Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Valérie Lépine, Sylvie Alemanno, Christian Le Moënne, dirs, Communications & organisations. Accélérations temporelles

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. SFSIC, 2017, 202 pages
Laurène Beccucci et Luc Bonneville
p. 382-385
Référence(s) :

Valérie Lépine, Sylvie Alemanno, Christian Le Moënne, dirs, Communications & organisations. Accélérations temporelles, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. SFSIC, 2017, 202 pages

Texte intégral

1Communications & organisations. Accélérations temporelles est le dernier des quatre ouvrages publiés à la suite du XXe congrès de la Société française des sciences de l’information et de la communication (SFSIC). Dans le prolongement de cette manifestation qui s’est déroulée à Metz en 2016, l’ouvrage a pour ambition de dresser un état de la recherche sur le thème de la temporalité en organisation en soulignant l’apport spécifique des sciences de l’information et de la communication (SIC) à ce vaste thème d’étude. Certes, il s’agit certes d’un thème qui n’est pas nouveau en soi –comme le rappellent d’ailleurs les co-directeurs de l’ouvrage – il est néanmoins pertinent dans le contexte des nombreuses et importantes transformations qui touchent les organisations contemporaines.

2Dans une volonté de rationalisation, le temps demeure un enjeu essentiel pour les organisations qui tentent de s’adapter aux changements portés notamment par le numérique. L’accélération des rythmes sociaux et économiques oblige les organisations à une adaptation constante, avec souvent pour effet de contraindre les travailleurs à de multiples injonctions. C’est du moins ce que la première partie (« Rationalité, accélérations temporelles et communication ») de l’ouvrage s’attache à mettre en lumière à l’aide de plusieurs cas analysés. Le contrôle du temps demeure autant une solution qu’un problème d’articulation entre les acteurs concernés, ce qu’aborde la deuxième partie de l’ouvrage (« Dyschronie et enjeux communicationnels »). Enfin, dans la troisième et dernière partie (« Réappropriations plurielles du temps et médiations renouvelées »), les auteurs évoquent différents thèmes telles que la matérialité du temps marquée par l’aménagement des espaces de travail et les nouvelles compétences à développer, dont la réactivité. Ces trois parties centrales de l’ouvrage s’articulent les unes aux autres dans ce qui représente une réflexion globale sur « le couplage communications/organisations et ses temporalités ».

3La première partie commence avec un chapitre qui aborde la question du « temps-mesure » (p. 25) comme gestion des activités professionnelles et du temps des individus, grâce au plan de communication. Les incidences des outils de contrôle des individus par le temps sont, quant à elles, étudiées dans les chapitres 2 et 3. Devenir un employé hypermoderne revient à maîtriser le temps en produisant un maximum de ressources en une temporalité impartie et imposée par l’entreprise. Le constat simple que le « temps contemporain » est soumis à une accélération que les acteurs organisationnels tentent de contrer, supporte la réflexion. Ceci met en lumière le fait que le temps est certes une construction sociale, mais repose aussi sur des cadres objectifs qui placent les individus dans un rapport de négociation constante entre dimensions personnelle et collective (p. 46). Mais les acteurs eux-mêmes peuvent devenir porteurs de normes temporelles, comme c’est le cas des informaticiens. Témoins et vecteurs de l’innovation technologique, ils sont les conséquences visibles de l’accélération du travail. Leur métier est fondé sur l’urgence, la nécessité d’adaptation incessante aux mises à jour des programmes, la surinformation, les échéances successives et les emplois du temps personnels sacrifiés (p. 58). Ceci est renforcé par les discours managériaux qui considèrent le temps comme une marchandise : la productivité de la force de travail réside dans la réactivité (thème développé plus tard dans la partie 3 de l’ouvrage) aux dépens de la santé des travailleurs. Ici, l’accélération du travail résulte de la cohabitation de temporalités multiples marquées par l’urgence, où les pratiques de communication et les technologies de l’information et de la communication (TIC) deviennent un « potentiel de contrôle social » (Valérie Carayol, 2005, « Principe de contrôle, communication et temporalités organisationnelles », Études de communication, 28 pp. 77-89 – p. 59). Le rapport au temps se rationalise, devenant autant une solution qu’un problème en soi. Les auteur-e-s mettent en lumière la confrontation des temporalités et les conséquences organisationnelles qui en découlent. En effet, les organisations s’inscrivent dans une évolution interne et dans un contexte évolutif. Celui-ci est principalement caractérisé par l’implantation du numérique qui reconfigure la relation au travail. L’utilisation d’outils de gestion est significative car une partie du pouvoir décisionnel est donnée à la machine. En résulte une injonction à la « modernisation », en d’autres termes une pression pour que les individus s’adaptent aux TIC qui « cristallisent une pression des personnels avec une multiplication des exigences » (p. 67).

4Les cinq chapitres de la deuxième partie interrogent la confrontation de temporalités antagonistes. L’idée principale est que les organisations inscrivent leur histoire dans le temps et par leurs actions. Celle-ci est matérialisée par les communications produites, les décisions prises par elles. Par exemple une université revendique ses valeurs par la production de savoirs multiples et le dynamisme, pourrait-on dire, de sa communauté savante (chapitre 4). Or, l’ouvrage fait état de l’injonction à devoir suivre la « modernisation » (terme non neutre) de la société par l’implantation du numérique dans les établissements. Les personnels sont mis à l’épreuve par les TIC, porteuses de pression à la performance et de nouveaux usages (p. 68). En d’autres termes, le récit de l’université dépend de ce que l’État impose dans les politiques publiques. Les conséquences d’un tel décalage, entre récit et réalité, sont directement perceptibles sur les individus dont l’identité est en partie définie par leur travail (identité professionnelle) ou, par un moment de sociabilité (le repas, entre symbolique et institutionnalisation). Le repas est pris comme exemple au chapitre 5 pour montrer que lorsqu’une pratique nous caractérise, nous consacrons du temps personnel à sa réalisation. Or, l’« urgence » organisationnelle de l’hôpital impose un cadre rigide de prise de repas : l’individu n’est plus libre de disposer de son temps. Le conflit qui émerge survient à la prise du repas pour l’individu, symbole de sa vie d’avant la maladie, en ce qu’elle renvoie au cercle familial. Pris dans l’agenda de l’hôpital, ce moment reconfigure l’acte même de s’alimenter qui se transforme en un soin contrôlé (p. 86). C’est aussi le cas des marques de luxe (chapitre 6) qui se réclament d’un héritage tout en entretenant une image moderne et innovante. Le récit dépend directement du temps qui dépossèderait l’entreprise de sa légitimité à mesure qu’il s’écoule. Il lui faut « s’ancrer dans le présent pour éviter de s’empoussiérer dans le passé » (p. 94). Cette opposition est mise à jour par l’étude sémiotique du récit organisationnel, à dimension performative. Le récit témoigne du décalage entre ce que projette le « sujet-entreprise » par rapport à l’expérience qu’il fait du quotidien (p. 111). Le lecteur est ainsi conduit à constater l’impact des décalages temporels sur le plan personnel et institutionnel.

5Les quatre chapitres de la troisième et dernière partie de l’ouvrage questionnent les transformations de la temporalité au prisme des différentes reconfigurations organisationnelles qui investissent les espaces de travail et de collaboration. On le sait, les organisations ont pris de plein fouet le virage numérique, entre autres efforts dans la gestion des équipes, en éclatant les logiques institutionnelles traditionnelles. À l’aide de trois cas, nous voyons comment les nouvelles technologies instaurent des temporalités rapides à l’intérieur de lieux ou d’institutions très ancrés dans le temps. Le premier dépeint une nouvelle forme d’entreprise ouverte offrant un espace de travail partagé, muni de connexion à haut débit. Les transformations analysées amènent à penser le temps comme un atout pour effectuer plus de tâches en un même lieu ou un même laps de temps. L’attitude du travailleur face aux fonctionnements induits par la réunion des espaces professionnels et privés est subjective. Ce chapitre discute ainsi des formes de réappropriation des temporalités que tentent d’instaurer les employé-e-s pour articuler les temporalités. Prenant l’exemple du temps de socialisation et d’interaction avec le client, lequel est cadré par un horaire et un agenda, les auteurs montrent qu’en situation d’open space, le travailleur indépendant n’est relié à l’entreprise que par sa messagerie électronique. Un besoin constant de vérifier ses mails s’installe. Ainsi le problème pour les entrepreneurs se traduit-il par une gestion de la temporalité de l’organisation par un outil numérique qu’ils consultent autant sur leur lieu de travail qu’à domicile. De cette façon, on observe une atomisation des relations interpersonnelles et sociales, lorsque les individus qui interagissent dans des réseaux professionnels en viennent à condenser leurs relations sociales autour de tâches liées à leur activité et au networking. Le deuxième analyse les formes de bibliothèques, ou « Learning center » (temps historique, long), qui génèrent des modifications par l’implantation du numérique (temps mondial, court). Ensuite, le troisième chapitre met en avant l’influence des discours managériaux sur le rapport au temps : la réactivité comme compétence devient une norme dans l’entreprise. L’employé performant répondra à de multiples sollicitations en un temps très court. Pour cela, les discours valorisent les comportements d’adaptation temporelle : traiter une nouvelle information et y répondre devra se faire rapidement, tout en s’impliquant dans les autres projets. Enfin, au sein d’un hôpital analysé au quatrième chapitre de cette troisième partie, différents services s’inter-croisent dans le traitement des patients, établissant ainsi une interdépendance temporelle. Cet exemple du patient dont le temps personnel est sans cesse négocié avec d’autres urgences imprévisibles (p. 186) correspond à un enjeu d’ordre gestionnaire. Comment donner suffisamment de temps à chacun, personnel comme soignant, tout en garantissant le soin en continu ? La réponse n’est pas simple car imposer une manière de fonctionner qui fait abstraction du contexte, comme un « bricolage de temps hétérogènes » (p. 177), est source de frustration autant pour les soignants que les patients.

6Bref, comme en témoigne l’ensemble de l’ouvrage, le temps représente un objet central pour définir l’organisation. Sa définition est plurielle car elle renvoie à une variété d’expériences qui ne font pas toujours sens lorsqu’on les réunit dans un projet réduit à une seule réalité : celle du projet de l’organisation. De plus, l’informatisation réifie et instrumentalise les éléments qu’elle intègre : face à la « réalité » du terrain, force est de constater qu’on ne peut réduire « une » réalité à une variable mesurable. Elle prend en compte les ressentis de chacun mais aussi la position occupée.

7Pour conclure, nous noterons que la bibliographie développée et la rigueur scientifique demandée par l’exercice d’écriture dans le cadre du congrès sont de très haute qualité. On pourra établir un parallèle entre cet ouvrage et celui de Vincent de Gaulejac : La Société malade de la gestion (Paris, Éd. Le Seuil, 2004). À l’instar de ce dernier, le temps contrôlé induit une « communication paradoxale, [et une] transformation de l’humain en ressource » (p. 235) : cela a pour effet de modifier les représentations du monde du travail et de la manière de vivre ses relations.

8L’individu comme les organisations vivent le temps comme une évolution spatio-temporelle, comme une contrainte ou encore comme une marque de l’appartenance à un groupe. Si le temps permet de se définir, il peut aussi devenir source de stress lorsqu’il est subi. La question est de savoir jusqu’à quel point le temps permet de concilier attentes professionnelles, réalités du milieu et bien-être au travail. Est ainsi dépeinte une réalité duale du temps qui devient une ressource organisée autant qu’elle organise l’environnement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurène Beccucci et Luc Bonneville, « Valérie Lépine, Sylvie Alemanno, Christian Le Moënne, dirs, Communications & organisations. Accélérations temporelles », Questions de communication, 33 | 2018, 382-385.

Référence électronique

Laurène Beccucci et Luc Bonneville, « Valérie Lépine, Sylvie Alemanno, Christian Le Moënne, dirs, Communications & organisations. Accélérations temporelles », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/13001

Haut de page

Auteurs

Laurène Beccucci

Mica, université Bordeaux Montaigne, F-33600
laurene.beccucci[at]gmail.com

Luc Bonneville

Département de communication, université d’Ottawa, CA-ON K1N 6N5
luc.bonneville[at]uottawa.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page