Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Sylvain Antichan, Sarah Gensburger, Jeanne Teboul, Gwendoline Torterat, Visites scolaires, histoire et citoyenneté. Les expositions du centenaire de la Première Guerre mondiale

Paris, La Documentation française, coll. Musées-Mondes, 2016, 170 pages
Sébastien Ledoux
p. 354-355
Référence(s) :

Sylvain Antichan, Sarah Gensburger, Jeanne Teboul, Gwendoline Torterat, Visites scolaires, histoire et citoyenneté. Les expositions du centenaire de la Première Guerre mondiale, Paris, La Documentation française, coll. Musées-Mondes, 2016, 170 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif résulte d’une enquête sur la transmission scolaire de la Première Guerre mondiale à partir de visites effectuées par des élèves de six expositions qui ont eu lieu à Paris et en province en 2014-2015 dans le cadre du centenaire, et de différents terrains d’observations (cours en classe, ateliers, entretiens hors classe). Ce travail mené par des chercheurs en sociologie, anthropologie et science politique est d’abord resitué dans son contexte historique. Les musées d’histoire, pris au sens large, se trouvent investis depuis une vingtaine d’années d’une fonction d’inclusion sociale par l’adhésion à des normes autour de la citoyenneté (vivre ensemble, tolérance, paix) que la fréquentation de ces lieux favoriserait. Cette évolution observable dans différentes régions du monde établit un lien de causalité naturel entre transmission de la « mémoire » et éducation civique que l’État français promeut de son côté depuis les années 1990 par une politique éducative très active en direction des publics scolaires sous de multiples formes dont les visites de musées d’histoire. Les enquêteurs soulèvent un paradoxe apparent : à la différence des musées d’art ou de science, ce fort investissement politique et social pour la fréquentation de ces lieux n’a pas pour autant suscité d’études sur les visites scolaires de musées d’histoire. Pour l’expliquer, il est justement signalé le « statut social singulier » (p. 17) qu’occupe la transmission du passé à l’égard des « jeunes générations » en général et celui des musées d’histoire en particulier, mais les auteurs forcent le trait en évoquant un « pouvoir jusqu’ici considéré comme quasi-magique » (ibid.) attribué à ces lieux pour éduquer ces « jeunes » sans mesurer au préalable avec précision le contenu et la variété des attentes des divers acteurs du champ concerné (du commissaire d’exposition à l’enseignant) ce qui permettrait d’identifier au mieux, d’une part l’importance accordée au lieu et, d’autre part, les effets attendus ou espérés possibles – ce qui ne relève pas de la même chose. Interroger les effets réels de ces visites sur les élèves, débarrassé de ce modèle interprétatif dominant, tel est en tout cas le point de départ pertinent de ce travail. Dans le prolongement d’une littérature élargissant la notion d’apprentissage bien au-delà de sa dimension factuelle, les auteurs ont cherché à relever et analyser avant tout l’expérience que les élèves traversent lors de visites d’expositions consacrées à l’histoire de la Grande Guerre.

2D’autres travaux récents ont également privilégié l’expérience vécue par l’élève en se situant résolument en dehors de la question de la transmission factuelle du passé et des attentes éducatives dans le cadre de dispositifs scolaires socialement valorisés (voir la thèse de Nathanaël Wadbled étudiant un voyage scolaire à Auschwitz-Birkenau [2016, L’Expérience d’un espace de mémoire : une visite scolaire au Musée-Mémorial d’Auschwitz-Birkenau, thèse en science de l’information et de la communication, Université de Lorraine]). La méthodologie employée par les chercheurs pour saisir au mieux ce qui se passe pour les élèves qui visitent ces expositions utilise différents dispositifs qui excluent très logiquement des questionnaires de connaissance factuelle en amont ou en aval de la visite. L’enquête s’est fondée sur des questionnaires relatifs à l’expérience de visite, des entretiens avec des enseignants et des élèves, et enfin des séquences d’observation. Le premier chapitre (pp. 25-43) étudiant la visite de musées par les enseignants appelle des réserves sur la méthodologie (corpus non précisé) et sur les interprétations souvent discutables et parfois contradictoires des entretiens qui plaquent artificiellement un appareil théorique aux données empiriques. Le deuxième chapitre (pp. 45-70), « Corps et attitudes », souligne fort à propos la pluralité des rôles sociaux vécus simultanément par les élèves lors de cette sortie – jeunes entourés d’amis, élèves accompagnés par leur professeur, visiteurs de musée, voire citoyens en devenir – qui fait « la complexité de la situation de visite » (p. 48). Les auteurs constatent ainsi que les collégiens interrogés mettent à distance l’exposition visitée et l’expliquent par le fait qu’ils l’abordent d’abord dans un rapport scolaire à l’histoire (p. 53), vécu sous le mode de la contrainte. Ce sont d’autres dimensions (trajet école-musée, pause déjeuner, relations entre pairs, conférencier, expériences sensorielles) qui sont le plus souvent évoquées dans les souvenirs des élèves à la suite d’une visite.

3Alors qu’une incise intéressante est faite sur le rapport des classes populaires à la culture légitime, on aurait aimé avoir ici des précisions sur l’appartenance sociale des publics interrogés le plus souvent dénommés « collégiens » et sur les logiques retenues pour le choix des échantillons. Les pages consacrées à la dimension corporelle des visites – occultée la plupart du temps – sont très intéressantes et novatrices, signalant pour les élèves un « équilibre instable entre dérogation et conformation » (p. 59). L’expérience de visite signifie pour eux – et peut-être avant tout le reste – « une gêne et un empêchement de leur corps » (p. 70). Il manque à cette analyse fine une ouverture sur les spécificités du rapport au corps à cet âge particulier de l’adolescence qui aurait apporté un éclairage utile. La place des émotions dans la transmission de la Première Guerre mondiale est l’objet du chapitre suivant (pp. 71-96), écrit à partir de l’observation d’un cours d’histoire mené sur trois séances dans une classe de CM2 de la région parisienne dont les caractéristiques sociologiques ne sont malheureusement pas présentées. Après avoir décrit ces séances et relaté avec précision les réactions d’un élève en particulier à côté duquel il/elle était assis(e), l’auteur(e) relève que les émotions attendues par l’enseignant ne sont pas toujours ressenties par les élèves. Par ailleurs, le rire et la dérision qui se manifestent à de multiples reprises indiquent que l’objet d’histoire évoquant l’atrocité des combats et l’omniprésence de la mort est approprié par certains dans une mise à distance propre à la culture infantile (le rire) et dans une logique d’interactions entre les élèves.

4Le quatrième chapitre de l’ouvrage (pp. 97-112) s’intéresse à l’appartenance sexuée des élèves et à son rôle dans les prescriptions et les modes d’appropriations de la Grande Guerre à partir de l’observation de différents ateliers de « Carnets de guerre » organisés aux Archives nationales. Étude passionnante qui met en exergue des assignations à un conformisme sexué au travers de techniques de médiation fondées sur l’identification aux acteurs de la Première Guerre mondiale : les filles se projettent dans une maison en tricotant quand les garçons écrivent du front où ils combattent… La transmission de cette période est ainsi l’occasion de réaffirmer collectivement des normes de genre que les élèves adoptent aussi par souci de conformité au groupe des pairs (garçons/filles) auquel ils appartiennent. Il est également démontré une appropriation sexuée des contenus du cours d’histoire avec un intérêt plus marqué pour l’histoire sociale et la violence de guerre chez les filles quand les garçons retiennent davantage des contenus plus factuels de la période. Une telle approche, déjà explorée par Alexandra Oeser (2010, Enseigner Hitler. Les adolescents face au passé nazi en Allemagne : interprétations, appropriations et usages de l’histoire, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme) dans son étude sur l’enseignement du nazisme en Allemagne, ouvre des perspectives de recherche prometteuses quant aux appropriations sexuées de l’enseignement de l’histoire. Le dernier chapitre (pp. 113-142) explore la question de la transmission du passé étudiée à partir de la fréquentation des musées d’histoire par différents groupes à différents âges. Les souvenirs des élèves interrogés plusieurs mois ou années après la visite de musées d’histoire se rattachent le plus souvent à des contextes liés à des sensations physiques ou à des relations sociales. En dehors d’eux, ces élèves accordent une valeur rétrospective à leurs visites dans le sens où elles ont assuré une fonction de transmission du passé dont l’importance sociale est très souvent énoncée. Ces enjeux mémoriels et civiques (« leçons d’histoire », « devoir de mémoire ») sont ainsi toujours mentionnés quand les aspects cognitifs des expositions sont quasi-absents, ce qui conduit les auteurs à constater que « les expositions transmettent moins un contenu […] qu’un rapport à ce contenu » (p. 115). Pour traduire une telle situation, la notion de « sens commun civique » est mobilisée en référence au « savoir de sens commun » évoqué par Michel Foucault. Ce sens commun qu’ils partagent par emprunt est d’autant plus fort et durable qu’il n’est pas réellement approprié par les élèves : les visites ne font par la suite jamais l’objet de discussions entre eux. Elles sont comme déposées dans l’espace de la conformité sociale.

5Écrit à partir d’études qualitatives sur un terrain composite, l’ouvrage a le grand mérite de penser les visites scolaires de musées d’histoire dans une expérience éminemment sociale qui l’affranchit d’un « ordre du discours » (Michel Foucault) encombrant posé à leur endroit et donc pesant sur leurs usagers, en premier lieu sur les élèves désignés comme destinataires prioritaires. On peut regretter qu’à partir d’un tel postulat nourri de nombreuses références, les analyses de cette expérience de visite souffrent parfois d’imprécisions méthodologiques ou de contextualisations lacunaires pour rendre compte de la variabilité des processus d’appropriations. Pour autant, les multiples déclinaisons que les auteurs de l’enquête esquissent constituent des pistes de recherche particulièrement stimulantes qui demandent à être discutées et enrichies par d’autres études à l’avenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Ledoux, « Sylvain Antichan, Sarah Gensburger, Jeanne Teboul, Gwendoline Torterat, Visites scolaires, histoire et citoyenneté. Les expositions du centenaire de la Première Guerre mondiale », Questions de communication, 33 | 2018, 354-355.

Référence électronique

Sébastien Ledoux, « Sylvain Antichan, Sarah Gensburger, Jeanne Teboul, Gwendoline Torterat, Visites scolaires, histoire et citoyenneté. Les expositions du centenaire de la Première Guerre mondiale », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/12831

Haut de page

Auteur

Sébastien Ledoux

CHS, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CNRS
ledoux.sebastien5[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page