Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, technologies

Fabien Granjon avec la collab. de Venetia Papa et Gökçe Tuncel, Mobilisations numériques. Politiques du conflit et technologies médiatiques

Paris, Presses des Mines, coll. Sciences sociales, 2017, 214 pages
Tiphaine Zetlaoui
p. 465-466
Référence(s) :

Fabien Granjon avec la collab. de Venetia Papa et Gökçe Tuncel, Mobilisations numériques. Politiques du conflit et technologies médiatiques, Paris, Presses des Mines, coll. Sciences sociales, 2017, 214 pages

Texte intégral

1L’ouvrage Mobilisations numériques écrit par Fabien Granjon avec la collaboration de Venetia Papa et Gökçe Tuncel, s’intéresse, comme son titre le laisse clairement entendre, à l’articulation étroite entre médias numériques et mouvements de contestation. Pour aborder cette intrication, les auteurs s’attellent, en s’appuyant sur un bon nombre de travaux universitaires, à examiner une palette très étendue de mobilisations sociales traitées aussi bien sur le plan local, national qu’international. Le propos général consiste à apporter au lecteur un éclairage à la fois précis et global sur la place qu’occupent les Technologies de l’information et de la communication (TIC) et le rôle qu’elles jouent dans la formation de phénomènes de protestation dans leur composante collective. La démarche adoptée par les auteurs consiste plus particulièrement à identifier et à comprendre les rouages numériques de la subversion en évitant les explications excessivement simplificatrices comme peuvent l’être parfois celles qui relèvent d’un système argumentaire strictement techno-déterministe, la technologie étant alors considérée comme motrice du changement social en l’occurrence ici comme la condition sine qua non du conflit et de la révolte. À ce titre, les trois chercheurs ne manquent pas de souligner l’importance des études qui traitent des pratiques subversives, sans exclusivement se focaliser sur l’aspect médiatique, en explorant, notamment, les espaces publics et les lieux de rassemblement physiques.

2Dans cette perspective, les auteurs se prémunissent de survaloriser l’impact des médias numériques par rapport à celui des médias anciens ; certains spécialistes des médias ayant tendance à considérer, au regard de leurs potentialités socio-techniques, que les premiers sont bien plus révolutionnaires que les seconds. À cet égard, la partie historique de l’ouvrage apporte une réflexion intéressante sur la frontière ténue entre supports classiques et TIC en montrant la manière dont les acteurs de la contestation ont utilisé depuis un siècle, et continue d’utiliser, des moyens de communication que l’on considère aujourd’hui comme traditionnels – presse, radio, cinéma, télématique – pour faire entendre leurs voix avec des logiques d’appropriation souvent proches de celles associées aux réseaux numériques.

3De manière générale, le regard critique que les auteurs adoptent vis-à-vis des analyses auxquelles ils se réfèrent nous semble à maint égard riche d’enseignement, dans la mesure où ils mettent aussi bien en avant les éléments de pertinence qui les constituent que les limites des cadres théoriques auxquelles elles s’adossent. Certains travaux de Manuel Castells, par exemple, sont ainsi passés au crible d’une critique tempérée : si certaines de ses analyses sont validées, d’autres ne le sont au contraire pas.

4Outre les très nombreuses références bibliographiques, l’ouvrage contient également une multitude d’exemples de natures diverses. Le lecteur peut ainsi concrètement identifier les différentes formes que prennent les dynamiques de contestation survenues au début du xxie siècle (des révolutions arabes aux mouvements de crise en passant par luttes hacktivistes) en fonction de leurs enjeux sociétaux et de leurs modes d’organisation logistico-technique, communicationnelle, langagière, éthique… Force est d’ailleurs de constater la difficulté à laquelle se trouvent confrontés les auteurs en tentant d’appréhender et de circonscrire les phénomènes de mobilisation se manifestant par le biais des technologies numériques. Non seulement le foisonnement des mouvements qui semble exponentiel est ancré dans des contextes socio-politiques, idéologiques et technologiques multiples et particulièrement mouvants, mais ces mouvements ont des logiques de fonctionnement particulièrement complexes du fait qu’ils opèrent selon des logiques de transversalité, réticularité et d’expressivité multi-subjective. De toute évidence, le livre de Fabien Granjon constitue, sur les problématiques de la confrontation et du conflit, un matériau de réflexion indéniablement incontournable dans la mesure où sont mobilisés des savoirs empiriques et théoriques issus de sciences plurielles comme la sociologie et les sciences de l’information et de la communication.

5Il faut toutefois noter qu’il est parfois difficile de distinguer le positionnement théorique des auteurs. Les pistes d’analyse sont multiples et explorées avec un tel art de la nuance que le lecteur a du mal à clairement voir se dessiner l’ossature d’une école de pensée même s’il peut en percevoir certaines arcades. La densité conceptuelle de certains passages truffés de références universitaires opacifie le propos des auteurs du livre dont les points de vue s’entremêlent aux thèses des auteurs cités, laissant parfois le lecteur dans un sentiment de confusion et de frustration, certains courants théoriques, comme celui associé au techno-pragmatisme, étant traités de manière embrouillée et trop synthétique. Il est en outre dommage que l’analyse soit répétitive et n’aborde que trop peu les questions de méthodes liées aux investigations de terrain. En définitive, si l’intérêt de cet ouvrage est notoire, sa lecture demeure déroutante. En effet, on aurait tendance à penser à la fin du livre, malgré les recommandations de départ et la démarche précautionneuse des auteurs de ne pas adopter de vision techno-déterministe, que les médias numériques jouent quand même un rôle historique dans la constitution de nouvelles dynamiques collectives alternatives et contestataires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tiphaine Zetlaoui, « Fabien Granjon avec la collab. de Venetia Papa et Gökçe Tuncel, Mobilisations numériques. Politiques du conflit et technologies médiatiques », Questions de communication, 32 | 2017, 465-466.

Référence électronique

Tiphaine Zetlaoui, « Fabien Granjon avec la collab. de Venetia Papa et Gökçe Tuncel, Mobilisations numériques. Politiques du conflit et technologies médiatiques », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11720

Haut de page

Auteur

Tiphaine Zetlaoui

MCC, université catholique de Lille, F-59000
tiphaine.zetlaoui[at]univ-catholille.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page