Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, technologies, information

Pascal Plantard, Agnès Vigué-Camus, dirs, Les Bibliothèques et la transition numérique. Les ateliers internet, entre injonctions sociales et constructions individuelles

Villeurbanne, Presses de l’Enssib, coll. Papiers, 2017, 212 pages
Florence Michet
p. 424-426
Référence(s) :

Pascal Plantard, Agnès Vigué-Camus, dirs, Les Bibliothèques et la transition numérique. Les ateliers internet, entre injonctions sociales et constructions individuelles, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, coll. Papiers, 2017, 212 pages

Texte intégral

1La fracture numérique s’est déplacée des équipements aux usages et les bibliothèques en tant que lien social pour les plus démunis, conscientes de ce problème, jouent leur rôle de médiateur dans ce domaine. Cet ouvrage, sous la direction de Pascal Plantard, enseignant-chercheur à l’université de Rennes 2, spécialiste de l’exclusion numérique et Agnès Vigué-Camus, chargée d’études en sociologie à la Bibliothèque publique d’information (BPI), présente les ateliers internet comme des solutions pour opérer la transition numérique faisant de la bibliothèque un lieu inclusif ouvert à tous sans exception, un « centre culture à la plus-value humaine » (p. 10). Dans l’introduction (pp. 7-15), les deux directeurs de publication et Mathilde Servet, cheffe du service Savoirs Pratiques de la BPI, rappellent que très tôt les bibliothèques se sont posées en lieux de formation à l’utilisation du numérique, dès 1990, puis en 2012 avec ces ateliers informatiques. Face à l’utilisation de l’outil numérique, certaines personnes en difficulté se rendent dans les bibliothèques pour chercher des réponses. À la fois tiers lieu ou troisième lieu, selon la définition de Ray Oldenburg, la bibliothèque devient un lieu inclusif créant ainsi des relations sociales entre les différents publics. L’ouvrage est découpé en trois parties séparées en chapitres rédigés tour à tour par des contributeurs tous issus du secteur des bibliothèques.

2La première partie, « La fracture numérique revisitée », est divisée en deux chapitres. Le premier, « La fracture numérique : visages et usages » (pp. 18-27), fait rapidement, mais judicieusement, le tour de la question de la fracture numérique « un nom qui nomme un mal qu’il faut soigner » (p. 19). Cette préoccupation augmente et a évolué avec le temps passant de l’inégalité d’accès aux outils à l’inégalité d’utilisation selon les groupes sociaux, de l’équipement à l’usage. « La fracture ne se réduit pas elle se déplace » (p. 20) créant ainsi « l’isolement social » (p. 21) dû à la pauvreté, mais aussi au manque de temps à y consacrer (enquête M@rsouin 2009). Le projet Inéduc mené entre 2012 et 2015 a conclu que « les inégalités éducatives liées aux usages du numérique, importantes chez les adolescents, dépendent beaucoup du territoire dans lequel ils vivent » (p. 25), ce n’est plus l’équipement qui bloque, mais le manque de connexion. La bibliothèque ne peut rester en marge de ces phénomènes d’inégalités renforçant le rôle social de ces institutions culturelles. Le deuxième chapitre « Rester connectés » (p. 28-70) reprend une enquête menée par la BPI lors des deux générations d’ateliers numériques mis en place, entre octobre 2012 et mars 2013, avec un cadre informel puis depuis janvier 2014, organisés en séances de 1h30 sur des thèmes précis. Deux études qualitatives portant sur 30 entretiens semi-directifs et une quinzaine d’observations dans ces ateliers ont permis de mettre à jour la nécessité de pratiquer réseaux et écrans pour les participants. Le profil de ces usagers inscrits est très divers : actifs ou retraités, la moyenne d’âge est de 61 ans, utilisant peu les services de la bibliothèque. Ils viennent pour différentes raisons : retard parce que leur métier n’implique pas l’utilisation de l’outil, ils délèguent ces tâches à d’autres, ne sont pas intéressés, sont chômeurs. Le manque d’utilisation pendant une période donnée entraîne un retard important du fait de l’évolution rapide des outils. L’absence de solidarité au travail et en famille est aussi un facteur d’exclusion numérique. Cette prise de conscience d’incompétence, ressentie par certains comme un « handicap » (p. 50), et cette « injonction sociale à s’équiper et à se connecter » (p. 45) mènent ces usagers vers ces ateliers par crainte de stigmatisation. Les types de demandes diffèrent : familiarisation avec la technologie, connaissances nécessaires dans la vie quotidienne (démarches administratives), acquérir des automatismes, réveiller des connaissances enfouies. Les paroles rapportées des utilisateurs augmentent la véracité du propos.

3La partie II de l’ouvrage, « De la bureautique au Fablab : parcours de médiation », est divisée en six chapitres présentant chacun six expériences de médiation numérique dans différentes médiathèques françaises retraçant ainsi l’évolution du numérique dans ces espaces et les modifications progressives des pratiques professionnelles et des demandes des usagers. Le responsable de la médiathèque de Saint-Aubin relate son parcours dans un « questions-réponses » avec Agnès Vigué-Camus. Il constate que son métier a bien changé, les demandes d’ateliers de ce type augmentent et les contenus se déplacent. Ensuite, un animateur numérique remarque que son parcours professionnel s’est aussi modifié en fonction des demandes des usagers. Il a dû constamment s’adapter à leurs besoins passant de l’utilisation pratique de l’outil à l’identité numérique, de l’animation multimédia à la véritable médiation pour « les accompagner dans l’acquisition d’une culture numérique » (p. 87). Il ira jusqu’à leur proposer un atelier de robotique (p. 90) puis un Fablab mobile (p. 93), concluant que le métier de médiateur numérique sera à l’avenir un aspect inévitable du métier de bibliothécaire. Puis, à Montreuil, ville très marquée par les inégalités sociales, la diversité des publics et le dynamisme culturel (p. 97), le constat a été fait d’un manque de surface en bibliothèque pour accueillir les usagers mais aussi de la faible proposition de postes informatiques. L’équipe a donc fait l’acquisition de ressources numériques consultables à distance, de liseuses et de tablettes pour valoriser ces contenus mais n’a malheureusement pas obtenu le résultat souhaité. Ils se sont donc engagés en 2014 auprès des bibliothèques sans frontières (BSF), proposant un programme de sensibilisation et de formation à la culture numérique y compris la programmation intitulé « Voyageurs du code ». Ce programme est présenté (p. 107), ainsi que leur expérience personnelle dans cette action.

4Une bibliothèque ouverte en 2013 dans un quartier pauvre de la capitale participe à sa revitalisation. Elle est pensée comme un lieu accueillant tous les publics gratuitement en répondant à leurs besoins particuliers y compris au niveau numérique dans un projet « d’inclusion sociale ». Dès le départ, ils ont opté pour la mise à disposition d’outils et l’accès à internet ayant choisi d’aborder le numérique selon la dimension ludique et la découverte de jeux vidéo en réseau par exemple ce qui a attiré un public d’adolescents absent habituellement de la bibliothèque. Cela passait par la volonté de déconstruire les préjugés de certains usagers. Le pôle inclusion numérique passait surtout par des ateliers proposés sous forme de cycle mais l’inscription jugée trop contraignante s’exposait à un fort absentéisme. La simplification sous la forme d’une « permanence numérique » (p. 114), un rendez-vous hebdomadaire assuré par deux bibliothécaires où les gens viennent sans inscription avec leurs questions du moment sur n’importe quel sujet ou support, était la solution. Cela a engendré plus de mixité sociale et générationnelle. Le public est satisfait si on considère les récits rapportés par les bibliothécaires (p. 115) dégageant un sentiment d’utilité sociale. Cette démarche est devenue le volet numérique de leur projet social proposant aussi la consultation d’écrivains publics en référence aux Idéa stores londoniens (ces bibliothèques d’un genre nouveau fonctionnent en libre-service et proposent un service de formation permanent d’adultes et d’alphabétisation) (p. 119). Ils ont entamé aussi un partenariat avec « Emmaüs connect » (p. 120) dont l’objectif est de toucher un public qui ne vient pas en bibliothèque.

5Le chapitre suivant présente la médiathèque Marguerite Duras à Paris ouverte en 2010 n’ayant jamais cessé de se diversifier s’adaptant aux évolutions technologiques, aux besoins et demandes des usagers. Le personnel s’est spécialisé dans cet accompagnement avec comme objectifs l’insertion sociale et professionnelle et l’inclusion numérique (p. 122) répondant ainsi aux textes et chartes professionnelles. La médiation est nécessaire pour l’appropriation des outils et des nouveaux usages numériques pour un certain public même s’ils ont le matériel à leur disposition. Ils proposent des ateliers, mais aussi des ressources d’autoformation intitulées « toutapprendre.com » (p. 124). Cependant le manque de coordination et de communication entre le réseau des bibliothèques parisiennes, de visibilité pour les publics, a créé une insatisfaction au niveau des besoins des bibliothécaires empêchant les expérimentations alors que le réseau est important, couvre tout le territoire et propose des espaces suffisants, adaptés et des équipes dédiées au numérique. Les ateliers de cette bibliothèque ont des programmes mensuels précis et s’intitulent : Début’net pour l’initiation, Démo’net pour la culture numérique et Débug’net pour le « dépannage » (p. 129). La bibliothèque évolue au rythme des demandes et besoins des usagers.

6Le dernier chapitre (pp. 137-155), est une présentation du réseau des médiathèques du territoire de plaine commune au nord de Paris regroupant une population peu qualifiée, jeune, touchée par le chômage, de nationalités et de cultures très diversifiées. Il est identifié comme « Territoire de la culture et de la création » (p. 138). Fort de ces constats, les médiathèques sont au défi : du réseau informatique de 2006 au portail commun. La constitution d’un groupe de référents numériques a permis un état des lieux complet pointant les contrastes, favorisant un rééquilibrage et développant un bouquet et la mise en place d’ateliers y compris de création numérique. Il faut aussi penser au professionnel, médiateur ayant besoin de formation innovante pour accompagner au mieux. En annexe de ce chapitre, trois dispositifs sont présentés pour leur importance dans ce réseau : le Café numérique d’Aimé Césaire (p. 150) ; les jeux vidéo de Flora Tristan (p. 152) ; le bibliobus, laboratoire professionnel et makerspace mobile (p. 154).

7La troisième et dernière partie de cet ouvrage propose la présentation de trois bibliothèques étrangères choisies pour leur offre innovante : en Suède le learning center de la Bibliothèque municipale de Malmö (p. 160) utilise le partage de connaissances nommé « pique-nique » ; en Finlande le makerspace de la bibliothèque centrale d’Helsinki (p. 171) essaie de toucher tous les usagers, pas seulement les férus d’informatique créant un lieu de rencontre y compris pour les réfugiés ; en Allemagne à la bibliothèque de Cologne (p. 178), le recours à des bénévoles pour les ateliers est courant, les bibliothécaires n’ayant pas tous les compétences nécessaires, attirant de nouveaux usagers pour « travailler davantage avec les gens qu’avec les livres » (p. 183). Dans un dernier chapitre, « Quand la digital divide s’impose aux bibliothèques : une analyse américaine » (p. 185-199) un bref historique de la lecture publique à l’inclusion numérique en Amérique est proposé.

8À travers cet ouvrage, la bibliothèque est présentée comme un lieu d’inclusion numérique de premier plan : son évolution a permis d’attirer de nouveaux publics allant jusqu’aux migrants. La présentation de ces ateliers numériques prenant différentes formes selon les publics et les lieux nous permet, en tant que novice, de découvrir l’implication pour des lieux de lecture publique dans l’inclusion numérique. Pour les professionnels, ces différentes expériences donnent des idées d’ateliers à mettre en place même si l’adaptation est de mise. Cependant, le dernier chapitre sur les bibliothèques à l’étranger aurait pu être plus étayé et aborder peut-être plus d’expériences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Michet, « Pascal Plantard, Agnès Vigué-Camus, dirs, Les Bibliothèques et la transition numérique. Les ateliers internet, entre injonctions sociales et constructions individuelles », Questions de communication, 33 | 2018, 424-426.

Référence électronique

Florence Michet, « Pascal Plantard, Agnès Vigué-Camus, dirs, Les Bibliothèques et la transition numérique. Les ateliers internet, entre injonctions sociales et constructions individuelles », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/13293

Haut de page

Auteur

Florence Michet

Mica, université Bordeaux Montaigne, F-33600
florence.michet[at]etu.u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page