Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Théories, méthodes

Fred Hailon, Étude(s) de cognition politique. Discours, pensée, société

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Questions contemporaines, 2017, 200 pages
Michele Paolini
p. 432-434
Référence(s) :

Fred Hailon, Étude(s) de cognition politique. Discours, pensée, société, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Questions contemporaines, 2017, 200 pages

Texte intégral

1Étude(s) de cognition politique, écrit par Fred Hailon, aborde le thème de la construction de l’identité dans les groupes humains à travers le langage, le discours, l’information et la circulation sociale des messages politiques transmis par les médias. Le mot « cognition » indique non seulement le sujet du livre, mais surtout son a priori. Celui selon lequel l’information constituerait, par le discursif et par le symbolique, la base empirique d’une activité concernant principalement l’intelligence humaine, qui s’exprime sciemment à travers des processus que nous pouvons configurer comme « traitement de l’information ». C’est donc surtout la nature mentale, consciente ou le plus souvent inconsciente de cette activité générale, qui justifie l’usage du mot.

2Les points de référence sur lesquels Fred Hailon s’appuie sont principalement proposés par les travaux d’Alice Krieg-Planque et de Georges-Elia Sarfati en analyse du discours, tandis que ses présupposés épistémologiques sont surtout reconnus dans l’expérience philosophique de Hannah Arendt (sur la dynamique de la formation du totalitarisme), dans les enquêtes de Michel Foucault sur les rapports entre systèmes de pensée et diversité humaine (on pense surtout à Surveiller et punir), dans les études sociales de Pierre Bourdieu (notamment les mécanismes générateurs de production symbolique du pouvoir).

3Conçu sur ces prémisses, le travail s’articule autour de cinq chapitres sur une piste d’investigation unique : la construction-production du « sens politique », à partir de (et à travers) un corpus hétérogène de documents couvrant la période qui court de septembre 2001 (à la suite des événements catastrophiques du 11-Septembre aux États-Unis) à mai 2017 (campagne présidentielle en France).

4Le corpus de l’analyse a comme pivot la France et sa vie politique. Il est opportunément varié tant pour les supports technologiques envisagés (du format papier au format numérique des textes) que pour les types éditoriaux (articles de presse, commentaires en ligne, déclarations politiques), ou encore les sujets de l’énonciation identifiés, des websurfers aux dirigeants politiques. Les événements retenus sont de trois types : les campagnes électorales françaises (en 2002, 2007, 2012, 2017), quelques événements exemplaires liés aux crises migratoires (notamment l’évacuation des camps de réfugiés à Calais entre 2015 et 2016), des événements d’importance apparemment locale, comme l’occupation du toit de la mosquée de Poitiers par des militants de la formation nommée Génération Identitaire en octobre 2012.

5Les premières pages d’Étude(s) de cognition politique suggèrent que le discours « institue socialement » le sujet aussi bien que le sujet « institue socialement » le discours. Ce lien problématique discours-sujet semble donc activer un phénomène de sens riche en implications croisées, parce que le discours établit aussi, à son tour, le sens social. Cela voudrait dire qu’il existe une sémantique fondamentale qui intervient de manière dynamique dans la production collective de concepts sociaux, de schémas, de catégorisations. C’est alors dans cette sphère de réflexion que nous dirions, d’une façon kantienne, que la connaissance elle-même est appelée à produire en partie, et aussi dans une large mesure, son propre objet, c’est-à-dire le « politique ».

6Le contexte pragmatique ‒ qui est souligné d’abord à travers le rôle joué par les médias ‒ produit des cadres cognitifs utiles à la compréhension des événements (p. 13). À cet égard, le concept d’« auto-création de la société par le discours », qui semble ici relancé, reprend des éléments post-structuralistes, comme le confirme l’examen des références bibliographiques (pp. 171-180).

7Les conditions cognitives du discours constituent le thème spéculatif prioritaire de l’œuvre : la « cognition au cœur du politique » (p. 19). Fred Hailon distingue deux niveaux : la connaissance comprise comme le besoin de connaître et de comprendre, et la signification, comprise comme un processus générateur de phénomènes de sens. L’ancrage référentiel global du contenu discursif à une contrepartie empirique pourrait parfois être complètement instable. Ainsi le « travail » (en y ajoutant un sens freudien) du discours politique produit-il sa propre logique, avec des disparités spécifiques entre monde symbolique et monde sensible, et peut – dans des cas extrêmes – valider des schémas de croyances non vérifiées. Nous serions en présence de la doxa : stratégie avec laquelle l’esprit intégrerait les stimuli issus de la réalité, en les adaptant de façon autonome à des schémas existants a priori, catégoriels, influencés par le langage. De la même manière qu’Edgar Morin l’affirme (voir p. 23), les modèles cognitifs fonctionnent dans le langage tout comme le langage est à l’œuvre dans les modèles cognitifs. Nous ne pouvons pas dire quelles sont les relations possibles de préséance et de causalité.

8L’action « hégémonique » d’un sujet d’énonciation exige cependant que nous parlions de relations de pouvoir dans le contexte socioculturel, comme Fred Hailon l’a fait, en renvoyant son analyse à la tradition de la pensée althussérienne et à une notion gramscienne d’« hégémonie » (p. 25). En tout cas, le concept déjà évoqué d’« auto-création de la société par le discours » devrait être mis à l’épreuve, si nous pouvons proposer une annotation, à la lumière de ce qui peut émerger de la tentative de déchiffrer l’« énigme du sujet », à la manière de Cornelius Castoriadis (voir surtout L’Institution imaginaire de la société, Paris, Éd. Le Seuil, 1975, pp. 196-203), parce que nous avons encore besoin, autrement, de postuler l’existence et l’action d’individus « sociaux » comme soutien nécessaire à l’auto-représentation de la société.

9La tentation « hégémonique » d’un sujet de l’énonciation exerce ses effets via l’itération des messages et la généralisation sociale conséquente de la doxa, qui devient une sorte d’hyper-structure cognitive plus articulée et rigide. Une hyper-structure similaire, à son tour, transforme en idéologie le discours qui dérive du sens commun linguistique. Ou plutôt il la promeut au rang de « norme idéologique », comme suggéré par Georges-Elia Sarfati (p. 30). Fred Hailon n’utilise pas les notions saussuriennes de « langue » (niveau social du discours institutionnalisé) et de « parole » (niveau individuel de discours qui établit les structures), bien que sa description de la dynamique socio-discursive semble les refléter indirectement, toujours à travers la déjà mentionnée vulgate post-structuraliste à laquelle il se réfère. En fait, le discours politique peut engendrer ‒ socialement et idéologiquement ‒ des scénarios cognitifs stéréotypés, à telle enseigne qu’on peut supposer que même les scénarios du prêt-à-penser peuvent générer eux-mêmes ‒ circulairement et en sens inverse ‒ une objectivation discursive.

10Néanmoins, Fred Hailon place le couple conceptuel idéologie-discours au centre de sa réflexion. Une approche linguistique aurait préféré, à la manière saussurienne, une paire syntagme-paradigme. Cette dernière approche, méthodologiquement différente, serait utile dans la discussion du modèle de Jacqueline Authier-Revuz (pp. 31-34), où les concepts d’« amalgame » et d’« hétérogénéisation » semblent faire partie d’une grille de lecture représentant l’organisation des niveaux de généralisation à travers l’échelle sémantique. Ce qui attribue aux mots des valeurs plus ou moins larges et générales, selon un mécanisme de sélection du contexte et de la situation.

11L’amalgame permet de recadrer les champs sémantiques à une échelle croissante. Ces champs sémantiques peuvent, à leur tour, se chevaucher ‒ dans des contextes et des situations propres à la propagande ‒ dans différents domaines notionnels tels que ceux de l’« immigration » et de l’« insécurité » ou des catégorisations telles que celles concernant les « immigrés » et les « criminels ». Ces superpositions établissent des relations indues d’identité et des phénomènes de sur-lexicalisation en vertu desquels l’utilisation du mot « immigration » peut devenir synonyme (ou quasi-synonyme) d’« insécurité », l’utilisation du mot « immigré » peut être comprise en tant que synonyme (ou quasi-synonyme) de « criminel ».

12La stéréotypie de l’altérité (pp. 43-46) est un autre noyau conceptuel saillant. Fred Hailon aborde ce thème à partir d’un excursus sur les notions et la terminologie connexes : clichés, stéréotypes, formes stéréotypées de la pensée, etc. La liste des termes nécessiterait une élaboration générale, peut-être sous la forme d’un glossaire, et non un simple index de concepts, avec des propositions d’agencement qui tentent, du moins, de distinguer deux aspects différents : la nature linguistique qui caractérise certains éléments, par exemple le cliché, et la nature cognitive correspondante (ou sous-jacente) qui est liée à d’autres éléments, par exemple le stéréotype. La difficulté relative de toute classification, documentée par une abondante littérature, reflète aussi la densité critique des contiguïtés et des contacts entre sémantique et cognition.

13L’approche présentée par Étude(s) de cognition politique se concentre néanmoins sur une idée du stéréotype en tant que « produit social » dont la nature semblerait être essentiellement culturelle. Son approche, comme nous l’avons noté, bien qu’elle implique a priori une exclusion du « support matériel » (neurophysiologique) de la connaissance, n’exclut pas un dialogue avec les acquisitions qui proviennent du point de vue psychosocial, ou psycho-biologique. Les différents chemins des recherches ne seraient pas incompatibles, mais pourraient plutôt converger vers des résultats d’utilité commune.

14L’intégration d’une description des mécanismes neurophysiologiques de réponse aux stimuli permettrait, par exemple, de comprendre encore mieux comment la tendance à l’hypergénéralisation, à savoir l’« amalgame », qui se manifeste dans les processus de catégorisation n’est pas seulement un phénomène purement individuel, isolé, ni limité à de petits groupes, mais au contraire appartient, au moins dans une mesure tendancielle, à l’équipement perceptuel de la communauté humaine dans son ensemble, à sa dotation psycho-biologique, donc, a posteriori, à ses expressions symboliques et linguistiques. L’indication spinozienne se révélerait alors plus valable que jamais : « non ridere, non lugere, neque detestari, sed intelligere ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michele Paolini, « Fred Hailon, Étude(s) de cognition politique. Discours, pensée, société », Questions de communication, 33 | 2018, 432-434.

Référence électronique

Michele Paolini, « Fred Hailon, Étude(s) de cognition politique. Discours, pensée, société », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/13340

Haut de page

Auteur

Michele Paolini

Faculté de Pédagogie, université Comenius Bratislava, SK-81334
paolini@fedu.uniba.sk

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page