Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Langue, discours

Micheline Lebarbier, éd., Les Ruses de la parole. Dire et sous-entendre. Parler, chanter, écrire

Paris, Éd. Karthala, coll. Tradition orale, 2017, 316 pages
Christophe Cosker
p. 408-410
Référence(s) :

Micheline Lebarbier, éd., Les Ruses de la parole. Dire et sous-entendre. Parler, chanter, écrire, Paris, Éd. Karthala, coll. Tradition orale, 2017, 316 pages

Texte intégral

1La première de couverture des Ruses de la parole, ouvrage collectif dirigé par Micheline Lebarbier, donne le ton du livre. Il s’agit de la reproduction de la photographie, prise par Gustave Deghilage, d’un graffiti de Barcelone. Un chat y prononce l’acronyme ACAB qui se traduit par « All Cats Are Beautiful », mais signifie en réalité « All Cops Are Bastards ». Comme le sous-titre l’indique, « dire et sous-entendre. Parler, chanter, écrire », Les Ruses de la parole est un livre d’orientation linguistique sur le non-dit. Il émane du laboratoire Langues et civilisations à tradition orale (Lacito, CNRS/université Sorbonne Nouvelle – Paris 3/Inalco) à la suite d’un séminaire. Le non-dit y est mis en perspective avec des concepts proches et variés comme l’indicible, le tabou et l’interdit. La perspective principale est celle de la linguistique de l’énonciation, en raison de l’importance des situations et contextes, notamment culturels, du non-dit. La pragmatique offre une perspective complémentaire, comme le signalent les nombreux verbes contenus dans le sous-titre de l’ouvrage ainsi que dans les titres des différentes contributions. Le non-dit apparaît principalement comme une stratégie qui préserve la relation d’un énonciateur à une communauté ainsi que sa position en elle. Le livre développe une stylistique du non-dit, notamment dans des formes artistiques comme le proverbe, la généalogie, le conte grivois ou encore le calypso. Les différents articles s’appuient sur un corpus à la fois vaste et ouvert, du proverbe africain en général au proverbe bafia du Cameroun en particulier, des généalogies africaines aux chansons vendéennes et caribéennes, sans oublier l’injure. Face à un livre qui embrasse à la fois le Mexique et Maupassant sans oublier l’Amazonie, force est d’adopter une typologie quelque peu hétérogène. Ainsi envisagerons-nous d’abord les formes de non-dit dans la culture africaine, avant d’aborder cet objet dans les deux formes lyriques qui nous sont proposées, à savoir la chanson vendéenne et le calypso caribéen, afin de mettre en perspective le non-dit entre ordre et désordre.

2L’ouvrage analyse certaines formes de non-dit dans la culture africaine, en commençant par le proverbe en général sur ce vaste continent. Pierre Diarra et Cécile Leguy, auteurs de Paroles imagées. Le proverbe au croisement des cultures (Rosny-sous-Bois, Bréal, 2004), proposent un article intitulé « Le proverbe au risque de l’incompréhension » (pp. 23-47). Adoptant une perspective interculturelle orientée vers la réception, le constat de départ est celui d’un contraste entre une langue occidentale appréhendée comme directe et une langue africaine considérée comme indirecte, et dont l’avatar le plus important est le proverbe. En effet, la forme suprême de l’éloquence africaine consiste à parler par proverbes afin de ne pas heurter son interlocuteur ou de masquer sa propre gêne. Cette approche est prolongée par Gladys Guarisma, dans « Comment le dire autrement ? Une première approche des proverbes bafia (Cameroun) » (pp. 49-72). Cet article indique le caractère allégorique, c’est-à-dire indirect, d’un exemple précis de proverbe africain. La contribution se fonde sur un recueil de proverbes lié à la rencontre entre l’ethnologue Rosmarie Leiderer et le guérisseur Biabak-à-Nnong. Bafia est la sous-préfecture d’une région de savane et de forêt qui se situe sur la rive droite de Mbam. Les Bafia sont des agriculteurs et des chasseurs polygames et exogames dont l’organisation sociale est virilocale. Après avoir expliqué comment fonctionne la langue bafia, Gladys Guarisma replace le proverbe parmi les autres formes de la littérature orale de cette culture : l’affaire, l’histoire, le récit d’origine, le conte, la maxime, la prière, la plainte, l’invocation, la plaisanterie, la devinette, la chanson et le chant. Elle propose alors une typologie des proverbes d’abord formelle et reposant sur les critères de la simplicité, de la complexité, de la modalité du rétrospectif, du syntagme nominal, des énoncés contenant la copule « être » ou un présentatif, sans oublier le fonctionnement selon le mode de l’apposition. Cette typologie formelle est complétée par une typologie sémantique qui distingue les proverbes selon qu’ils expriment l’impossibilité ou l’interdiction. Ainsi les proverbes bafia apparaissent-ils comme un discours parémiologique sur la finitude de l’homme. La forme du proverbe est ensuite laissée de côté au profit de la généalogie. Sandra Bornand, dans « Quand raconter, c’est prendre au piège : l’implicite dans les narrations de griots généalogistes et d’historiens zarma du Niger » (pp. 175-220), s’intéresse à la figure du jasare, c’est-à-dire du griot généalogiste et historien, dont la performance offre, à l’occasion de cérémonies sociales, la généalogie d’un membre de l’aristocratie locale à laquelle il n’appartient pas. Sandra Bornand n’étudie pas seulement la manière dont la généalogie se mêle au commentaire et à l’ornement littéraire, mais aussi et surtout celle dont un dominé, au moyen de la parole, noue un dialogue entre le dominant et l’ensemble des dominés afin de prescrire à l’aristocrate une attitude noble digne de ses ancêtres.

3La série africaine est suivie par une série lyrique dont la première forme est la chanson vendéenne. Sylvie Mougin, dans « Chansons traditionnelles à sous-entendus. Ne pas dire pour mieux dire et comment le chanter (Vendée) » (pp. 73-96), propose d’abord une rhétorique du non-dit dont les procédés sont l’amphibologie syntaxique, la prétérition et l’euphémisme. Elle analyse des exemples savoureux comme l’emploi des verbes « savonner » ou « labourer », des expressions comme « être un cerisier de pâquis » au lieu d’une fille facile et « faire grimper une fille au pommier », plutôt qu’aux rideaux. Elle étudie ensuite la performance orale des chansons érotiques, du contact visuel entre le chanteur et le public à la question emphatique sur la compréhension du non-dit érotique. L’article se termine sur l’explication de la pratique de la « ripoune », réponse du public qui reprend la chanson au moment grivois où le chanteur se tait. Trois textes emblématiques de cette tradition sont reproduits : « Le Voleur de prunes », « La Feuille à l’envers » et « Le Nez de Martin ». Bertrand Masquelier remplace la Vendée par la Caraïbe. Dans son article intitulé « Acte locutoire et double-entendre. Le calypso grivois à Trinidad (Caraïbes) » (pp. 97-138), il analyse une forme liée au carnaval : le calypso. Il s’intéresse plus précisément à sa variante érotique, appelée saucy calypso. Cette forme, liée à un instrument de percussion appelé steel drum, fonctionne sur le double-entendre, à la manière du texte de Black Stalin « Wait Dorothy wait ». Ce morceau de calypso superpose la musique et le sexe : « I jam she/She jam me ». Bertrand Masquelier indique que le but de cette forme est de « mettre en fiction la rencontre des corps, ce qui nous en est familier, et éviter le réalisme de la description pornographique » (p. 108).

4Une troisième série de contributions met en perspective le non-dit, entre ordre et désordre. Dans « “Il m’a traité !” “Ils me traitent !” : de quoi ? L’injure ou le leurre des mots » (pp. 221-248), Évelyne Larguèche théorise une situation de communication propre à l’injure dans laquelle elle identifie l’« injurieur » d’une part, c’est-à-dire celui qui insulte, et, de l’autre, l’« injurié », la cible de l’insulte, ou l’« injuriaire », celui à qui on dit une insulte qui concerne un tiers. S’intéressant également à l’Afrique et en particulier à la culture arabe, Évelyne Larguèche indique la manière dont l’insulte est liée, dans ce contexte culturel, à l’accusation de fornication. Ainsi l’insulte possède-t-elle une dimension à la fois morale et sociale qui permet également de comprendre la réception de certaines formes artistiques comme le nu pictural. Élisabeth Motte-Florac, dans « L’Implicite dans une histoire purhépecha de pacte avec le diable (Mexique) » (pp. 249-286), interprète le non-dit dans le cas du pacte avec le diable. Dans le contexte du Mexique, les difficultés liées à l’adaptation aux changements sont envisagées selon un prisme chrétien. Le diable, représenté comme un étranger élégant, invite à gifler le Christ pour devenir riche. Le non-dit de ce canevas est celui de la désorientation, traduite par la perte de l’âme. Un canevas sacré sert à traduire une situation profane. L’Amazonie colombienne succède au Mexique dans l’article de Laurent Fontaine intitulé « Ce qu’on ne dit pas chez les Yucuna (Amazonie colombienne) » (pp. 139-173). L’ethnologue s’intéresse à ce qu’on ne dit pas parce que cela va de soi dans une société donnée pour les membres qui en font partie. Chez les Yucuna, qui font partie de la famille des Indiens Arawak, de filiation patrilinéaire exogamique, vivant de la chasse, de la pêche, de la cueillette et de l’horticulture, dans la moitié basse du fleuve Miriti-Parana et le Bas Caqueta, en particulier le village La Pedrera, les groupes se distinguent selon leur rapport à la sexualité et à la religion. Il y a d’un côté ceux qui sont vierges et, de l’autre, ceux qui ne le sont plus ; d’un côté, ceux qui sont initiés, et de l’autre, ceux qui ne le sont pas. En contexte domestique, le non-dit concerne la répartition des tâches domestiques entre homme et femme au sein de la famille. Dans le domaine public, le non-dit relève du bon déroulement de la vie sociale et le dit permet d’accuser ou d’excuser. Laurent Fontaine indique aussi la manière dont les Yucuna, au lieu de ne pas dire les mots du sexe, les étendent métaphoriquement aux domaines qui opposent les hommes et les femmes, ceux qui ont l’expérience de la sexualité et ceux qui ne l’ont pas. Dans « Entre oral, anal et carnaval. Maupassant ou les ruses du dire » (pp. 287-312), Jean-Marie Privat analyse le non-dit dans le conte normand intitulé Toine (1885). Cette lecture se focalise davantage sur le malentendu et les possibilités de l’interprétation que sur le non-dit et se situe entre la psychanalyse freudienne et la culture populaire de François Rabelais telle que l’envisage Mikhaïl Bakhtine.

5En conclusion, ce livre propose une analyse linguistique des formes culturelles et artistiques du non-dit dans diverses aires culturelles. Ces contextes culturels et ces formes artistiques déterminent la fonction et le sens du non-dit. Ainsi le non-dit du proverbe africain est-il un dire africain qui diffère du dire occidental. Le non-dit dépend également des situations de communication, du discours généalogique du jasare à celle de l’« injurieur » face à un « injurié » ou à un « injuriaire ». D’un point de vue axiologique, le non-dit apparaît normatif ou transgressif. Autrement dit, il rappelle à l’ordre, ou transgresse ce dernier. Dans l’approche empirique de cet ouvrage collectif, la méthodologie linguistique indique le non-dit comme un phénomène transculturel lié à la responsabilité. Le non-dit, conformément à la figure de style qu’est la prétérition, dit paradoxalement ce qu’il ne dit pas et réciproquement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Cosker, « Micheline Lebarbier, éd., Les Ruses de la parole. Dire et sous-entendre. Parler, chanter, écrire », Questions de communication, 33 | 2018, 408-410.

Référence électronique

Christophe Cosker, « Micheline Lebarbier, éd., Les Ruses de la parole. Dire et sous-entendre. Parler, chanter, écrire », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/13159

Haut de page

Auteur

Christophe Cosker

HCTI, université de Bretagne occidentale, F-29000
Christophe.cosker[at]free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page