Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, technologies

Annabelle Klein, dir., Nos jeunes à l’ère numérique

Louvain-la-Neuve, Academia/Éd. L’Harmattan, coll. Pixel, 2016, 206 pages
Florence Michet
p. 470-473
Référence(s) :

Annabelle Klein, dir., Nos jeunes à l’ère numérique, Louvain-la-Neuve, Academia/Éd. L’Harmattan, coll. Pixel, 2016, 206 pages

Texte intégral

1À l’heure où beaucoup de questions se posent sur les rapports des jeunes et du numérique, cet ouvrage essaie de donner des clés aux éducateurs pour les accompagner. Coordonné par Annabelle Klein, spécialiste des questions d’identité numérique, il propose un regard centré sur les « pratiques jeunes » et la place occupée par les écrans dans leur environnement. Sa composition – plusieurs contributions d’auteurs issus de disciplines différentes : philosophie, psychologie, sciences de l’information, communication, psychothérapie – le rend dynamique et complet. De plus, il promet de s’adresser à un public non averti, enseignants et parents. Nous attendons donc un langage accessible « dans un souci de vulgarisation scientifique et d’utilité sociale » (p. 16). La préface de Serge Tisseron (pp. 11-14), psychiatre et spécialiste des relations aux objets technologiques avec écran, nous éclaire sur les intentions précises et repère trois axes menant la réflexion : accompagner ; repenser les écrans selon leurs finalités ; valoriser les pratiques de création. « Cet ouvrage nous invite à faire confiance à nos enfants » (p. 14) tout en restant vigilants. La coordinatrice de l’ouvrage, en introduction (pp. 15-20), insiste sur ce croisement de regards disciplinaires essentiel pour une perspective globale d’éducation aux médias numériques. Cet essai repose sur des dualités engendrées par le numérique : diabolisation/idéalisation, intimité/extimité, usages problématiques/normaux, technophobes/technophiles, discours pessimistes/optimistes : il ne s’agit pas de choisir l’un ou l’autre des camps mais de composer avec ces dualités. Ce livre se décline en six chapitres, chacun proposant une contribution rédigée par un ou deux auteurs avec sa propre bibliographie. Il fait le tour de la vie numérique d’un « jeune », de l’enfance à l’adolescence, du contexte d’accélération des changements sociotechniques aux usages excessifs en passant par la construction d’une identité numérique, l’évolution psychoaffective, les aspects intimes et même sexuels, les réseaux sociaux et le lien social, les comportements compulsifs face aux jeux vidéo. Au fil de la lecture, les divers aspects de la vie d’un jeune se développent et quelques conseils sont donnés pour les aider. Cet écrit est présenté comme un document d’accompagnement.

2Le chapitre 1 (pp. 21-36) rappelle les changements visibles dans tous les domaines de la vie humaine engendrés par internet et les nouveaux outils, établissant ainsi une liste des notions à envisager pour mieux accompagner les jeunes aujourd’hui. Les discours actuels font état tantôt d’un recul tantôt d’un progrès opposant « technophiles et technophobes » (p. 21). Il convient de ne pas prendre position mais plutôt de s’intéresser à quelques notions importantes concernant le développement de l’enfant : la notion de « digital natives » de Marc Prensky toujours bien ancrée dans les esprits pourtant sujette à controverses, la « culture de la vitesse », « l’obsolescence programmée », la « domestication », la « dépendance » (p. 25). Pascal Minotte et Omar Rosas constatent que malheureusement les évolutions techniques sont plus rapides que les apprentissages qui en découlent. Même si l’internet nous rend tous égaux face à l’accès à l’information et à la publication, cela remet en cause les savoirs chers à l’école. Le fossé générationnel reste nécessaire à la construction d’une identité personnelle tout en portant « un regard bienveillant et confiant » (p. 33). Les avis nuancés dans ce chapitre nous amènent à réfléchir sans prendre parti. Ce souci sera exprimé tout au long de l’ouvrage.

3Dans le chapitre 2, Annabelle Klein (pp. 37-65) se penche sur la construction de l’identité rendue complexe par le numérique et les médias actuels. Elle énonce clairement la continuité avec le chapitre précédent pour conforter cette unité. La notion de traçabilité est évoquée ainsi que l’intimité devenue « extimité » avec internet. Elle étudie pour cela brièvement l’évolution des « dispositifs d’autopublication » (p. 41). Parmi eux, premières apparues, les pages personnelles ou homepage, des « lieux de soi » (p. 43) rendant les frontières sphères publiques et privées poreuses. Elle met ainsi les deux terrains en tension : « Toute page personnelle est publique » (p. 45). Cette porosité est aussi liée au jeu des métaphores attachées à l’habitat. Ensuite, avec le blog cet aspect s’est transformé pour devenir une invitation à la co-construction, une activité sociale (p. 49). Enfin apparaissent les réseaux sociaux imposant une nouvelle dualité entre méfiance et confiance. Avec Facebook, c’est le partage qui compte, le souci des risques encourus reste secondaire. Malgré la prise de conscience de ces phénomènes d’exposition, les pratiques ne se modifient pas.

4Au chapitre 3 (pp. 67-94), Pascal Minotte et Arnaurd Zarbo établissent le développement de la sphère numérique et la place tenue par les écrans aux différents stades de la vie du jeune. L’intérêt porté aux écrans à n’importe quel âge inquiète parents et enseignants. Ces deux spécialistes ne remettent absolument pas en cause les outils proposés qui peuvent avoir des côtés intéressants dans certains apprentissages, mais ils mettent en garde surtout sur les risques d’exposition prolongée avec beaucoup de bienveillance, « les parents font ce qu’ils peuvent » (p. 73). Le bébé est trop rapidement confronté à cet environnement dans la sphère familiale entre passivité télévisuelle et interactivité de la tablette, des objets qui ne doivent pas prendre le pas sur les objets physiques. La scolarisation est envisagée ensuite comme une évolution des intérêts avec l’apprentissage de la lecture et une « capacité de décentration » (p. 78), écran et vie quotidienne se séparent, réalité et fiction aussi. Malheureusement, l’internet peut proposer des contenus inadaptés et l’accompagnement parental encore possible est à favoriser plus que des filtres automatiques. L’adolescent, lui, recherche l’autonomie et l’entrée « dans la norme » (p. 80) par la musique, puis par les réseaux sociaux. Ceci inquiète des parents qui reconnaissent le manque de discernement dans les conséquences de ses actes. Faire ses propres choix, construire son identité à travers ce désir de communiquer et d’appartenir à un groupe social, sont essentiels dans le « processus d’individuation » (p. 91). Les auteurs insistent sur le fait de ne pas forcément s’alarmer, sauf pour des jeunes déjà fragiles psychologiquement.

5Le chapitre 4 (pp. 95-131) évoque la fragilité de nos jeunes face aux images à caractère sexuel ou pornographique dont la diffusion a augmenté depuis l’apparition de l’internet. Arnaud Zarbo, psychologue, reprend ici les notions d’intimité et d’extimité, au centre de l’ouvrage. Il plonge au cœur de la problématique de l’adolescence et ses enjeux. Cette étape est bouleversante et déstabilisante pour l’adolescent. L’image des autres est importante mais surtout l’image de soi, celle qu’il renvoie aux autres. Elle peut aussi s’avérer dangereuse lorsqu’elle donne lieu à du harcèlement. Le recours à l’internet pour en savoir plus sur la sexualité reste simple, anonyme, une source d’informations inépuisable, mais aussi un lieu d’échange. Discuter de ces choses-là en famille reste encore un sujet tabou. Aussi l’auteur suggère-t-il de s’ouvrir aux questions de nos jeunes même s’il reconnaît les difficultés de cette situation : parler des risques et, surtout, faire émerger chez eux une pensée critique.

6Le chapitre 5 (pp. 133-164) s’inscrit dans une approche psychodynamique des adolescents et des réseaux sociaux, rechercher le plaisir en évitant tout déplaisir. L’adolescence est une période transitoire marquée par de profondes modifications à la fois physiques et psychologiques enfouies dans l’inconscient. L’apparition du web a modifié les façons de penser des jeunes, il n’a plus les mêmes intérêts qu’avaient ses parents au même âge. Yann Leroux propose ici une petite histoire de l’internet jusqu’aux réseaux sociaux. Chez l’adolescent, le réseau social a un intérêt surtout dans le lien qui unit les profils entre eux (p. 139), les intérêts communs. Il en conclut que le SMS est toujours privilégié parce que plus direct. S’appuyant encore sur des dualités, présence/absence, enthousiasme/inquiétude, le contact reste constant grâce au smartphone. Il est question également des « pulsions voyeuristes » révélées par les réseaux sociaux (p. 150) au travers des désirs satisfaits : agressifs, érotiques ou narcissiques. L’adolescent peut raconter sa vie privée, tout en voilant sa personnalité. Mais cette façade publique du numérique peut devenir dangereuse. La notion de sérendipité, une expérience du hasard sur laquelle se fondent aussi les réseaux sociaux est évoquée. L’attrait le plus intéressant pour l’adolescent reste la possibilité de former des communautés, des groupes qui lui ressemblent. Le réseau social est un nouveau « tiers lieu », un espace d’interaction dont il faut aussi toujours se méfier : la vigilance est de mise.

7Le dernier chapitre (pp. 165-188) expose les comportements excessifs face aux jeux vidéo et à internet. Les écrans nous envahissent et nous nous y connectons dès que possible. Cette question sociétale nous concerne donc tous et à tous les niveaux de l’activité humaine, travail et temps libre (p. 166). Pascal Minotte et Omar Rosas soulignent ici le caractère chronophage entré en concurrence avec d’autres activités. Il est nécessaire de distinguer l’outil et l’usage qui en est fait. Les angoisses se sont déplacées des écrans aux nouvelles technologies passant de la passivité télévisuelle à l’interactivité de l’internet ou du jeu vidéo. Pour aider le jeune compulsif, les parents doivent adopter une attitude compréhensive, partager son expérience, communiquer sur sa passion au lieu de le censurer ou de pratiquer l’évitement. L’usage des jeux vidéo n’est pas forcément problématique, sauf quand il envahit la vie quotidienne même hors du jeu, empêchant la concentration, le sommeil. Ces situations proviennent souvent d’une autre pathologie : dépression ou anxiété. Le jeune se réfugie dans le jeu, une réponse à certains de ses besoins. Les auteurs proposent aussi un inventaire de questions à poser au jeune compulsif pour aider les « incultes » en matière de jeux vidéo (p. 184). Du côté des réseaux sociaux et de l’internet, leur usage compulsif n’est pour l’instant pas vraiment ressenti comme une véritable addiction.

8L’ouvrage se termine sur un résumé des différents chapitres. Retenons que la révolution numérique est marquée par l’opposition entre avantages et risques ; la solution n’est pas de prendre parti mais plutôt la « quête de perspectives critiques » (p. 189). Pour agir au mieux, nous devons engager une compréhension de l’expérience des jeunes à travers les nouvelles technologies. Un problème perdure, celui des traces laissées. L’extimité n’existe que lorsque le besoin d’intimité est satisfait et les réseaux sociaux tels que Facebook n’y aident pas, les traces étant toujours difficilement effaçables. La thématique sur la vie sexuelle et affective des adolescents à l’ère numérique reste la plus anxiogène pour les parents.

9La structure globale du livre conduit le lecteur dans la psychologie comportementale des adolescents en proie aux plus grands bouleversements de leur vie. Malgré tout, cet ouvrage reste un peu trop théorique si l’on cherche des réponses concrètes. Les conseils sont très, voire trop, techniques pour le public ciblé, même si beaucoup de notions importantes sont reprises et expliquées. Pour autant, il répond à certaines des questions des parents sur les problèmes comportementaux des adolescents en donnant quelques clés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Michet, « Annabelle Klein, dir., Nos jeunes à l’ère numérique », Questions de communication, 32 | 2017, 470-473.

Référence électronique

Florence Michet, « Annabelle Klein, dir., Nos jeunes à l’ère numérique », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11726

Haut de page

Auteur

Florence Michet

Mica, université Bordeaux-Montaigne, F-33600
florence.michet[at]etu.u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page