Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Didier Fassin, Punir. Une passion contemporaine

Paris, Éd. Le Seuil, 2017, 208 pages
Érik Neveu
p. 370-372
Référence(s) :

Didier Fassin, Punir. Une passion contemporaine, Paris, Éd. Le Seuil, 2017, 208 pages

Texte intégral

1Cette contribution de Didier Fassin a une double origine. Elle reprend une série de conférences données à l’Université de Californie à Berkeley en 2016 dans le cadre d’un cycle annuel, où l’auteur est le premier sociologue-anthropologue invité sur un créneau académique en général réservé aux philosophes et juristes. Ce point est important puisqu’il explique une dimension de dialogue avec la conception juridique et philosophique de la punition. C’est aussi un volume où Didier Fassin mobilise ses travaux récents sur la prison et la police pour développer une réflexion sur la pénalité, sur le déploiement croissant de politiques répressives qui peuvent passer par l’incarcération de masse comme aux États-Unis, mais aussi par la multiplication des comportements relevant d’une qualification pénale (rassemblements dans les cages d’escalier…).

2Le volume est structuré de façon à la fois logique et asymétrique. Un bref avant-propos (pp. 9-20) vient souligner l’actualité nationale et internationale des enjeux répressifs. Une introduction (pp. 21-42) développe deux récits qui vont amorcer une réflexion sur la punition. L’un emprunté à Bronislaw Malinowski rapporte un épisode observé aux Îles Trobriand où un jeune homme que la rumeur accuse de rapports sexuels « incestueux » avec une cousine se tue en tombant du haut d’un cocotier : suicide ? Anticipation d’un châtiment inévitable ? Réponse adressée aux propagateurs de rumeurs ? L’autre récit est celui du sort tragique d’un jeune noir états-unien pris dans la machine répressive pour un délit dont rien ne prouve qu’il l’ait commis… Il passera mille jours en prison puis se suicidera. Suivent alors trois chapitres dont on peut penser qu’ils correspondent aux conférences californiennes. Ils explorent trois questions : « Qu’est-ce que punir ? » (pp. 43-80), « Pourquoi punit-on ? » (pp. 81-116), « Qui punit-on ? » (pp. 117-152).

3Didier Fassin condense lui-même les résultats de sa réflexion en sept petites leçons (pp. 155-156). Il n’est pas vrai empiriquement que le châtiment ait un lien fondateur et cohérent avec le crime : certains faits pénalement réprimés sont en fait peu poursuivis (on peut penser aux fraudes fiscales et financières), tandis que des châtiments bien réels sanctionnent des faits qui ne tombent pas sous des qualifications pénales (comme des expéditions punitives de la police, bien décrites dans ce volume). Ce dernier point suggère, en deuxième lieu, que la distinction vengeance-punition est plus frêle qu’il n’y paraît. Troisième acquis, la punition comme infliction d’une souffrance ou d’un désagrément n’a pas de tout temps été la réponse aux comportements délictueux : des logiques de compensation et de réparation ont pu prévaloir. En quatrième lieu, les modèles explicatifs rétributivistes (la peine est le « paiement » adapté d’une faute) ou utilitaristes (la peine est une technique de protection de la société) s’avèrent insuffisants et réducteurs pour rendre compte des logiques pratiques de la pénalité, du rapport subjectif qu’ont les agents des institutions répressives à leur travail. Ce point conduit alors à réintroduire dans la réflexion une dimension refoulée tant par le droit et la philosophie que souvent les sciences sociales : dans le punir, il y a une dimension émotionnelle et pulsionnelle. Certains actes suscitent une puissante indignation, il peut y avoir de la jouissance à administrer un châtiment. Les « leçons » de ce parcours dans la pénalité tiennent aussi dans la mise en évidence d’extraordinaires asymétries : la répression se fixe au premier chef sur des crimes et comportements plus caractéristiques des milieux populaires, tandis que beaucoup d’activités délinquantes des élites suscitent peu d’investissement en moyens répressifs. Variante de ce point : le traitement des justiciables pour une infraction identique n’est pas régi par la neutralité universaliste : il y a de grosses différences dans la capacité à payer des cautions, avoir un bon avocat, manifester tout simplement une proximité sociale à ceux qui jugent. Enfin, la vision d’une responsabilité individuelle est appliquée avec une ardeur qui n’a d’égal que le creusement parallèle des inégalités sociales : questionner des causes sociales du crime, le contextualiser ne saurait être que double vice intellectuel : production d’une « excuse sociologique » – on reprend ici l’intelligente formule de deux Premiers ministres socialistes Lionel Jospin et Manuel Valls – doublée du déni de la souveraine liberté individuelle qui a conduit à choisir la voie délinquante.

4L’auteur souligne deux points qui donnent l’esprit de son propos. Dans ce petit livre qui combine pagination modérée (160 pages de texte stricto sensu) et format compact, il veut créer une « brèche » dans le sens commun d’un populisme pénal qui a submergé l’espace public. Le hasard veut que cette note de lecture soit écrite un matin de janvier 2018 où la « une » de l’actualité est constituée par deux violentes agressions en « banlieue » contre des policiers par des groupes de jeunes. Les médias d’information continue diffusent en boucle vidéos de ces agressions, témoignages indignés de policiers, et rhétorique sur la violence de ces jeunes. On ne saurait justifier que des policiers en service – dont une femme – soient agressés et roués de coups. Mais pourquoi le sens critique des journalistes ne se déploie-t-il pas avec une vigueur équivalente quand des violences policières illégales sont démontrées ? Pourquoi aucune réflexion sur ce qui a pu engendrer ces violences inacceptables : ces jeunes sont-ils des animaux féroces ? Ont-ils choisi la délinquance comme on choisit de faire Sciences Po ? Le ministre de l’Intérieur évoquera une explication « architecturale ». Que n’y avait-on pensé : l’effet « grands ensembles » déjà découvert à Sarcelles en 1960 ! Sûrement pas le chômage et la décrépitude des services publics ou la ségrégation ethnique et sociale… on serait dans l’excuse sociologique !).

5Didier Fassin souligne aussi qu’une critique informée ne peut se draper dans la posture « belle âme » qui nie la gravité des faits de délinquance, les gènes et souffrances qu’ils engendrent, la difficulté à les conjurer et réprimer. La suggestion est bien davantage que la solution est devenue le problème, que l’essor de la population pénale crée de nouveaux problèmes de dislocation de multiples liens sociaux, que la transformation de groupes sociaux entiers en réservoirs de suspects engendre entre ces groupes et les personnes chargées du maintien de l’ordre une relation belliqueuse, de défiance et d’animosité mutuelle. Elle est aussi de rappeler que juristes, philosophes, criminologues et acteurs de terrain ont produit une somme très riche de contributions sur des alternatives à l’incarcération, d’autres techniques pour policer, réparer les dommages liés aux infractions.

6C’est peut-être sur ce dernier volet que le livre laisse sur sa faim. Didier Fassin le revendique : il n’est pas criminologue, il n’entend pas réinventer la roue de la réforme pénale ou policière. On aurait pourtant aimé, ne serait-ce que sur deux ou trois pages, une petite évocation des alternatives ou des expériences fécondes. Il aurait aussi été intéressant de mieux expliciter la catégorie du « populisme pénal » empruntée à Denis Salas (La Volonté de punir. Essai sur le populisme pénal, Paris, Hachette, 2005). Il y a là une boîte noire de l’analyse d’autant plus encombrante que la catégorie ectoplasmique du populisme est plus souvent un obstacle à l’analyse qu’un outil de compréhension.

7La nature de ses interventions conduirait Didier Fassin à entrer d’abord en dialogue avec juristes et philosophes (voir le chapitre « Qu’est-ce que punir ? »). L’exercice est dépaysant et utile pour les lecteurs de sciences sociales. Il se paie paradoxalement d’un déficit de dialogue avec la discipline d’insertion de l’auteur. Comment connecter l’essor d’une rage de punir et de pénaliser avec en particulier les dynamiques du « processus de civilisation » analysées par Norbert Elias et ceux qu’il a pu inspirer ? Faut-il y voir une régression ? Le processus confirme-t-il la permanence et l’ampleur sous-estimée de ces « arrières scènes de la vie sociale » (prisons, colonies hier) où l’on traite sans ménagement aucun ceux qui ne sont pas labellisés comme civilisés ou civilisables ? Faut-il voir dans cette évolution l’effet d’une rupture des processus de « démocratisation fonctionnelle », de resserrement d’un ensemble d’inégalités qu’avaient permises les trente glorieuses et pour lesquels les tendances s’inversent depuis plus de trente ans ?

8Par son propos critique, l’ouvrage de Didier Fassin soulève aussi une question qui méritait d’être intégrée à la conclusion. Pourquoi faut-il en 2017 prendre la plume, cogner pour faire « brèche », quand il s’agit d’énoncer des faits aussi simples et évidents que l’existence de bases sociales et matérielles de ce qui est défini comme crime ou délit, pour rappeler – sans abolir pour cela les notions de responsabilité et d’autonomie – que la probabilité statistique d’entrer dans divers types de délinquance est fort inégalement distribuée socialement, que certaines activités génératrices d’immenses souffrances (on pense à l’exposition à l’amiante de milliers de travailleurs ainsi condamnés à mort) sont impunies ou peu punies ? Comment expliquer la posture de Sisyphe qui est celle des chercheurs en sciences sociales… pourquoi doivent-elles/ils sans cesse rappeler avec un succès rarement durable des évidences issues de nombreuses enquêtes ? Pourquoi, en de nombreux domaines, le paradoxe d’une règle d’inverse proportionnalité entre la légitimité scientifique des chercheurs et leur capacité à se faire entendre des médias et des autorités ? Non que sociologues ou politistes puissent revendiquer détenir la Vérité ou la Solution des problèmes, mais assurément qu’ils puissent aider à repérer questions mal posées et mythologies sociales. On peut l’illustrer par le fait que de nombreux travaux manifestent que le modus operandi des unités policières des brigades anti-criminalité (BAC) crée plus d’une fois plus de tensions qu’il ne résout de crimes et délits – un autre livre de Didier Fassin, fondé sur une enquête ethnographique parmi les policiers le montre fort bien (La Force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Paris, Éd. Le Seuil, 2015 [2011]). Cette vision critique s’exprime même jusque chez de haut responsables policiers, mais sans grandes conséquences pratiques tant sont fortes les logiques d’institution, les reflexes de défense corporatiste. Cette observation – faut-il dire sur le caractère inaudible, le refus d’entendre, le mépris des savoirs ? – vaut bien au-delà de questions de justice ou de police, au point que ce soient aujourd’hui même les sciences « dures » (qu’on pense au climat) qui aient du mal à imposer leurs évidences dans l’espace public. Si la rage de punir est une pathologie elle fait aussi système avec d’autres : le refoulement d’une grande partie des savoirs produits par les chercheurs dans les processus de décision, l’accroissement des inégalités sociales dans des proportions qui renvoient au XIXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Érik Neveu, « Didier Fassin, Punir. Une passion contemporaine », Questions de communication, 33 | 2018, 370-372.

Référence électronique

Érik Neveu, « Didier Fassin, Punir. Une passion contemporaine », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 22 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/12936

Haut de page

Auteur

Érik Neveu

Arènes, université de Rennes 1/EHESP/CNRS/Sciences Po Rennes, F-35700
erik.neveu[at]sciencespo-rennes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page