Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Théories, méthodes

André Tricot, Gilles Sahut, Julie Lemarié, Le Document : communication et mémoire

Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, coll. Information & stratégie, 2016, 160 pages
Federico Tajariol
p. 506-508
Référence(s) :

André Tricot, Gilles Sahut, Julie Lemarié, Le Document : communication et mémoire, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, coll. Information & stratégie, 2016, 160 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage se compose d’une introduction, cinq chapitres de longueur inégale et une annexe. Chaque chapitre est enrichi de plusieurs encadrés, contenant les résumés des sections et les définitions de concepts. Ainsi le lecteur est-il guidé à retenir plus facilement les informations relatives aux notions les plus saillantes. Ce guidage témoigne de la cohérence entre les contenus scientifiques et la mise en forme proposée au lecteur.

2Dans l’introduction (pp. 11-23), les auteurs délimitent le périmètre de leur ouvrage et expliquent leurs objectifs communicationnels. Le lecteur trouvera les repères fondamentaux pour éviter de se noyer dans la complexité interdisciplinaire de la notion de document. Les travaux cités dans l’introduction – Paul Otlet, Suzanne Briet, Michael Buckland, Robert Escarpit, Jean Meyrat, Roger T. Pédauque, Jean-Michel Salaün – sont rappelés et discutés dans les cinq chapitres. Face à la notion de document, les auteurs proposent d’adopter une posture originale. Ils s’inspirent fortement de la théorie pragmatique de la pertinence (Dan Sperber, Deirdre Wilson, 1989, La Pertinence. Communication et cognition, trad. de l’anglais par A. Gerschenfeld et D. Sperber, Paris, Éd. de Minuit) pour construire une théorie fonctionnaliste du document. Le lecteur est ainsi invité à penser la valeur communicationnelle d’un document en termes d’intention coopérative entre l’auteur-concepteur et le lecteur-utilisateur. Suivant cette approche pragmatique, un document est défini comme un ensemble d’inscriptions produites par le rédacteur selon sa double intention : produire intentionnellement des signes et les rendre pérennes. Ainsi, un document « permet aux humains d’échanger » (p. 19) lorsqu’ils ne sont pas co-présents (fonction communicative) et de garder trace de cet échange dans le temps (fonction mnésique). Ces fonctions principales constituent la colonne vertébrale de ce texte et de cinq chapitres.

3Le premier chapitre explicite les notions de document, de connaissance et de mémoire humaine. Les travaux sur la mémoire issus de la psychologie cognitive sont mis à contribution pour tisser les liens entre la connaissance et la mémoire humaine. Cette partie préliminaire, bien structurée, incite le lecteur à prendre conscience des enjeux et des implications de la fonction mnésique du document sur les activités individuelles et sociales.

4Dans le prolongement, le lecteur découvre l’un des aspects de la qualité d’un document : la notion de pertinence. Les auteurs présentent et justifient l’isomorphisme de la notion de pertinence entre le champ de la communication humaine et le champ documentaire, s’appuyant sur les travaux de Herbert Paul Grice (« Logic and Conversation », pp. 41-58, in : Cole P., Morgan J. L., eds, Syntax and semantics, New York, Academic Press, 1975) et de Dan Sperber et Deirdre Wilson (1989). Autour de la notion de besoin informationnel, trois activités cognitives sont articulées : la résolution de problème, la recherche d’information individuelle et la recherche d’information collaborative. Pour chaque activité, les auteurs proposent d’identifier le besoin informationnel selon sept critères : la temporalité, la précision, le destinataire, l’antériorité, l’enjeu, le nombre de personnes concernées et le degré de complétude de l’information associée à ce besoin. La partie finale du chapitre est consacrée à la pertinence dans la relation documentaire, notamment sur la base de la contribution de Yunjie Xu et Zhiwei Chen (« Relevance judgment: What do information users consider beyond topicality? », Journal of the American Society for Information Science and Technology, 57, 7, pp. 961-973, 2006), qui offre au lecteur la possibilité d’apprécier les analogies entre le dialogue humain et le dialogue humain-ordinateur dans la recherche d’informations assistée par ordinateur.

5C’est plus particulièrement l’information en tant que quantité documentaire qui fait l’objet du troisième chapitre. Compte tenu de la polysémie du mot « information », les auteurs refusent l’information « comme-chose » et privilégient l’information « comme-connaissance » (Michael Buckland, 2012, « What kind of science can information science be? », Journal of the American Society for Information Science and Technology, 63, 1, pp. 1-7), qui constitue une réponse pertinente à un besoin informationnel. Ce choix leur permet de resémantiser la notion « d’obésité informationnelle » : « Dans un environnement où il y a beaucoup d’information-comme-connaissance », une personne pourra devenir savante « alors que le risque d’obésité informationnelle est faible » (p. 88). Les notions de « nouveauté » et de « coût documentaire » sont également resituées à l’aide de la théorie de la fouille d’information (Peter Pirolli, 2007, Information foraging theory. Adaptive interaction with information, New York, Oxford University Press). Les équations de cette théorie sont illustrées à l’aide d’exemples, ses apports et ses limites sont expliqués de manière pédagogique. Enfin, pour discuter les effets de la surcharge informationnelle, les auteurs convoquent la théorie de la charge cognitive (John Sweller, Paul Ayres, Slava Kalyuga, 2011, Cognitive load theory, New York, Springer), qui permet de distinguer l’information qui alimente notre connaissance (i.e. la charge intrinsèque) de l’information responsable du bruit documentaire (i.e. la charge extrinsèque).

6En outre, dans le quatrième chapitre la notion de « qualité » d’un document est explorée à travers les critères de vérité de l’information, autrement dit, selon sa valeur épistémique. Ce chapitre représente la valeur ajoutée fondamentale de cet ouvrage, compte tenu aussi de l’importante littérature disponible. D’abord les auteurs présentent une synthèse des notions et des modèles relatifs à la crédibilité, la confiance et l’autorité d’une source. Ces trois concepts sont articulés sous le prisme de la théorie de la pertinence de Dan Sperber et Deirdre Wilson (1989), et constituent le modèle ACC (Autorité, Confiance, Crédibilité). Dans un premier temps, les auteurs appliquent ce modèle à l’environnement informationnel de Wikipedia. Puis, à la lumière des limites qui émergent de cet exercice interprétatif, ils proposent une extension originale du modèle, ACCR, où le R désigne le référencement). La dernière section du chapitre attire l’attention du lecteur sur l’un des facteurs qui influencent la confiance épistémique et sur les modalités de jugement de l’autorité de la source : « L’effet gourou » (Dan Sperber, 2010, « The Guru Effect », Review of Philosophy and Psychology, 1, 4, pp. 583-592).

7Enfin, le dernier chapitre amorce une réflexion sur les principaux éléments relatifs à la structure et à la mise en forme d’un document – indicateurs paralinguistiques, images, marquage typographique, etc. – et sur les effets des modalités de présentation des documents numériques sur les performances d’apprentissage. Toutefois, ce chapitre mériterait d’être développé pour offrir un horizon plus large et un regard davantage critique sur ces facteurs.

8Bien que certains passages auraient demandé un développement, notamment le chapitre final, cet ouvrage s’avère très intéressant. En ce qui concerne sa rédaction, les auteurs ont adopté un style plus adéquat à l’écriture des notes de lecture, et peut-être ce choix se justifie-t-il par l’intention de réduire la charge d’apprentissage aux étudiants les moins expérimentés. Enfin, bien que certains travaux spécifiques autour de la notion d’information (e.g. Viviane Couzinet, Luciano Floridi, Fidelia Ibekwe-SanJuan) et de crédibilité (e.g. James McCroskey) ne soient pas évoqués, le lecteur novice trouvera des repères utiles pour construire son propre parcours dans la riche forêt documentaire.

9Cet ouvrage intéresser donc autant les enseignants, les chercheurs et les étudiants en SIC, ceci pour deux raisons principales. Déjà, le lecteur le plus expert pourra se confronter à une interprétation originale de la littérature sous le prisme d’une théorie pragmatique du document. Ensuite, le lecteur novice trouvera des synthèses et des pistes à suivre pour construire une cartographie de la notion de document et se confrontera aux questions liées au partage individuel et social de la connaissance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Federico Tajariol, « André Tricot, Gilles Sahut, Julie Lemarié, Le Document : communication et mémoire », Questions de communication, 32 | 2017, 506-508.

Référence électronique

Federico Tajariol, « André Tricot, Gilles Sahut, Julie Lemarié, Le Document : communication et mémoire », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11758

Haut de page

Auteur

Federico Tajariol

Elliadd, université de Franche-Comté, F-25200
federico.tajariol[at]univ-fcomte.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page