Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Paul Rasse, Le Musée réinventé. Culture, patrimoine, médiation

Paris, CNRS Éd., 2017, 296 pages
Valentine Châtelet
p. 344-346
Référence(s) :

Paul Rasse, Le Musée réinventé. Culture, patrimoine, médiation, Paris, CNRS Éd., 2017, 296 pages

Texte intégral

1Le Musée réinventé propose une approche historique et anthropologique de la médiation de la culture. Il décrit le rôle de l’institution muséale comme lieu de mises en scène de la culture et, de fait, son rôle dans la légitimation de la culture et dans le processus de patrimonialisation. L’objectif de cet ouvrage est de démontrer le rôle clé joué par la médiation dans les institutions muséales et de promouvoir auprès de tous les acteurs du patrimoine une médiation de qualité, diversifiée et adaptée à des publics différenciés pour accomplir une véritable démocratisation culturelle. Pour ce faire, Le Musée réinventé suit une argumentation en trois points : 1) un exposé historique de la culture, héritière d’un système de classes sociales conditionnant son accès et que le contexte contemporain bouleverse (chapitre I et II) ; 2) une histoire des musées par genre avec, pour chacun, le type de médiation déployé en fonction des disciplines et des périodes (chapitre III à VIII) ; 3) une réflexion sur les perspectives et les enjeux du développement des institutions muséales (chapitres IX et X).

2Les deux premiers chapitres proposent une lecture historique de la constitution de la culture et des étroits rapports qu’elle entretient avec la culture dominante. Face à l’avènement de technologies capables de simuler l’authenticité dans ses moindres détails et à l’heure de la dématérialisation, Paul Rasse montre que le système de valeur de la culture est remis en cause : l’art, autrefois l’apanage de la classe dominante, est désormais a priori accessible ou du moins porté à la connaissance du plus grand nombre. Dans les faits cependant, et en se référant à Pierre Bourdieu, l’auteur explique que la mutation du modèle culturel n’abolit pas pour autant les « jeux de pouvoir » (p. 37) entre classes pour la reconnaissance ou l’acquisition de légitimité. En effet, malgré les innovations techniques, les classes dominantes conservent et perpétuent leur avantage, phénomène observable à toutes les époques et de façon durable. De cette façon et en dépit des aléas de l’histoire, c’est la culture des classes dominantes qui est transmise aux générations futures et celle, également, dont les musées témoignent. Ces derniers participent donc à ce que Paul Rasse décrit comme « la distinction et la reproduction des élites » (p. 45). Ici, l’auteur fait abondamment référence à Richard Hoggart et à son ouvrage La Culture du pauvre (1957, trad. de l’anglais par F. et J.-C. Garcias et J.-C. Passeron, Paris, Éd. de Minuit, 1970), travail autobiographique sur un intellectuel issu des classes populaires. La distinction résulte du rapport à la culture par l’appartenance de classe : la culture est intégrée et naturelle lorsqu’elle est héritée et peut de ce fait être transgressée ; elle est en revanche admirée, respectée et crainte lorsqu’elle a été acquise. Quant à la reproduction, elle est encouragée par la culture de masse, ce qui permet à l’auteur de résumer ainsi la fonction du musée : « Dispositif privilégié de mise en scène de la culture » dont la mission est « tout à la fois de rassembler le public élu, l’élite cultivée qui s’y reconnaît et de légitimer son pouvoir sur le peuple renvoyé à sa barbarie » (p. 65).

3Mais, poursuit l’auteur, la culture connaît actuellement, « à l’aube de la post-modernité » (p. 67), une reconfiguration sociale. Si la sociabilité traditionnelle révèle une appartenance sociale en fonction de l’échelle de valeurs édictée par l’élite, la sociabilité « cinétique » (p. 77) – c’est ainsi que Paul Rasse désigne le rattachement à des groupes par des réseaux sociaux-numériques – instaure une autre classification, établie en fonction de la créativité et de l’appartenance à certains réseaux. Au bas de cette échelle se situent, selon les mots de l’auteur, les « exclus de l’hypermodernité » (p. 82) : les personnes les plus démunies tels notamment les déracinés, déplacés ou réfugiés vivant dans des camps. Ces « exclus » illustrent le phénomène que l’auteur nomme « hétérogénéisation des classes sociales » (p. 87) permis par l’avènement de technologies de communication accessibles à tous. Pour le chercheur, « l’explosion des formes d’expression culturelle, le brassage médiatique des cultures, leur démultiplication infinie et leur diffusion instantanée, au moins dans leurs versions digitalisées » (p. 90) entraînent une reconfiguration des processus de légitimation et de délégitimation culturelles.

4Les chapitres IV à VIII sont consacrés à l’histoire des musées. Si remonter aux « origines de l’institution muséale » (p. 94) permet de poser les principes présidant aux collections : taxinomie, inaliénabilité et imprescriptibilité, cela conduit aussi l’auteur à proposer une définition de la patrimonialisation. Pour Paul Rasse, cette dernière se déroule en trois étapes : sélection, conservation, médiation (p. 102) ; ce qui, tout en rendant hommage à Jean Davallon (Le Don du patrimoine, Paris, Lavoisier-Hermès sciences, 2006) comme créateur de la notion, en offre un élargissement plus aisé aux patrimoines non archéologiques. Pour l’auteur, l’histoire des musées par genre révèle une tension entre perpétuation d’un système hérité et instauration de nouvelles formes de patrimonialisation. Par exemple, dans le domaine des beaux-arts, le système contemporain de notation dont Paul Rasse décrit le mécanisme (pp. 131-136) montre un fonctionnement en vase clos, participant à la reproduction de la distinction et donc de la domination de la culture par les classes sociales supérieures. Les musées d’histoire naturelle et musées des sciences, dès leurs débuts développés en parallèle de recherches scientifiques, sont pour leur part apparus dans un contexte confiant dans le progrès et dans la possibilité d’une industrialisation de l’accès à la culture scientifique (p. 151). Si cela ne s’est pas accompli parfaitement, le chercheur imagine que l’interactivité et le développement de l’offre évènementielle des musées constituent aujourd’hui des moyens de créer des espaces de débats plus « propices à la vulgarisation scientifique » ; ce que les technologies de communication permettent d’envisager par des processus d’information en réseau auquel le plus grand nombre peut prendre part (p. 161). Quant aux « musées techniques, musées des cultures populaires » (p. 163) et musées de société, la dimension scientifique très présente a entravé leur constitution comme de véritables lieux de médiation des savoirs populaires. Regrettant leur relatif échec, Paul Rasse reconnaît leur apport en matière d’archivage et de connaissance et salue le caractère expérimental de certaines de leurs expositions. L’histoire des musées ainsi rapportée les place entre tradition et modernité, cette dernière étant sans cesse actualisée par l’introduction de nouvelles pratiques et de nouveaux outils.

5Les deux derniers chapitres traitent de l’actuelle tendance des musées, dont les activités sont de plus en plus résolument tournées vers la communication (chapitre IX) et pour lesquelles les activités de médiation constituent un enjeu désormais crucial, à tous les niveaux (chapitre X). Si Paul Rasse titre « L’institution en crise réinventée par la communication » (p. 211), l’exposé qui suit n’attribue pas à la seule communication le renouveau du musée. Il mentionne trois causes à la crise : la numérisation et l’accès diversifié aux œuvres, le vieillissement du modèle du musée et la baisse des moyens. Le renouveau – ou « réinvent[ion] » – a été initié par la recherche dans la conception d’expositions, en ayant recours notamment à des technologies et en s’engageant sur des pistes nouvelles pour exposer des points de vue inédits (p. 218). Dans ces démarches, conservation et communication tiennent désormais des rôles clés. La première pour légitimer le travail du musée, le justifier et le perpétuer ; la seconde pour fédérer des publics et donner sens au travail de recherche et de conservation. Dans ces missions, les technologies ont permis une simplification de la taxinomie, d’une part, et un accès à la connaissance plus large et plus facile, d’autre part. Or, les technologies ne peuvent, insiste l’auteur, se substituer aux musées comme lieux d’exposition de musealias. Les dispositifs d’exposition demeurent le principal moyen pour impliquer les visiteurs qui, par leur lecture, donnent sens au contenu. Il faut donc idéalement supposer que les technologies favorisent une consultation plus large et plus fréquente de documents relatifs aux œuvres, attisant de cette façon le « désir [d’] être là, devant l’original, [de] le voir, [de] vivre […] aussi une expérience unique dans le cadre de l’institution » (p. 243). Paul Rasse établit alors le lien avec la médiation, dont il expose les enjeux pour les musées. Il rappelle que la médiation puise ses origines dans l’éducation populaire avec pour objectifs la démocratisation, l’élévation du niveau de connaissances et le décloisonnement culturel. Pour atteindre ces objectifs, les médiateurs doivent tenir leur rôle de « passeurs » des savoirs (p. 261). Le chercheur décrit comment procéder : effectuer un retour à la conception de l’animation culturelle « centrée sur le public » et « enrichi[e] de la présence des artistes » afin de renouer les liens entre patrimoine et création artistique (p. 265). L’auteur insiste sur la nécessité d’adopter une réflexion sur la culture artistique et sur ses conditions de production dans un contexte donné (p. 265). Enfin, il est important que la médiation parvienne à intéresser l’ensemble des acteurs de la sphère patrimoniale à la question des publics (p. 267) pour toucher un public plus large que les seuls initiés et, ainsi, donner à voir la « création foisonnante qui reflète les débats du monde » (p. 268). Ce sont là les enjeux de la médiation sous toutes ses formes, que les technologies accompagnent et accomplissent auprès des acteurs du patrimoine comme des publics.

6En filigrane de cet ouvrage figure donc le rôle tenu par les technologies, numériques et de communication, dans la reconfiguration sociale et culturelle contemporaine. Qu’il s’agisse du processus d’hétérogénéisation des classes culturelles ou de la diversification des supports de communication, Paul Rasse montre que les technologies sont au cœur de la patrimonialisation. Elles constituent un agent du passage de la post- à l’hyper-modernité, périodes que l’auteur ne circonscrit pas mais qui supposent de nouvelles perspectives sociales, pouvant toucher et impliquer des publics larges et différenciés. Les technologies sont des moyens de médiation et donc un élément clé dans le renouvellement des musées. Leurs responsables doivent de ce fait les considérer à leur juste valeur pour en faire de véritables outils d’échanges au service de la connaissance et à destination du plus grand nombre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentine Châtelet, « Paul Rasse, Le Musée réinventé. Culture, patrimoine, médiation », Questions de communication, 33 | 2018, 344-346.

Référence électronique

Valentine Châtelet, « Paul Rasse, Le Musée réinventé. Culture, patrimoine, médiation », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/12793

Haut de page

Auteur

Valentine Châtelet

Framespa, université Toulouse 2 Jean-Jaurès ; Lerass, université Toulouse 3 – Paul Sabatier, F-31000
valentine.chatelet@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page