Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Colette Zytnicki, L’Algérie, terre de tourisme. Histoire d’un loisir colonial

Paris, Éd. Vendémiaire, coll. Empires, 2017, 280 pages
Mélissa Mengue
p. 398-399
Référence(s) :

Colette Zytnicki, L’Algérie, terre de tourisme. Histoire d’un loisir colonial, Paris, Éd. Vendémiaire, coll. Empires, 2017, 280 pages

Texte intégral

1L’ouvrage de Colette Zytnicki, dont les travaux portent sur l’histoire culturelle et sociale du Maghreb, retrace l’histoire du tourisme en Algérie de 1830 à 1962, soit pendant la période coloniale. Pour l’auteure, il s’agit là du passé glorieux d’une Algérie destinée à être une « Californie africaine » (p. 10). En présentant les formes de tourisme pratiquées, les sites les plus en vogues et les politiques adoptées en la matière, Colette Zytnicki cherche à mettre en lumière le rôle de tous ceux qui ont participé à ce qui est en même temps une fabrique d’images : ceux qui confèrent une renommée au territoire, ceux qui investissent dans les aménagements, ceux qui institutionnalisent les formes de loisirs, ceux qui les pratiquent. Quels sont les atouts touristiques de l’Algérie ? Peuvent-ils rivaliser avec ceux d’autres pays dans la concurrence mondiale ? Six chapitres retracent l’évolution du tourisme algérien et apportent des réponses à ces interrogations.

2Le chapitre, « Voyageurs, touristes et hiverneurs » (pp. 11-51), présente trois types de touristes. Le premier est constitué par les « voyageurs » qui « parcourent le monde pour le seul plaisir » (p. 25) à l’exemple, selon elle, des écrivains et des journalistes sportifs ; ils peuvent se passer de réseaux infrastructurels importants. Les « touristes », dans la seconde catégorie, sont ceux qui pratiquent un « tourisme aventureux » (p. 18) ; l’amélioration des conditions de transport a fait apparaître ces adeptes du camping. Troisièmement, les « hiverneurs » constituent une catégorie moins élitaire que les précédentes ; guidés par le sentiment exotique, les hiverneurs partent à la découverte de l’Algérie. Cette classification permet à l’auteure de décrire l’influence des compagnies de transport sur chacun des groupes.

3L’auteure s’attaque ensuite au « développement du tourisme en Algérie » (pp. 51-85) et évoque la pratique d’un tourisme qu’on peut qualifier de « méditerranéen » (p. 71) dès le XIXe siècle. Il est pratiqué par l’élite coloniale, certains colons arpentant les paysages montagneux tels que les sommets de l’Atlas, le col du Chréa… tandis que d’autres sont attirés par les plages. Les apports de ce tourisme ont été multiples ; il a notamment permis d’établir des cartes. Cependant, même s’il favorise l’essor d’une économie locale, il ne rivalise pas encore avec la concurrence du tourisme dans les pays européens.

4Titré « Biskra et Bou Saada » (pp. 87-116), le troisième chapitre expose la mise en valeur de Biskra et Bou Saada, deux villes devenues des stations touristiques. La rénovation de Biskra répond aux attentes de touristes plus riches, souvent anglais ; ils sont attirés par les quartiers indigènes qui préservent l’image culturelle de la ville et ont un cachet d’authenticité, mais également par l’architecture moderne de la ville. Quant à Bou Saada, elle a bâti sa renommée en exploitant l’image de l’artiste Étienne Dinet ; la principale attraction touristique de cette ville est en effet le musée dédié au peintre. L’historienne relève toutefois que l’attractivité de ces cités bâties dans les oasis sahariennes risque de s’épuiser aux yeux des « amateurs de nouveauté » pour qui, une fois visitées, elles deviennent banales. Des lieux donc, mais aussi une plongée dans l’Histoire.

5Le chapitre, « Un tourisme qui se cherche pendant l’entre-deux-guerres » (pp. 117-146), décrit une période trouble du tourisme en Algérie. L’entrée en jeu des autorités politiques dans la promotion du tourisme contribue à la construction de structures pouvant accueillir une clientèle luxueuse. Ce projet d’aménagement territorial est soutenu par des compagnies de transports telles que la Compagnie générale transatlantique et la Transat. Mais la dépression qui survient après 1930 refroidit cette fièvre touristique : les voyageurs deviennent rares, ce qui engendre une crise du secteur hôtelier, dont la clientèle riche et étrangère fréquente désormais des destinations moins coûteuses. Le tourisme algérien se tourne par conséquent vers un tourisme populaire qui exploite les paysages naturels ; la création de parcs nationaux témoigne de cette visée.

6Original, le chapitre « À la découverte du Sahara » (pp. 147-183) relate une phase glorieuse du tourisme algérien, marquée par les « croisières » automobiles. Comme le souligne l’auteure, le développement d’un tourisme au Sahara a été favorisé par la médiatisation publicitaire des rallyes automobiles. Dans cette mise en valeur touristique, l’armée a eu pour principal rôle d’assurer la sécurité des voyageurs. Les compagnies de transport telles que Paris-Lyon-Méditerranée ont tracé les différents circuits proposés aux automobilistes. En somme, ce tourisme aventureux attire une clientèle riche, même si des problèmes d’hôtellerie et d’insécurité demeurent.

7Enfin, « Le tourisme à l’heure de la démocratie des loisirs » (pp. 185-227), fait état d’un développement du tourisme de masse après la Seconde Guerre mondiale qui avait interrompu les voyages d’agrément entre la métropole et le département algérien. Deux formes de tourisme sont apparues : un tourisme éducatif tourné vers la jeunesse, et un tourisme social visant une clientèle locale. Par ailleurs, dès la fin de la guerre, un « tourisme populaire », pratiqué par une classe moyenne européenne, voit le jour. Ces trois catégories répondent aux attentes de la politique coloniale qui entendait faire « connaître la France et son empire » (p. 187). Plusieurs réformes furent ainsi menées par les autorités coloniales et les organisations spécialisées pour développer un « tourisme en plein air », un « tourisme du dimanche » et un « tourisme-travail » en Algérie. Ce tourisme de masse est moins lucratif que celui concernant les groupes sociaux voyageant en métropole.

8En somme, malgré les atouts dont elle dispose, l’Algérie ne parvient pas à rivaliser avec la concurrence mondiale. Comme le suggère cet ouvrage, la réussite du développement touristique d’un pays dépend du réalisme de la politique menée par ses responsables, de l’horizon d’attente des touristes et de la compétitivité du tourisme dans le marché des loisirs. Au-delà de cet aspect général, l’intérêt de cette étude réside aussi dans le choix de la période coloniale, pendant laquelle le tourisme « s’affirme comme un mouvement d’appropriation du territoire, de ses paysages, de ses monuments et de son histoire » (p. 229). En ce sens, il témoigne de ce que furent les enjeux interculturels, économiques et politiques de cette période. Cet ouvrage bien présenté (avec un carnet d’une dizaine de pages d’illustrations) s’appuie beaucoup sur l’Histoire de l’invention du tourisme. XVIe-XIXe siècles de Marc Boyer (La Tour-d’Aigues, Éd. de l’Aube, 2000). Cette synthèse est par ailleurs d’une lecture aussi agréable qu’intéressante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélissa Mengue, « Colette Zytnicki, L’Algérie, terre de tourisme. Histoire d’un loisir colonial », Questions de communication, 33 | 2018, 398-399.

Référence électronique

Mélissa Mengue, « Colette Zytnicki, L’Algérie, terre de tourisme. Histoire d’un loisir colonial », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/13101

Haut de page

Auteur

Mélissa Mengue

Écritures, université de Lorraine, F-57000
melissamengue[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page