Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Sophie Jollin-Bertocchi, Lia Kurts-Wöste, Anne-Marie Paillet et Claire Stolz, dirs, La Simplicité. Manifestations et enjeux culturels du simple en art

Paris, H. Champion, coll. Bibliothèque de grammaire et de linguistique, 2017, 542 pages
Jean-François Clément
p. 340-342
Référence(s) :

Sophie Jollin-Bertocchi, Lia Kurts-Wöste, Anne-Marie Paillet et Claire Stolz, dirs, La Simplicité. Manifestations et enjeux culturels du simple en art¸Paris, H. Champion, coll. Bibliothèque de grammaire et de linguistique, 2017, 542 pages

Texte intégral

1Depuis l’Antiquité, le terme de « simplicité » est présent aussi bien dans la littérature que dans les beaux-arts, dans les sciences que dans la morale. Cette diversité de contextes, également d’usages ou de projets, puisque le même concept peut servir à décrire, à interpréter ou à juger, met immédiatement en question l’évidence d’un tel terme.

2Pour construire une problématique, limitée ici au domaine de la littérature et de quelques arts plastiques ou musicaux, ce qui exclut d’emblée toute réflexion dans le domaine des sciences, on peut partir de l’analyse du champ notionnel où une même racine, « simple » va se déployer en « simplification », « simplet » ou « simpliste », ce qui peut jouer sur la compréhension du terme « simplicité ». D’autant plus que si l’adjectif précède ou suit un nom, son sens peut changer du tout au tout. Ensuite, le mot « simplicité », s’il a de très nombreux antonymes, n’a pas de véritables synonymes. En faire le relevé permet de voir comment dans une langue particulière, le français, se sont construites des relations avec, par exemple, la nature, l’unité, l’élémentarité, la nudité, la netteté, la clarté, la concision, mais aussi la pauvreté, la sécheresse ou la banalité, ce qui permet de construire des problématiques très différentes les unes des autres en utilisant les mêmes outils apparents.

3Si on prend en considération ces premières remarques, on va vite se rendre compte que les réflexions diffèrent selon les époques, même si on constate des retours ou des déplacements d’argumentations et selon les domaines puisque les critères d’un « texte simple » n’ont aucun rapport avec ceux d’une « musique simple » par exemple. On va surtout très rapidement se rendre compte qu’il n’y a pas de critères s’imposant de manière évidente et permettant de caractériser une production quelconque comme simple. Bertrand Rougé (pp. 285-298) en donne plusieurs exemples dans son article « “‘Less is more’… than it seems” ou l’évidence du simple : faux-semblants du pur, du littéral et du banal dans les arts plastiques au XXe siècle » en se demandant si la simplicité consiste à refuser l’artificialisation, à seulement vouloir la cacher ou à n’en prendre, tout simplement, pas conscience.

4Le premier point à souligner est qu’il n’y a pas de critères possibles de la simplicité universellement acceptés. Que ce soit pour définir les propriétés d’un texte « simple », il n’y a pas d’accord unanime puisque tout dépend de l’analyste qui peut privilégier les propriétés internes au texte ou sa lisibilité par des personnes de groupes sociaux différents. Dans le premier cas, il peut mettre en avant les textes faisant appel à des concepts univoques si son intérêt se porte sur les éléments manipulés, mais un autre observateur peut négliger cet élément lexical et mettre en avant l’angle syntaxique. Et l’on arrive très rapidement au paradoxe que plus la phrase est « simple », comprise par exemple par des professionnels exercés, moins elle sera interprétable sans explication par un public inexpérimenté qui devra faire des paris sur les informations manquantes afin de construire un sens seulement probable. Et la même question se pose, au-delà de l’ordre interne des propositions, pour ce qui est des styles.

5Ceci est aussi vrai en peinture, que l’on pense à l’arte povera, au minimalisme ou aux gestes de provocation que pourrait être un carré blanc sur fond blanc. Dès que l’on devient attentif, on voit que le carré n’est pas un carré et que le blanc du carré n’est pas celui du fond et cela ne s’arrête pas là. Là où le visiteur inattentif ou pressé verra de la simplicité, le critique se trouvera en présence d’une insondable complexité faisant appel aux notions d’outre-blanc ou de déconstruction de l’image peinte.

6Il en est de même en musique comme le souligne Bernard Sève (pp. 315-324) dans son chapitre : « La simplicité musicale sous le prisme de l’organologie ». Un même morceau de musique peut être « simple » à jouer sur une flûte de roseau construite à partir du ton de la partition et très difficile sur un pipeau ayant potentiellement toutes les tonalités. On peut même dire que, souvent avec des instruments plus complexes, le jeu devient plus simple. Parler de simplicité n’a aucune signification tant qu’on n’a pas précisé l’élément précis, qu’il soit, par exemple, thématique, mélodique, rythmique ou harmonique déterminant le critère auquel on pense de manière subconsciente, pour ne rien dire du niveau du musicien. Et comme il existe plusieurs dizaines de critères de la simplicité en musique, il n’est guère possible de fonder un jugement sur un de ces critères, en particulier sans accord préalable. De plus, il est impossible de faire une synthèse de tous ces critères, il est ainsi impossible d’affirmer en droit qu’un morceau de musique serait « simple ».

7On va un peu plus loin en observant que ces dialogues de sourds, résultant d’une maîtrise imparfaite du langage à plusieurs de ses niveaux, ne portent pas en réalité sur quelque chose d’objectivement définissable. Si, par exemple, le peintre Chardin apparaît plus « simple » dans son art que Watteau, Boucher ou Fragonard, il convient d’être très prudent. De tels jugements apparents peuvent cacher d’autres oppositions sur des valeurs portées par la nouvelle bourgeoisie s’opposant au mode de vie d’une aristocratie considérée comme décadente ou se perdant dans des futilités. Le jugement cesse d’être esthétique pour devenir en réalité éthique et il occulte, dans ce cas, une lutte des classes naissantes.

8Ces idées sont développées, dans la première partie du livre, selon un panorama historique allant de l’Antiquité au XXe siècle et après avoir examiné plusieurs théoriciens, dont Aristote, Hermogène, Cicéron, Longus ou Roland Barthes, la seconde partie explore les usages du concept dans la littérature chez Ronsard, Ménage, Bouhours ou Jules Renard parmi d’autres auteurs. La troisième partie aborde, plus rapidement, quelques points dans le domaine des arts non littéraires avant que d’autres auteurs construisent la quatrième partie autour de la complexité de la simplicité. Sont donc traitées des questions comme le pléonasme qui semble être un « simple » redoublement du sens, la déponctuation de multiples textes contemporains qui paraît simplifier les textes tout en en rendant la lecture de plus en plus malaisée. Plusieurs auteurs proposent alors le concept de « simplexité », ce mot-valise indiquant qu’une complexité est présente chaque fois qu’on ne perçoit qu’une fausse simplicité ou qu’une simplicité superficielle.

9On peut réellement se demander si ce concept de « simplexité » est bien utile dès lors que dans un domaine donné, on a établi la liste des critères possibles afin de signaler ceux que l’on retient comme étant pertinents à ses yeux et donc ceux que l’on élimine. Qu’apporte d’utile ce concept de « simplexité » sinon la reconnaissance qu’il n’y a pratiquement jamais d’accord sur un sens dès lors qu’un concept dans un domaine donné a plusieurs dizaines de sens ? Toute pensée rigoureuse suppose la maîtrise préalable de ces polysémies. L’inconvénient du concept de « simplexité » serait de faire croire qu’on ne pourrait jamais y arriver d’une part et d’autre part, que cette notion pourrait être le prédicat d’une quelconque réalité, ce qui est absurde.

10Plusieurs index très utiles clôturent ce livre dédié donc essentiellement à la littérature en raison des spécialités des quatre éditrices. S’il est bien question d’arts dans cet ouvrage, la chorégraphie tout comme les installations, pour ne prendre que ces exemples, sont absentes. Il est évident que la notion de « simplicité » est aussi utilisée dans le droit, la théologie et les sciences. Des recherches analogues pourraient être entreprises dans ces différents domaines afin de déterminer ce qu’il y a d’arbitraire ou de fondé dans les débats autour de cette notion de « simplicité ». Il conviendrait enfin de se demander comment fonctionne cette notion dans des savoirs, comme la chimie ou les mathématiques où les concepts visent à être monosémiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Clément, « Sophie Jollin-Bertocchi, Lia Kurts-Wöste, Anne-Marie Paillet et Claire Stolz, dirs, La Simplicité. Manifestations et enjeux culturels du simple en art », Questions de communication, 33 | 2018, 340-342.

Référence électronique

Jean-François Clément, « Sophie Jollin-Bertocchi, Lia Kurts-Wöste, Anne-Marie Paillet et Claire Stolz, dirs, La Simplicité. Manifestations et enjeux culturels du simple en art », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/12764

Haut de page

Auteur

Jean-François Clément

clementjf[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page