Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Cécile Fries-Paiola, Julie Gothuey, Déborah Kessler-Bilthauer, Thierry Panisset, Estelle Reinert, dirs, Étudier la culture aujourd’hui. Enjeux identitaires, numériques, artistiques et spatiaux d’un objet de recherche

Nancy, PUN-Éditions universitaires de Lorraine, coll. Interculturalités, 2017, 250 pages
Alexander Frame
p. 335-337
Référence(s) :

Cécile Fries-Paiola, Julie Gothuey, Déborah Kessler-Bilthauer, Thierry Panisset, Estelle Reinert, dirs, Étudier la culture aujourd’hui. Enjeux identitaires, numériques, artistiques et spatiaux d’un objet de recherche, Nancy, PUN-Éditions universitaires de Lorraine, coll. Interculturalités, 2017, 250 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage fait suite à des journées d’études consacrées à « La culture dans tous ses états », organisées à l’Université de Lorraine en novembre 2014. Son objectif affirmé est de valoriser des travaux de terrain, menés par de « jeunes chercheur-e-s » – la plupart d’entre eux sont doctorants – de plusieurs disciplines : la sociologie pour une majorité, mais aussi l’urbanisme, l’ethnologie, la philosophie ou les sciences de l’information et de la communication. L’ouvrage adopte et assume, dès le début, une définition volontairement ouverte de cette « notion bien difficile à cerner » (p. 5) de culture, citant celle d’Edward Tylor datant des années 1870, qui considère la culture comme « ce tout complexe comprenant à la fois les sciences, les croyances, les arts, la morale, les lois, les coutumes et autres aptitudes, et habitudes acquises par l’homme en tant que membre de la société » (ibid.).

2Afin de traiter de cette notion prise au sens large et dans une pluridisciplinarité affirmée, l’ouvrage est composé de quatre parties : « culture et identité », « culture numérique », « culture par le biais de l’art » et « cultures en relation avec l’espace ». Les trois premières parties sont constituées de trois chapitres, deux pour la dernière d’entre elles. Ce choix de structuration par thème est commenté et justifié dans une introduction collective, signée par quatre des directeurs de publication, présentant l’ouvrage, ses parties et ses chapitres. Une conclusion cosignée par deux des directrices de publication (Cécile Fries-Paiola et Déborah Kessler-Bilthauer) vient clore ce livre de 250 pages, proposant une lecture alternative, temporelle, des approches de la culture comme objet dans les différents chapitres (voir infra).

3Le livre se présente sous les auspices d’une double actualité scientifique, dans la mesure où il vient s’inscrire, même indirectement, dans un débat scientifique plus large, autour de la manière dont on peut encore utiliser, aujourd’hui, le terme de culture. Puis, son caractère actuel réside également dans une volonté déclarée de traiter de terrains actuels, de pratiques et d’objets culturels ou révélateurs de dynamiques culturelles, nouvelles ou renouvelées, parfois à travers les technologies numériques. Les problématiques touchant à la culture, sous différentes acceptions, intéressent bon nombre de chercheurs en sciences de l’information et de la communication. Pour cette raison, on peut penser que tout un chacun trouvera dans ce livre un intérêt particulier, compte tenu de la diversité des approches et des objets qu’il rassemble.

4En nous écartant d’une lecture strictement chronologique correspondant à la structuration thématique du volume, retenue par ses directeurs, nous évoquons ici des affinités par problématiques et objets d’étude qui peuvent servir à regrouper les contributions en cinq catégories. Quatre de ces catégories de problématiques, présentées ici en premier, traitent de la culture avant tout au sens patrimonial ou artistique du terme. Dans la première catégorie, deux chapitres questionnent les pratiques culturelles actuelles, dans un contexte de convergence entre technologies numériques et moyens d’appréhension plus classiques de la culture. Nouha Belaid (pp. 87-106) examine les formes d’expression et les pratiques culturelles observées sur les réseaux socionumériques qui accompagnent la diffusion d’une série télévisée libanaise. Elle s’intéresse aux productions des socionautes mais aussi de l’équipe de production de la série, et s’interroge sur la possible transition en train de s’opérer, dans ce contexte, entre « téléspectateurs » et « télécréateurs ». Stéphanie Kellner (pp. 107-134) évoque l’utilisation et l’emprunt de liseuses numériques au sein de bibliothèques publiques. Enquête à l’appui, la chercheuse souligne qu’il ne s’agit pas, selon son étude, d’une voie d’accès nouvelle à la culture attirant de nouveaux publics vers les bibliothèques, mais plus souvent d’une pratique inédite intégrée parmi d’autres activités culturelles, pour des habitués des lieux.

5La deuxième catégorie de problématiques interroge pour sa part les pratiques culturelles ou artistiques réservées aux jeunes aujourd’hui. Toujours dans l’enceinte de la bibliothèque, Isabelle Lepape (pp. 137-145), conservatrice à la Bibliothèque nationale de France (BNF), recense l’offre d’activités culturelles et artistiques à l’intention de ces jeunes qui composent la moitié environ du public des bibliothèques sur le territoire français. Elle met en avant différentes tentatives de diversification de l’offre culturelle, ainsi qu’un besoin généralisé de communication autour de cette offre, afin de faire évoluer une image parfois un peu désuète des bibliothèques. La modernisation est également prônée par Sylvain Fabre (pp. 155-172), en milieu scolaire cette fois. Celui-ci évoque l’enseignement des arts plastiques à l’école, mesure les tensions entre « culture artistique » et « culture scolaire », et plaide pour une intégration de l’art moderne sous forme d’enseignements alternatifs tournés vers l’avenir.

6Quant à la catégorie suivante, elle concerne de nouvelles mises en scène de la culture à travers de nouveaux objets. Benjamin Barbier (pp. 37-86) évoque l’entrée dans l’espace muséographique du jeu vidéo, en tant qu’objet culturel. Il souligne les changements que cela implique à la fois pour l’objet et pour l’institution muséale, à travers une posture nouvelle des visiteurs-acteurs, et des modalités d’exposition qui évoluent pour s’adapter à ces biens culturels en voie de légitimation. Emmanuelle Gangloff (pp. 195-216) examine les relations entre le spectacle vivant et l’urbanisme, à travers le champ émergeant de la scénographie urbaine, éphémère ou plus durable. Elle illustre son propos à travers l’exemple d’un projet de réaménagement de la place Napoléon à la Roche-sur-Yon, visant à impliquer les habitants dans le projet de réaménagement, tout en capturant un récit scénographique et en le pérennisant dans la forme de la place aménagée.

7En plus de la dimension artistique de son objet, Emanuelle Gangloff discute l’articulation de cultures scénographique, urbanistique, et « de l’espace ». Par ailleurs, Baptiste Pizzinat (pp. 173-192) s’inscrit dans une démarche ethnographique qui lui permet d’expliciter le projet de création artistique d’un danseur iranien exilé en France. Il souligne la manière dont ce projet a été pensé par rapport à l’identité nationale et culturelle du danseur, à son statut d’exilé, et aux représentations culturelles attribuées aux futurs spectateurs, à propos de l’Iran, de l’exil et de la langue arabe. Élodie Hommel (pp. 53-70) relie, à son tour, pratiques culturelles et cultures de socialisation, en cherchant à mettre en avant l’influence de la consommation de biens culturels, en l’occurrence la lecture de romans de science-fiction et de fantasy, sur la socialisation de jeunes adultes. S’échapper, grâce à la culture, vers un imaginaire certes irréaliste par certains égards, permet d’explorer sans danger les relations sociales, aujourd’hui comme par le passé. La chercheuse rapproche les interprétations et réactions des enquêtés par rapport aux personnages fictifs, de leurs cultures familiales et professionnelles.

8Enfin, la cinquième catégorie regroupe les chapitres qui problématisent la notion de culture dans un sens non artistique. Celui de Cécile Fries-Paiola (pp. 217-234) s’inscrit dans une réflexion sur l’appropriation culturelle, à la fois nationale et professionnelle, en rapport avec les pratiquants professionnels du fengshui. La chercheuse met en relation les discours des pratiquants interviewés sur leurs propres pratiques, leur profil et parcours professionnels, afin d’analyser les combinaisons d’influences culturelles qu’ils revendiquent. Joseph Ciaudo (pp. 35-52) se penche sur l’opposition et la complémentarité entre les termes de culture et de civilisation, sur les plans historique et syntagmatique, opposition qui existe en français, en anglais et en allemand, entre autres langues. Or, le chapitre se concentre avant tout sur la signification de deux termes homologues en chinois, au début du XXe siècle. Il met en avant la labilité de concepts et l’ambiguïté qui peut parfois entourer leur utilisation. Enfin, Marie-Claire Willems (pp. 15-34) examine aussi, avec une posture critique, toute l’ambiguïté qui entoure l’utilisation du terme « culture » en français aujourd’hui. Dans ce chapitre passionnant, qui ouvre le volume, la chercheuse prend l’exemple de la « culture musulmane » venant s’opposer à « la religion musulmane » et à « l’origine musulmane ». Elle trace ainsi la voie d’une définition socio-constructionniste de la culture qui laisse toute sa place à la question identitaire et aux dynamiques d’auto- et d’hétéro-catégorisation qui ont lieu au sein de la société.

9Dans leur conclusion, Cécile Fries-Paiola et Déborah Kessler-Bilthauer (pp. 235-248) proposent une synthèse structurée par les « quatre grandes temporalités d’une dynamique culturelle globale » (p. 236) : la construction, la diffusion, l’appropriation et la monstration. Ces quatre temporalités leur permettent de resituer les différents éclairages fournis par les chapitres de l’ouvrage. Cette relecture s’inscrit dans une volonté de définir la culture avant tout comme une dynamique, et les auteures mettent en garde le lecteur contre les dérives essentialistes consistant à adopter une vision trop statique ou réductrice du groupe culturel. Or, c’est peut-être là que ce travail collectif risque de laisser certains lecteurs avec l’impression d’un projet inachevé. Peut-être est-ce par modestie, ou pour éviter de rentrer dans le vif des débats actuels, que les auteures remarquent, en toute fin de conclusion : « Cet ouvrage, d’ambition pluridisciplinaire – voire interdisciplinaire – n’avait pas la prétention d’apporter un nouvel éclairage à la définition de la culture, mais plutôt de révéler quelques-uns des questionnements contemporains » (p. 245). En cela le contrat est rempli, mais il aurait pourtant été intéressant, dans un ouvrage dont le titre annonce un bilan sur les travaux actuels, de chercher à faire avancer, grâce au travail collectif, les débats autour de la définition de son concept-objet central. Alors que certains, à l’image de Fred Dervin (voir par exemple Le Concept de culture. Comprendre et maîtriser ses détournements et manipulations, Paris, Éd. L’Harmattan, 2013), plaident pour l’abandon du terme devenu, selon eux, dangereusement polysémique, les auteurs et directeurs de ce volume, sans pour autant passer sous silence ces dangers, ne semblent pas en tenir systématiquement compte. Si l’ouvrage permet de « saisir la culture comme un phénomène protéiforme, multiple et mouvant, constitutif de la nature humaine » (p. 245), la question se pose de savoir ce qu’apporte une telle définition, englobant ainsi des acceptions très différentes de cette notion. Plus la définition est lâche, moins le concept est opérant et plus il est sujet à détournement, selon Fred Dervin. Finalement, ce sera au lecteur de décider lesquels, parmi les multiples éclairages proposés par le volume, il ou elle souhaite retenir pour nourrir sa propre conceptualisation. Ce parti-pris éditorial n’enlève rien au caractère original et actuel des travaux réunis dans le livre, qui témoignent tous à leur façon de l’intérêt particulier qu’ils trouvent à Étudier la culture aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexander Frame, « Cécile Fries-Paiola, Julie Gothuey, Déborah Kessler-Bilthauer, Thierry Panisset, Estelle Reinert, dirs, Étudier la culture aujourd’hui. Enjeux identitaires, numériques, artistiques et spatiaux d’un objet de recherche », Questions de communication, 33 | 2018, 335-337.

Référence électronique

Alexander Frame, « Cécile Fries-Paiola, Julie Gothuey, Déborah Kessler-Bilthauer, Thierry Panisset, Estelle Reinert, dirs, Étudier la culture aujourd’hui. Enjeux identitaires, numériques, artistiques et spatiaux d’un objet de recherche », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/12700

Haut de page

Auteur

Alexander Frame

TIL, université de Bourgogne Franche-Comté, F-21000
alexander.frame@u-bourgogne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page