Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Fortune et infortune de la presse privée égyptienne

Socio-histoire d’un lieu de production de l’information
Fortune and misfortune of the Egyptian private press. Sociohistory of a place of production of information
Bachir Benaziz
p. 187-208

Résumés

L’émergence au milieu des années 1990 d’une presse financée par des hommes d’affaires marque le passage en Égypte d’une presse « d’État », dépendante du pouvoir politique, héritière de la période des « nationalisations » durant les années 1960, à un nouveau type de journalisme qui place les transformations de la société au centre du processus de production de l’information. La thèse de cet article, qui s’appuie sur les résultats d’une enquête de terrain menée entre 2012 et 2015, est que les transformations que la presse écrite égyptienne va connaître avec l’avènement du financement privé, doivent être analysées dans le cadre de formation d’un nouveau « lieu de production » de l’information. L’étude de ce lieu de production suppose d’être attentif au contexte politique et social, aux conditions de production, au mode de gestion et de financement, à l’organisation du travail journalistique, à la diversité des profits et des motivations des hommes d’affaires qui ont investi dans les médias au temps de Hosni Moubarak, ainsi qu’aux parcours professionnels des principaux acteurs concernés, les journalistes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Une situation historique nouvelle
Des origines politiques et juridiques
La fortune du privé
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’émergence au milieu des années 1990 d’une presse financée par des hommes d’affaires marque le passage en Égypte d’une presse « d’État », dépendante du pouvoir politique et héritière de la période des « nationalisations » durant les années 1960, à un nouveau type de journalisme qui place les transformations de la société au centre du processus de production de l’information. Les principaux indicateurs de cette rupture journalistique renvoient essentiellement à la place accordée par cette presse naissante à des problématiques sociales longtemps occultées par les médias du régime, au poids des sources non officielles dans la définition du sens donné aux événements, au recours à une narrativité journalistique qui emprunte au langage du quotidien, mais surtout, à la couverture intensive et bienveillante des mouvements de protestation. Des journaux comme al-Dustûr (2005-2010) et al-Badîl (2007-2009), ont bâti leurs projets journalistiques sur la valorisation médiatique de l’action colle...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bachir Benaziz, « Fortune et infortune de la presse privée égyptienne », Questions de communication, 33 | 2018, 187-208.

Référence électronique

Bachir Benaziz, « Fortune et infortune de la presse privée égyptienne », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/12324 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.12324

Haut de page

Auteur

Bachir Benaziz

Développement et sociétés
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/Institut de recherche pour le développement
F-94736
bachir.benaziz7[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page