public s’est transformée dans un ménage à trois  » (« with the rise of the Internet and social media, the relation between politics, journalism, and the public changed into un actual ménage à trois ») dans lequel « reporters et politiciens sont très conscients des opportunités et des défis que la communication en réseau leur offre tant pour échanger entre eux que pour toucher leur public  » (« reporters and politicians are very aware of the opportunities and challenges networked communication offers them in both relating to each other and reaching out to the public », p. 90). Selon les auteurs, un système médiatique hybride dans lequel la logique des médias et celle du réseau interagissent fait son apparition. Après une analyse de l’utilisation de Twitter par les journalistes qui couvrent des sujets politiques en différents pays, les auteurs du chapitre « Tipping the Balance of Power. Social Media and the Transformation of Political Journalism » concluent : « Twitter est pour les journalistes du xxie siècle ce que le téléphone était pour les reporters du xxe siècle : un outil utile pour produire plus facilement et plus rapidement des nouvelles  » (« Twitter is for 21st-century journalists what the telephone was for 20th-century reporters : a helpful tool to make news production easier and quicker », p. 99).

5Dans « Where There Is Social Media There Is Politics » (pp. 39-55), Karine Nahon construit une analyse critique des médias sociaux qui, pour elle, ne peuvent pas être conçus sans une certaine implication politique ou sans distorsion : « Dans les médias sociaux, la neutralité est l’exception plutôt que la règle » (« In social media, neutrality is the exception rather than the rule », p. 40). Les médias sociaux neutres, égalitaires, objectifs et démocratiques ne sont qu’une illusion car « les éléments de base des médias sociaux – leur architecture (la structure des plateformes et des réseaux) et leurs dynamiques (la structure du réseau, les flux d’information et les flux organisés) sont politiques, non-neutres et non-démocratiques en design, pratiques et politiques  » (« the basic elements of social media – their architecture (platforms and network structure) and dynamics (network structure, information flows, and curated flows) – are political, non-neutral and non-democratic in design, practices and policies », p. 41).

6Dans un chapitre à titre provocateur – « Is Habermas on Twitter? Social Media and The Public Sphere » (pp. 56-73), Axel Bruns et Tim Highfield sont préoccupés par la redéfinition du concept de sphère publique et suggèrent « la nécessité d’augmenter ou même de remplacer la sphère publique de Habermas dans sa formulation la plus orthodoxe par un modèle plus complexe, dynamique et multi facette qui permette des connexions et superpositions entre une multitude de sphères publiques qui coexistent  » (« there may be a need to augment or even replace the Habermasian public sphere in its most orthodox formulation by embracing a most complex, dynamic, and multifaceted model that allows for connections and overlaps between a multitude of coexisting public spheres », p. 58).

7Dans « Agenda-Setting Revisited. Social Media and Sourcing in Mainstream Journalism » (pp. 104-120), Eli Skogerbø, Axel Bruns, Andrew Quodling et Thomas Ingebretsen explorent l’adaptation de l’hypothèse d’agenda setting à l’environnement en ligne et hybride où les médias sociaux représentent des outils utilisés tant par les journalistes que par leurs sources. À ces fins, ils analysent les sources des nouvelles politiques et les pratiques d’agenda setting dans les campagnes électorales d’Australie, Norvège et Suède.

8La deuxième partie de l’ouvrage réunit des analyses des usages des médias sociaux par des mouvements politiques et civiques du monde entier : des protestations en Égypte aux mouvements contre l’austérité en Espagne ou en Grèce, du mouvement civique en Corée du Sud à l’opposition émergeante contre le régime autoritariste d’Azerbaïdjan.

9Dans une tradition de recherche qui s’intéresse au pouvoir des médias sociaux dans la mobilisation des masses, Camilo Cristancho et Eva Anduiza étudient, dans « Social Media Accounts of the Spanish Indignados » (pp. 165-183), comment les médias sociaux et, notamment Twitter, ont permis l’activation des réseaux « en l’absence de leaders, de buts communs ou de structures conventionnelles d’organisation » (« in the absence o recognized leaders, common goals, or conventional organisation structures », p. 165). C’est toujours une analyse de Twitter que propose Yannis Theocharis (pp. 184-197) à propos des opportunités offertes par ce même réseau social au mouvement Aganktismenoi, en Grèce. L’auteur constate que « les médias sociaux ont été les chaînes de mobilisation prioritaires » (« social media were the prevalent mobilising channels », p. 193) dans ce mouvement et que les plateformes comme Facebook et Twitter « ont offert aux citoyens l’opportunité de créer rapidement et facilement des groupes et de distribuer du contenu personnalisé à propos des acteurs à travers les réseaux sociaux » (« gave citizens the opportunity to create groups quickly and easily, and distribute personnalisable content about the events across social networs », ibid.).

10Un autre regard sur les opportunités offertes par les réseaux sociaux aux mouvements civiques est offert par Zizi Papacharissi et Stacy Blasiola dans « Structures of Feeling, Storytelling, and Social Media. The Case of #Egypt » (pp. 211-222). Selon les auteures, les réseaux sociaux « permettent à tout individu impliqué, affilié ou intéressé par un mouvement de devenir un raconteur, de contribuer au tissu collaboratif et narratif en ligne et off ligne à propos du mouvement lui-même » (« permit each individual involved, affiliated, or interested in a movement to become a storyteller, contributing to the narrative woven online and offline about the movement itself », p. 211) et « transforment la manière dans laquelle les journalistes et les citoyens vivent et couvrent les événements d’une manière collaborative » (« transform the ways in which journalists and citizens experience and cover events collaboratively », p. 218).

11La troisième partie de ce volume collectif explore l’adoption croissante des médias sociaux dans les campagnes politiques à travers les élections nationales et régionales ou les référendums. Cette section est organisée chronologiquement, en comptant, par exemple, l’élection présidentielle du Brésil, les élections danoises pour le Parlement européen et le référendum pour l’indépendance de l’Écosse. Il y a même une analyse de la présidentielle française de 2012 : « The 2012 French Presidential Campaign. First Steps into the Political Twittersphere » (pp. 378-390). En prenant comme point de départ le fait que « les espaces plus traditionnels d’information et de débat politique, comme les sites et les blogs, ont été ombragés par Twitter, un médium réactif permettant la communication instantanée, complémentaire aux médias traditionnels et particulièrement à la télévision  » (« the more traditional spaces of online information and political debate, such as websites and blogs, were overshadowed by Twitter, a reactive medium allowing for instantaneous communication which proved complementary to traditional mass media, and particularly to television », p. 378), Françoise Papa et Jean-Marc Francony réalisent une analyse de contenu de l’activité sur Twitter des candidats à la présidentielle dans le but d’identifier « les réseaux de relations et des acteurs ainsi que leurs modes d’expression sur les réseaux sociaux  » (« the networks of relations and actors as well as their modes of expression on social networks », p. 379).

12Par l’actualité des thèmes et par la diversité des approches, The Routledge Companion to Social Media and Politics est un volume à retenir et à parcourir. Qu’il s’agisse des réflexions théoriques ou de différentes études de cas, chacun des chapitres peut être lu indépendamment, mais l’intérêt de l’ouvrage réside aussi dans les interconnexions à découvrir entre les différentes recherches venues des quatre coins du monde qui reprennent des préoccupations, des concepts ou des schémas théoriques communs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camelia Cusnir, « Axel Bruns et al., The Routledge Companion to Social Media and Politics », Questions de communication, 32 | 2017, 459-462.

Référence électronique

Camelia Cusnir, « Axel Bruns et al., The Routledge Companion to Social Media and Politics », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11711

Haut de page

Auteur

Camelia Cusnir

Faculté de journalisme et des sciences de la communication, Université de Bucarest, RO-030018
camelia.cusnir[at]fjsc.ro

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page