Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Léo Souillés-Debats, La Culture cinématographique du mouvement ciné-club. Une histoire de cinéphilies (1944-1999)

Paris, Association française de recherche sur l’histoire du cinéma, 2017, 576 pages
Pascal Laborderie
p. 350-351
Référence(s) :

Léo Souillés-Debats, La Culture cinématographique du mouvement ciné-club. Une histoire de cinéphilies (1944-1999), Paris, Association française de recherche sur l’histoire du cinéma, 2017, 576 pages

Texte intégral

1Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’histoire des mouvements cinéphiles demeure très largement à rédiger. Si le livre d’Antoine de Baecque est centré uniquement sur la cinéphilie élitiste parisienne (La Cinéphilie. Invention d’un regard, histoire d’une culture 1944-1968, Paris, Fayard, 2003), si celui de Laurent Jullier et Jean-Marc Leveratto ouvre la voie à une sociologie des cinéphilies étendue aux cultures non savantes (Cinéphiles et cinéphilies. Une histoire de la qualité cinématographique, Paris, A. Colin, 2010), si enfin les dossiers de revue coordonnés par Christel Taillibert et Jean-Paul Aubert élargissent le spectre des cinéphilies étudiées dans leur diversité et ce jusqu’aux cinéphilies contemporaines (Cahiers de Champs visuels, 6/7 et 8/9, 2013), l’ouvrage de Léo Souillés-Debats présente l’intérêt majeur d’aborder la cinéphilie sous un angle socio-historique, qui peut néanmoins interpeller les sciences de l’information et de la communication dans la mesure où y est abordée avec précision l’histoire d’un mouvement qui s’est constitué en alternative à cette industrie culturelle qu’est le cinéma commercial. Surtout, il ne laissera pas indifférents tous ceux qui, dans le champ de la médiation culturelle, travaillent sur l’éducation artistique et culturelle par et au cinéma.

2Issu d’une thèse de doctorat dirigée par Fabrice Montebello et soutenue à l’université de Lorraine en 2013, ce travail de synthèse sur l’histoire des ciné-clubs s’appuie sur des sources nombreuses et diverses : revues spécialisées des fédérations de ciné-club, cartons d’archives des cinémathèques, données statistiques du Centre national de la cinématographie, correspondances privées, entretiens réalisés par l’auteur (la thèse compte 400 pages d’annexes qui malheureusement n’ont pas pu être reproduites dans l’ouvrage).

3La recherche présente au moins trois dimensions originales. La première consiste à étudier l’histoire des mouvements cinéphiles dans leur diversité. Léo Souillés-Debats s’attache ainsi à confronter les histoires des fédérations a priori divergentes que sont entre autres l’Union française des œuvres laïques d’éducation par l’image et le son (Ufoleis), la Fédération française des ciné-clubs (FFCC), la Fédération Jean Vigo et la Fédération loisirs et culture cinématographiques (FLECC). Comme le suggèrent le titre et le sous-titre de l’ouvrage, la thèse consiste à démontrer qu’au-delà de la pluralité des cinéphilies (Une histoire des cinéphilies avec un « s ») s’est construite une culture commune (La Culture cinématographique du mouvement ciné-club). Si l’auteur concède que les premiers ciné-clubs émergèrent dans l’entre-deux-guerres, il justifie le commencement de la période après la Seconde Guerre mondiale par l’explosion d’un « modèle ciné-club » rendu possible par un faisceau de déterminations non seulement idéologique (l’éducation populaire), mais aussi économique (l’apparition du format 16 mm) et juridique (l’établissement du statut du cinéma commercial).

4La deuxième originalité réside dans la place importante qui est accordée aux pratiques et à leurs évolutions. En effet, selon Léo Souillés-Debats, quatre générations de cinéphiles ont coexisté et se sont succédés durant un demi-siècle. Cette analyse qui se veut au plus proche des militants permet de regarder dans le détail non pas seulement l’organisation et les discours affichés des fédérations de ciné-clubs, mais les pratiques des ciné-clubistes. Du reste, la recherche porte certes sur les animateurs mais aussi sur les simples adhérents des ciné-clubs.

5Enfin, l’étude permet de revenir sans complaisance sur une question si souvent soulevée par les militants eux-mêmes, lorsqu’ils évoquent avec nostalgie l’épopée des ciné-clubs : pourquoi ont-ils disparu ? Dans cette perspective, Léo Souillés-Debats, même s’il n’exclut pas le motif le plus souvent avancé (la concurrence de la télévision), prend le taureau par les cornes en évoquant à la fois le rôle des politiques publiques (les ciné-clubs disparaissent au moment où émerge l’Art et Essai) mais surtout, et cela est visible dès le début des années 1970, en raison de l’obsolescence du « modèle ciné-club », qui tient plus à la responsabilité des fédérations elles-mêmes.

6Seules deux restrictions peuvent limiter la portée des résultats. Cette analyse socio-historique mobilise principalement des informations internes aux mouvements des ciné-clubs sans pour autant les confronter avec des données qui lui sont extérieures. Or, la période est sujette à de nombreuses mutations sociétales. De la même manière, l’articulation de l’histoire des ciné-clubs avec l’évolution du système éducatif français demeure un point aveugle. Il est aussi à regretter que l’étude soit plus fondée sur l’observation de deux fédérations (la FFCC et de la Fédération Jean Vigo) et de leurs revues respectives (Cinéma et Jeune cinéma) que de l’Ufoleis, la fédération de ciné-clubs de la Ligue de l’enseignement, à laquelle pourtant près de neuf dixièmes des ciné-clubs étaient affiliés. Cette attente d’informations complémentaires sur la spécificité de l’Ufoleis a sans nul doute motivé Léo Souillés-Debats, lorsqu’il s’est engagé, avec Frédéric Gimello-Mesplomb et moi-même, dans la codirection d’un ouvrage sur l’Ufoleis : La Ligue de l’enseignement et le cinéma. Une histoire de l’éducation à l’image (1945-1989) (Paris, Association française de recherche sur l’histoire du cinéma, 2016).

7En définitive, cette histoire des mouvements de ciné-clubs constituera à n’en pas douter un ouvrage incontournable pour toutes les études qui s’inscriront dans le champ de la sociologie du goût cinéphile. Une question sur l’effectivité de l’éducation populaire par et au cinéma demeure ainsi ouverte : les ciné-clubs étaient-ils des mouvements d’éducation véritablement populaire ou s’étaient-ils constitués sans le peuple ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Laborderie, « Léo Souillés-Debats, La Culture cinématographique du mouvement ciné-club. Une histoire de cinéphilies (1944-1999) », Questions de communication, 33 | 2018, 350-351.

Référence électronique

Pascal Laborderie, « Léo Souillés-Debats, La Culture cinématographique du mouvement ciné-club. Une histoire de cinéphilies (1944-1999) », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/12820

Haut de page

Auteur

Pascal Laborderie

Cérep, université de Reims Champagne-Ardenne, F-51100
pascal.larborderie[at]univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page