Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

François Hartog, La Nation, la religion, l’avenir. Sur les traces d’Ernest Renan

Paris, Gallimard, coll. L’Esprit de la cité, 2017, 160 pages
Marie-Ève Saint Georges
p. 338-340
Référence(s) :

François Hartog, La Nation, la religion, l’avenir. Sur les traces d’Ernest Renan, Paris, Gallimard, coll. L’Esprit de la cité, 2017, 160 pages

Texte intégral

1Ce livre de l’historien François Hartog, intitulé La Nation, la religion, l’avenir. Sur les traces d’Ernest Renan, paraît au printemps 2017. Loin du tumulte électoral français, la réflexion proposée relève d’un travail minutieux, très précis et à l’image de l’auteur connu pour ses recherches sur les régimes d’historicités et la notion de présentisme. Ainsi la trajectoire d’Ernest Renan obtient-elle un nouveau coup de projecteur.

2Les trois parties du livre se fondent dans l’étude de la Nation, la religion et l’avenir. Et, comme l’indique le titre, ce sont trois temps de la vie d’Ernest Renan : d’abord à Tréguier, dans les Côtes-d’Armor, puis à Paris, pour terminer dans un épilogue synthétique au purgatoire. Trois déclinaisons de la pensée de l’auteur de « Qu’est-ce qu’une nation ? » (Renan E., 1882, « Qu’est-ce qu’une nation ? », discours prononcé à la Sorbonne, Paris, Éd. Mille et une nuits, 1997). Les jalons biographiques se conjuguent au décryptage des questionnements, d’Ernest Renan en premier lieu mais aussi du contexte historique traversé. Le lecteur est invité à se saisir de ces questionnements, pas seulement pour ce qu’il révèle de la pensée d’Ernest Renan, mais surtout pour saisir la manière dont le savant pose les questions.

3Les aspects concernant la religion sont amplement imprégnés de cette leçon inaugurale hors-norme qu’Ernest Renan donna au Collège de France en 1882, surtout pour souligner le contexte et la conséquence directe de celle-ci. Son renvoi immédiat de l’institution est prononcé, non pas pour la question même de la Nation, mais à cause de l’affirmation posée par Ernest Renan. Jésus est décrit comme « cet homme incomparable », ce qui semble totalement inaudible pour l’Église catholique. Cette dernière ne peut mettre sur un même plan terrien l’homme avec celui qu’elle considère comme le fils de Dieu. L’évocation de la religion ainsi placée au cœur du cheminement personnel comme d’écrivain acharné se reflète particulièrement dans cette conférence. Et ce discours inaugural renvoie au premier des sept livres qu’écrira ensuite le séminariste. Le Renan séminariste renoncera aux vœux et il ne deviendra pas prêtre. Ce thème n’est donc pas simplement tourné vers les choix opérés par Ernest Renan au sujet de la religion, mais bien plus sur la réflexion qu’il n’aura de cesse de nourrir jusqu’à la fin de sa vie. Nous nous situons alors juste avant la loi de séparation des Églises et de l’État, en 1905.

4Bien plus qu’une causerie stérile pour ou contre l’Église, François Hartog inscrit ce passage dans celui du progrès de la conscience. Un progrès qui mêle théologie, mais aussi philosophie et science. Le trait commun rejoint les études menées par Ernest Renan en philologie hébraïque. Le langage relie ainsi toutes les hypothèses dans la recherche de vérité. C’est à la fois une riche production mise au goût du jour, avec l’incontournable Histoire. Ernest Renan était en quête de l’origine des choses, du christianisme particulièrement. Et le préalable posé consiste à trouver les éléments pour penser dans le passé, afin d’en comprendre toutes les contradictions. Cela permettrait d’accéder à cette quête de l’origine des choses et à la vérité. L’avenir adviendrait par le travail des savants, en pleine conscience et avec la science pour seul guide pour l’humanité. Selon Ernest Renan, la religion signifie l’avenir et l’avenir signifie la science. Et si tout est devenir, pour Ernest Renan cela signifie que « l’Ancienne Histoire […] maîtresse de vie est bien morte » (p. 100).

5Dans la partie consacrée à l’avenir, l’on comprend qu’il se focalise précisément sur l’Europe. Cette Europe qui allait effectivement connaître l’expansion industrielle, économique et politique, son accès à la modernité dans une certaine mesure. Les trois thématiques mises en avant dans l’ouvrage (religion, avenir et science) sont ainsi liées. Ce qui forme une Nation tient à la langue et à l’Histoire, avec un fondement de cette nation très divergent entre l’Allemagne et la France de cette époque. Avec le recul de l’historien, François Hartog remet en perspective ce fondement du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Comme un choix, mais où le fondement de la nationalité ne procède plus tout à fait de l’alliance supposée de la race à la langue. Comme le montrent les propres mots du titulaire (renvoyé puis réhabilité quelques années plus tard) de la chaire de philologie hébraïque du Collège de France, il s’agit de cette existence de l’individu alliée à cette affirmation perpétuelle de vie.

6Dans la partie relative à la Nation, la croyance d’Ernest Renan en l’Europe semble là encore manifeste. Telle une solution pour ouvrir un avenir par-delà les nations. Si le texte qu’il prononce en 1882 à la Sorbonne sous forme d’interrogation traverse le temps (« Qu’est-ce qu’une Nation ? »), c’est aussi dans l’intention de projeter le débat sur le futur. En creux, c’est aussi une invitation à ne pas remettre en cause la catégorie même dans laquelle se situe un avenir pour l’heure inaccessible. Car, comme nous apprennent ces traces de la vie d’Ernest Renan, l’avenir et son pendant immédiat – le devenir – ont sans cesse été reformulés. Ainsi l’alliance des trois termes – la Nation, la religion, l’avenir – se formalise-t-elle comme une métaphore filée. En outre, Ernest Renan avait foi en l’avenir. Celui-ci sera définitivement gravé sur la statue qui lui est dédiée à Tréguier et sur laquelle figure comme une maxime « on ne fait de grandes choses qu’avec la science et la vertu ».

7Les régimes d’historicités (François Hartog, 2003, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éd. Le Seuil, 2012) trouvent ici une incarnation, l’idée de progrès pour ligne de mire. Et même si les rebondissements du siècle d’Ernest Renan ont immanquablement conduit à de multiples remises en cause. Des retournements politiques de 1848, ceux de 1870, jusqu’au retour de la République après le Second Empire, le bouleversement de l’idée de Nation, de l’idéologie associée à la religion comme les caractéristiques constitutives de l’avenir, dessinent ces nouvelles temporalités du siècle d’Ernest Renan.

8Et pour comprendre ce chercheur inépuisable, il faut aussi remonter à l’œuvre qu’il compose en 1848, dès son plus jeune âge. Intitulé L’Avenir de la science (Paris, Calmann-Lévy), le livre sera finalement publié peu de temps avant la mort de son auteur. Véritable œuvre vivante, composée des fragments du parcours du jeune Breton arrivé à Paris pour intégrer le séminaire mais aussi du scandale majeur provoqué par sa conférence inaugurale au Collège de France. L’ensemble de cette œuvre est revisitée par François Hartog qui traduit en nuance la lente maturation de ce parcours spécifique.

9Les interprétations de l’œuvre d’Ernest Renan demeurent multiples, notamment si l’on se réfère aux points de vue de Charles Maurras, d’Aimé Césaire comme de Claude Lévi-Strauss. Tout en tenant compte de ces regards, le voyage sur les traces d’Ernest Renan est ponctué par les positionnements de l’auteur de La Vie de Jésus (Paris, Lévy, 1863). Et les controverses restituées précisément enseignent la facilité à sortir d’un contexte historique et scientifique des bribes pour les transformer en polémiques. Parce que ces polémiques ne naissaient pas pour les mêmes raisons en 1882 qu’après la Seconde Guerre mondiale. La recherche de cette différence, dans ces temporalités variées, à se positionner par rapport à la religion constitue toute l’interrogation de François Hartog. Entre le catholicisme du Pape Pie IX et les amalgames à l’endroit de la religion musulmane de ce début de XXIe siècle, ce livre montre avec force les nuances nécessaires pour se saisir de thématiques, de leurs champs d’analyse, extrêmement vastes.

10Ernest Renan est aussi décrit comme un adepte du double. Un double qui caractérise sa propre réflexion scientifique, tout au long de sa vie. Le double constitue le filtre par lequel passe l’engagement d’Ernest Renan dans son cheminement de philologue breton et à travers son positionnement philosophique, une vie d’aspirant prêtre qui vient au séminaire, avant de reprendre une vie d’étudiant avec l’aide de sa sœur. Le regard que pose François Hartog questionne au fond la transmission du savoir.

11L’ouvrage s’inscrit pleinement – de Tréguier au Collège de France – dans la compréhension de ce « savant indubitable ». Et à ses questionnements posés, François Hartog invite à ne proposer aucune solution définitive. Le lecteur peut à son tour suivre le parcours d’Ernest Renan, placé au cœur de ce XIXe siècle qui aspirait à la modernité. À travers l’opus du directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), on passe en revue les questions qui ont jalonné la vie entière d’Ernest Renan. Des questionnements restitués précisément dans ce contexte donné. Avec, in fine, des éléments de réflexion qui semblent complètement transposables dans nos situations présentes. À condition, comme le rappelle François Hartog en faisant sien l’adage d’Ernest Renan, de « ne demander au passé que le passé » (p. 101). Quelles sont les questions posées et comment – dans ce passé là – ont-elles obtenu des réponses ? La marque du présentisme n’est jamais très loin, pour renvoyer le contexte passé à notre présent en crise et à mieux réfléchir notre propre présent.

12L’intérêt de l’ouvrage réside surtout dans la façon qui nous est suggérée de saisir la méthode Renan, sa manière de coupler science, religion et philosophie, pour avancer dans nos propres questionnements. Avec, pour François Hartog, l’importance de Virgile et du Mens agitat molem (littéralement, c’est l’esprit qui met en branle la masse du monde) en écho à ses propres travaux et réflexions sur le temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Ève Saint Georges, « François Hartog, La Nation, la religion, l’avenir. Sur les traces d’Ernest Renan », Questions de communication, 33 | 2018, 338-340.

Référence électronique

Marie-Ève Saint Georges, « François Hartog, La Nation, la religion, l’avenir. Sur les traces d’Ernest Renan », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/12747

Haut de page

Auteur

Marie-Ève Saint Georges

Gériico, université Lille 3, F-59000
marie-eve.saintgeorges[at]univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page