Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Théories, méthodes

Sophie Rabau, Florian Pennanech, Exercices de théorie littéraire

Paris, Presse Sorbonne nouvelle, coll. Les fondamentaux de la Sorbonne nouvelle, 2016, 142 pages
Atika Dalia Larous
p. 505-506
Référence(s) :

Sophie Rabau, Florian Pennanech, Exercices de théorie littéraire, Paris, Presse Sorbonne nouvelle, coll. Les fondamentaux de la Sorbonne nouvelle, 2016, 142 pages

Texte intégral

1Exercices de théorie littéraire est un ouvrage qui s’insère dans la discipline littéraire, il permet d’aiguiller les lecteurs vers de nouvelles pratiques d’analyse. Il est convenu qu’habituellement l’analyse d’un texte se limite et se voit cloisonnée dans un champ de réflexion préalablement délimité, ce qui oblige à appliquer les théories déjà établies. Autrement dit, une impossibilité de théorisation s’installe implicitement. Les lectures se limitent à décalquer la théorie pour extraire des lectures conformes, alors qu’il existe des cas où le lecteur se retrouve face à une sorte de non-conformité ou à des failles théoriques handicapantes. Face à ces situations, les lecteurs ne sont pas aptes à théoriser.

2Dans une introduction à la fois courte et bien équilibrée (pp. 7-11), Sophie Rabau et Florian Pennanech récapitulent certaines notions fondamentales de la littérature. Cette introduction installe un pacte terminologique pour faciliter le développement de ce qui suit. Nous retrouvons la définition de la critique littéraire, de l’histoire littéraire et de la théorie littéraire. Ceci permet l’élimination de confusions possibles. Dès l’introduction, il est annoncé clairement que l’ouvrage a pour objectif l’initiation – si ce n’est l’apprentissage – à la théorisation.

3Dès le premier chapitre (pp. 12-34), nous relevons un élément essentiel : les auteurs ont non seulement fait en sorte d’apprendre aux lecteurs comment repérer les insuffisances de la théorie, mais ils ont surtout résumé et repris les notions élémentaires de la théorie littéraire. Une démarche qui permet au lecteur de rafraîchir sa mémoire et, peut-être, de combler certaines lacunes. Exercices de théorie littéraire est composé de trois parties : « Créer des concepts par déduction », « Créer des concepts par extrapolation », « Créer des concepts par observation ». La création est abordée selon un point de vue qui va crescendo, du plus simple vers le plus compliqué.

4La déduction telle qu’expliquée dans l’ouvrage est un raisonnement fondé sur la logique. Autrement dit, c’est le fait de s’appuyer sur un modèle déjà existant pour l’appliquer à un autre objet théorique de son choix. Dans cette première partie (pp. 12-34), figurent ainsi des exemples présentés sous forme d’exercices appliqués via lesquels le procédé de la déduction est conduit selon trois catégories. Le premier type de déduction fait appel au contre-exemple, en opposition à/aux (l’) exemple(s) déjà existants ; le second est la déduction qui s’intéresse aux concepts qui échappent au système, telles certaines transgressions narratives. Finalement, les néologismes permettent d’identifier certains cas non établis pour compléter le système (l’exercice explique la démarche de l’invention des néologismes, les préfixes et le substantif de textualité chez Gérard Genette).

5Partant de là, dans une deuxième partie (pp. 35-43) nous lisons un développement approfondi sur la construction qui part d’un système déjà établi, avec des exemples qui permettent l’entraînement à la déduction. Ces exemples concernent quatre modèles : sémiotique où l’objet étudié correspond au signe linguistique ; grammatical, fondé sur la grammaire du verbe et celle de la phrase ; communicationnel qui s’interroge sur la manière et les possibilités pour l’application du schéma de Roman Jakobson ; logique (Aristote), un modèle qu’Algirdas Julien Greimas a utilisé dans sa sémantique structurale et appliquée à la structure du récit. Mais, dans un troisième chapitre (pp. 44-53) est aussi posée l’idée selon laquelle il est possible de construire un système de toutes pièces, sans avoir besoin d’un modèle établi. Les exercices proposés expliquent la possibilité de l’invention d’un système, soit en s’appuyant sur la logique des contraires, soit en complétant des cases blanches, telles celles qui apparaissent dans le tableau de Philippe Lejeune pour le pacte autobiographique et que Serge Doubrovsky a comblées en inventant la notion d’autofiction. Ce qui conduit, dans un quatrième chapitre (pp. 54-64), à découvrir ce que recouvre la pensée paradoxale et comment la théorie littéraire s’intéresse à l’opposé du sens commun pour théoriser les exceptions. L’exemple du factuel et du contrefactuel a servi pour la démonstration de la combinaison contrefactuel factuel.

6La deuxième partie se consacre pour sa part au processus de théorisation que représente l’extrapolation et qui se situe entre la déduction et l’induction. Celle-ci se pratique via l’emprunt de concepts et s’exerce sur quatre terrains. Les extrapolations transdisciplinaires s’inspirent des autres disciplines (mathématiques, biologie…) (pp. 66-74), tandis que les extrapolations transeséthetiques sont mises en œuvre quand les arts interviennent dans l’explication du récit littéraire (pp. 76-84). Concernant les extrapolations transgénériques, elles caractérisent l’échange entre des genres (poésie, théâtre…) (pp. 85-90) alors que les extrapolations transfictionnelles pour les œuvres préconceptuelles (pp. 91-94) se retrouvent lorsque la théorie puise ses concepts dans une bibliothèque fictive, autrement dit des œuvres romanesques qui deviennent un corpus duquel on extrait de nouveau concepts littéraires.

7Enfin, la troisième partie explique comment la conceptualisation peut se faire à partir de l’observation. Il y est expliqué que la théorisation se fait aussi par induction. C’est-à-dire que l’observation d’un exemple unique, ou de plusieurs exemples regroupés à cause d’un élément commun, conduira à une généralisation d’un concept. Cette observation permet une conceptualisation selon cinq procédés : lorsque le théoricien s’appuie sur les remarques et les observations des critiques (Sophie Rabau et Florian Pennanech proposent la notion de « saut » conceptuel) ; les lois empiriques qui permettent de dénoncer les illusions existantes dans des phrases de vérités générales ; la conceptualisation des noms propres en les transformant en noms communs (l’antonomase) ; le changement d’échelle qui permet de reconfigurer le global selon le fonctionnement du local ; et, enfin, la théorisation à partir de la fiction, une invitation à inventer des fictions théoriques.

8Dans cet ensemble, Sophie Rabau et Florian Pennanech soulignent l’utilité de la pratique de la théorie littéraire et l’importance de s’y référer. De la sorte, les Exercices de théorie littéraire améliorent la compréhension du savoir littéraire et élargissent le champ de vision du lecteur. Initié à la théorie littéraire, ce dernier ne ressent pas le texte littéraire avec la même naïveté que celui qui ne l’a pas rencontrée. Reste à souligner que l’ouvrage est riche en données, le lecteur se retrouve face à une somme d’informations considérable, sans que cela ne perturbe sa compréhension, tant la progression méthodologique est bien conçue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Atika Dalia Larous, « Sophie Rabau, Florian Pennanech, Exercices de théorie littéraire », Questions de communication, 32 | 2017, 505-506.

Référence électronique

Atika Dalia Larous, « Sophie Rabau, Florian Pennanech, Exercices de théorie littéraire », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11754

Haut de page

Auteur

Atika Dalia Larous

Université des Frères Mentouri Constantine 1, DZ-25017
larous.atikadalia[at]umc.edu.dz

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page