Navigation – Plan du site
Dossier. Le genre des controverses

Les festivals queer, lieux de formation de contre-publics transnationaux

Queer Festivals as Spaces for the Construction of Transnational Counterpublics
Konstantinos Eleftheriadis
p. 135-152

Résumés

L’article examine la formation de contre-publics transnationaux en analysant les pratiques d’organisation et de communication des festivals queer. Les contre-publics sont généralement définis comme des entités discursives opposées aux idées dominantes de l’espace public. L’article élargit cette conception en soulignant l’importance des pratiques militantes dans la production des contre-publics. Les festivals queer constituent un cas exemplaire de cette approche. Au-delà des théories queer sur la fluidité des identités de genre, ils permettent d’appréhender les manières dont des publics sont formés à travers des dispositifs organisationnels et communicationnels spécifiques. On verra ensuite en quoi ces derniers renseignent sur la transnationalisation du mouvement queer, en écho avec la notion de dépassement des frontières (liées au sexe, à la sexualité, à la nation). L’enquête a été menée dans des festivals de cinq capitales européennes entre 2011 et 2013.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Où en sommes-nous avec les contre-publics ? Les festivals queer contre l’espace public dominant
La construction des contre-publics à travers les pratiques d’organisation
Le rôle des pratiques de communication dans la construction de contre-publics « transnationaux »
Les langues
La tactique de composition hétérogène et la stratégie discursive « anti-frontières » 
Les réseaux transnationaux : une culture politique partagée
Les pratiques numériques
Conclusion

Aperçu du début du texte

Ces dernières années, les débats sur l’histoire du mouvement et de la théorie queer, des performances ou des production culturelles queer ont proliféré tant dans l’espace académique anglophone (Crosby et al., 2012 ; Hall, Jagose, 2012 ; Shepard, 2009 ; Puar, 2012 ; Floyd, 2009) où ils ont émergé, que dans le contexte francophone (Bourcier, 2011 ; Cervulle, Farges, François, 2015 ; Borghi, 2014). Ces recherches ont contribué à complexifier l’appréhension des identités sexuelles minoritaires et marginalisées ainsi qu’à penser l’hétérosexualité (et l’homonormativité) en tant que régime politique ayant une fonction de régulation sociale (Wittig, 1992). Elles s’appuient sur une démarche de dénaturalisation des binarismes homme/femme et homosexuel/hétérosexuel et visent à reconceptualiser le sujet politique à partir du dépassement de ceux-ci.

Cependant, les études empiriques sur le mouvement queer actuel, ses espaces, ses répertoires d’action et ses cadres cognitifs peinent à trouver plac...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Konstantinos Eleftheriadis, « Les festivals queer, lieux de formation de contre-publics transnationaux », Questions de communication, 33 | 2018, 135-152.

Référence électronique

Konstantinos Eleftheriadis, « Les festivals queer, lieux de formation de contre-publics transnationaux », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/12259 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.12259

Haut de page

Auteur

Konstantinos Eleftheriadis

Centre d’étude des mouvements sociaux
Institut Marcel Mauss
École des hautes études en sciences sociales
F-75006
konstantinos.eleftheriadis[at]sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page