Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, technologies, information

Brigitte Le Grignou, Érik Neveu, Sociologie de la télévision

Paris, Éd. La Découverte, coll. Repères, 2017, 128 pages
Georges Meyer
p. 421-423
Référence(s) :

Brigitte Le Grignou, Érik Neveu, Sociologie de la télévision, Paris, Éd. La Découverte, coll. Repères, 2017, 128 pages

Texte intégral

1Écrit par deux spécialistes de sociologie politique, ce manuel éclaire les enjeux contemporains de la télévision. Se centrer sur un tel sujet suppose de dénoncer un mythe ancien d’une trentaine d’année : la télévision ne décline pas. Loin de se dissoudre dans les multiples supports numériques, la télévision demeure un média essentiel : les Français lui consacrent près de 4 heures par jour en moyenne, et on compte 45 millions de téléspectateurs chaque jour dans ce pays. Cet ouvrage synthétique fait le point sur une littérature interdisciplinaire, francophone (des travaux fondateurs de Michel Souchon à La Banlieue du « 20 heures » de Jérôme Berthaut [Marseille, Éd. Agone, 2013]) et anglophone (par exemple, un encadré est consacré à la théorie de la cultivation de George Gerbner). Si les auteurs présentent les différentes traditions des TV studies, comme l’approche en économie politique développée par le Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (Gresec, université Grenoble Alpes) ou la sémiologie, ils privilégient toutefois une sociologie inspirée par Pierre Bourdieu. Leur cadre théorique mobilise ainsi la théorie des champs : ils défendent une analyse des contenus télévisuels qui ne saurait être dissociée d’une analyse des acteurs et de leurs rapports de force dans le « champ de production culturelle de la télévision » (p. 39).

2L’ouvrage est divisé en quatre chapitres qui abordent successivement les professionnels de la télévision dans l’optique de la sociologie du travail, le flux télévisuel, les effets de la télévision sur les spectateurs, les effets de la télévision sur les champs (politique, religieux, sportif, culturel). La télévision est d’abord décrite comme un univers professionnel en expansion et en transformation : les divisions entre les pigistes, travailleurs précaires, et les animateurs-vedettes s’accentuent, les réalisateurs déclinent face aux producteurs, les managers se hissent au sommet, comme le montre la nomination d’une Delphine Ernotte, ancienne de France-Télécom Orange, à la tête de France Télévisions.

3Les auteurs critiquent des binarités simplistes qui émaillent les travaux sur la télévision et son histoire : le passage, dans les années 1980, d’une télévision « populicultrice » (Pierre Bourdieu), qui veut élever le grand public, à une « néo-télévision » (Umberto Eco), qui sonnerait la fin de cette entreprise d’élévation, serait à relativiser. Toutefois, une rupture néolibérale serait bien visible dans le flux télévisuel, qui présenterait un monde « dur, menaçant et compétitif », où l’on ne trouve « une place gratifiante qu’en jouant des coudes, en s’employant à maximiser des atouts personnels et au final en acceptant de changer soi-même » (p. 47). Ainsi, des talk-shows comme celui d’Oprah Winfrey auraient des vertus – constituant une « offre de sens de l’expérience humaine » (p. 48), mais excluraient les questionnements sur les inégalités, sur l’action collective, transformant les problèmes sociaux en problèmes individuels.

4La télévision est encore l’objet d’un certain mépris de la part de gardiens des légitimités culturelles. Comme le cinéma ou le théâtre avant elle, la télévision est en effet régulièrement dénoncée pour ses effets supposément négatifs sur les publics. Les auteurs ne cessent de critiquer ces visions par trop négatives selon lesquelles la télévision détruirait l’éducation, réduirait le citoyen en consommateur, enfermerait les gens dans une bulle domestique. Ils nuancent ainsi l’idée selon laquelle la télévision favoriserait un enfermement dans la cellule familiale, que l’on trouve chez Raymond Williams, l’un des grands auteurs des Cultural Studies. Critiques de la « domination des mesures quantitatives » (p. 54), les auteurs mettent l’accent sur les approches ethnographiques, qui ne considèrent pas les téléspectateurs de manière abstraite, mais de manière concrète, au sein de leur univers social. Sur l’influence de la télévision sur les téléspectateurs, les auteurs se montrent mesurés. Ils critiquent le bien-fondé de la littérature scientifique sur ces effets que l’on trouve par exemple dans une revue comme Journal of communication. Les effets de la télévision sur le vote ou l’opinion sont l’objet de légendes particulièrement dénoncées. Ce n’est pas le débat télévisuel raté face à Emmanuel Macron qui a fait perdre Marine Le Pen (le 3 mai 2017), même si cela a pu lui faire perdre des suffrages. Si la télévision ne nous dit pas que penser, elle peut imposer pour autant un ordre du jour social, disant à quoi penser. Elle diffuse les normes sociales : « L’une des logiques de la télévision est d’exhiber une vitrine des normalités » (p. 90).

5Les auteurs nuancent l’impact de la télévision sur le champ politique ou le champ culturel : il n’y aurait pas de « médiacratie ». Comme l’a montré Pierre Bourdieu (Sur la télévision. Le champ journalistique et la télévision, Paris, Éd. Liber, 1996), la télévision introduit certes de nouvelles formes de consécration culturelle, privilégie les logiques commerciales et fait apparaître des intellectuels médiatiques qui n’existeraient pas sans elle. Toutefois, la télévision n’a qu’un faible impact sur la hiérarchie des mondes savants, qui demeurent relativement autonomes vis-à-vis des logiques médiatiques. Pour autant, tout n’irait pas « au mieux dans l’articulation entre univers culturel et médiatique » (p. 108) : la visibilité accordée à des intellectuels médiatiques comme Michel Onfray et l’invisibilité des intellectuels reconnus par leurs pairs est critiquée, ainsi que l’excessive simplification des problèmes publics qu’opère le média. Les auteurs déplorent un « paradoxe démocratique » de la télévision : « Parce que universellement disponible, la parole télévisuelle ne doit choquer aucun public socialement tenu pour important mais doit s’inscrire dans l’espace des opinions et comportements raisonnables » (p. 112). Toutefois, les auteurs notent que le conservatisme de la télévision est de plus en plus bousculé par les séries, qui gagnent en légitimité culturelle.

6Comme les auteurs le reconnaissent, un thème peu traité est le soft power : le rôle de la télévision dans les relations internationales. Les polémiques récentes sur le développement de Russia Today en France faisaient pourtant de ce thème un sujet d’actualité. Malgré quelques riches encadrés consacrés par exemple au « télécrate » Silvio Berlusconi, à l’Oprah Winfrey Show ou au télévangélisme, les auteurs se centrent particulièrement sur le cas français. Pour autant, ce manuel, très clair et lisible, permet d’aborder à nouveau frais, dans une perspective critique, les différents enjeux d’un média dont la fin est toujours annoncée, mais qui est fleurissant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Meyer, « Brigitte Le Grignou, Érik Neveu, Sociologie de la télévision », Questions de communication, 33 | 2018, 421-423.

Référence électronique

Georges Meyer, « Brigitte Le Grignou, Érik Neveu, Sociologie de la télévision », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/13273

Haut de page

Auteur

Georges Meyer

Cresspa, université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, F-75017
georges_meyer[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page