Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Théories, méthodes

Jean-François Bert, Une histoire de la fiche érudite

Villeurbanne, Presses de l’Enssib, coll. Papiers, 2017, 144 pages
Christophe Cosker
p. 426-428
Référence(s) :

Jean-François Bert, Une histoire de la fiche érudite, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, coll. Papiers, 2017, 144 pages

Texte intégral

1Étymologiquement, une fiche fixe quelque chose. Ainsi, de façon concrète, se sert-on d’un clou pour ficher ou fixer un matériau. Mais le mot « fiche » est également employé, de façon abstraite, dans le domaine des sciences humaines et sociales (SHS). Elle devient alors une manière de fixer un savoir dont l’homme est le sujet, et parfois aussi l’objet. Jean-François Bert s’intéresse à un type particulier de fiche, celle qu’on nomme « érudite ». Il lui donne pour ancêtre le registre médiéval né au XIIIe siècle et la définit comme l’une des formes d’enregistrement du savoir, aux côtés de la feuille volante, de la liste, du carnet ou encore du cahier de notes. Son point de départ est une forme de fiche issue du monde des bibliothèques et dont le but premier est l’inventaire. Jean-François Bert se présente comme un historien des pratiques savantes – et la fiche érudite est employée des sciences naturelles à la médecine –, comme un anthropologue des savoirs et comme un spécialiste de l’archive des SHS. Dans son essai intitulé Une Histoire de la fiche érudite, il réalise un projet éponyme de Lucien Febvre. Dans cette perspective, nous signalons que le point de départ, d’apparence restreinte, de la fiche érudite donne lieu à une vaste réflexion sur les différents avatars passés, présents et futurs de la fiche. Jean-François Bert analyse le discours sur la fiche, un discours entre éloge et blâme, qui relève de l’éloquence épidictique et qui approfondit le paradoxe selon lequel, dans le monde de la pensée, rien ne se fait sans fiche, sans pour autant que la fiche fasse tout. Nous proposons de lire les cinq chapitres de cet ouvrage en distinguant les idées qui renvoient à la fiche matérielle de celles qui renvoient à la fiche immatérielle ; la fiche étant à la fois chose et objet.

2L’une des premières questions à laquelle Jean-François Bert répond de façon multiple est d’ordre pratique. Il s’agit de savoir comment faire une fiche. Cette question matérielle renvoie au support papier. Le critère principal de la fiche est sa taille réduite qui vise l’idéal du format de poche. Pour ce faire, les fichistes détournent les formats qui existent. Ainsi le physicien de la fin du XVIIIe siècle Georges-Louis Lesage transforme-t-il des cartes à jouer en fiches de sciences (p. 32). De même, Marcel Mauss se sert de ses propres cartes de visite pour saisir au vol certaines de ses idées (p. 133). D’autres fichistes découpent des papiers selon le format qui leur convient le mieux. À ce sujet, Jean-François Bert rappelle le projet d’une normalisation d’un format international de la fiche dont les dimensions idéales sont 125 x 100 mm (p. 48). Se pose ensuite la question de l’organisation de l’écriture sur des bouts de papier en fonction du nombre de lignes possibles et de l’ordre de disposition et de succession des éléments d’une fiche. Face à la multiplicité des fiches volantes, ce deuxième problème renvoie au mode de rangement. Jean-François Bert indique l’importance du volume de fiches dans les fonds hérités de certains chercheurs comme les trente cartons de Claude Lévi-Strauss entreposés à la Bibliothèque nationale (p. 111). Il s’agit alors du problème du fichier qui permet l’ordre et le rangement des fiches. Ce problème donne lieu à des solutions qui recourent à l’ébénisterie. L’auteur rappelle l’existence de deux meubles dont le but est le rangement des fiches. Le premier est le scrinium literatum, ou armoire érudite. Elle est décrite notamment par Vincent Placcius dans De Arte excerpendi en 1689. Le second consiste dans les casiers articulés de Georges Borgeaud. Le premier chapitre de l’essai explique le fonctionnement de ces deux meubles et en fournit plusieurs illustrations à la fois esthétiques et didactiques. L’Histoire de la fiche érudite de Jean-François Bert rappelle également la richesse du paradigme morphologique du mot « fiche », en particulier en ce qui concerne les auteurs de fiches, du neutre à tendance méliorative « ficheur » au péjoratif « fichard ». Ainsi le chercheur propose-t-il une analyse, non pas des « scribouillards conquis » (p. 56), mais des grands ficheurs. Les fiches de physique de Georges-Louis Lesage sont relayées par celle de l’historien André Leroi-Gourhan (pp. 106-107), ou encore par celles de la sociologue Béatrice Potter Web, l’inventrice de la méthode : « One card, one fact » (p. 63). Ces fiches manuscrites introduisent dans l’intimité du chercheur dont l’écriture matérielle peut poser des problèmes de déchiffrage. Ainsi la fiche est-elle un dispositif matériel, c’est-à-dire un morceau de papier écrit, de formats variés et dont le rangement mérite réflexion.

3La fiche se présente également comme une forme, souvent jugée mineure, du savoir. Elle précède, pour le chercheur, le livre ou l’article, et se situe bien souvent entre deux livres. Elle se trouve également en situation intermédiaire, entre le monde et le livre, et se comprend alors entre les mots et les choses ; elle relève pourtant déjà de l’écriture. Elle apparaît comme la trace de l’élaboration d’une pensée, plus précisément d’un mode de pensée entre lecture et écriture. En effet, Jean-François Bert théorise une éthique de la vitesse qui fait que la fiche ralentit la lecture et, corrélativement accélère l’écriture. Ainsi la fiche est-elle un mode de pensée impur, entre lecture et écriture. Elle est une forme vertueuse qui fait l’objet d’un éloge parce qu’elle permet au chercheur d’accumuler des données et de vérifier des sources. Elle forme une bibliothèque miniature. En outre, elle permet de conserver et de réutiliser des données que le chercheur ordonne dans de nouvelles perspectives. Elle garantit de l’oubli et facilite l’accès au savoir. Mais elle apparaît aussi comme une forme vicieuse qui fait l’objet d’un blâme. En effet, la fiche se substitue à la mémoire humaine et favorise l’oubli. De plus, elle stérilise l’imagination et fige l’écriture, conformément aux « ouvrages qui fleurent bon la fiche » (p. 80). Elle relève d’une forme d’écriture qui se réduit bien souvent à la copie et favorise l’individualisme sans oublier une coupure d’avec le monde. Indépendamment des formes qu’elle adopte, la fiche est donc un objet immatériel qui permet la transformation de la matière intellectuelle mais cette méthode possède à la fois des avantages et des inconvénients recensés par Jean-François Bert.

4En conclusion, cette analyse de la fiche érudite approfondit cette forme à la fois matérielle et immatérielle de façon concrète et réfléchit sur la confection et le rangement de cet objet de pensée. Elle envisage aussi, de façon abstraite, les forces et les faiblesses de ce type d’enregistrement du savoir attendant une configuration nouvelle. Ainsi la fiche se situe-t-elle entre ordre et désordre, circulant entre deux chercheurs. Cette réflexion générale sur la fiche articule le rapport entre fiche et livre, entre fiche et chercheur, ainsi qu’entre fiche et savoir. Enfin, elle est mise en perspective comme tradition liée au papier à l’époque de la transition vers le numérique. En s’intéressant à cette forme mineure utilisée par des chercheurs majeurs, Jean-François Bert adopte une attitude intellectuelle moderne. Délaissant le livre au profit de la fiche, il explique comment advient l’homme de savoir pour lequel la fiche est un exercice invisible. Cette réflexion sur la formation de l’esprit scientifique se met en abyme car la forme de la fiche érudite, qui se rattache à la fiche de lecture, renvoie au présent exercice qui reçoit plusieurs noms : chronique, recension, compte rendu ou encore note de lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Cosker, « Jean-François Bert, Une histoire de la fiche érudite », Questions de communication, 33 | 2018, 426-428.

Référence électronique

Christophe Cosker, « Jean-François Bert, Une histoire de la fiche érudite », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/13309

Haut de page

Auteur

Christophe Cosker

HCTI, université de Bretagne occidentale, F-29000
Christophe.cosker[at]free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page