Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Théories, méthodes

Francis Chateauraynaud, Yves Cohen, dirs, Histoires pragmatiques

Paris, Éd. EHESS, coll. Raisons pratiques, 2016, 385 pages
Paul-Arthur Tortosa
p. 495-497
Référence(s) :

Francis Chateauraynaud, Yves Cohen, dirs, Histoires pragmatiques, Paris, Éd. EHESS, coll. Raisons pratiques, 2016, 385 pages

Texte intégral

1Le pragmatisme renvoie, en sciences humaines, à plusieurs traditions liées mais néanmoins distinctes. Ce vocable vient initialement de la philosophie où, sous la plume d’auteurs américains comme Charles Sanders Peirce ou William James, il désigne une perspective où une chose se définit par ses implications pratiques. En d’autres termes, le sens d’un acte ou d’un phénomène résiderait dans ses conséquences. La « sociologie pragmatique », associée aux figures tutélaires de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, comprend quant à elle les travaux insistant sur la capacité des acteurs à s’adapter aux situations sociales auxquels ils sont confrontés. Bien qu’inspirée par la philosophie pragmatique, d’autres influences caractérisent cette « sociologie des régimes d’action », telles que l’ethnométhodologie, l’interactionnisme Goffmanien ou la théorie de l’acteur-réseau développée par Bruno Latour. La collection « Raison Pratiques » avait consacré son volume annuel à ce programme de recherche en 2004. Douze ans plus tard, elle interroge désormais les modalités de développement d’une « histoire pragmatique ». Les contours de cette dernière avaient été esquissés par l’ouvrage collectif Les Formes de l'expérience. Une autre histoire sociale (Bernard Lepetit, dir., Paris, A. Michel, 1995), mais la disparition de son coordinateur l’avait empêchée de véritablement prospérer.

2Francis Chateauraynaud et Yves Cohen tentent donc de reprendre le flambeau avec ce livre offrant un large éventail méthodologique, allant de la micro-histoire aux études sociales des sciences en passant par la sociologie pragmatique et l’histoire éponyme (p. 21). Plusieurs articles consacrés à la question des pratiques d’écritures offrent une illustration de la possible articulation concrète de ces différents courants. Par exemple, Marie Bouhaïk-Gironès (pp. 77-104), dans son analyse de la mise en scène de deux mystères joués aux xve et xvie siècles, invite à étudier « l’écriture en action » (p. 79), ce qui rappelle évidemment Science in Action (Bruno Latour, Harvard, Harvard University Press, 1987). Dans le même temps, la médiéviste souligne l’influence de la microstoria, « dont un des fondements méthodologiques repose sur l’attention aux conditions de production des sources » (p. 77). De même, Stéphane Péquignot (pp. 179-201), dans son « enquête sur des documents de travail diplomatique au xve siècle », se montre particulièrement attentif aux conditions de production de ses archives afin de sortir d’une histoire désincarnée des relations diplomatiques au profit d’une analyse de la matérialité de la négociation. En outre, Béatrice Delaurenti (pp. 149-178), dans sa contribution intitulée « L’action à distance est-elle pensable ? » montre que « l’idée qu’un homme puisse opérer à distance ne préexiste pas à sa mise en discussion » (p. 171). Elle insiste ainsi sur la dimension créatrice du débat qui rend possible l’apparition de problèmes qui n’existent pas avant d’être formulés. Par ailleurs, Yves Cohen (pp. 105-148) propose un parallèle étonnant mais convainquant entre le pragmatisme d’ingénieurs tayloristes français et de Staline. Il met également en lumière la spécificité du pragmatisme du Petit Père des peuples vis-à-vis du Grand Timonier, selon lui lecteur de John Dewey. Enfin, la contribution de Grégory Dufaud (pp. 291-321) propose une plongée dans l’univers des hôpitaux psychiatriques soviétiques. Il développe une réflexion sur les usages possibles des philosophes pragmatiques en histoire à partir d’une étude des rapports d’accidents internes à l’institution médicale.

3Ces articles dessinent en creux l’un des principaux problèmes de l’histoire par rapport à la sociologie en ce qui concerne l’étude des pratiques, à savoir l’impossibilité de recourir à l’observation directe. Dans cette configuration, les historiens pragmatiques doivent développer des stratégies alternatives d’accès à la réalité étudiée, ce qui entraîne un rapport particulier aux sources qui a déjà été souligné. Cependant, l’ouvrage met en lumière deux autres propositions. La première, le recours au témoignage oral, est utilisée par Fanny Gallot (pp. 225-246) dans son étude sur les normes de genres véhiculées par le vocabulaire de « filles d’usines ». La seconde, étudiée par Rémy Campos et Nicolas Donin (pp. 247-291), est le re-enactment, définie comme « réactivation des situations passées » (pp. 247, 248). Contre le mépris de certains universitaires pour les reconstitutions historiques, ils soulignent l’intérêt heuristique du « passage par la pratique » pour la mise en relief de l’historicité de ce que Marcel Mauss appelait les « techniques du corps ». En effet, les auteurs reviennent sur les difficultés rencontrées par des danseurs ou des musiciens, contraints de « désapprendre » certains gestes afin de pouvoir reproduire des pratiques artistes anciennes comme le « jeu perlé ». Par ailleurs, d’autres contributions présentent un caractère théorique plus marqué, à des degrés variables. L’ouvrage s’ouvre notamment par la republication d’un débat historiographique en deux temps. Premièrement, un article de 1995 dans lequel Angelo Torre (pp. 31-68) s’attaque férocement à la démarche de Roger Chartier, jugée idéaliste. Deuxièmement, la réponse laconique de ce dernier (six pages contre trente pour l’article d’Angelo Torre) qui estime que les critiques sont infondées car reposant sur une lecture caricaturale de ses travaux (pp. 69-76). Frédéric Graber (pp. 201-224) délivre ensuite une double critique des approches antérieures de la notion de projet. À Bruno Latour, il reproche de réduire l’étude des projets à celle de l’innovation ; à Luc Boltanski et Éve Chiapello d’avoir une vision trop large et générale de la notion de projet. Les deux derniers articles balisent quelques itinéraires possibles pour des histoires pragmatiques. Roberto Frega (pp. 321-348) offre d’intéressantes clarifications lexicales autour des notions d’action et de pratique. Finalement, Francis Chateauraynaud (pp. 348-370) propose une ébauche des sept piliers théoriques de l’histoire pragmatique.

4Cet ouvrage riche présente certaines limites. Tout d’abord, il est divisé en trois grandes parties dont on peine à comprendre la logique. La première « se tient au plus près des actes tout en proposant une approche des pratiques » (p. 22) tandis que la seconde vise à explorer « d’autres formes possibles de la pragmatique historique » sans que la nature de la différence soit explicitée. Le dénominateur commun de la troisième partie, quant à lui, est non explicité. Par ailleurs, comme souvent dans les publications possédant une visée théorique, des propositions parfois banales sont habillées d’une langue très savante. Le lecteur peine notamment à voir ce qui distingue « l’histoire radicelle » proposée (pp. 291-319) des autres démarches présentées dans l’ouvrage. Enfin, une certaine propension des auteurs à s’auto-citer est à noter. Dans la bibliographie de presque tous les articles, l’auteur le plus représenté est… celui de l’article en question ; le record étant de douze références pour l’article portant sur le re-enactment.

5Cet ouvrage est néanmoins utile pour le champ historique. Premièrement, il constitue certainement un jalon dans le lancement d’une dynamique en faveur des histoires pragmatiques. Il s’agit ici moins de se réjouir d’une intégration à l’histoire d’une perspective « à la mode » dans les autres sciences sociales que de poser autrement des questions fondamentales de notre discipline comme le rapport aux sources, la notion d’agency ou encore celle des relations entre théorie et données empiriques. Deuxièmement, la qualité des contributions est globalement élevée et fournit un intéressant outillage méthodologique et épistémologique. Pour conclure, cet ouvrage collectif, s’il n’échappe pas à certains travers du genre, contribue efficacement au renouvellement intellectuel de la discipline historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul-Arthur Tortosa, « Francis Chateauraynaud, Yves Cohen, dirs, Histoires pragmatiques », Questions de communication, 32 | 2017, 495-497.

Référence électronique

Paul-Arthur Tortosa, « Francis Chateauraynaud, Yves Cohen, dirs, Histoires pragmatiques », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11748

Haut de page

Auteur

Paul-Arthur Tortosa

European University Institute, I-50014
Paul-arthur.tortosa[at]eui.eu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page