Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, technologies

Gustavo Gomez-Mejia, Les Fabriques de soi ? Identité et Industrie sur le web

Paris, MkF Éd., coll. Les Essais numériques, 2016, 152 pages
Patrice Vibert
p. 463-465
Référence(s) :

Gustavo Gomez-Mejia, Les Fabriques de soi ? Identité et Industrie sur le web, Paris, MkF Éd., coll. Les Essais numériques, 2016, 152 pages

Texte intégral

1L’interrogation du titre, étonnante pour un simple groupe nominal, devient au fil des pages plus rassurante. Le livre de Gustavo Gomez-Mejia est un appel à la prudence face à une théorisation souvent hâtive des transformations du web contemporain et, par une analyse détaillée des modalités de l’écriture de soi sur les réseaux sociaux, il nous apprend à éviter deux illusions théoriques : l’euphorisation de la nouveauté des identités numériques et la diabolisation d’un Big Brother détruisant toute trace d’intimité.

2Issu des sciences de l’information et de la communication, le propos de Gustavo Gomez-Mejia n’a rien de psychologique et ne s’intéresse donc pas aux effets de cette écriture de soi sur nos subjectivités. Comme il le précise lui-même, il se situe en amont de ce questionnement pour décrire à la fois les matrices d’écriture de soi qui sont offertes, imposées aux internautes et les discours d’accompagnement qui font barrage à une compréhension objective de ce phénomène et son analyse commence par un refus, celui de parler de « web 2.0 », « web collaboratif »… Toutes ses expressions, qui font partie du discours d’accompagnement de l’évolution technologique d’internet, véhiculent l’idée que nous serions devenus de véritables acteurs d’internet et que nous pouvons y exprimer notre singularité. Pour s’opposer à ces connotations positives, l’auteur choisit un vocable plus neutre, celui de « web contemporain ». Lorsque nous arrivons sur un des réseaux sociaux de ce web contemporain, ce que nous y voyons réellement, ce n’est pas une page blanche où nous pourrions être « nous-même » mais une série de formulaires dans lesquelles notre identité se transformera en série d’écritures.

3Gustavo Gomez-Mejia déclinera cette identité en trois positions : auteur, pair, et client. Pour construire notre position d’auteur, les réseaux sociaux mettent en œuvre une véritable hétérotopie. Cette notion, héritée de Michel Foucault, désigne la construction d’une pseudo-unité à partir d’éléments hétérogènes et c’est bien ainsi que notre identité se forge, à travers sa mise en tableau. Chaque réseau social nous demande ainsi un nom, une photo de profil, nos amis, nos centres d’intérêt, nos goûts et enfin notre statut ou activité du jour. Notre identité numérique n’est pas comparable à une unité substantielle, elle n’est que le résultat de cet ensemble d’écritures standardisées puisque ces formulaires sont les mêmes pour chaque personne qui veut s’inscrire sur un réseau social et se retrouvent, à quelques variantes près, sur tous les sites disponibles. Il ne faut donc pas être prisonnier de cette mise en page aux apparences singularisantes, puisque si nous la transformons en langage informatique, l’adresse de notre profil personnel n’est pas liée à un nom mais uniquement à un chiffre impersonnel qui indique sur quel serveur se trouvent les informations nous concernant. Cependant, cette formalisation informaticienne de nos identités est recouverte par un langage métaphorique (ma page, mon pseudo, mes amis, partage…) qui nous donne à imaginer une expression de notre singularité qui n’existe pas sur l’écran. Mais certaines de ces métaphores (« amis », « fans, « partage ») nous entraînent vers une autre position, celle de pair. En effet, notre écriture de soi n’est jamais une aventure solitaire et l’auteur reprend ici la notion de conscription pour décrire la sérialisation des identités. Ma singularité semble moins importante que le fait que je compte au nombre des personnes qui « aiment » telle marque, telle activité, tel événement. Je m’écris avec d’autres et je suis écrit avec d’autres. Je fais partie ainsi d’un ensemble de listes de noms et ceux que j’ai aimé pourront ainsi revendiquer une quantité de supporters. Il est ainsi significatif que la socialité présente dans le web ne présente quasiment pas la possibilité d’indiquer que nous n’aimons pas quelque chose. Le négatif ne peut ainsi par être compté et n’a donc pas d’existence numérique. Il y a ainsi une euphorisation de nos clics quotidiens qui dessine à la fois nos vies numériques – définies par la suite quotidienne de « j’aime » ou de « partage » que nous effectuons – et la série des supporters disponibles puisque, si anodin puisse-t-il nous apparaître, ce clic a une valeur d’adhésion totale à cette marque, activité ou événement. C’est pourquoi cette position de pair se transmue naturellement en celle de client. Ici, il n’est nul besoin de recourir à la figure du Big Brother pour décrire cette prise de notre identité par l’industrie. En réalité, cette figure, par la personnification du pouvoir qu’elle induit fait aussi paradoxalement partie des discours d’accompagnement. Figure repoussoir, elle permet d’amplifier tous les débats autour de la vie privée sur les réseaux sociaux et par conséquent la médiatisation de ces réseaux sociaux eux-mêmes. C’est pourquoi Gustavo Gomez-Mejia préfère la fiction orwelienne de la novlangue à celle de Big Brother pour décrire la collusion entre l’industrie et le web contemporain. L’omniprésence du bouton « j’aime » sur tous les contenus du web – et la quasi-absence du bouton « je n’aime pas » – n’est pas simplement une invitation à exprimer ses préférences mais à s’enregistrer dans la liste des conscrits. L’assujettissement présent dans le monde numérique n’est donc pas la soumission à l’œil anthromorphique du pouvoir mais l’aliénation formelle à la structure formalisée des réseaux sociaux. En acceptant l’appel à s’inscrire sur ces réseaux (puisque l’univers numérique ne cesse de nous interpeller à travers ces « inscrivez-vous », « exprimez-vous »…), nous devenons en réalité un membre de ces « banques de sujets » disponibles pour l’industrie. S’il en fallait une dernière preuve, la dissémination de notre nom sur des écrans-tiers par la série de nos « partages » ou de nos « j’aime » sans que nous n’ayons jamais à signer nous-mêmes nos activités numériques montre que je suis dépossédé de ce pouvoir de parler en mon nom.

4L’entreprise de déconstruction opérée par Gustavo Gomez-Mejia est la bienvenue puisque plus de dix ans après l’arrivée de Facebook, le réseau social le plus répandu, les discours théoriques sur notre vie numérique continuent à osciller entre la survalorisation des capacités émancipatrices d’internet et la phobie vis-à-vis d’un Big Brother omniscient. Cependant, si l’analyse des réseaux sociaux en termes d’écriture permet de mettre à jour la triade auteur-pair-client qui constitue les positionnements numériques de notre individualité, elle semble négliger deux autres aspects essentiels pour compléter cette cartographie de la formalisation de nos vies. Tout d’abord, il semble réducteur de supposer que les individus sont tous également assujettis à la structure anonyme du web contemporain. On peut au contraire décrire cet univers numérique comme une série de luttes, une lutte pour la visibilité de la part des individus et une lutte des réseaux sociaux eux-mêmes pour s’assurer le plus grand nombre d’activités – conditions de leur visibilité à cause de la construction d’internet en flux – de la part des utilisateurs. Il serait donc pertinent d’intégrer cette triade de positions subjectives à la description de ces luttes. Enfin, il est étonnant de remarquer qu’un auteur aussi soucieux de la matérialité du web contemporain ne s’interroge pas sur les supports concrets de ces écritures formalisées. Nos vies ne s’écrivent pas de la même façon sur un ordinateur, un téléphone portable ou une tablette et cette écriture n’aura pas le même rapport avec ce que nous vivons en dehors de la sphère numérique selon les supports que nous utilisons. Ces deux compléments indispensables à l’analyse de l’auteur ne diminuent aucunement la valeur de ce livre qui mène avec rigueur le but qu’il s’est donné, la description de la formalisation des expressions de soi dans l’univers du web contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Vibert, « Gustavo Gomez-Mejia, Les Fabriques de soi ? Identité et Industrie sur le web », Questions de communication, 32 | 2017, 463-465.

Référence électronique

Patrice Vibert, « Gustavo Gomez-Mejia, Les Fabriques de soi ? Identité et Industrie sur le web », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11717

Haut de page

Auteur

Patrice Vibert

Université de Rouen
patrice.vibert1[æt]univ-rouen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page