Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, technologies

François Robinet, Silences et récits. Les médias français à l’épreuve des conflits africains (1994-2015)

Bry-sur-Marne, Ina Éd., coll. Médias et humanités, 2016, 408 pages
Thomas Atenga
p. 487-488
Référence(s) :

François Robinet, Silences et récits. Les médias français à l’épreuve des conflits africains (1994-2015), Bry-sur-Marne, Ina Éd., coll. Médias et humanités, 2016, 408 pages

Texte intégral

1Les conflits africains sont sources d’une littérature profuse (essais, romans, travaux universitaires, etc.) où lieux communs, stéréotypes, stigmatisation de certains individus, de certaines communautés, de certains pays forment désormais une vulgate qui ne permet pas d’en restituer les spécificités. François Robinet estime que ces travaux s’inscrivent dans une approche critique qui est particulièrement le fait de « l’ethnocentrisme des journalistes occidentaux et de leur vision très catastrophiste du continent africain » (p. 11). L’ambition de Silences et récits est de passer à une lecture/écriture postcritique des guerres africaines. Cette démarche se veut complémentaire des postcolonial studies et des travaux d’historiens de l’Afrique. Pour ce faire, il s’agit de transformer les représentations médiatiques françaises pour les inscrire dans « le champ de l’histoire culturelle pensée comme une histoire sociale des représentations » (p. 12).

2La couverture médiatique française du génocide rwandais, des guerres de la République démocratique du Congo (RDC), des conflits du Darfour, de la Côte d’Ivoire, de Centrafrique, etc., sont autant de situations qui intéressent François Robinet. Il avance comme hypothèse que « lors de la couverture intense des guerres africaines, la construction et la mise en scène de l’information revêtent des enjeux majeurs pour de nombreux protagonistes qui agissent pour tenter d’orienter la mise en narration de l’information dans le sens conforme à leurs intérêts spécifiques » (p. 26). Il estime ensuite que « les usages stratégiques espérés ou attendus des récits médiatiques font de l’information une production collective et systémique, assurée par des professionnels confrontés à des contraintes fortes et à des jeux d’influences multiples » (ibid.).

3Cette co-construction systémique des récits médiatiques français des guerres africaines donne lieu à « la circulation circulaire » de l’information, ses effets de boucle et ses routines mimésiques, qui relèvent « d’un ensemble de facteurs complexes appartenant à la fois au fonctionnement interne des médias mais aussi aux interactions qui existent entre ces derniers et d’autres acteurs » (p. 54) qui sont l’armée, la diplomatie, les milieux d’affaires français, les humanitaires, etc. François Robinet pense que l’Agence France-Presse (AFP), la grande presse imprimée (Le Monde, Le Figaro, etc.), Radio France internationale (RFI) et l’ensemble de l’audiovisuel extérieur de la France contribuent à « l’emballement du système de veille et d’alerte », ainsi que des régimes de visibilité de ces conflits. Concertées ou non, ces stratégies éditoriales se mettent en œuvre sur fond de difficultés d’accès au terrain, de contraintes économiques et de concurrence événementielle (p. 68). La visibilité des conflits africains dans les médias français et les imaginaires qu’ils véhiculent sont le fait de « la capacité de certains acteurs à imposer un cadrage interprétatif des faits [et, à leur transformation en] événements médiatiques » (ibid.).

4Pour François Robinet, « la triple mimesis ricœurienne s’avère très utile pour penser les liens entre ces deux mises en intrigue de nature différente que sont les récits transmédiatiques et leur trame narrative commune » (p. 220). Il affirme que « cette trame narrative, et le système de représentations qui l’accompagne, préexistent à la configuration des récits médiatiques et correspondent à une sorte de précompréhension du contexte africain, des modes d’être des populations ou de la manière d’agir de la France et des Français dans le monde… » (ibid.).

5Une analyse des représentations et stéréotypes narratifs du corpus qu’il étudie « révèle d’autres logiques dominantes qui orientent le regard porté par les rédactions. Logique de la vulnérabilité, logique de l’implication et logique du sentiment national président ensemble – non sans tensions – à l’activation des figures, des scènes et des intrigues […] ainsi qu’à la réactivation d’éléments de l’imaginaire national français […] porteurs de certaines valeurs, de certains principes et parfois d’une vision du monde » (p. 234). Vision qui doit se concilier avec l’intérêt inégal que les responsables éditoriaux français portent à l’Afrique. L’auteur estime que « le sentiment d’un faible intérêt des rédactions en chef pour l’Afrique est partagé par plusieurs journalistes. Ce faible intérêt est généralement associé à des présupposés quant aux attentes d’un public français […] peu concerné par les actualités africaines » (p. 279).

6En page 332, François Robinet déplore que « le regard que porte les médias africains sur ces conflits n’influence que très rarement les représentations et discours construits sur l’événement sauf peut-être en ce sens qu’ils incarnent certains excès des opinions et de la vie politique africaine (nationalisme, sentiment anti-français ou anti-étrangers, querelles de palais)… ». Selon lui, cet état de fait est dû au fait que « la vision portée du conflit par ces sources africaines s’inscrit généralement contre le système hégémonique de représentations, leur manque de légitimité et de crédibilité ne leur permet pas d’imposer un autre regard sur l’événement, sauf dans de très rare cas où des images et des informations livrées sont relayées par des journalistes français… » (ibid.). L’auteur arrive à la conclusion que « le contrôle des représentations de ces opérations et l’imposition d’un récit consensuel restent un enjeu majeur pour les autorités civiles et militaires françaises. Si les dispositifs de contrôle se sont étoffés, modernisés et professionnalisés, ce désir de maîtrise se trouve parfois contrarié par la diversification croissante des producteurs d’information, par la réflexivité dont fait preuve une partie de la profession et par l’attitude d’enquête et de questionnements de quelques spécialistes du continent » (p. 353).

7L’ouvrage de François Robinet trace donc une perspective nouvelle d’une lecture/écriture des conflits africains. En ce sens, son objectif de départ est atteint. Mais son enquête qui s’achève en 2015 aurait pu prendre en compte le fait que les médias français ne sont plus les seuls à construire représentations et imaginaires de ces conflits. Avec le concours des satellites, les télévisions du continent sont désormais disponibles sur presque tous les bouquets de l’hexagone et contribuent ainsi à leur manière, à la diffusion d’une histoire immédiate de ces guerres, histoire immédiate écrite par les Africains eux-mêmes. Plus encore, sur les médias sociaux, images, textes, discours africains sur ces guerres foisonnent. À défaut de faire contrepoids aux effets puissants des médias français mainstream, ils constituent désormais une voix alternative dont ne manquent pas de se servir la diplomatie parisienne, l’armée, les milieux d’affaires, les humanitaires, pour tenter de construire une intelligence de ces conflits à partir des dits et écrits des Africains eux-mêmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Atenga, « François Robinet, Silences et récits. Les médias français à l’épreuve des conflits africains (1994-2015) », Questions de communication, 32 | 2017, 487-488.

Référence électronique

Thomas Atenga, « François Robinet, Silences et récits. Les médias français à l’épreuve des conflits africains (1994-2015) », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11737

Haut de page

Auteur

Thomas Atenga

Université de Douala, CM-2701
thomas.atenga[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page