Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, technologies, information

Frédéric Antoine, dir., Analyser la radio. Méthodes et mises en pratique

Louvain-la-Neuve, De Boeck, coll. Info com, 2016, 256 pages
Béatrice Donzelle et Aude Seurrat
p. 414-416
Référence(s) :

Frédéric Antoine, dir., Analyser la radio. Méthodes et mises en pratique, Louvain-la-Neuve, De Boeck, coll. Info com, 2016, 256 pages

Texte intégral

1Analyser la radio. Méthodes et mises en pratique, un manuel dirigé par Frédéric Antoine, est le fruit du travail collectif de treize chercheurs (Frédéric Antoine, Nicolas Becqueret, Jean-Jacques Cheval, Étienne Damome, Christophe Deleu, Ariane Demonget, Séverine Equoy Hutin, Laurent Fauré, Anne-Caroline Fiévet, Laurent Gago, Hervé Glevarec, Isabel Guglielmone, Albino Pedroia, Sébastien Poulain, Pascal Ricaud et Nozha Smati), tous membres du Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER). Frédéric Antoine insiste dans son introduction (pp. 13-19) sur le fait que l’ouvrage est né des préoccupations communes des chercheurs et qu’il a été conçu à partir des échanges et débats au sein de ce collectif pluridisciplinaire. Il est l’aboutissement d’une réflexion qui anime les membres du GRER depuis sa fondation en association en 2004. En témoigne notamment la présentation de la pluralité des ancrages disciplinaires en sciences humaines et sociales (SHS) qui permettent d’appréhender ce média : l’histoire, le droit, la science politique, la psychologie, les sciences du langage, les sciences de l’éducation et, bien entendu, les sciences de l’information et de la communication (SIC).

2Cet ouvrage n’a pas pour objectif de faire un état des lieux de toutes les recherches et problématiques portant sur la radio mais « de dire comment on mène une recherche sur la radio » (Frédéric Antoine, « Introduction », p. 13), d’expliciter pas à pas les différentes modalités d’analyse de ce média en prenant en compte sa médiativité, c’est-à-dire ses singularités organisationnelles, techno-sémiotiques et relationnelles. Cet ouvrage sera particulièrement utile aux étudiants et chercheurs qui entament une recherche sur la radio d’autant plus qu’il n’existe pas d’autre manuel francophone de méthodologie d’analyse spécifique à la radio.

3La radio est un média qui a souffert d’un certain manque de visibilité dans l’espace académique, mais ces dernières années, les recherches sur la radio connaissent un essor, notamment celles portant sur les transformations numériques du média. Ce manuel, loin de figer son objet, montre d’ailleurs très bien comment appréhender les dynamiques de transformations, qu’elles soient formelles, éditoriales ou organisationnelles. Il est conçu et rédigé par des experts du média radiophonique qui ont pu, dans leurs travaux respectifs, soumettre les approches disciplinaires à l’épreuve de leurs terrains de recherche et expérimenter largement les méthodes qu’ils présentent ici. Ces chercheurs ont également acquis l’habitude, à l’occasion des événements scientifiques organisés par le GRER, d’échanger épistémologiquement autour des méthodes, de croiser les approches, d’élargir leur vision de manière interdisciplinaire, de « dialoguer et produire ensemble » (Jean-Jacques Cheval, « Avant-propos », p. 8). Leur connaissance du terrain leur permet aussi de comprendre en quoi la radio est un média particulier et en quoi son étude implique des méthodes d’analyse spécifiques. Cet ouvrage collectif n’est donc assurément pas né de certitudes mais bien au contraire de doutes féconds, de tests et d’expérimentations qui permettent de présenter des méthodologies éprouvées empiriquement.

4En introduction est proposée une définition de la radio en tant que média, et dans sa dimension non seulement technique mais aussi sociale (pp. 20-25). Les spécificités et particularismes de la radio vis-à-vis des autres médias sont mis en lumière, comme autant d’éléments de son identité. Ne cédant pas à l’essentialisme, Frédéric Antoine intègre une dimension diachronique à cette définition. Il rappelle par exemple que « l’instantanéité » n’est plus spécifique de la radio à l’heure des chaînes télévisées d’information continue et du numérique. Il démontre également que si l’absence d’image ne peut plus suffire à caractériser le média radiophonique, sa dimension sonore reste bien essentielle. Jean-Jacques Cheval, Christophe Deleu et Albino Pedroia poursuivent cette introduction en présentant une synthèse des liens entre recherche et radio (pp. 24-31), tandis que Laurent Gago et Frédéric Antoine fournissent des conseils épistémologiques et méthodologiques en matière de démarche scientifique qui seront utiles à tout chercheur et étudiant prenant comme objet d’étude le média radiophonique.

5Par sa forme même, ce manuel rend aisé sa prise en main. En effet, chaque chapitre est construit selon la même trame. Il débute par une présentation synthétique de l’approche méthodologique choisie et de ses objets de prédilection (« objets de l’étude »), suivie de l’explication des outils méthodologiques (« disciplines et méthodes ») et se termine par des illustrations de l’approche (« applications »). Le chapitre 1, consacré à l’étude des acteurs de la radio, présente la richesse et la variété du paysage radiophonique français, ainsi que l’étude d’Hervé Glevarec à propos des acteurs professionnels de France Culture (techniciens, réalisateurs, producteurs). Le chapitre 2, consacré à l’analyse de l’offre radiophonique, évoque notamment l’étude menée par Elvina Fesneau à propos du transistor et des transformations que sa mise sur le marché a induites en matière de programmation et d’usages radiophoniques, et celles d’Étienne Damome sur le paysage radiophonique en Afrique. Le chapitre 3, rédigé par Hervé Glevarec et Nicolas Becqueret, s’intéresse aux dispositifs radiophoniques, et prend comme exemples d’application les « formes de bonjour » étudiées grâce à l’analyse conversationnelle, ainsi que le travail collectif d’un groupe d’étudiants ayant pris comme objet de recherche les interviews des candidats à l’élection présidentielle française de 2012 par les principales stations de radio, selon une approche d’analyse du discours politique. Le chapitre 4 sur le matériau radiophonique fait référence à des études menées sur le format et la programmation radiophonique en matière musicale, sur l’analyse du discours radiophonique dans ses dimensions sonores et linguistiques, sur le récit publicitaire, la voix radiophonique et la mise en scène sonore. Est également abordée la question des hiérarchies et interactions entre langues dans les régions marquées par le plurilinguisme. Sont cités en exemple les travaux de Ronan Calvez à propos de la radio en langue bretonne, et de Pascal Ricaud au sujet des radios basques. Enfin, Laurent Gago explique comment les méthodes d’analyse issues des SIC, des sciences du langage et de la sémiologie peuvent être appliquées à l’étude des dispositifs radiophoniques en ligne : sociologie des innovations, étude du discours, analyse des dispositifs, lexocimétrie…). Le chapitre 5 se penche sur l’analyse des émissions radiophoniques en les abordant sous l’angle du genre (documentaire), des conditions de production et des contenus (émissions interactives). Le chapitre 6 traite de l’analyse des contenus visuels et audiovisuels, avec notamment l’exemple des publicités visuelles pour la radio, des usages mobiles de la radio, et de l’analyse des discours prescriptifs en matière d’usage de la radio visuelle. Le chapitre 7 aborde l’analyse quantitative (Frédéric Antoine, pp. 166-171) et qualitative (Hervé Glevarec, pp. 172-175) des audiences, mais aussi la question des effets : influence des contenus radiophoniques sur l’opinion publique et sur les comportements. Pascal Ricaud y présente une histoire critique des écoles théoriques dans le domaine de l’étude des effets des médias, du béhaviorisme aux cultural studies et à l’approche ethnographique. Dans une dernière section consacrée à l’analyse des supports de la radio, du poste à galène à la radio en ligne et aux applications mobiles, Laurent Gago conseille une approche pluridisciplinaire et une attention portée tant sur les supports que sur les programmes et les usages. Le dernier chapitre est consacré à la méta-radio, autrement dit aux discours à propos de la radio, qu’ils soient réflexifs (les producteurs de contenus radiophoniques parlent de leurs pratiques et de leur objet) ou analytiques (les médias évoquent la radio en tant que sujet ou objet d’étude). Enfin, dans chaque chapitre, la section « pour aller plus loin » suivie des repères bibliographiques permet au lecteur de savoir comment approfondir telle ou telle approche méthodologique. L’ouvrage offre ainsi une palette d’approches méthodologiques très variées quand bien même aurait-il été intéressant de disposer d’exemples plus détaillés. Enfin, les approches développées par la sémiologie ou la sémiotique du son ne sont pas réellement abordées dans l’ouvrage et pourraient constituer un éclairage complémentaire.

6À la fin de l’ouvrage, la partie consacrée aux ressources sera d’autant plus utile aux étudiants et chercheurs qui entament un travail sur la radio que l’accès aux archives radiophoniques est moins aisé que pour la presse ou la télévision. Cet ouvrage est ainsi véritablement un « manuel » « destiné à être manié comme tel, c’est-à-dire manipulé selon les besoins, au rythme des interrogations, des attentes et des étapes d’un travail d’études ou d’investigation académique » (Frédéric Antoine, « Introduction », p. 13).

7Analyser la radio n’a pas pour prétention de donner une feuille de route unique d’analyse de la radio. Bien au contraire, il insiste sur l’importance de la contextualisation et de la problématisation avant d’élaborer son itinéraire méthodologique spécifique. La structure de l’ouvrage est à l’image de son objet : composite et multifacettes. Loin d’être concurrentes, les approches présentées dans les chapitres permettent d’expliciter différentes modalités d’appréhension de ce média en fonction que la focale porte sur les acteurs, l’offre, les dispositifs, les matériaux sémiotiques, les publics, etc. Soulignons également que même si les approches sont présentées de manière successive, il est plusieurs fois mentionné l’intérêt de leur articulation. Il aurait cependant pu être intéressant de proposer à la fin de l’ouvrage un cas d’étude afin de montrer un exemple d’articulation des méthodologies. Ainsi, on l’aura compris, cet ouvrage répond à des enjeux pratiques, ceux du comment faire, comment procéder, mais plus largement, comme le souligne Jean-Jacques Cheval dans son avant-propos, il permet de « donner le goût de la recherche » (p. 11).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Donzelle et Aude Seurrat, « Frédéric Antoine, dir., Analyser la radio. Méthodes et mises en pratique », Questions de communication, 33 | 2018, 414-416.

Référence électronique

Béatrice Donzelle et Aude Seurrat, « Frédéric Antoine, dir., Analyser la radio. Méthodes et mises en pratique », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/13231

Haut de page

Auteurs

Béatrice Donzelle

Cimeos, université Bourgogne Franche-Comté, F-21000
beadonzelle[at]yahoo.fr

Aude Seurrat

Labsic, université Paris 13, F-93430
aude.seurrat[at]univ-paris13.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page