Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Langue, discours

Émilie Née, dir., Méthodes et outils informatiques pour l’analyse des discours

Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Didact méthodes, 2017, 250 pages
Abdelkader Sayad
p. 410-411
Référence(s) :

Émilie Née, dir., Méthodes et outils informatiques pour l’analyse des discours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Didact méthodes, 2017, 250 pages

Texte intégral

1Les chercheurs en sciences humaines et sociales sont confrontés aujourd’hui à une masse importante de données discursives et textuelles. Ces données, qui sont en continuelle expansion grâce la généralisation de l’usage de l’internet, et même si elles constituent de prime abord un champ des plus intéressants pour tout chercheur, posent un certain nombre de problèmes : quels outils (statistiques et informatiques) utiliser pour rendre compte de ces données ? Quelles méthodes adopter pour les organiser et en constituer des corpus ? Et dans quels cadres théoriques ?

2Cet ouvrage collectif, dirigé par Émilie Née se propose de répondre à ces questions récurrentes dans de nombreuses disciplines comme les sciences de l’information et de la communication, la sociologie, l’histoire, ou encore l’analyse du discours (AD). Cette dernière constituera d’ailleurs un point d’appui pour cet ouvrage d’initiation à l’analyse textuelle assistée par l’outil informatique, où l’on montre « l’intérêt des outils de traitement automatique pour analyser des discours » (p. 11).

3L’intérêt de ce manuel d’initiation réside dans le fait qu’il se propose d’articuler les outils et méthodes fondés sur les statistiques lexicales « à des problématiques d’analyse du discours » (p. 15). En effet, comme l’expliquent ses auteurs, l’outillage informatique ne dispense pas le chercheur de s’interroger sur la validité de sa démarche en la confrontant à son objet d’étude. Cette contribution entend donc répondre à des besoins concrets chez les étudiants et chercheurs qui s’intéressent à ce domaine, en abordant des problématiques et des questions de recherches concrètes qui relèvent de l’analyse du discours, dans un contexte où « mesurer les discours semble aujourd’hui devenu une étape incontournable pour de nombreuses recherches en sciences humaines et sociales » (p. 16)

4Dans l’introduction (pp. 9-16), Frédérique Sitri et Christine Barats passent en revue quelques postulats relatifs à l’analyse du discours. En effet, après un bref panorama des principales disciplines qui analysent les textes avec des outils informatiques, comme la lexicométrie ou la textométrie, les deux chercheuses présentent efficacement les principes de base de l’analyse du discours, en insistant surtout sur l’importance du contexte et de la situation. De fait, « Pour l’AD, la situation, le contexte, l’environnement du discours ne sont pas ou pas seulement conçus comme matériels : ces extérieurs au discours, ce sont aussi des discours, qui le conditionnent en partie » (p. 12). Face à ces principes, notamment ceux en rapport avec les procédures de constitution et d’analyse des corpus, l’outillage informatique s’avère être « une sorte de garant méthodologique » (p. 14) qui permet une « lecture objective du texte », donnant une valeur de science exacte à cette discipline qui relève des sciences humaines et sociales (SHS).

5L’ouvrage se compose de 6 chapitres complémentaires, allant de la présentation de quelques notions, à l’application de ces outils sur des corpus concrets. Le premier, intitulé « Compter les mots ? Pas si simple » de Serge Fleury, Émilie Née et Christine Barats (pp. 17- 39), revient à juste titre sur les difficultés inhérentes aux procédures de comptage des mots en fonction des outils informatiques utilisés, ces derniers ne fournissant pas forcément les mêmes résultats. Ce chapitre se veut aussi une sorte de présentation des prérequis indispensables pour une analyse informatisée de données textuelles. Les auteurs passent en revue plusieurs idées reçues sur l’outil informatique, en menant « une expérience ludique » sur le poème de Charles Baudelaire « La mort des amants ». Des présentations très efficaces de quelques outils d’analyse grands publics, comme « les nuages de mots » ou « Google NGram viewer » sont également proposées dans ce chapitre. Dans « Constituer un corpus en analyse du discours, un moment crucial » (pp. 41-62), Frédérique Sitri et Christine Barats s’intéressent à la notion de corpus en AD, tout en reprenant quelques principes théoriques incontournables qui sous-tendent sa constitution et son organisation. Cette étape, incontournable pour tout chercheur dans ce domaine, nécessite des précautions particulières. La délimitation d’un corpus en AD est le résultat de décisions et de choix, qui doivent être liés aux questions et objectifs de la recherche. Aussi les auteurs proposent-ils « des exemples concrets de structuration de corpus avant d’aborder le cas particulier des corpus recueillis sur le web » (p. 41). Le troisième chapitre, « Constituer un corpus en trois scénarios » (pp. 63-101), d’Émilie Née et Serge Fleury, se situe dans la continuité du deuxième, en traitant des considérations plus concrètes, liées à la mise en œuvre pratique du corpus. L’objectif est de « traiter des implications pratiques liées à l’informatisation des données et à l’automatisation des analyses » (p. 63) en présentant trois scénarios de constitution de corpus : le premier relevant d’un corpus médiatique, le deuxième sociopolitique et le dernier concernant un discours de campagne électorale (un genre particulier de discours politique). Il est à noter que ces scénarios, qui sont « inspirés de travaux réalisés avec des étudiants de master (scénario 1), de travaux existants ou de recherches en cours (scénarios 2 et 3) » (p. 64), illustrent très bien les protocoles présentés dans les deux premiers chapitres de l’ouvrage. « Compter dans les textes, quelles unités ? » d’Émilie Née, Jean-Marc Leblanc et Serge Fleury (pp. 103-121) revient sur l’épineuse question des unités de décompte en analyse de données textuelles. Savoir ce que l’on compte est une étape importante dans tout travail sur des données textuelles : « Pour permettre des mesures sur les textes, il faut définir les unités qui composent ces textes et dont on va tenir compte pour les mesures » (p. 103). Ces mesures varient le plus souvent et dépendent de plusieurs paramètres comme le « point de vue adopté » ou « les postulats théoriques » de chaque chercheur. En tout état de cause, ces « unités de décompte » poussent les chercheurs « à dépasser les catégories classiques de description des langues » (p. 103). « Quels outils logiciels et pour quoi faire ? » de Jean-Marc Leblanc, Serge Fleury et Émilie Née (pp. 123-161) présente, comme son titre l’indique, « les principaux outils utilisés en ADT » (p. 123). Il se propose également de montrer comment utiliser ces logiciels pour manipuler les types d’unités préalablement définies ainsi que les procédures d’interprétation des résultats, et ce, en centrant la présentation sur les principes de l’analyse factorielle des correspondances (AFC).

6« Problématiques d’analyse du discours et méthodes » de Marie Veniard et Frédérique Sitri (pp. 163-202) se situe dans la continuité du chapitre précédent, en proposant une illustration pratique fondée sur plusieurs problématiques abordées en analyse du discours. Il s’agit de montrer comment ces questions peuvent être analysées par des logiciels de traitement automatique des données textuelles. Les outils informatiques ne donnent pas un accès direct à l’interprétation discursive et nécessitent en plus une réflexion méthodologique sur les catégories d’analyse à privilégier. Accéder au sens n’est pas une entreprise aisée. Cela nécessite la prise de nombreuses précautions afin de ne pas tomber dans les pièges de la « transparence des discours ». Ce chapitre central, qui propose quelques clés de l’interprétation discursive, revient sur plusieurs exemples de problématiques relatives à l’identification des thèmes dans un corpus, à l’évolution du sens des vocables résultats de changements socio-historiques, aux genres discursifs, etc.

7D’un point de vue pédagogique, des « fiches pratiques et approfondissements » (pp. 203-228) sont proposées à la fin de cet ouvrage d’initiation afin de compléter les orientations proposées dans les différents chapitres. Ces fiches reviennent à titre d’exemple sur les procédures de constitution des corpus et abordent « le langage des expressions régulières » (p. 203) ou encore les « commandes Unix pour manipuler des données » (p. 206). De la même manière, il convient de noter que chaque chapitre est savamment ponctué par différents types d’encadrés, proposant des éclairages bibliographiques, documentaires ou notionnels, ou invitant à des recherches plus développées. Par ailleurs, il est proposé une synthèse de « ce qu’il faut retenir au terme de ce chapitre… », ce qui facilite grandement la lecture. Même si les références en la matière ne manquent pas, cet ouvrage pourra constituer une ressource pédagogique très utile pour tout étudiant souhaitant s’initier au traitement informatique des données discursives et textuelles ou approfondir ses connaissances dans le domaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdelkader Sayad, « Émilie Née, dir., Méthodes et outils informatiques pour l’analyse des discours », Questions de communication, 33 | 2018, 410-411.

Référence électronique

Abdelkader Sayad, « Émilie Née, dir., Méthodes et outils informatiques pour l’analyse des discours », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/13173

Haut de page

Auteur

Abdelkader Sayad

Université de Mostaganem, Algérie, DZ-27000/MoDyCo, université Paris Ouest Nanterre La Défense, F-92000
sayadaek[et]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page