Navigation – Plan du site
Échanges

Pour une sociologie axiologique

Toward an Axiological Sociology
Nathalie Heinich
p. 153-168

Résumés

Ayant proposé à la discussion de ses collègues un résumé en dix points de son livre Des valeurs. Une approche sociologique, Nathalie Heinich répond aux commentaires de Laurence Kaufmann et Philippe Gonzalez, de Danilo Martuccelli, et de Louis Quéré, ainsi qu’au compte rendu publié dans la même livraison de Questions de communication par Hervé Glevarec. Sont ainsi abordées successivement neuf thématiques : les questions de vocabulaire, les questions de pertinence ou de non-pertinence de certaines problématiques (la nature, la religion), la question des émotions, le statut ontologique de l’attribution de valeur, le statut de la « grammaire » axiologique et sa visée explicative ou compréhensive, l’historicité des valeurs et la prise en compte des contextes, la place de la sociologie des rapports de force, la prise en compte des comportements et de l’observabilité empirique, et, enfin, la controverse sur la neutralité axiologique.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’article de Nathalie Heinich, « Dix propositions sur les valeurs » (31, 2017), a donné lieu à des « Échanges » (32, 2017). Il revient donc à celle-ci de répondre aux chercheurs qui ont discuté ses propositions.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Questions de vocabulaire
Questions de pertinence
La prise en compte des émotions
Le statut de la « valuation » : attester ou conférer des valeurs ?
Le statut de la « grammaire » : explication ou compréhension ?
Historicité des valeurs et prise en compte des contextes
La sociologie des rapports de force
La prise en compte des comportements et l’observabilité empirique
Et toujours la neutralité…

Aperçu du début du texte

Paru au printemps 2017, mon livre Des valeurs. Une approche sociologique (Heinich, 2017a) a d’emblée bénéficié d’un certain écho dans la presse, notamment en raison de la campagne électorale qui incitait les journalistes à le lire à la lumière de l’actualité politique, en particulier l’affaire Fillon, où un candidat à la présidence de la République a été accusé de détournement de fonds publics au profit de membres de sa famille. Ont suivi un certain nombre de comptes rendus sur les sites spécialisés ou dans les revues savantes. Parmi celles-ci, Questions de communication m’a rapidement demandé – et j’en remercie très chaleureusement Jacques Walter et Béatrice Fleury – de soumettre un résumé développé (Heinich, 2017b) à plusieurs collègues, qui ont pris la peine – et je les en remercie tout aussi vivement – d’y répondre par de longs et riches commentaires (Kaufmann, Gonzalez, 2017 ; Martuccelli, 2017 ; Quéré, 2017). C’est à ces trois textes que je vais répondre ici à mon tour, selon ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Heinich, « Pour une sociologie axiologique », Questions de communication, 33 | 2018, 153-168.

Référence électronique

Nathalie Heinich, « Pour une sociologie axiologique », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/12288 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.12288

Haut de page

Auteur

Nathalie Heinich

Centre de recherches sur les arts et le langage
École des hautes études en sciences sociales
Centre national de la recherche scientifique
F-75006
heinich[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page