Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Théories, méthodes

Christian Plantin, Dictionnaire de l’argumentation. Une introduction aux études d’argumentation

Lyon, ENS Éd., coll. Langages, 2016, 633 pages
Daniel Jacobi
p. 437-439
Référence(s) :

Christian Plantin, Dictionnaire de l’argumentation. Une introduction aux études d’argumentation, Lyon, ENS Éd., coll. Langages, 2016, 633 pages

Texte intégral

1Le monde des dictionnaires de linguistique est rempli de surprises. Mais est-il judicieux de parler de monde ? Oui, d’une certaine façon, parce que les dictionnaires de linguistique, depuis celui pionnier de Georges Mounin (aux Presses universitaires de France en 1974), sont nombreux. Dans ce dictionnaire pionnier, l’entrée argument est bien présente. Très brève [9 lignes à peine], le mot argument y est employé avec un sens linguistique restreint. Et pourquoi est-il surprenant ? Pour au moins trois raisons. Premièrement, ce dictionnaire – pas plus que tous ceux qui l’ont précédé –, n’est pas à proprement parler un dictionnaire, mais plutôt une encyclopédie accumulant des connaissances sur les notions et les concepts et non pas sur les définitions des mots. Deuxièmement, ces dictionnaires ne sont d’accord entre eux sur à peu près rien. Ni sur le choix des entrées, ni quand ils choisissent pourtant les mêmes, sur les informations, les précisions et les commentaires qu’ils proposent pour chacune d’elles. Cette différence, qui serait insensée pour des dictionnaires de langue, est facile à comprendre pour des sciences (les sciences du langage) dans lesquelles peu de paradigmes sont, sinon universellement partagés, en tout cas utilisés de façon assez consensuelle.

2Chaque dictionnaire (encyclopédique donc), entre autres raisons parce qu’il s’adresse à un public spécifique, procède selon des théories ou des modèles divergents de ceux que les autres ont retenus. Troisièmement enfin, parce qu’ils sont écrits, non pas par des dictionnaristes froids et neutres, mais par des chercheurs qui font œuvre d’auteur et tentent de tirer la recherche d’un domaine dans le sens des méthodes qu’ils jugent supérieures aux autres et pour lesquelles ils se transforment en de quasi prescripteurs presque militants. On se souvient que, lors de la publication du passionnant Dictionnaire d’analyse du discours (Patrick Charaudeau, Dominique Maingueneau, dirs, Paris, Éd. Le Seuil, 2002), bien d’autres théoriciens de ce secteur, alors en plein développement, manifestèrent leur agacement de se voir oubliés… ou contredits (dans ce dictionnaire l’entrée argumentation est bien présente. Elle est assez complète mais longue de 6 pages à peine).

3Le Dictionnaire de l’argumentation est un épais volume de plus de 600 pages. Il compte, ce qui est rare pour de tels volumes, plus de 250 entrées. Certes, certaines sont brèves et d’autres au contraire très développées car enrichies de plusieurs définitions successives parfois contradictoires. Bref, aucun doute : c’est une somme qui convainc rapidement le chercheur en communication, amateur de travaux sur l’argumentation et le rend conscient de l’étendue ridiculement restreinte de ses propres connaissances.

4Pourquoi une telle ambition encyclopédique ? L’auteur, qui a acquis une connaissance assurée de ce domaine, ne s’est pas contenté de produire une sorte d’hyper-manuel de la recherche sur l’argumentation. Il y ajoute une dimension historique en abordant aussi bien des notions récentes ou contemporaines que la présentation de l’argumentation dans les traditions classiques grecque, latine et plus récemment rhétorique. Si ce dictionnaire est d’abord l’œuvre d’un linguiste et explore donc les dimensions langagières de l’argumentation, l’immense curiosité de son unique auteur et sa culture très étendue du domaine, sur lequel il travaille depuis de très nombreuses années, enrichissent et diversifient beaucoup son contenu. En témoignent les très nombreux exemples d’arguments et de modes d’argumentation qui parsèment, de façon très heureuse, ce dictionnaire.

5Pour aider les lecteurs de Questions de communication à se faire assez rapidement une idée du contenu de ce dictionnaire, à dessein, j’ai choisi de parcourir trois entrées : éthos, fallacieux et métaphore. À l’entrée Éthos, on trouve un texte de 9 pages (pp. 242-249). Il est divisé en quatre parties : le mot éthos (d’un point de vue lexico-sémantique), le concept dans le discours argumentatif (partie la plus développée), l’éthos comme catégorie stylistique et enfin l’éthos comme caractère de l’auditoire. Dans cette section 2 de l’entrée Éthos, Christian Plantin évoque successivement : l’éthos de l’orateur puis éthos et argument d’autorité, suivi de éthos et étude du discours argumentatif. Pour préciser sa pensée, il précise que l’éthos est une facette construite par ce que l’orateur dit de lui-même quand il argumente. Et pour expliciter qu’elle est la résultante de trois forces, il trace un diagramme (p. 246). On peut donc remarquer que la notice éclaire bien cette notion souvent employée de façon confuse.

6À l’entrée Fallacieux (pp. 278-293), on trouve de longs développements sur les fallacies comme péchés de langue puis le fallacieux comme mot (y compris les façons de traduire selon les contextes l’anglais fallacy). Christian Plantin dresse ensuite un catalogue raisonné des types de fallacies, catalogue emprunté à différents auteurs, tous cités et resitués dans les contextes dans lesquels ils ont construit leur typologie des raisonnements scientifiques. Suivent deux développements sur l’histoire du fallacieux successivement chez Aristote, puis au XVIIe siècle. Ainsi, par l’épaisseur comme par le tour d’horizon qu’il en propose, les fallacies comme le fallacieux prennent-ils leur juste place dans le lexique spécialisé de l’analyse argumentative.

7L’entrée Métaphore (pp. 385-390), pour sa part, est délibérément associée à analogie et modèle. L’auteur de ces lignes qui a lui-même analysé en détail les relations et les différences entre métaphore, analogie et modèle scientifique tant elles se confondent en apparence dans les analyses classiques de la communication scientifique ne peut que se réjouir de cette convergence. Il y avait ajouté pour sa part la comparaison ce que ne fait pas explicitement Christian Plantin, mais il précise que, contrairement à la métaphore par nature fallacieuse dans l’exposé scientifique, la comparaison, en ce qu’elle est explicite, ne l’est pas. Notons pour être complet qu’il est vrai qu’on trouve cependant un renvoi à l’entrée Comparaison à la fin de sa brève mais complète analyse.

8Avec ce copieux ouvrage, tous ceux en sciences de l’information et de la communication qui n’auraient en tête à propos de l’argumentation que les seuls ouvrages de Philippe Breton, découvriront la richesse, mais aussi la profondeur et la complexité des études argumentatives. Certes, Christian Plantin prend en compte la dimension rhétorique du débat, mais son ouvrage s’intéresse aussi bien à des situations ou des contextes ordinaires (comme les interactions entre proches) que des débats scientifiques spécialisés. Pourtant, cette encyclopédie (plus donc qu’un dictionnaire) impressionnante et touffue se veut aussi un manuel d’initiation à l’analyse argumentative. Même si l’auteur écrit modestement dans le titre de son ouvrage qu’il s’agit d’une introduction, on peut douter que cette promesse (était-elle tenable ?) soit au rendez-vous…

9Le débutant qui voudrait s’initier à l’analyse argumentative à l’aide de ce dictionnaire serait rapidement découragé et en tout cas bien embarrassé pour entreprendre sa recherche. En voulant associer l’argumentation à l’épistémologie et à la logique (celle du neuchâtelois Jean-Blaise Grize) ainsi qu’aux interactions et donc à l’énonciation, Christian Plantin brouille avec de vraies raisons les frontières. Mais il est évident que cette abondance de pistes, d’approches et de méthodes perturbe ou complexifie le travail d’un apprenti soucieux de conduire une analyse argumentative en situation ou dans un corpus délimité.

10L’ouvrage s’adresse donc plutôt à des enseignants déjà compétents sur l’argumentation et qui voudraient compléter ou enrichir leur enseignement. Ou alors à des chercheurs en sciences du langage comme en sciences humaines et sociales qui voudraient éprouver la validité de leurs méthodes, les enrichir ou les diversifier. Ce reproche est sans doute excessif d’autant que quant à ses intentions pédagogiques, Christian Plantin a déjà beaucoup donné. Les débutants auront l’embarras du choix puisqu’il a déjà, dans le passé, publié des petits ouvrages qui leur sont explicitement destinés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Jacobi, « Christian Plantin, Dictionnaire de l’argumentation. Une introduction aux études d’argumentation », Questions de communication, 33 | 2018, 437-439.

Référence électronique

Daniel Jacobi, « Christian Plantin, Dictionnaire de l’argumentation. Une introduction aux études d’argumentation », Questions de communication [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/13357

Haut de page

Auteur

Daniel Jacobi

CNE, université d’Avignon et des Pays du Vaucluse, F-84029
danieljacobi[at]orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page