Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Langue, discours

Raphaël Baroni, Les Rouages de l’intrigue. Les outils de la narratologie postclassique pour l’analyse des textes littéraires

Genève, Slatkine, coll. Érudition, 2017, 218 pages
Hélène Crombet
p. 399-401
Référence(s) :

Raphaël Baroni, Les Rouages de l’intrigue. Les outils de la narratologie postclassique pour l’analyse des textes littéraires, Genève, Slatkine, coll. Érudition, 2017, 218 pages

Texte intégral

1Dans Les Rouages de l’intrigue. Les outils de la narratologie postclassique pour l’analyse des textes littéraires, Raphaël Baroni se propose de mieux comprendre le fonctionnement de l’intrigue à l’heure où s’est amorcée, non pas une forme de prolifération des récits, mais une prise de conscience de leur prolifération (p. 22). Dix ans après La Tension narrative. Suspense, curiosité, surprise (2007, Paris, Éd. Le Seuil) et L’Œuvre du temps. Poétique de la discordance narrative (2009, Paris, Éd. Le Seuil), l’auteur met en question les moyens qui rendent séduisants des récits spécifiquement « mimétiques » entendus comme des « récits immersifs et intrigants » (p. 72), dans une « perspective plus rhétorique que cognitive » (p. 15). Il propose ainsi une « stylistique de la tension narrative » (pp. 135-137) qui repose sur une mise en dialogue d’approches disciplinaires différentes, en vue d’étudier les « mécanismes qui président à la dynamique de l’intrigue littéraire » (p. 137).

2Dans son analyse des rouages de l’intrigue, Raphaël Baroni se réclame d’une approche « post-classique » de la narratologie. Bien qu’il souligne le caractère réducteur de l’analyse sémiotique et linguistique lorsqu’elle mobilise le schéma quinaire (p. 36) ou le schéma actanciel du personnage (p. 86), l’auteur n’écarte néanmoins pas l’héritage du structuralisme : il entend de la sorte « intégrer des outils linguistiques et formalistes déjà éprouvés […] dans un nouveau contexte qui permette d’articuler la description des structures textuelles avec l’interprétation de leurs fonctions discursives » (p. 18). Il cherche ainsi à concilier une approche sur les formes et sur les fonctions, dont il souligne la complexité du rapport (p. 31) en revendiquant une approche à la fois objective et subjective de l’expérience esthétique (p. 81). Aussi propose-t-il une nouvelle typologie de la focalisation (p. 101), ainsi qu’une étude sur les « formes » qui donne une place à la « caractérisation des personnages » et à la « segmentation » (pp. 81-115).

3Par ailleurs, le chercheur met à plat certaines notions employées à la légère : aussi distingue-t-il les « récits mimétiques » des « récits informatifs » (p. 35), l’« intrigue » de l’« action » (p. 37) ou encore la « configuration », qui entre en jeu dans un processus de compréhension, de la « mise en intrigue » (pp. 32-33). Mais, précisément, qu’est-ce que l’intrigue ? L’auteur souligne le caractère plurivoque de ce terme, que les multiples acceptions rendent flou (p. 25). D’où la nécessité de lui donner une définition rigoureuse. Selon Raphaël Baroni, elle correspond à « l’établissement, [au] maintien et [à] la résolution d’une tension dans la lecture, dont dépend l’intérêt du récit » (p. 40). La tension narrative, qui vise « à dynamiser une histoire en suscitant du suspense ou de la curiosité concernant son déroulement passé, actuel ou futur » (p. 73) lui est donc étroitement liée. Aussi peut-elle susciter de la curiosité si « le nœud consiste à raconter des actions dont le développement ultérieur est difficile à prévoir » (p. 40), ou bien du suspense s’il « est fondé sur une représentation énigmatique de l’histoire, dont certains éléments essentiels, présents ou passés, nous échappent » (pp. 40-41). Raphaël Baroni fait la part belle à l’incertitude narrative, comme le montre le schéma paradigmatique de l’« intrigue comme matrice de virtualités et comme énergie » (p. 36) : telle « une matrice de possibilités dont la fonction est de susciter un désir cognitif » (p. 39), elle s’associe à l’idée d’une irrésolution. Plusieurs phases composent ainsi l’intrigue : l’« exposition », le « nœud », les « péripéties », le « dénouement » dont l’auteur souligne le caractère hypothétique, et l’« évaluation » (pp. 69-70).

4Dépassant la dichotomie conventionnelle  entre fabula/histoire et sujet/récit/discours (p. 70), Raphaël Baroni propose de complexifier l’étude des enjeux liés au récit intrigant en prônant un dépassement de l’intrigue entendue comme « la simple trame des événements » (p. 71) : la « séquence événementielle », qui renvoie à l’« histoire effectivement racontée ou à son résumé » (p. 31) ne saurait, à elle seule, rendre compte des mécanismes complexes qui régissent la mise en intrigue. À travers un schéma de la « structure de l’intrigue », l’auteur souligne l’importance de la « séquence textuelle », qui correspond à la « manière dont les informations sont présentées dans le récit » ; c’est-à-dire à l’ordre de leur présentation, autour duquel « l’intrigue se noue et se dénoue » (pp. 70-71). Aussi « l’agencement temporel des événements par le discours et les différentes formes de mise en intrigue » entretiennent-ils un lien fondamental (p. 102).

5Raphaël Baroni souligne l’importance de la « matérialisation verbale de l’histoire racontée », pour comprendre les rouages du récit intrigant (p. 117). Par une typologie des temps pivots de l’indicatif qui repose sur une logique entre « plan déictique » et « plan diégétique » (pp. 118-119), il souligne le rôle des « perspectives de locution » associées aux « modes énonciatifs » (p. 121) pour la mise en place d’une intrigue. La lecture est production de sens : cette idée, que l’on doit notamment à Umberto Eco, est centrale au regard du récit intrigant. Raphaël Baroni défend ainsi le principe suivant lequel « nous lisons pour l’intrigue », « objet de désir » du lecteur (p. 13). L’intrigue trouve sa force « en l’énergie cinétique de la lecture, cette dernière étant conçue comme un processus qui fait passer l’histoire d’un état virtuel à un état actuel » (p. 41). L’auteur déplace la question de l’intrigue vers le lecteur, dont elle nécessite la « participation active à l’élaboration du sens du texte » (p. 65). Elle suggère de sa part un processus d’immersion « dans le flux temporel d’une histoire tendue vers son dénouement » (p. 35). Aussi nœud et dénouement sont-ils éminemment liés à « l’ordre de sa progression […] dans le texte et non à celui de l’action racontée » (p. 38). Dans cette mesure, la question du savoir du lecteur apparaît essentielle au regard des enjeux liés à l’intrigue. Les modalités par lesquelles les informations lui parviennent, notamment leur « filtrage » (p. 96), ont un impact prééminent sur la production du suspense ou de la curiosité. Le « diagnostic » (p. 74) ou le « pronostic » (p. 75) apparaissent ainsi comme des « efforts cognitifs » (p. 66) suggérés au lecteur, dont l’activité est en perpétuelle recomposition (p. 181).

6Pour étayer ses propos, Raphaël Baroni choisit d’étudier la dimension intrigante de Derborence de Charles-Ferdinand Ramuz (pp.141-156), de Le Roi Cophetua de Julien Gracq (pp. 157-166) et de Les Gommes d’Alain Robbe-Grillet (pp. 167-179), choix qui pourraient paraître osés au regard de leur inscription dans l’histoire littéraire et de leur mise en récit. Néanmoins ces textes, expérimentaux, « ont trouvé des moyens originaux pour nouer leurs intrigues ou pour en refléter le fonctionnement » (p. 19). Aussi l’auteur propose-t-il une analyse des mécanismes tels que les jeux sur les temps verbaux ou les focalisations comme autant d’éléments qui concourent à l’élaboration d’une intrigue. Les exemples proposés mettent notamment en lumière la dimension philosophique du récit qui constitue « le seul dispositif qui permette de rendre compte des transformations qui affectent le monde et les êtres qui le peuplent, tout en reliant ce devenir à une certaine forme de persistance, qui est celle de la structure d’une œuvre capable d’éveiller la conscience du lecteur sur le passage du temps et sur ses effets » (p. 183).

7L’ouvrage de Raphaël Baroni offre ainsi des outils précieux pour penser des récits intrigants qui peuvent être aussi bien des romans fleuves à la narration complexe que des blockbusters, d’apparence seulement standardisés (p. 137). À la suite de Christian Salmon, l’auteur reconnaît le caractère potentiellement manipulatoire du storytelling (pp. 60-61). Aussi l’intrigue pourrait-elle être mal vue, tel un objet de manipulation séduisant auquel s’attacherait un « soupçon de commercialité » (p. 14). Néanmoins, les récits mimétiques sont susceptibles de participer d’une « sensibilité éthique » (p. 59) : en nous invitant à nous décentrer, ils nous permettent de « nous sentir véritablement concernés par autrui » (p. 60).

8« [R]éhabiliter la lecture pour l’intrigue » (pp. 47-62) : tel est le projet que se propose de mener Raphaël Baroni. Dans cette mesure, il cherche à dépasser certaines théories binaires qui voudraient opposer une lecture dite naïve à une lecture dite intellective ou « savante », en les réconciliant (pp. 47-48). Il s’agit d’accorder de l’importance aux émotions du lecteur en envisageant un « rapport plus passionnel aux textes » (p. 14) : la dimension perceptive est essentielle au plaisir de la lecture, mais aussi au désir d’apprendre (p. 15). L’ouvrage comporte des implications pratiques dont Jean-Louis Dufays, qui en a réalisé la préface, souligne tout l’intérêt pour l’enseignement (pp. 9-11). Aussi constitue-t-il une invitation, pour les études littéraires, à « prolonger l’expérience esthétique, d’abord vécue sur le mode d’une immersion solitaire, pour en socialiser le sens, pour réfléchir collectivement sur la valeur de l’intrigue et pour mettre en débat les passions qu’elle nous inspire » (p. 62).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Crombet, « Raphaël Baroni, Les Rouages de l’intrigue. Les outils de la narratologie postclassique pour l’analyse des textes littéraires », Questions de communication, 33 | 2018, 399-401.

Référence électronique

Hélène Crombet, « Raphaël Baroni, Les Rouages de l’intrigue. Les outils de la narratologie postclassique pour l’analyse des textes littéraires », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/13115

Haut de page

Auteur

Hélène Crombet

Mica, université Bordeaux Montaigne, F-33607
helene.crombet[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page