Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, technologies

Julia Cagé, Nicolas Hervé, Marie-Luce Viaud, L’Information à tout prix

Bry-sur-Marne, Ina, coll. Médias et humanités, 2017, 170 pages
Jean-François Tétu
p. 462-463
Référence(s) :

Julia Cagé, Nicolas Hervé, Marie-Luce Viaud, L’Information à tout prix, Bry-sur-Marne, Ina, coll. Médias et humanités, 2017, 170 pages

Texte intégral

1Largement issu du programme TransMedia (OTMedia), soutenu par l’Agence nationale de la recherche (ANR) de 2010 à 2014, mais pas seulement, ce livre de taille très raisonnable (170 pages), de lecture facile et soutenue par de nombreux graphiques, propose une foule impressionnante de données tout à fait originales sur les transformations de la production de l’information à l’ère d’internet, et une réflexion qui mérite l’attention.

2L’Information à tout prix a un double objectif. D’une part, il analyse le contenu produit en ligne par l’intégralité des médias français sur une année complète (2013), en le mettant en rapport avec les données humaines (rédaction) et économiques de ces médias, et des données précises de l’audience des différents sites, ce qui permet d’analyser le rapport entre la consommation des médias en ligne et l’originalité des contenus. D’autre part, il propose, à partir de données sur la monétisation de l’information (chapitre 5, pp. 107-118) et l’analyse des citations (chapitre 6, pp. 119-128), un ensemble de mesures qui permettraient une meilleure régulation des médias que celle du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) et de la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP), et une refonte de la question du copyright.

3D’abord, donc, une analyse tout à fait inédite des contenus produits sur l’internet, c’est-à-dire de plus de 2,5 millions de documents (7 000 par jour), regroupés par événement, grâce à un « détecteur d’événements » conçu pour cela ; puis la recherche du « news breaker » (le premier qui fournit une information sur chacun de ces événements), et enfin, le suivi de cet événement dans chaque média, seconde par seconde. Ensuite grâce à un « détecteur de copie », produit lui aussi à cette fin, une mesure impressionnante du taux de copie entre chaque document et ceux qui le précédent permet de repérer la production d’une information originale. Naturellement, une grande partie des contenus produits a peu de rapports avec l’événement du jour (information locale, articles de long cours, entretiens, tribunes, etc.), mais cela permet aussi de construire une typologie des médias et de leurs choix rédactionnels. Le résultat est très impressionnant, notamment sur la vitesse de propagation sur le net, et le taux hallucinant de reprises pures et simples (pp. 44 sq.) : « La moitié des événements se propagent en moins de 25 minutes ; un quart en seulement… 230 secondes, et 10 % en seulement 4 secondes ». Bien sûr, cette vitesse reflète la place de la publication automatique sur tel ou tel site de contenus déjà mis en forme par l’Agence France-Presse (AFP) (la robotisation est également analysée pp. 76-79), et elle dépend largement de la réputation du média news breaker, ce qui, là encore, apporte des précisions précieuses sur le cycle actuel de l’information (p. 31), et l’effet de la notoriété sur les reprises (p. 47).

4Ces reprises sont très rapides, et elles ne sont que fort peu créditées. Grâce à l’algorithme de détection de copie, il apparaît que « 64 % de ce qui est publié en ligne est du copié-collé pur et simple » (p. 51). Là encore, il se trouve de très fortes disparités (figure 13, p. 52), qui font l’objet d’une analyse intéressante du rôle actuel de l’AFP (chapitre 5, pp. 95-106) mais aussi de l’homogénéisation croissante de l’information, qui rejoint ce que Pablo J. Boczkowski avait mis en évidence en Argentine (News at work. Imitation in an Age of Information Abundance, Chicago, University of Chicago Press, 2010). Le risque, ici, est que le recours à la copie et la vitesse de propagation fassent « perdre à l’information originale toute valeur commerciale » (p. 55). D’où les analyses et réflexions de ce livre sur la monétisation de l’information, et c’est bien le couplage entre les mesures de vitesse et de copie, et les analyses économiques qui font la plus grande originalité de l’ouvrage. Trois études de cas appuient l’étude de la propagation quasi virale de l’information : les écoutes de la National aeronautics and space administration (NASA) dévoilées par Le Monde en octobre 2011 sont illustrées par des figures tout à fait spectaculaires (pp. 60-67), et les deux autres cas (enquête sur le micro parti de Marine Le Pen, et annonce de la candidature de François Fillon à la primaire de la droite) sont moins illustrés (figures 17 et 18, pp. 69 et 71), mais tout aussi convaincantes ; on aura remarqué que le premier cas est antérieur au corpus principal, car l’étude a fait l’objet de compléments extérieurs au programme OTMédia.

5Les coûts de production font l’objet d’un chapitre complet (chapitre 3, pp. 73-94) qui met d’abord en évidence le traitement automatique des nouvelles (p. 76 sq.). Mais pourrait-on imaginer sans ces algorithmes une publication aussi rapide des résultats électoraux, ou, dans un autre domaine, le traitement du Wikileaks ou des 11,5 millions de documents des Panama Papers ? Évidemment non, ce qui conduit à une réflexion un peu différente : « Les robots peuvent produire de l’information, beaucoup d’information, mais relativement peu d’information véritablement originale » (p. 78). C’est pourquoi les auteurs ont tenté de mesurer le rapport entre la taille des rédactions et la production d’informations originales (p. 79 sq., et figures 19 A à F), grâce à une analyse économétrique dont le résultat est sans appel : l’originalité est fonction du nombre de journalistes, même si on excepte le cas de l’AFP et de ses 750 journalistes, car le modèle économique de l’APF – b to b – est totalement différent de celui des médias. Il reste que la diminution du nombre de journalistes dans les rédactions, déjà très forte aux États-Unis, conduit fatalement à une diminution de l’information originale, avec le risque que « le rôle des médias ne serait plus d’annoncer les informations, mais de les confirmer » (p. 93).

6C’est bien pourquoi il faut mettre à part le modèle économique des agences qui font payer à leurs clients non pas les contenus, mais leur reprise : rappelons que les tarifs de l’AFP sont fonction de la diffusion des clients-médias. En revanche, la position des auteurs est que l’information est certes un bien public, mais « un bien qui coûte cher à produire : il faut réussir à le monétiser pour pouvoir continuer à le faire » (p. 107), d’où l’examen original, mais frustrant, de la relation entre originalité et audience : « En termes d’audience (les médias) ne bénéficient pas de leur investissement dans la production d’information originale » (p. 114). Certes, les médias y gagnent en réputation, et les médias imprimés peuvent voir leurs ventes en kiosque progresser pendant quelques jours, comme celles du Monde au moment de la publication des Panama Papers, mais cela ne saurait suffire, pas plus que la qualité de la « vitrine » proposée par les médias les plus originaux.

7Il faut donc inventer d’autres solutions, que les auteurs proposent dans le dernier chapitre, où ils examinent les pistes déjà mises en œuvre, comme les « murs payants » (paywall), à l’exemple du New York Times, imité par Les Échos, Le Monde ou Le Figaro ; les auteurs discutent ce modèle qui a déjà montré ses limites, ainsi que les avantages et les limites du copyright. C’est donc sur la propriété intellectuelle et la syndication sous toutes ses formes, mais aussi la mutualisation des coûts, à l’instar des consortiums internationaux, et l’invention de nouvelles formes de régulation que s’achève ce livre, très précieux par la quantité de données qu’il comporte et la pertinence de leur analyse.

8Sans doute, tout n’est pas radicalement neuf ici. Nous avons déjà rappelé les études de Pablo J. Boczkowski ; il faudrait aussi rappeler Gaye Tuchmann, que les auteurs citent à plusieurs reprises, et beaucoup d’autres, notamment des études récentes, issues de programmes à peu près contemporains, comme celui qu’a dirigé Franck Rebillard (« Internet et pluralisme de l’information », Réseaux, 176, 2012, pp. 9-25). Mais les résultats publiés ici complètent de façon tout à fait originale et passionnante ceux qui les ont précédés (par ailleurs, les auteurs ont publié à partir de ces résultats deux articles de recherche académique, technique et en anglais qui sont disponibles en ligne : https://sites.google.com/​site/​juliacagehomepage/​research/​).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Tétu, « Julia Cagé, Nicolas Hervé, Marie-Luce Viaud, L’Information à tout prix », Questions de communication, 32 | 2017, 462-463.

Référence électronique

Jean-François Tétu, « Julia Cagé, Nicolas Hervé, Marie-Luce Viaud, L’Information à tout prix », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11714

Haut de page

Auteur

Jean-François Tétu

Élico, université Lumière Lyon 2, F-69000
jf-tetu[at]orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page