Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Langue, discours

Pierre Caussat, textes réunis et proposés par Driss Ablali, Variations philosophiques et sémiotiques autour du langage. Humboldt, Saussure, Bakhtine, Jakobson, Ricœur et quelques autres

Louvain-la-Neuve, Academia/Éd. L’Harmattan, coll. Sciences du langage, carrefours et points de vue, 2016, 464 pages
Maryvonne Holzem
p. 403-405
Référence(s) :

Pierre Caussat, textes réunis et proposés par Driss Ablali, Variations philosophiques et sémiotiques autour du langage. Humboldt, Saussure, Bakhtine, Jakobson, Ricœur et quelques autres, Louvain-la-Neuve, Academia/Éd. L’Harmattan, coll. Sciences du langage, carrefours et points de vue, 2016, 464 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage est important dans le sens où il offre à la communauté des chercheurs, tant en linguistique qu’en philosophie, une archive inédite car difficile d’accès rassemblant les textes de Pierre Caussat des années 1970 à nos jours. L’auteur, traducteur et tout particulièrement de Wilhelm von Humboldt (notamment : Pierre Caussat, éd et trad., Introduction à l’œuvre sur le kavi, Paris, Éd. Le Seuil, 1974) et assistant de Paul Ricœur, livre ici des sources précieuses. Au terme de plusieurs années de travail pour rassembler et numériser ce fonds, les articles sélectionnés par Driss Ablali en accord avec l’auteur, s’organisent autour du langage et de la langue. C’est dire si l’œuvre comparatiste de Wilhelm von Humboldt y est prégnante. L’ouvrage se divise en deux parties.

2La première, « Langue, idiomes, nations, référence », constituée de 12 chapitres, met le langage au premier plan et avec lui d’emblée, il rédime les études linguistiques autour de la lancinante question de l’origine. En s’appuyant tant sur Nicolas de Cues que sur Wilhelm von Humboldt, il redonne corps et vie à l’article 2 des statuts de 1866 de la Société linguistique de Paris : « La société n’admet aucune communication concernant soit l’origine du langage soit la création d’une langue universelle » (note p. 16). Les portes du jardin d’Eden ainsi verrouillées, les études proprement linguistiques peuvent commencer et Pierre Caussat de conclure « L’origine n’est pas en arrière, mais ici et maintenant, dans la langue que je fais parler » (p. 33). Le ton est maintenant donné. Tirant les conséquences d’une approche des langues dans leur pluralité, le chapitre suivant réveille tant le philosophe que le linguiste de leurs rêveries d’un langage désincarné. La langue n’est plus un objet que l’on peut poser devant soi, mais une chair dont Wilhelm von Humboldt a fait valoir la singularité extrême, exemplaire de toutes les autres singularités au niveau d’une nation comme au niveau individuel. C’est essentiellement aux écrits de Ferdinand de Saussure – aux notes manuscrites laissées plutôt qu’au cours interprété par Charles Bally et Albert Sechehaye – que se consacrent les chapitres 3 (pp. 51-86) et 4 (pp. 87-106). Le premier fait état des tentatives des néo-grammariens de forger des lois du changement phonétique et de la réponse radicale de Ferdinand de Saussure en termes de dualité langue/parole et synchronie/diachronie. Le suivant, avec la question du nominalisme, illustre la portée sémiologique opérée par la coupure saussurienne « délivrant la langue de toute attache à une nature donnée » (p. 102). Au chapitre 5 (pp. 107-132), Pierre Caussat mettra Charles Bally (Le Langage et la vie, Paris, Payot, 1926) face à la psychologie allemande au moment du passage accompli par l’œuvre de Ernst Cassirer de la notion de substance à celle de fonction – conséquences des recherches en physique et géométrie de la fin du XIXe siècle – et du débat sur le rôle et le statut de l’expérience (subjectivité) dans la construction des connaissances (objectivité). « L’objet langue tout comme le sujet qui y parle, l’un et l’autre en travail de leur propre invention » (p. 130) conclut Pierre Caussat au terme d’un chapitre dense, liant linguistique et héritage kantien. Rompant quelque peu le fil du propos, c’est aux écoles de la synthèse de la pensée linguistique et philosophique occidentale avec la tradition slavophile que s’intéressent les chapitres 6 (pp. 133-145) et 7 (pp. 147-170), avec Roman Jakobson et Nikolaï Sergueïevitch Troubetzkoy (cercle de Prague) et l’école de Kazan (fondée par Jan Baudoin de Courtenay). Le chapitre 8 (pp. 171-188) qui reprend un article publié en 1985 sous le titre « La subjectivité en question » dans la revue Langages, questionne la subjectivité et avec elle le statut sui-référentiel des performatifs. La réponse de Pierre Caussat sera philosophique avec Søren Kierkegaard – penseur de l’individu comme catégorie décisive – rappelant que « l’autorité ne se délègue pas, elle se répète à nouveau frais dans chaque individu » (p. 182). Il ouvre ainsi la porte au principe de turbulence et au moment nodal signifiant-signifié du processus langagier (p. 201) qui relance la relation du signe et du sens. Sujet qu’il abordera dans le chapitre suivant avec les écrits de Saussure. Cette première partie s’achève avec trois articles d’Antoine Meillet sur l’historicité de la langue, puis sur le pouvoir créatif et donc la dimension culturelle de la langue avec les contributions des philosophes Gottfried Wilhelm Leibniz, Jakob Thomasius et Johann Gottlieb Fichte. C’est dire si cette première partie est à la fois dense au vu des thèmes abordés et culturellement très nourrissante au vu des sources mobilisées pour mener le débat. On regrette seulement que le lecteur ne soit peut-être pas suffisamment préparé à cette densité, ni à cette richesse. Une présentation contextualisée des articles ainsi repris, aurait sans nul doute aidé à la lecture et à mieux suivre le fil conducteur d’un débat d’importance sur la relation sujet-objet, à l’heure où les recherches en linguistique se trouvent minorées au profit d’applications dites sémantiques (Web) de nature technologique.

3La philosophie occupe l’avant-scène des 8 chapitres de la seconde partie de l’ouvrage : « Entre sémiotique et philosophie du langage ». Une philosophie passée avec Emmanuel Kant et ses successeurs à l’épreuve de la révolution copernicienne puis du linguistic turn (p. 261). Si la philosophie a ainsi dû rompre avec l’assurance d’être propriétaire d’un logos maître, elle n’a pas pour autant été capable d’opérer la médiation entre le sujet et l’objet, parce qu’il lui a manqué l’élément conjonctif : le langage. Cette critique lancée par ce qu’il nomme les trois H – Hamann, Herder, Humboldt – nourrira les premiers chapitres de cette seconde partie. Mais auparavant, l’auteur, philosophe et traducteur de l’allemand, s’interroge sur l’espace laissé à la traduction en philosophie et avec elle à la place des langues pour une appropriation à la fois singulière et indéfiniment multipliée. Le chapitre 2 « Crise de la raison-logos et invention de la raison-langue » (pp. 279-312) nous semble central, tant par son volume (33 pages) que par le sujet abordé : l’héritage kantien et la place de la langue dans la refondation de la raison. Sorti à la fois de son rôle ancillaire et de la mythique tour de Babel, la langue peut-elle satisfaire à l’a priori du concept tel que subsumé par la théorie du schématisme ? Parmi les trois H (supra) auxquels Pierre Caussat donne successivement la parole, si Hamann et Herder sont restés dans la contestation d’Emmanuel Kant, l’apport de Wilhelm von Humboldt, dont il connaît très bien les écrits, sera décisif. « Avec la “langue dont une nation fait usage”, on tourne le dos à “l’idéologie” (Begriffschrift) des philosophes : parlé (proféré) contre l’écrit, image parlante (vivante) contre concept pensé ; bref, une langue incarnée, nourrie des échanges entre sujets membres d’une même nation » (Caussat citant Humboldt, p. 295). En décelant l’universel dans le singulier, Wilhelm von Humboldt n’opère pas une rupture, mais un développement du kantisme. Dans un article de 1923, Die kantischen Elemente in Wilhelm von Humboldts Sprach-philosophie (Ernst Cassirer, « Les éléments kantiens dans la philosophie du langage de Wilhelm von Humboldt », trad. de l’allemand par A. Dijan, Les Études philosophiques, 113, 2, pp. 259-282, 2015), Ernst Cassirer voit en Wilhelm von Humboldt celui qui a à la fois prolongé dans son approche des parties du discours et de leurs relations mutuelles, la conception kantienne de l’espace et du temps, mais aussi, celui qui a trouvé dans la détermination critique de la limite par Emmanuel Kant, le sens indestructible de l’individualité, préservant « la conscience du Je de se dissoudre dans celle du Tout » (p. 270).

4S’il n’est pas étonnant que les philosophes allemands, restés en poste sous le Reich, se satisfassent d’une telle dissolution – dans le « on » de la communauté et de la race chère à Martin Heidegger – le lecteur regrettera de ne trouver ici trace de l’apport si précieux de Ernst Cassirer à ce débat. La conjonction entre Wilhelm von Humboldt et Friedrich Schleiermacher sur le rapport individualité/totalité établissant dans et par la langue l’identité relationnelle, occupera le chapitre 5 (pp. 351-373). Il se prolongera au chapitre suivant (pp. 375-393) avec la philosophie d’Ernst Cassirer située entre Wilhelm von Humboldt et le structuralisme. Pierre Caussat prévient du soupçon d’ingratitude à l’égard du philosophe des formes symboliques, la plupart des questions lui ayant « été soufflées par d’autres » (p. 376). Nos craintes vont se confirmer au vu des philosophes allemands contemporains convoqués sur la question du langage comme forme symbolique. Si l’on n’est guère étonné des inquiétudes de Hans-Georg Gadamer sur les « conditions historiques de possibilité d’effectuation de la langue » (p. 383), ce dernier restant ancré dans une vision d’appartenance nationale à la langue, le lecteur est en droit de s’interroger du bien-fondé d’un recours à Bruno Liebrucks en contradicteur de Ernst Cassirer. Rappellerons-nous l’intérêt de Bruno Liebrucks pour l’anthropologie raciale ? N’est-ce point rabaisser le débat que de requérir un tel protagoniste ? En ce qui concerne le passage de la notion ontologique de substance à celle de fonction, nous conseillons la lecture du livre de Jean Lassègue (Cassirer du transcendantal au sémiotique, Paris, Vrin, 2016). L’auteur, comme les lecteurs, y trouveront matière à poursuivre cette réflexion. Après un détour vers la psychologie expérimentale et l’œuvre totalisante de Wilhelm Wundt qui s’intéressa aux conditions kantiennes de l’expérience, le livre s’achève sur « la philosophie face à l’univers des signes » avec la pensée médiane de Paul Ricœur et le caractère inachevé de toute interprétation.

5Par les nombreuses sources citées et les questions soulevées, nous souhaitons à cet ouvrage de gagner les bancs des amphithéâtres pour que se poursuivent les débats entre linguistique et philosophie. Au vu des thèmes abordés ici, nous faisons confiance à nos collègues pour accompagner les étudiants dans leur lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maryvonne Holzem, « Pierre Caussat, textes réunis et proposés par Driss Ablali, Variations philosophiques et sémiotiques autour du langage. Humboldt, Saussure, Bakhtine, Jakobson, Ricœur et quelques autres », Questions de communication, 33 | 2018, 403-405.

Référence électronique

Maryvonne Holzem, « Pierre Caussat, textes réunis et proposés par Driss Ablali, Variations philosophiques et sémiotiques autour du langage. Humboldt, Saussure, Bakhtine, Jakobson, Ricœur et quelques autres », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/13140

Haut de page

Auteur

Maryvonne Holzem

Dylis, université de Rouen, F-76000
Maryvonne.Holzem[at]univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page