Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Susanna Magri, Sylvie Tissot, dirs, Explorer la ville contemporaine par les transferts

Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. Sociologie urbaine, 2017, 222 pages
Christian Gerini
p. 385-387
Référence(s) :

Susanna Magri, Sylvie Tissot, dirs, Explorer la ville contemporaine par les transferts, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. Sociologie urbaine, 2017, 222 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est issu des travaux d’un séminaire interdisciplinaire dirigé par Susanna Magri et Sylvie Tissot, mais aussi par Fabrice Ripoll de 2011 à 2014. Le titre est explicite et sera néanmoins précisé au fur et à mesure de notre analyse. Quelle « ville contemporaine », qu’entend-on par « transferts » ? Les qualifications des auteurs, relevant essentiellement de la sociologie même si l’on y voit aussi un peu d’anthropologie et de science politique, devraient nous renseigner en elles-mêmes sur la première question. Toutefois, leurs appartenances institutionnelles et les espaces étudiés comme les transferts qu’ils y considèrent font à la fois la force – au cas par cas – et la faiblesse – sur la cohésion de l’ensemble – de l’ouvrage sur les deux questions précédentes.

2La longue introduction (pp. 5-28) des deux directrices de l’ouvrage a ceci de particulier qu’elle permet finalement, après avoir posé les définitions et les principes méthodologiques généraux puis de chacun des auteurs, de naviguer parmi les huit chapitres, même si ceux-ci ont été regroupés à nombre égal sous deux grands chapeaux, « Catégories et dispositifs de l’action » (pp. 29-112) et « Formes urbaines et pratiques quotidiennes » (pp. 113-211) : il suffit de lire chacun en ayant conscience de la catégorie dans laquelle il est placé. L’ouvrage se conclut sur une ouverture vers un programme de recherche de cinq pages (pp. 213-217) : Susanna Magri et Sylvie Tissot posent cette publication comme un jalon et s’attendent avec modestie à des critiques sur des points qu’elles soulignent elles-mêmes.

3Sur la première question – explorer la ville –, il faudrait ici consacrer à chaque chapitre de l’ouvrage une partie spécifique de la présente note de lecture. Chacun d’eux mériterait une recension, car il traite un cas très différent des autres – ce qui est ici une des faiblesses de l’ensemble. L’ouvrage est donc intéressant au cas par cas, souvent d’ailleurs autant sur le plan historique que sur celui sociologique revendiqué par ses rédactrices, même si elles qualifient de « transdisciplinaire » (p. 5) le travail préparatoire ayant conduit à cette publication. En effet, comment placer sous un même titre et dans une même perspective – et en induire des constats et conclusions, ne serait-ce que provisoires, sur les « transferts » dans la ville contemporaine – le « projet de développements intégrés des quartiers » de Hambourg (Clément Barbier, pp. 31-52), les « torres country » de Buenos Aires (Eleonora Elguezabal, pp. 73-92), la lutte contre la pauvreté urbaine au Maroc (Éric Cheynis, pp. 53-72), ou un seul espace qui n’est ni une ville ni un quartier, mais simplement la Maison Radieuse de Le Corbusier à Rezé (Sabrina Bresson, pp. 115-138), pour finir avec les migrations transnationales euro-méditerranéennes et des consommations urbaines (Alain Tarrius, pp.193-211) ?

4Cela renvoie à ce que nous écrivions en introduction : chaque chapitre est en lui-même intéressant et fort bien documenté – avec de conséquentes bibliographies – et donne des indications et des perspectives pour des politiques urbaines à venir dans le ou les lieu(x) qu’il considère, ou pour l’étude sociologique d’un lieu, quartier ou ville, mais l’ensemble ne forme pas un tout cohérent qui pourrait guider de telles politiques, aussi bien ici qu’ailleurs. Et les problématiques étudiées sont tellement différentes qu’il est très difficile de les relier, même si elles sont en soi très finement détaillées. À titre d’exemple, le chapitre de Jennifer Bidet (« Habiter “à la française” ou “à l’algérienne” », pp. 137-166) sur l’aménagement et l’appropriation des maisons construites en Algérie par des migrants et leurs enfants est passionnant mais essentiellement sur le lien passé-présent d’une ancienne colonie française : il ouvre donc une porte vers d’autres recherches de même type dans d’autres anciennes colonies, pour voir par exemple comment cette appropriation s’est faite ailleurs, quels sont les points communs, les différences, et que ce qu’on pourrait en induire pour des développements urbains des villes et pays concernés. Mais il s’inscrit finalement davantage dans le registre de l’histoire, de ce qu’elle produit et dans un type de transferts très spécifique à ces lieux et leur passé que dans une perspective générale pour les villes d’aujourd’hui et ce qu’elles deviendront du fait des transferts.

5Nous avons cité plusieurs fois ce mot « transferts » qui fait partie du titre de l’ouvrage et qui devrait donc en être le fil conducteur, d’où la deuxième question que nous posions en préambule. Or, là aussi, une faiblesse apparaît. Dans l’introduction, les directrices de la publication résument en deux lignes ce qui est ici entendu sous ce terme : « Par “transferts”, nous désignons la circulation de personnes, de mots et de choses, saisie à travers ses motivations, ses modalités, ses implications » (p. 5). Définition à la fois très vague et au champ très large, qu’elles précisent évidemment et heureusement dans la foulée : « D’un côté ce sont les migrants, dont les mouvements suivent les logiques de l’échange de marchandises, de l’amélioration de leur sort ou de la simple survie, et sont traditionnellement appréhendés par les études sur les migrations. De l’autre, ce sont des administrateurs, des universitaires, des experts, qui réalisent des déplacements virtuels ou réels dont la carte sans frontières est dessinée par les réseaux de spécialistes. Or, dans tous les cas, avec ces personnes ou par leur entremise, circulent aussi des mots, des catégories d’action, des manières de faire, de voir et d’être. Se diffusant dans les pratiques des citadins, tout cela finit par avoir une incidence sur la ville, en changer le paysage, en transformer lentement l’usage, s’incarner dans des discours ou des modèles d’intervention » (ibid.).

6Dans les chapitres successifs, les transferts sont regardés selon l’une ou l’autre des approches ici énoncées, mais rarement selon toutes les dimensions qui pourraient interagir d’un point de vue systémique. Ainsi par exemple, dans deux registres très différents, peut-on voir à l’œuvre d’un côté à la fois les politiques et spécialistes dans le chapitre sur Hambourg et le programme de soziale Stadtteitlentwicklung à savoir le développement social des quartiers (p. 32), avec une dimension transnationale car le programme s’inspire de politiques de développement menées en France, en Grande-Bretagne et en Finlande ; de l’autre essentiellement des manières de faire d’une population migrante – donc dans le registre des transferts culturels – dans le chapitre de Marcia Ardila Sierra (pp. 167-192) sur la culture culinaire des migrants colombiens installés peu à peu à Paris dans le commerce, la restauration, et donc sur l’échange transculturel entre ces migrants et les autochtones. Ces deux exemples, certes classés chacun sous le « chapeau » qui lui convient, donnent à voir la complexité à appréhender l’ouvrage comme un tout pouvant éclairer sur la thématique des transferts dans l’évolution des villes, de certains quartiers, comme dans les échanges et donc changements culturels voire sociaux qui en découlent – sans parler des rejets et conflits qu’ils peuvent générer, ce qui n’est pas évoqué dans l’ouvrage.

7En outre, dans la définition citée plus haut, on peut se demander qui sont ces « experts et réseaux de spécialistes ». Le chapitre d’Eleonora Elguezabal sur les « torres country » à Buenos Aires (pp. 73-91) est à ce sujet intéressant. Ces « copropriétés fermées » de la ville sont considérées comme des enclaves de richesse, construites par les promoteurs depuis les années 1980, et dont les « frontières physiques viendraient matérialiser dans l’espace les nouvelles frontières sociales issues du processus de polarisation économique », pour reprendre l’auteure (p. 73). Or, cette dernière fait apparaître une chronologie en matière d’intervention et de lecture du phénomène par, justement, les experts et spécialistes. C’est dans les revues professionnelles d’architecture qu’est apparue l’expression « torres country », et c’est un architecte, en même temps professeur à la faculté d’architecture, de design et d’urbanisme de la ville, qui fut l’un des principaux promoteurs et acteurs pour les gouvernements successifs depuis les années 1980 de la « planification urbaine stratégique » connue sous l’appellation de Real Estate ou desarrollo inmobiliario. On voit donc dans ce cas que les experts et spécialistes sont en même temps les acteurs sur le terrain et que ce type de transfert mêle intérêts privés et politiques urbaines.

8Mais les acteurs impliqués peuvent être aussi les citoyens concernés eux-mêmes, en tant qu’individus ou par le biais d’associations locales, bien que leur participation soit parfois une récupération et qu’ils soient plus ou moins téléguidés – voir l’exemple de la lutte contre la pauvreté au Maroc détaillé par Éric Cheynis (pp. 51-72) –, ou qu’elle évolue vers leur politisation, par exemple dans le cas du grand ensemble de Marzahn à Berlin Est après la réunification, étudié par Cécile Cuny (pp. 93-112).

9On peut donc terminer cette note sur un constat qui va dans le même sens que celui des deux directrices en conclusion de l’ouvrage. La variété des cas exposés, des transferts étudiés, ou des approches selon l’origine et le travail antérieur des auteurs, ne fait pas voir une cohésion et des perspectives concrètes pour des politiques urbaines à venir. Toutefois, cette publication est intéressante à lire au cas par cas et ouvre de vraies perspectives de recherche. En outre, la question se pose souvent de l’aspect épistémologique et méthodologique des résultats exposés. On devine plus qu’on ne lit, ici une démarche empirique et constructiviste sur le terrain avec les acteurs, là une lecture plus théorique s’appuyant sur les publications existantes sur le sujet étudié, ailleurs – mais de façon trop implicite – une approche du sujet en tant que système et une étude de la complexité via les interactions entre ses acteurs locaux, étatiques, publics, privés, internationaux, transnationaux… donc en tant que transferts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Gerini, « Susanna Magri, Sylvie Tissot, dirs, Explorer la ville contemporaine par les transferts », Questions de communication, 33 | 2018, 385-387.

Référence électronique

Christian Gerini, « Susanna Magri, Sylvie Tissot, dirs, Explorer la ville contemporaine par les transferts », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/13033

Haut de page

Auteur

Christian Gerini

I3M, université de Toulon, F-83130
gerini[at]univ-tln.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page