Navigation – Plan du site
Dossier. Le genre des controverses

Sexe en public

Sex in Public
Lauren Berlant et Michael Warner
Traduction de Maxime Cervulle et Clémence Garrot
p. 111-133

Résumés

À partir d’un questionnement sur les médiations de la sexualité dans l’espace public, l’article propose une analyse critique de l’hétéronormativité inspirée aussi bien par les travaux de Jürgen Habermas et Michel Foucault que par la théorie queer. Il donne à voir le processus de constitution de l’hétéronormativité en une culture publique hégémonique. Bien que la culture hétérosexuelle ne compose ni une idéologie cohérente, ni un ensemble homogène de croyances partagées, elle se manifeste de façon diffuse dans presque chaque aspect des formes et des arrangements de la vie sociale : la nationalité, l’État et le droit, l’économie, la médecine, l’éducation ou encore les conventions narratives. Une telle culture publique prend appui sur l’idéologie de l’intimité et ses institutions qui participent d’un double mouvement de privatisation du sexe et de sexualisation de la personnalité. En excluant le sexe des objets de débat public et en le réduisant à une affaire strictement personnelle, les conventions hétéronormatives de l’intimité empêchent la formation de cultures sexuelles publiques non normatives.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Rien n’est plus public que le privé
Scène 1
Scène 2
Normativité et culture sexuelle
Contre-publics queer
Agiter et astiquer

Aperçu du début du texte

« Sexe en public » : avec un titre pareil, un raisonnement aussi retors et un tel mystère autour de son objet, notre article risque fort d’attirer l’attention. En réalité, il ne s’agira ici ni du sexe au sens le plus évident, ni des identités ou actes sexuels, ni d’un quelconque instinct qui nécessiterait d’être libéré de la répression, mais plutôt du sexe en tant qu’il est médié par différents publics. Le lien au sexe est manifeste pour certains publics : par exemple, ceux du cinéma pornographique, du téléphone rose, du marché de l’imprimé « pour adulte » ou encore du strip-tease. D’autres publics s’organisent autour du sexe, mais pas nécessairement des actes sexuels au sens courant – que l’on pense aux espaces queer et autres mondes qui se distinguent de la culture hétérosexuelle, mais aussi à certaines scènes plus implicitement sexuelles comme la culture nationale officielle, qui conceptualise la vie privée de manière à masquer le fait qu’elle sexualise l’appartenance nationale.

L...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lauren Berlant et Michael Warner, « Sexe en public », Questions de communication, 33 | 2018, 111-133.

Référence électronique

Lauren Berlant et Michael Warner, « Sexe en public », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/12204 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.12204

Haut de page

Auteurs

Lauren Berlant

Center for the Study of Race, Politics and Culture
Center for the Study of Gender and Sexuality
University of Chicago
USA-IL 60637
l-berlant[at]uchicago.edu

Michael Warner

Yale University
USA-CT 06520
michael.warner[at]yale.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page