Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Michel Vovelle, La Bataille du bicentenaire de la Révolution française

Paris, Éd. La Découverte, coll. Recherches, 2017, 260 pages
Alexandre de Saint-Denis
p. 396-398
Référence(s) :

Michel Vovelle, La Bataille du bicentenaire de la Révolution française, Paris, Éd. La Découverte, coll. Recherches, 2017, 260 pages

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Michel Vovelle, professeur émérite à Paris I Panthéon-Sorbonne et ancien directeur de l’Institut d’histoire de la révolution française (IHRF) s’adonne à une tâche particulièrement instructive pour les individus intéressés par la période mais aussi pour les étudiants et chercheurs en histoire et politique contemporaine. Par le biais autobiographique, l’historien revient sur la véritable aventure de l’organisation du « bicentenaire » de la Révolution française ainsi que sur les conflits politiques et universitaires qui y ont attrait entre 1981 et 1993.

2Lors de la victoire aux présidentielles de François Mitterrand en 1981, Michel Vovelle est professeur d’histoire et vice-président de l’université d’Aix-Marseille I. En 1982, il va être invité par le cabinet du ministre de la Recherche Jean-Pierre Chevènement à conduire une mission exploratoire sur la participation de la recherche à la célébration du bicentenaire (mission Godelier) et, en 1983, chargé de coordonner l’organisation de sa commémoration scientifique. Fort du soutien d’Ernest Labrousse (« mon protecteur et ma caution majeure », p. 35) et profitant de sympathies au sein du gouvernement socialiste pour son travail d’« historien de conviction […] aux idées larges et nouvelles » (p. 25), il va rapidement jouer un rôle prééminent dans le monde universitaire français en devenant en quelques années professeur à Paris I, vice-président de la Société des études robespierristes (puis président entre 1985 et 1994), directeur de la revue des Annales historiques de la Révolution française, président de la Commission internationale d’histoire de la Révolution française (1985-2000), président de la Société d’histoire moderne et contemporaine (1985-1989), président de la Commission internationale sur l’histoire de la révolution, président de la Commission Jaurès et surtout… secrétaire général du Comité exécutif de la Commission nationale de recherche historique pour le bicentenaire de la Révolution française. Ces multiples nominations firent de Michel Vovelle non seulement le chef de file de l’école historiographique marxiste, reprenant ainsi le flambeau d’Albert Soboul et d’Ernest Labrousse mais aussi la principale caution universitaire du gouvernement pour créer un discours rassembleur mais progressiste autour de la Révolution française. Elles firent aussi évidemment des jaloux.

3Jusqu’à la première alternance (1986), Michel Vovelle travailla relativement harmonieusement avec les cadres des gouvernements Mauroy et Fabius. Pourtant, une opposition émerge tant à gauche à droite. À droite, il s’agit d’une fronde médiatique et universitaire avec en tête de pont Le Figaro ainsi que l’université Paris 4 et les Archives nationales sous la direction de Jean Favier. Celle-ci prendra de l’ampleur pendant la période de cohabitation (gouvernement Chirac, 3/1986-5/1988) mais refluera après la victoire socialiste aux élections législatives de 1988 (gouvernement Rocard 1 et 2). Les composantes conservatrices, royalistes, catholiques, voire anti-républicaines ou anti-démocratiques de ce mouvement (Pierre Chaunu ou Louis Pauwels, les membres de l’Action française) firent qu’il resta plus ou moins cantonné à une fraction déjà assez peu représentative de la population française. C’est ce qu’attestent d’ailleurs les discussions avec les représentants de droite des missions Michel Baroin et Edgar Faure.

4Plus sérieuse fut l’opposition de gauche. Elle se divisait alors en deux tendances : la première était la vieille école communiste regroupée autour d’Albert Soboul, qui était pour Michel Vovelle le symbole d’un jacobinisme sclérosé et d’une autocratie sur le déclin. Pour celle-ci, Michel Vovelle était un jeune opportuniste dont le marxisme hétérodoxe était un danger à la fois pour le parti et le champ d’étude de la révolution. Malgré les tensions, la rupture ne fut jamais totale et les contributions d’Albert Soboul furent reconnues par des postes honorifiques au sein de différents comités. Mais le défi majeur fut celui posé par le mouvement dit « révisionniste ». François Furet et ses collègues s’appliquaient depuis les années 1960 à réfuter toute causalité sociale aux évènements de 1789 et à promouvoir les idées de contingence et de régression dans le processus révolutionnaire à travers le concept de « dérapage » populaire. Ils s’opposaient de fait au travail des historiens de la Sorbonne pour qui la « Grande Révolution » était le fruit d’un conflit de classe fait de contradictions sociales et économiques entre une bourgeoisie en pleine ascension capitaliste et une aristocratie ancrée dans ses privilèges féodaux. Ces idées avaient gagné plusieurs universités, notamment l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), et de nombreux médias, dont les revues L’Histoire ou Le Débat.

5On le comprend dans l’ouvrage : ce sont les représentants de la « vieille école », comme Albert Soboul et Georges Lefebvre, qui étaient tout particulièrement visés, ainsi que leur « orthodoxie » d’inspiration marxiste, réelle ou supposée. La jeune génération de chercheurs marxistes va ainsi se retrouver prise en tenaille entre les deux camps malgré leurs propres efforts pour renouveler le champ en accordant une place considérable aux « mentalités » et au temps long. L’époque de la guerre froide est en réalité empreinte de fortes rivalités idéologiques dans le camp de la gauche ainsi que d’un vocabulaire trop souvent binaire. Dans le contexte particulier du stalinisme tardif puis de l’ère kroutchevienne, des débats, pas toujours constructifs, ont eu tendance à durcir artificiellement les positions des divers protagonistes. Ainsi, dès les années 1950, les travaux de Georges Lefebvre ont été critiqués par les écrits fondateurs du révisionniste britannique Alfred Cobban. Ils furent réévalués positivement tant dans le monde anglo-saxon que français, par des historiens de toute obédience politique. Notons aussi que le camp marxiste avait aussi compris depuis longtemps (avant la guerre) que certaines approximations terminologiques héritées du XIXe siècle (bourgeoisie) ou de la Révolution (Montagnards, Girondins, aristocratie) nuisaient à l’étude et devaient être étudiées de plus près.

6En France, c’est François Furet qui va devenir le chef de file de l’école révisionniste avec la publication de La Révolution française en 1965 (Paris, Fayard), en collaboration avec son beau-frère et futur collègue à l’EHESS Denis Richet. Dans les deux cas, Alfred Cobban et François Furet ne sont pas des historiens de la Révolution française mais plutôt des philosophes politiques. Comme Raymond Aron (au Figaro), François Furet se fit journaliste politique (au Nouvel Observateur), ce qui participa à la promotion des idées révisionnistes dans l’opinion, notamment dans la presse de gauche. L’attaque porte ainsi moins dans les détails que sur les grands principes de la philosophie marxiste : le déterminisme historique, la lutte des classes, la nécessité de la rupture révolutionnaire et certaines implications téléologiques – les « lois tendancielles de l’histoire » (Albert Soboul) – qui imposaient les révolutions de 1789 et 1793 comme matrices des révolutions socialistes à venir. Comme Raymond Aron aussi, François Furet fut très proche du marxisme avant de « virer à droite » : d’une certaine manière, alors que certains comme Michel Vovelle ou Claude Mazauric tentèrent de renouveler le champ de l’intérieur, d’autres préférèrent s’opposer aux rigidités de la « vieille école » (François Furet).

7Michel Vovelle fait le choix d’un exposé assez factuel de l’organisation des différentes étapes de projet ou, comme il le dit, de l’« histoire d’une commission, dans son fonctionnement quotidien, dans son cadre, le bunker, avec ses habitants… en somme, c’est la bataille d’un camp, à partir de son promoteur, avec toute la subjectivité et l’engagement partisan que cela représente » (p. 197). Cela lui permet de démentir, chiffres et archives à l’appui, les allégations de sectarisme, d’opportunisme ou d’enrichissement dont il fut accusé pendant les années 1980. Il règle ainsi ses comptes, plutôt élégamment, avec Albert Soboul et François Furet mais beaucoup plus crûment avec le chercheur américain Steve Kaplan, qui l’avait dénigré dans un précèdent ouvrage, et le disciple furetiste Patrice Guennifey. C’est pourtant ce dernier qui supervisera finalement l’organisation du bicentenaire.

8Au bout du compte, les conclusions de l’ouvrage sont ambiguës. D’un côté, l’auteur souligne le succès de sa mission scientifique du bicentenaire, la provincialisation et l’internationalisation des recherches révolutionnaires, la promotion de plusieurs générations de chercheurs et l’impasse du révisionnisme à affronter les événements récents (les printemps arabes par exemple). Au contraire, il regrette la disparition de l’école (néo)jacobine, la victoire dans l’opinion et les médias du furetisme ainsi que le démantèlement progressif des organismes dans lesquels il a tant œuvré. En effet, à la suite de plusieurs commissions et comités académiques, c’est le sort de l’IHRF lui-même qui est en suspens.

9Plusieurs ouvrages intéressants abordent l’historiographie de la Révolution française, mais trop souvent d’un point de vue purement théorique ou idéologique. Fait bien trop rare et passionnant, Michel Vovelle nous fait rentrer de plain-pied dans les arcanes de la vie universitaire, avec ses tensions internes personnelles ou idéologiques et sa relation parfois complexe avec le gouvernement. On aurait aimé en apprendre plus sur plusieurs sujets tels que les tensions entre chercheurs français et anglophones, l’organisation du colloque furetiste de 1988 et l’actualité de l’historiographie marxiste de la révolution en ces années post-bicentenaire. L’ouvrage est donc à lire et on espère que des travaux académiques viendront bientôt compléter cet exposé autobiographique pour fournir une analyse plus globale de la période.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre de Saint-Denis, « Michel Vovelle, La Bataille du bicentenaire de la Révolution française », Questions de communication, 33 | 2018, 396-398.

Référence électronique

Alexandre de Saint-Denis, « Michel Vovelle, La Bataille du bicentenaire de la Révolution française », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/13087

Haut de page

Auteur

Alexandre de Saint-Denis

ASIEs, Inalco, université Sorbonne Paris Cité, F-75013
alexdesaintdenis[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page