Navigation – Plan du site
En VO

Présentation

Angeliki Monnier
p. 269-270

Texte intégral

1Nico Drok, professeur en « médias et société civile » à l’université de Windesheim, Pays-Bas, est Président de la European Journalism Training Association (EJTA). Dans l’article qui suit, il livre une réflexion sur les causes de la crise qui affecte le journalisme et sur l’avenir de cette profession. Quatre points scandent son propos : la nature de la crise, les solutions habituellement proposées, le besoin d’envisager sous un angle nouveau le métier de journaliste ainsi que le rôle important que les éducateurs peuvent jouer.

2Pour l’auteur, la crise que le journalisme traverse est double. Elle porte sur la capacité décroissante des médias d’assurer financièrement leur survie et leur fonctionnement, mais elle concerne aussi l’image et la légitimité des journalistes aux yeux des publics. Il signale que, très souvent, les solutions imaginées en réponse à ce double problème sont d’ordre technologique et/ou économique : nouveaux dispositifs, nouveaux formats, nouveaux modèles de financement, etc. Or, si ces remèdes ne parviennent pas à produire les effets escomptés, c’est parce qu’ils omettent de resituer le journalisme dans le nouveau contexte informationnel au sein duquel il évolue. En adoptant une approche d’inspiration bourdieusienne, Nico Drok incite à revisiter les changements qui ont eu lieu pendant les dernières années en dehors du journalisme et qui impactent de manière décisive la structuration de ce dernier en tant que champ professionnel.

3Plus particulièrement, le chercheur s’arrête sur les valeurs qui constituent traditionnellement le cœur de la profession journalistique, à savoir l’indépendance, l’objectivité et l’immédiateté. Il rappelle que ces dernières définissent la relation des journalistes au pouvoir, à la vérité et au temps. Cependant, si ces valeurs restent centrales, elles doivent être appréhendées dans le nouveau contexte informationnel propre aux sociétés contemporaines. Celui-ci se caractérise par le développement de quatre processus : (i) l’expansion des usages des technologies numériques ; (ii) la mobilité croissante des personnes, des biens et des idées ; (iii) l’individualisation de la vie sociale et ses effets (e.g. nouvelles formes de collectivité) ; (iv) la diminution de la distance sociale entre les publics et les élites (autorités, experts, etc.).

4Au sein de ce cadre de fonctionnement, que Nico Drok appelle « modèle de réseau », les valeurs journalistiques doivent être réinterprétées. De toute évidence, l’indépendance est nécessaire chaque fois que l’État ou le marché tente d’étouffer la liberté d’investigation et d’expression du journalisme. Cependant, cette attitude détachée et autonome devrait être remplacée par des liens plus forts et des coopérations avec les publics. Mettre le citoyen au centre du travail journalistique exige que la culture traditionnelle de cette profession, axée autour de la figure de l’émetteur de messages, soit remplacée par une culture de « connectivité » et d’interactivité. Dans une veine similaire, l’objectivité doit rester une caractéristique distinctive et constante du journalisme professionnel : mais elle ne peut porter que sur la méthode. Affirmer que le résultat du travail journalistique est une reproduction objective et neutre de la réalité est de nos jours une position difficile à maintenir. La quête de l’objectivité devrait être remplacée par la transparence et l’engagement, en tant que nouvelles bases pour établir la confiance et la crédibilité vis-à-vis des publics. Enfin, selon Nico Drok, l’immédiateté restera une caractéristique déterminante des nouvelles, puisque le public veut être en mesure de surveiller continuellement le monde qui l’entoure. Néanmoins, dans la mesure où les flux d’information seront de plus en plus automatisés, les journalistes professionnels devraient se concentrer sur des formes plus « lentes » de journalisme, visant la vérification, l’investigation et la résolution des problèmes.

5Réimaginer le métier du journaliste dans ce nouveau contexte informationnel s’avère une tâche difficile. Aller contre les automatismes et le statut quo nécessite une prise de conscience mais aussi une volonté de modifier les cadres de pensée et les pratiques traditionnels afin de réinventer la culture journalistique. Cela passe aussi – et surtout – par l’enseignement du journalisme. Certes, l’apprentissage des techniques, des procédures et des savoir-faire est encore important. Mais il est aussi crucial de former des « praticiens réflexifs », à savoir des journalistes capables d’avoir une approche distancée et critique vis-à-vis de leur métier. C’est dans ce cadre que le sens de l’innovation journalistique pourrait prendre sens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angeliki Monnier, « Présentation », Questions de communication, 34 | 2018, 269-270.

Référence électronique

Angeliki Monnier, « Présentation », Questions de communication [En ligne], 34 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/15993

Haut de page

Auteur

Angeliki Monnier

Centre de recherche sur les médiations
Université de Lorraine
F-57000
angeliki.monnier[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page